Boris Vallée : « L’équipe est toujours contente de moi »

Arrivé en début de saison chez Wanty-Groupe Gobert, Boris Vallée est apparu plus en retrait qu’à l’accoutumée, délaissant les sprints au profit d’un travail collectif qui a souvent payé ses fruits, notamment sur les courses par étapes. S’il avoue quelques moments « sans » durant cette première partie de saison, le coureur liégeois se dit heureux de son arrivée chez Wanty-Groupe Gobert et l’équipe le lui rend bien. Entretien avec un équipier-modèle.

Boris, quand on regarde votre palmarès cette saison, celui-ci montre beaucoup de résultats en dents de scie. Comment cela s’explique-t-il ?

« J’ai beaucoup roulé pour l’équipe en début de saison. C’est le jeu évidemment. J’ai été sur des courses en très grande condition, où des équipiers étaient aussi en grande forme. Je pense au Tour du Luxembourg ou au Circuit de la Sarthe où on a joué la gagne au classement général. C’était aussi un gros travail d’équipe. On ne gagne pas un classement général comme ça. Mais c’est certain que j’ai eu des moments sans durant la saison, et ceux-là se font vite remarquer. »

Et sur ce Tour de Wallonie, vous vous sentiez en meilleure forme ?

« Avant le Tour de Wallonie, j’ai réalisé un stage intensif à Livigno, en Italie. J’ai peut-être fait un peu trop d’efforts. Je n’ai pas pu récupérer comme il fallait. Sur le Tour de Wallonie, c’était ma course de reprise et vu la chaleur, j’ai connu un coup de chaud. Après ma chute au championnat de Belgique, sur lequel j’étais arrivé au top de ma condition car c’était mon grand objectif de la saison, j’ai connu une énorme déception. Je suis heureusement sorti de l’hôpital sans fracture ni rien. C’est pour ça que je suis parti à Livigno, mais j’ai roulé trop fort et j’en paye les pots cassés aujourd’hui. »

Êtes-vous déçu de votre prestation sur cette course ?

« Ce Tour de Wallonie était en tout cas très dur par rapport à ces dernières années. Je sais qu’on attendait beaucoup de moi sur ce Tour de Wallonie vu mes précédentes prestations. Mais on ne peut pas faire ça chaque année. On le voit avec les leaders des courses par étapes. »

Quel sera la suite de votre programme ?

« Je serai prochainement au Tour du Limousin, qui n’est pas forcément à mon avantage mais deux étapes devraient quand même me convenir et j’espère y faire quelque chose de bien. »

Qu’est-ce que cette saison peut encore vous offrir ?

« Si j’arrive à décrocher l’une ou l’autre victoire, cela devrait m permettre de mettre en route, mais je pense que ma saison n’est pas optimale au niveau des résultats mais au niveau prestation, je ne pense pas avoir été médiocre. L’équipe et mes équipiers sont toujours contents de moi en tout cas. »

Photo : Wanty-Groupe Gobert

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest