Les chiffres de la saison de cyclo-cross 2020-2021 : Brand, Van der Poel et Aerts ont mené l’hiver

Avec un soleil généreux et des températures atteignant les 20°C, la fin de la saison de cyclo-cross avait des airs estivaux, dimanche dernier à Oostmalle. Une saison raccourcie et perturbée, comme toutes compétitions sportives, par la pandémie de Covid-19. Les organisateurs sont tout de même parvenus à maintenir les principales épreuves du calendrier, offrant ainsi une saison quasiment normale, du moins aux professionnel.le.s. Retour sur un hiver unique d’un sport en pleine évolution.

12

Star de cet hiver, la Néerlandaise Lucinda Brand (Baloise Trek Lions) a pris une nouvelle dimension dans les labourés. Pour ses 30 ans, celle qui a découvert le cyclo-cross en 2015 a tout simplement enchaîné les succès et places d’honneur entre septembre et février. Entre sa première course, le 26 septembre à Lokeren, et sa vingt-unième épreuve, le 16 janvier à Mol, Brand n’a jamais quitté le podium ! Sur toute la saison, elle n’a quitté la boîte qu’à deux reprises (à Hamme le 23 janvier et à Bruxelles le 14 février), et c’était encore pour accrocher une quatrième et une cinquième places. Bref, la Néerlandaise a été la reine de la régularité. Et la reine des victoires, avec 12 succès engrangés sur ces cinq mois de compétition.

Et pourtant, au nombre de bouquets remportés cette saison, Lucinda Brand a connu une sacrée concurrence. La championne d’Europe Ceylin Del Carmen Alvarado (Alpecin-Fenix) a tout de même engrangé 10 victoires cet hiver, alors que Denise Betsema (Pauwels Sauzen-Bingoal), reine des sables, a levé les bras à huit reprises (principalement en fin de saison). Le palmarès est donc majoritairement néerlandais, mais tout de même partagé entre les coureuses qui ont mené toute cette saison.

10

S’il n’a participé qu’à 14 cyclo-cross cet hiver sur moins de deux mois de compétition, le Néerlandais Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix) a encore une fois été un ogre des labourés. Sur ces 14 courses, il a 10 fois levé les bras, et seulement 4 fois conclu à la deuxième place. Une telle régularité est exceptionnelle. Sa première place au classement du nombre de victoires le confirme, tout comme son 4e titre de champion du monde obtenu à Ostende.

Derrière le multiple champion néerlandais, personne n’est à sa mesure. Eli Iserbyt (Pauwels Sauzen-Bingoal), bloqué par une blessure au coude le 26 décembre dernier à Heusden-Zolder, a terminé la saison avec 7 victoires, alors que Wout van Aert (Jumbo-Visma), principal adversaire de Van der Poel, a conclu son hiver avec 5 succès (sur 15 cyclo-cross disputés).

4

Lucinda Brand a réalisé ce qu’aucune coureuse de cyclo-cross n’avait réussi jusqu’ici : un Grand Chelem. Championne du monde pour la première fois de sa carrière à Ostende, elle a également remporté la Coupe du monde (réduite à 5 manches), ainsi que les principaux challenges de régularité du calendrier : le Superprestige (8 épreuves, classement général aux points) et le Trophée X2O Badkamers (8 épreuves, classement général au temps). Même si cela fut serré pour ce dernier classement, finalement remporté pour 5 secondes face à Denise Betsema, après une casse mécanique dans le dernier tour de la manche finale, à Bruxelles.

Chez les hommes, par contre, ce sont quatre vainqueurs différents qui ont été signalés sur ces principaux classements de la saison. Comme lors de la saison 2019-2020. Mathieu Van der Poel est devenu champion du monde à Ostende, Wout van Aert a remporté sa troisième Coupe du monde, Toon Aerts s’est offert la victoire en Superprestige et Eli Iserbyt a triomphé sur le Trophée X2O Badkamers. Un mix logique au vu de la saison réduite de Van der Poel et Van Aert, qui se sont tous les deux concentrés sur les principales courses de l’hiver. Alors qu’Aerts et Iserbyt ont couvert les cinq mois de courses, ne manquant aucune manche des deux compétitions qu’ils ont remporté.

Wout van Aert devant Mathieu Van der Poel - Cyclo-cross Dendermonde 2020 - Alain Vandepontseele

13

Pour la 13e saison consécutive, Sanne Cant (IKO-Crelan) a terminé dans le Top 10 du classement UCI féminin. La championne de Belgique, qui a remporté son douzième titre national à Meulebeke, son unique succès de la saison, a connu une saison mitigée, avec un retour aux affaires en fin de saison. Elle n’a toutefois jamais retrouvé son niveau d’antan, ou a dû faire face à la malchance, comme sur cette chute lors du premier tour du championnat du monde, sur un circuit qui semblait pourtant lui convenir à merveille. Cant va désormais disputer quelques classiques sur route avec l’équipe Ciclismo Mundial (au côté de Ceylin Del Carmen Alvarado notamment), et compte retrouver une meilleure position parmi l’élite mondiale des labourés l’hiver prochain.

76 175

C’est en euros la somme des primes remportées par Toon Aerts (Baloise Trek Lions) tout au long de la saison. L’ex-champion d’Europe a été le coureur le plus régulier de l’hiver, et cela se confirme dans le classement proposé par le quotidien flamand Het Laatste Nieuws. Aerts devance ainsi Eli Iserbyt (68 935 euros), Michael Vanthourenhout (52 250 euros) et les deux stars de la discipline, Wout van Aert (50 600 euros) et Mathieu Van der Poel (46 400 euros). HLN précise d’ailleurs que cette saison, suite à une réglementation de l’UCI autour d’une baisse des primes de départs (une spécificité des cyclo-cross), Aerts et Iserbyt ont mieux gagné leur vie grâce aux primes d’arrivée qu’avec les primes de départ.

22

Soit le nombre de courses proposées pour les juniors garçons (moins de 18 ans), hors championnats nationaux, cette saison. Ce total tombe même à… 4 pour les juniors filles. En Belgique, seules deux courses pour les juniors garçons ont pu être disputées, en octobre, avant que la deuxième vague de Covid-19 bouscule les organisations. Au grand dam des jeunes, qui ont connu une saison quasi blanche. Certaines filles ont tout de même décidé d’enchaîner les courses hivernales parmi les professionnelles (notamment Puck Pieterse ou Fem van Empel (photo), finalement championne du monde chez les espoirs), tout comme certains garçons. De même, les espoirs ont dû participer aux courses pour professionnels pour espérer avoir des jours de course cet hiver. Il reste désormais à croiser les doigts pour la saison prochaine, au risque qu’une génération complète évite les labourés vu les contraintes sanitaires.

Fem van Empel Montée - Cyclo-cross de Baal 2021 - Alain Vandepontseele

Photos : Alain Vandepontseele/Alain VDP Photography

Pin It on Pinterest