Mondiaux de cyclisme sur route : Lambrecht piégé par Hirschi dans la course au titre espoir

Le championnat du monde destiné aux espoirs a offert un spectacle de tous les instants dans son final, avec une bataille d’hommes forts et une course tactique qui a profité au Suisse Marc Hirschi, parti dans la descente finale face à ses deux rivaux, le Belge Bjorg Lambrecht et le Finlandais Jaakko Hänninen.

Les jeunes belges ont décidément l’appétit aussi grand que la vallée de l’Inn sur ces championnats du monde. Au lendemain du deuxième sacre mondial de Remco Evenepoel en moins de 72 heures à Innsbruck, Bjorg Lambrecht, passé pro chez Lotto-Soudal en début de saison mais toujours âgé de moins de 23 ans, comptait bien repartir aussi d’Autriche avec le paletot arc-en-ciel. La concurrence se voulait toutefois plus aiguisée que chez les juniors et cette course en ligne destinée aux moins de 23 ans annonçait surtout une belle bataille tactique pour conquérir le plus beau titre de la saison sous le soleil du Tyrol. L’équipe belge se montrait ainsi aux avant-postes de cette course espoir dès la mi-course, tout en restant toutefois discret. Les attaques de l’Ukrainien Mark Padun, des Suisses Gino Mäder et Patrick Müller ou encore de l’Irlandais Eddie Dunbar ne freinaient pas les ambitions noires-jaunes-rouges, avec un travail de Steff Cras parmi les Américains et les Slovènes pour placer au mieux Bjorg Lambrecht à l’approche du dernier tour de circuit, attendu comme le décisif. Les Belges sortaient du bois dans ce dernier tour, avec Cras au forceps pour rentrer sur Padun et Müller. Avant que Lambrecht lance les hostilités à 17 km de l’arrivée, avec un autre Suisse, Marc Hirschi, et le Finlandais Jaakko Hänninen dans la roue.

Finalement, la meilleure course collective était helvète. Les Suisses profitaient de leur surnombre sur ces routes montagneuses et plaçaient à chaque fois un coureur dans les groupes stratégiques. Toujours à l’avant ou dans la roue d’un favori. Et cela portait ses fruits : Hirschi restait bien au chaud derrière un Lambrecht qui voulait trop en faire. Après avoir débordé Padun et Müller, le leader belge se plaignait du manque de relais de ses compagnons d’échappée à une quinzaine de kilomètres de l’arrivée. Désireux de décrocher ce maillot arc-en-ciel, Lambrecht avalait les pourcentages à toute vitesse, quitte à monter dans le rouge à l’approche du sommet d’Igls. « J’ai tout donné dans la dernière ascension pour tenter de faire la différence, mais il faut croire que je n’étais pas assez fort pour gagner », confie en conférence de presse le coureur belge, qui a lancé trois offensives pour lâcher ses adversaires, sans parvenir à prendre un seul mètre…

Et le N.1 suisse profitait de ce stress clairement affiché pour faire douter Lambrecht, et le surprendre dans la descente technique vers Innsbruck. À toute vitesse, Hirschi profitait de ses qualités de rouleur pour prendre quelques mètres, puis quelques secondes. Face à un Lambrecht épuisé et un Hanninen visiblement déjà bien content d’être dans la course pour la médaille, le sociétaire de la Sunweb Development Team ne montrait aucun signe de faiblesse, même pas dans la petite montée de Hötting. Il filait ainsi vers son premier titre mondial chez les espoirs, également le premier titre suisse dans cette catégorie. Hirschi s’imposait en solo, avec une quinzaine de secondes d’avance sur Lambrecht, vainqueur de justesse du sprint pour la médaille d’argent face à Hanninnen.

« J’ai peut-être réfléchi trop au moment d’aborder un virage dans la descente. J’ai pris moins de risques que lui et il a fait la différence », lâchait Lambrecht à l’agence Belga après sa sortie du podium, la breloque argentée autour du cou. « Au final, je suis vice-champion du monde. Aujourd’hui, je ne suis pas satisfait mais peut-être que je le serai la semaine prochaine », avouait encore le leader belge, qui ne se sentait pourtant pas bien à la mi-course en raison de douleurs à l’estomac. Dans le final, il a tout de même réalisé une course impressionnante physiquement. Mais tactiquement, Lambrecht a péché, et perdu l’or sur un mauvais positionnement tactique. « Au départ, on signerait pour une médaille mais quand on perd la médaille d’or en descente, c’est dommage », annonçait encore le sociétaire de Lotto-Soudal, qui tenait encore à saluer le travail de l’équipe belge, bien en place depuis le premier kilomètre pour placer Lambrecht au mieux dans ce dernier tour. Une répétition en vue de la course des pros, dimanche ?

Résultats de la course en ligne espoirs des championnats du monde de cyclisme sur route (Kufstein > Innsbruck, 174.3 km) :

Photo : Team Sunweb

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Pin It on Pinterest