Wout van Aert enfin libre de choisir une nouvelle équipe en 2019 ? L’affaire n’est pas encore terminée

L’avocat du champion du monde de cyclo-cross Wout van Aert annonce dans les médias belges que son client peut désormais négocier librement avec un nouvel employeur en vue de la nouvelle saison cycliste sur route. Mais l’Union Cycliste Internationale (UCI) se veut plus nuancé quant à cette décision.

Wout van Aert va-t-il enfin en avoir fini avec les problèmes judiciaires autour de son départ de l’équipe Vérandas Willems-Crelan ? Une nouvelle étape semble en tout cas franchie, permettant au coureur belge de voir son avenir sportif avec un peu plus de sérénité. S’il a trouvé provisoirement refuge chez Cibel-Cebon pour cette saison hivernale de cyclo-cross, le champion du monde des labourés n’avait jusqu’ici pas reçu de confirmation qu’il pouvait se chercher un nouveau contrat pour la saison sur route 2019. Finalement, selon son avocat Walter Van Steenbrugge, l’UCI vient de donner son feu vert pour que Van Aert se cherche un nouvel employeur, tant que le transfert se réalise avant le 31 décembre.

« Wout est en tout cas très soulagé d’en avoir fini avec toutes ces tracasseries. Il a inutilement vécu une difficile situation troublée. Toutes ces incertitudes autour de sa personne le perturbaient… », annonce ainsi l’avocat à l’agence Belga, affirmant notamment que Wout van Aert pourrait notamment s’engager dès 2019 avec le Team LottoNL-Jumbo, alors que le contrat avait jusqu’ici été signé pour 2020.

En attendant le jugement

L’UCI se veut toutefois plus nuancé que Walter Van Steenbrugge. Interrogée par la VRT, la fédération internationale indique que l’affaire n’est pas encore terminée. « Mais s’il apparaît que Wout van Aert a rompu à tort son contrat (NDLR : avec Sniper Cycling, la structure en charge de l’équipe Vérandas Willems-Crelan), alors l’UCI se réserve le droit de prendre des mesures disciplinaires à l’encontre de toutes les parties concernées », dit un porte-parole de l’UCI. Quelles sanctions ? La fédération ne le dit pas. Mais l’affaire judiciaire entre Sniper Cycling et Wout van Aert est toujours pendante au tribunal de travail, qui doit rendre une décision fin 2019. Certains diront : « On a le temps, d’ici là »

Mais du côté de Sniper Cycling, cette précision de l’UCI est importante. « Ce feu vert est sujet à changement », affirme Rudi Desmet, avocat de Sniper Cycling à la VRT. « Il est littéralement dit que si plus tard il s’avérait que Wout van Aert avait cassé à tort son contrat, l’UCI se réserve le droit de prendre des mesures à l’avenir. Sur base de cela, il me semble qu’il ne sera pas sans risque pour les équipes intéressées de s’attacher les services de Wout van Aert ».

Malgré cet avertissement de l’ancien employeur de Wout van Aert, le champion du monde de cyclo-cross est de toute manière parti et ne reviendra jamais sous le maillot de l’équipe de Nick Nuyens. Sniper Cycling doit désormais patienter le jugement de cette affaire, mais en attendant, son ex-tête de gondole poursuit sa carrière sportive comme bon lui semble. Il reste désormais à ce dernier à trouver une véritable structure pour l’épauler en cette saison difficile dans les labourés : toujours soutenu par sa famille et une petite équipe technique, Van Aert espère bien retrouver une vraie équipe d’ici le 31 décembre. Et LottoNL-Jumbo semble déjà sur les starting-blocks…

Photo : capture VRT

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Pin It on Pinterest