Mondiaux de cyclisme sur route : Evenepoel réussit le Grand Chelem avant les pros

Imbattable : Remco Evenepoel a confirmé qu’il était tout simplement le meilleur junior du moment, une classe au-dessus de ses adversaires. Malgré une chute qui l’a retardé à 80 kilomètres de l’arrivée, le coureur belge de 18 ans a profité du travail de ses équipiers pour rentrer puis partir, lâchant un à un ses rivaux, pour terminer par un solo de 20 kilomètres. Comme lors de ses titres belges et européens. Le voici désormais double champion du monde, à l’aube de son passage direct chez les professionnels.

Il était le favori et il n’a pas manqué de le montrer. Et même de l’asséner à chacun de ses coups de pédale. Remco Evenepoel a toutefois eu besoin de plus de soutien que d’habitude. Le leader belge a en effet connu la guigne à 80 kilomètres de l’arrivée, avec une chute qui l’a envoyé à terre et surtout retardé. De nombreux coureurs tentaient d’en profiter, notamment les Italiens et les Allemands, en accélérant le rythme. Mais l’équipe belge restait solidaire malgré les deux minutes de retard et gérait calmement l’écart avec le premier peloton. L’objectif était de remettre Evenepoel sur de bons rails, la sélection noire-jaune-rouge restait bien solide face à cet événement malchanceux. Ilan Van Wilder notamment, réalisait un travail incroyable en tête du peloton pour revenir sur les hommes de tête dans les 45 derniers kilomètres de ce championnat du monde destiné aux juniors. Alors que Van Wilder connaissait une autre chute, dans la descente vers Innsbruck, Evenepoel fuyait lui le peloton avec l’Allemand Mayrhofer et le Tchèque Vacek. Mais le Belge voulait plus.

Dans les deux derniers tours de circuit, le favori brabançon mettait dans le rouge un à un ses adversaires. « J’ai failli les lâcher tous les deux dans la descente mais l’Allemand est revenu dans ma roue. Il ne pouvait pas me donner de relais et j’ai décidé de rouler à mon rythme jusqu’à l’arrivée. Je savais alors que j’allais gagner », confirme-t-il en conférence de presse. À moins de 20 km de l’arrivée, Evenepoel partait ainsi en facteur pour un solo de cinq kilomètres en montée, avant une descente sinueuse et un passage dans la vallée qu’il avalait à toute vitesse malgré la fatigue. Le futur sociétaire de la Quick Step avait même le temps de penser à sa célébration en vue de la ligne d’arrivée. Il décidait finalement face aux supporters en verve de descendre de sa machine pour la soulever en vainqueur : « Comme lors de ma victoire à Kuurne-Bruxelles-Kuurne en début de saison, j’ai voulu lever mon vélo en l’air. Je voulais vraiment faire le doublé ici et couronner une saison fantastique« , explique Evenepoel, qui a remporté tous les titres possibles cette saison. Il n’est même jamais sorti d’un podium depuis le mois de juin. Une véritable machine, qui a finalement accepté de passer directement chez les pros la saison prochaine chez Quick Step, malgré ses 18 ans. « Je pense que c’est un beau palier de franchi. Je vais pouvoir progresser calmement. Cela fait seulement un an et demi que je cours et j’ai encore beaucoup de choses à apprendre », assure le Brabançon, premier champion du monde belge chez les juniors depuis un certain Jasper Stuyven, en 2009.

Chez les juniores, la seule représentante belge du peloton, Shari Bossuyt, n’a pu vraiment faire la différence sur une course sensiblement trop difficile pour une pistarde comme elle. La cycliste de 18 ans a rapidement été décroché face à des filles qui ont joué le titre mondial sur les rudes pentes d’Innsbruck. Bossuyt n’a certes pas eu de chance avec une chute dans le dernier tour, mais elle était déjà à près de deux minutes des leaders. « Je suivais le rythme sans problème. OK, les femmes de tête étaient déjà loin mais j’aurais pu faire mieux qu’une 43e position. J’ai quand même pu remonter de groupe en groupe mais il était trop tard », assure Bossuyt. C’est finalement un groupe de quatre qui a joué la victoire, et c’est finalement la locale du jour, l’Autrichienne Laura Stigger, déjà championne du monde de mountain-bike chez les juniores, qui s’est offert le tricot arc-en-ciel devant la Française Marie Le Net.

Résultats de la course en ligne juniores des championnats du monde de cyclisme sur route (Alpbachtal Seenland > Innsbruck, 70.8 km) :

Résultats de la course en ligne juniors des championnats du monde de cyclisme sur route (Kufstein > Innsbruck, 126.8 km) :

Photo : capture VRT

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Pin It on Pinterest