En 2023, Lotto-Dstny fait le choix de manquer le Giro et d’autres courses WorldTour

La formation belge, désormais reversée en 2e division, ne prendra pas non plus le départ du Tour Down Under, de Tirreno-Adriatico et du Tour du Pays Basque.
Lotto-Dstny - Maillot 2023 - Arrière
Photo : Lotto-Dstny/Maxime Van der Wielen

L’année 2022 a été compliquée pour l’équipe Lotto-Soudal, devenue Lotto-Dstny au cours de l’hiver. Malgré de belles victoires accrochées par le néo-pro de Lescheret Arnaud De Lie, le groupe n’a pu obtenir les points nécessaires au minimum sportif requis pour conserver sa place dans le WorldTour. Il a toutefois réussi à rester parmi le Top 20, condition nécessaire pour garder un pied dans les courses du WorldTour. La dix-neuvième équipe du classement UCI comptabilisé sur les saisons 2020-2021-2022 bénéficie en effet d’une invitation automatique pour toutes les courses de la première division. Et contrairement aux équipes détentrices d’une licence WorldTeam, cette dix-neuvième formation n’a pas l’obligation de participer à toutes les épreuves de ce calendrier spécifique. Ce qui représente une sacrée épine en moins pour Lotto-Dstny qui veut profiter de cette nouvelle donnée pour mieux fignoler son agenda et optimiser les courses sur lesquelles elle souhaite obtenir les meilleurs résultats. Car l’équipe devra se battre sur le plan sportif pour conserver sa première place parmi les ProTeams, synonyme de ticket automatique pour les courses du WorldTour en 2024.

Pas de Tour Down Under, Tirreno ou Pays Basque

Les dirigeants de Lotto-Dstny ont confirmé que ce ticket permettait à l’équipe de soulager un calendrier à réimaginer. Le manager sportif Kurt Van de Wouwer a confirmé que Lotto-Dstny ne participera pas au Tour Down Under, le rendez-vous australien du mois de janvier, pas plus qu’à Tirreno-Adriatico ou au Tour du Pays Basque. Et surtout, la formation belge compte faire l’impasse sur le Tour d’Italie, qui avait pourtant permis à Thomas De Gendt de s’imposer sur une nouvelle étape l’an dernier. Pour la première fois depuis 2000, la Loterie Nationale belge manquera le Giro : « Deux raisons expliquent ce choix. Premièrement, nous voulons démarrer le Tour de France aussi frais que possible, car c’est la course la plus importante de l’année », estime Kurt Van de Wouwer au micro de Sporza. « Ensuite, il y a durant le Giro beaucoup de petites courses par étapes et courses d’un jour qui peuvent rapporter beaucoup de points ». Comprenez : dans la course sportive pour rester la meilleure équipe ProTeam en 2023.

Le choix semble logique sur le plan comptable. Arkéa-Samsic avait d’ailleurs pris la même option l’an dernier alors que l’équipe française pouvait prendre part aux trois Grands Tours. Cette stratégie avait été profitable à la formation française, aujourd’hui dans le WorldTour. Lotto-Dstny va également reprendre une partie du plan d’Arkéa-Samsic pour s’assurer les points en vue de ces prochaines saisons : placer ses meilleurs coureurs sur des courses rémunératrices, quitte à garder plusieurs leaders sur une même épreuve. Ainsi, Kurt Van de Wouwer a déjà confirmé que tant l’Australien Caleb Ewan que le Belge Arnaud De Lie seront présents au départ de Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Et les deux devraient également courir Milan-Sanremo, ce qui serait une première pour le jeune Wallon, aussi attendu sur Paris-Nice et Paris-Roubaix.

Les jeunes sur les Flandriennes

Lotto-Dstny compte également mettre en avant sa jeunesse, avec Victor Campenaerts comme capitaine de route sur les classiques, au côté du nouveau venu Pascal Eenkhoorn. Le Belge Florian Vermeersch, surprenant deuxième de Paris-Roubaix en 2021, sera parmi les coureurs à suivre durant ce printemps : « Après sa deuxième place, beaucoup de hautes attentes se sont créées autour de Florian Vermeersch. C’était difficile de les atteindre la saison dernière. Je pense que Florian est très motivé à l’idée de débuter cette nouvelle saison. La prochaine étape logique serait de jouer un Top 10 sur toutes les classiques flandriennes », annonce Kurt Van de Wouwer comme objectif réalisable. Autre jeune perle du groupe : le sprinter Cedric Beullens, quatre fois dans le Top 10 d’étapes sur le dernier Tour d’Espagne. « Je pense toutefois que son futur et ses points forts seront sur les classiques flandriennes. Nous allons certainement le voir lors du printemps », prédit encore le manager sportif.

Bref, Lotto-Dstny espère que cette saison 2023 sera celle d’un certain renouveau après l’ère John Lelangue. Le groupe veut profiter de sa belle base de jeunes formés ces cinq dernières années pour construire une équipe belge ambitieuse en vue de la prochaine décennie. Cela passe toutefois par des choix forts, comme ceux posés par Kurt Van de Wouwer. « Les sponsors ont approuvé notre programme. Et si Caleb Ewan gagne sur le Tour Down Under, c’est un coureur de Lotto-Dstny qui gagne », prévient encore le manager sportif à Het Laatste Nieuws. « Notre budget n’a pas baissé. Nous avons décidé de mieux le partager et de mettre plus d’argent dans la performance, avec trois entraîneurs travaillant exclusivement avec l’équipe. Nous avons aussi un nouveau diététicien et nous travaillons désormais avec l’université de Gand », ajoute-t-il, confirmant des changements radicaux dans la philosophie d’une équipe qui semblait reposer jusqu’ici sur ses bases anciennes. Il reste désormais à confirmer que ce changement d’air apportera victoires et prospérité à une équipe en proie aux doutes.

Total
18
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Précédent article
Peloton Montjuic Barcelone - 7e étape Tour de Catalogne 2022 - ASO Manel Montilla

Tour d’Espagne : la Vuelta 2023 démarrera du Port olympique de Barcelone

Article suivant
Grand Départ - Affiche - Tour de France 2024

Le Tour de France 2024 partira d’Italie : trois étapes entre Florence et Turin

Articles similaires