L’UCI veut professionnaliser le cyclisme féminin : un salaire minimum et un nouveau calendrier

Après l’annonce d’une réforme du cyclisme professionnel masculin, l’Union Cycliste Internationale (UCI) a également confirmé de nouvelles mesures pour professionnaliser le cyclisme féminin.
Peloton dames - La Course by le Tour de France 2018
Peloton dames – La Course by le Tour de France 2018

Après l’annonce d’une réforme du cyclisme professionnel masculin, l’Union Cycliste Internationale (UCI) a également confirmé de nouvelles mesures pour professionnaliser le cyclisme féminin. Un salaire minimum, une nouvelle division et un calendrier remanié sont ainsi au programme pour permettre à une majeure partie des cyclistes de vivre de leur sport.

Dès 2020, il y aura du changement dans le peloton féminin, annonce l’UCI. Après l’introduction du calendrier WorldTour, rassemblant les meilleures épreuves du calendrier, en 2017, la fédération internationale annonce désormais des changements structurels pour professionnaliser le cyclisme féminin. Le développement de la discipline est de plus en plus important, avec l’augmentation des diffusions en direct de ces courses en télévision et une couverture médiatique plus importante, mais l’UCI a encore de sacrés chantiers en vue pour que l’égalité hommes-femmes soit parfaitement respecté dans le cyclisme moderne. Voici donc les changements proposés par la fédération présidée par David Lappartient.

Les équipes

À partir de 2020, une nouvelle division sera créée : l’UCI Women’s WorldTeams. Soit une division similaire au WorldTour masculin. Ces WorldTeams auront le droit de participer à l’ensemble des épreuves du WorldTour féminin. Une seconde division comprendra les UCI Women’s Continental Teams, qui pourront bénéficier d’invitations pour participer aux épreuves les plus prestigieuses du calendrier, selon un quota que l’UCI doit encore préciser.

En outre, toutes les équipes professionnelles seront tenues d’offrir un salaire minimum à l’ensemble des cyclistes. Ce salaire minimum est le grand changement attendu : déjà mis en place depuis une quinzaine d’années chez les hommes, il n’était pas encore prévu chez les dames, laissant certaines cyclistes dans une certaine précarité, et avec un statut de semi-professionnelle, difficile à gérer face à celles bénéficiant des contrats les plus généreux du peloton.

Le calendrier

Le calendrier cycliste féminin va également subir quelques changements en 2020. Désormais, les différentes courses seront divisées en quatre catégories : l’UCI Women’s WorldTour, les courses de l’UCI ProSeries, les classes 1 et les classes 2. Soit un modèle similaire à ce qui sera lancé chez les hommes dès 2019. L’UCI veut donc clairement homogénéiser l’ensemble de ses structures sur route, et espère ainsi donner un accès égal aux hommes et aux femmes aux épreuves organisées tout au long de la saison, ainsi qu’aux courses organisées par l’UCI ou lors des Jeux olympiques. Les primes seront également bientôt égales entre les hommes et les femmes sur plusieurs épreuves.

La fédération internationale a également annoncé son désir d’arriver à la parité du nombre d’athlètes par discipline qualifiés pour les Jeux olympiques de Paris, en 2024. Soit qualifier le même nombre d’athlètes masculins et féminins pour ces J.O. Bref, le mouvement pour l’égalité hommes-femmes au sein du cyclisme continue de progresser.

Photo : ASO/Thomas Maheux

Total
0
Shares

Les commentaires sont fermés.

Précédent article
Podium Contre-la-montre Championnats du monde 2018 - Tom Dumoulin Rohan Dennis Victor Campenaerts

Mondiaux de cyclisme sur route : Dennis repousse Dumoulin, Campenaerts écrit l’histoire belge

Article suivant
Remco Evenepoel - Champion du monde Juniors 2018

Mondiaux de cyclisme sur route : Evenepoel réussit le Grand Chelem avant les pros

Articles similaires
Remco Evenepoel Leader 17e étape - Tour d'Espagne Vuelta 2022 - ASO Unipublic Sprint Cycling Agency Rafa Gomez

Les chiffres de la saison 2022 sur route : Evenepoel, Pogacar et Wiebes au sommet

La saison 2022 a été palpitante sur la route, les coureurs offensifs dominent encore le cyclisme actuel. Chez les hommes, Pogacar et Evenepoel affolent les compteurs. Du côté des sprinters, c'est Jakobsen qui engrange le plus de victoires. Chez les femmes, domination absolue au nombre de victoires de Lorena Wiebes, la reine du sprint.
Lire plus