Ethias Cross à Louvain : Sweeck et Alvarado jouent la carte du sprint

Le circuit roulant de Louvain a proposé des courses au suspense ininterrompu : Ceylin Del Carmen Alvarado a dû se battre au sprint, et ce malgré une chute dans le dernier tour, pour remporter son quatrième trophée de l’hiver, tandis que Laurens Sweeck poursuit sa série victorieuse après un autre sprint, face à Toon Aerts cette fois. Résumés et analyses.

Clauzel anticipe, Alvarado conclut

Sous un soleil automnal idéal, 69 partantes s’élançaient à l’assaut de cette quatrième manche de l’Ethias Cross, au domaine militaire d’Heverlee, dans la banlieue louvaniste. Un parcours particulièrement roulant, avec quelques bosses techniques à mi-parcours pour faire la différence, et un faux-plat montant en conclusion pour jouer la carte de la puissance dans le dernier tour. La longue ligne droite entre le départ et l’arrivée permettait d’ailleurs à certaines de déjà afficher leur condition, dans un sprint haletant, qui permettait déjà de bouleverser les premières positions. La Française Perrine Clauzel (A.S. Bike), habituée des épreuves de VTT et désormais concentrée sur le cyclo-cross, parvenait ainsi à se replacer en première ligne à la fin de la ligne droite, et même en première position à la sortie des deux premiers virages serrés à gauche. Alors que Denise Betsema (Pauwels Sauzen-Bingoal), l’ex-championne d’Europe Yara Kastelijn (Credishop-Fristads) ou la championne de Belgique Sanne Cant (IKO-Crelan) se retrouvaient au-delà du Top 10, après un piètre départ parmi la meute.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Clauzel profitait de cette position favorable, isolée du peloton, pour accélérer le rythme. Pendant que les favorites se regardaient à chaque passage sur la ligne, fixant celle qui allait faire l’effort pour mener la poursuite, la Française de 26 ans surprenait les commentateurs flamands de VTM par son effort en solitaire. « Elle a bien géré son départ, elle nous a surprises, c’était bien joué », confirme à l’antenne de VTM Lucinda Brand (Telenet Baloise Lions), coincée en poursuite durant la première moitié de course. Jusqu’à ce que la championne du monde Ceylin Del Carmen Alvarado (Alpecin-Fenix) décide de déborder ses rivales pour aller chercher la coureuse de tête à la mi-course.

Dans le quatrième des sept tours programmés, Clauzel était reprise et dépassée par Alvarado, accompagnée d’abord d’Annemarie Worst (777). Lucinda Brand, Denise Betsema et Manon Bakker (Credishop-Fristads) revenaient ensuite dans la roue du groupe de tête, dans un remake du championnat des Pays-Bas qui semble se répéter chaque semaine dans les labourés. Clauzel devait finalement laisser filer ces favorites, qui allaient se jouer la victoire entre représentantes bataves. Aucune d’entre elles ne parvenait toutefois à s’isoler, malgré les tentatives de Brand et Betsema dans les deux derniers tours. Pire : dans le dernier tour, Alvarado chutait à la sortie d’un virage en épingle mais remontait directement sur sa machine pour suivre Betsema. Celle-ci profitait d’une chute de Brand dans une descente technique dans les bois pour la dépasser et filer vers la ligne droite finale.

Betsema face à Alvarado : le sprint s’annonçait intense entre les deux Néerlandaises, réputées rapides. Le faux-plat montant ne mentait toutefois pas : la championne du monde filait à toute vitesse vers la victoire, sa quatrième de la saison, une semaine après son titre européen. Betsema et Brand complétaient le podium d’une course menée à toute vitesse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Malgré cette victoire, Ceylin Del Carmen Alvarado ne cachait pas son inquiétude, boitant légèrement à l’approche du podium. La championne du monde avait chuté dans le passage technique dans les bois lors de la reconnaissance, et a connu des douleurs au genou durant la course suivante. « Au début, je pensais que ce n’était pas grave, car la douleur avait disparu, mais après deux tours, cela a recommencé à faire mal, quand cela s’est mis en route finalement », explique-t-elle à VTM. « Et en plus, je tombe à nouveau sur ce genou après. Mais je ne pense pas que ce soit un problème pour la suite ». Et elle a confirmé dans le sprint final qu’elle avait encore toute l’énergie nécessaire pour encore briller. « Mon petit ami (NDLR : le coureur pro Roy Jans, ex-Wanty Gobert), m’avait dit de ne pas lancer le sprint en tête. C’était un inconvénient dans cette ligne droite, donc j’ai commencé dans la roue de Betsema. J’ai rapidement réalisé qu’elle était plus lente, donc je suis passé plus vite. Je suis heureuse d’ajouter le cyclo-cross de Louvain à mon, palmarès », ajoute Alvarado.

Les résultats belges sont par contre décevants en ce samedi d’automne. Malgré un retour en verve mercredi à Niel, la championne de Belgique Sanne Cant n’a jamais semblé en capacité de remonter après son départ difficile. Elle termine 18e, bien loin de la meilleure représentante noire-jaune-rouge, Laura Verdonschot, dixième.

Résultats de la 4e manche féminine de l’Ethias Cross à Louvain :

  1. Ceylin Del Carmen Alvarado (P-B, Alpecin-Fenix) en 46:53
  2. Denise Betsema (P-B, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 0:01
  3. Lucinda Brand (P-B, Telenet Baloise Lions) à 0:03
  4. Annemarie Worst (P-B, 777) à 0:05
  5. Manon Bakker (P-B, Credishop-Fristads) à 0:09
  6. Perrine Clauzel (Fra, A.S. Bike Cross Team) à 0:47
  7. Blanka Kata Vas (Hon, Doltcini-Van Eyck-Proximus) à 0:57
  8. Fem van Empel (P-B, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 1:03
  9. Yara Kastelijn (P-B, Credishop-Fristads) à 1:04
  10. Laura Verdonschot (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) m.t.

Un duel idéal pour Sweeck

Un peloton conséquent de 75 hommes partait à l’assaut de la ligne droite inaugurale de ce parcours louvaniste, avec une belle bataille de coudes pour se replacer à l’approche des deux premiers virages. Ce sprint perturbait les plans du champion d’Europe Eli Iserbyt (Pauwels Sauzen-Bingoal), repoussé une vingtaine de places derrière la tête de la course. Dans le même temps, ses équipiers Ryan Kamp et Laurens Sweeck menaient le train en tête et confirmaient la décision des coureurs de Jurgen Mettepenningen de mener une course collective de front. « Depuis le début de la saison, je bataille contre Eli (Iserbyt), Laurens (Sweeck), Michael (Vanthourenhout). Leur groupe est fort, il faut qu’on parvienne à faire la différence », explique Toon Aerts (Telenet Baloise Lions) à VTM après la course. Car dès le premier tour, le leader de l’équipe des Lions s’est retrouvé coincé entre tous ces coureurs de l’équipe Pauwels Sauzen-Bingoal. Il parvenait toutefois à se replacer pour suivre l’accélération brusque du champion de Belgique Laurens Sweeck à la sortie du premier tour.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pendant que les deux hommes s’essayaient à un remake du cyclo-cross de Niel, disputé trois jours plus tôt et remporté par Laurens Sweeck, Michael Vanthourenhout et Eli Iserbyt faussaient compagnie au premier groupe de poursuivants dans le troisième des dix tours à effectuer. Le champion d’Europe montrait toutefois des signes de fatigue dans les passages les plus explosifs, sur les petites buttes boisées. Vanthourenhout poursuivait donc sa poursuite en solitaire dès le cinquième tour, tandis qu’Iserbyt se retrouvait à l’arrière, derrière les coureurs de Group Hens-Maes Containers Vincent Baestaens et Daan Soete, en verve depuis le début de la saison, et bataillant ce samedi pour une place dans le Top 5.

À l’avant, si Laurens Sweeck s’essayaient dans les tracés plus techniques à des accélérations bien senties, le champion belge ne parvenait pas à déloger Toon Aerts de sa roue. Le coureur de Telenet Baloise Lions se permettait même de mener la course durant la majeure partie du circuit. Il essayait surtout d’éviter le retour de Vanthourenhout, qui pourrait alors profiter à son équipier Sweeck. Pas question de faire le sandwich comme à Niel. Aerts se retrouvait toutefois à court d’options à l’approche du dernier tour. Au sprint, le coureur campinois se savait battu par le rapide Sweeck. Et sur les parties les plus techniques, il était à chaque fois à la limite sur les tours précédents.

Face à cette situation, Sweeck en profitait et restait bien dans la roue de Toon Aerts jusqu’à l’ultime ligne droite, en faux-plat montant. Avec le vent de face, le champion de Belgique démarrait son sprint à l’arrière de son rival avant d’accélérer de l’autre côté de la route. Aerts tentait bien de survivre du côté droit, mais il devait s’avouer vainqueur face à Laurens Sweeck, vainqueur de sa deuxième course consécutive de la saison.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« J’ai essayé quelques fois d’attaquer dans les parties techniques, mais Aerts était très fort aujourd’hui, et a roulé toute la course en tête », explique le champion de Belgique à la VTM. « Je me suis dit que je devais être plus malin, et attendre le sprint dans les derniers tours. C’était finalement le bon plan. Je suis resté le plus longtemps possible dans la roue dans le dernier tour, pour ne pas commencer le sprint dans le vent ». Comme Alvarado l’avait fait avec Betsema chez les femmes.

Michael Vanthourenhout complète le podium en roue libre, devant son équipier Eli Iserbyt, qui a finalement profité du dernier tour pour remonter le groupe des poursuivants et au moins assurer une quatrième place. Tout ce beau monde se retrouvera dimanche prochain pour la quatrième manche du Superprestige à Merksplas.

Résultats de la 4e manche masculine de l’Ethias Cross à Louvain :

  1. Laurens Sweeck (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) en 56:31
  2. Toon Aerts (Bel, Telenet Baloise Lions) à 0:01
  3. Michael Vanthourenhout (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 0:24
  4. Eli Iserbyt (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 0:33
  5. Lars van der Haar (P-B, Telenet Baloise Lions) à 0:35
  6. Daan Soete (Bel, Group Hens-Maes Containers) à 0:39
  7. Vincent Baestaens (Bel, Group Hens-Maes Containers) à 0:44
  8. Niels Vandeputte (Bel, Alpecin-Fenix) à 0:45
  9. Ryan Kamp (P-B, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 0:56
  10. Quinten Hermans (Bel, Tormans CX Team) à 1:23

Photos : Alain Vandepontseele/Alain VDP Photography

Pin It on Pinterest