Quatre Jours de Dunkerque : Greipel se rassure, Claeys prend sa revanche

Pendant que les grimpeurs s’en donnaient à cœur joie sur les hauteurs italiennes, les routes du Nord voyaient également des forçats de la route défiler en peloton le temps de six étapes. Sur les Quatre Jours de Dunkerque, le maillot rose a été âprement disputé, des pavés du Mont Cassel aux berges de la Côte d’Opale. Avec deux retours marquants : André Greipel, vainqueur de deux étapes, et Dimitri Claeys, lauréat du classement général.

Pour se remettre en jambes, rien de mieux que quelques jours dans le nord de la France pour enchaîner les kilomètres. Les Quatre Jours de Dunkerque apparaissent comme une alternative idéale pour une reprise, alors que les candidats au Tour d’Italie s’écharpent déjà dans la montagne. Dans les plaines des Hauts-de-France, les sprinters peuvent préparer leur train et sur les quelques côtes glanées près des Ardennes flamandes, les puncheurs retrouvent un air de classique. L’épreuve a en tout cas permis de redonner confiance à certains coureurs. À commencer par Nacer Bouhanni (Cofidis). Mis sous pression par son équipe en raison d’un début de saison décevant, le sprinter a eu du mal à se refaire la cerise sur les deux premières étapes. Il a finalement profité du travail exceptionnel de son équipier Geoffrey Soupe pour remporter la troisième étape : une libération avant d’envisager une participation au Tour de France. Il faudra en tout cas plus qu’une victoire au sprint pour prendre part à la course au maillot vert, en juillet.

Greipel le puncheur

Autre sprinter attendu cet été, André Greipel (Lotto-Soudal) a également affiché sa meilleure condition. Blessé à la clavicule après une chute sur Milan-Sanremo, le coureur allemand a manqué toute la campagne des classiques et n’a donc repris la compétition qu’après sept semaines sans la moindre course dans les jambes. Et pourtant, le « Gorille de Rostock » a fait mieux que prester dans le peloton. S’il n’était pas encore certain d’être à 100 % à Dunkerque, il a tout de même réussi à remporter le sprint massif de la deuxième étape à Soissons avant d’impressionner tous les observateurs sur l’étape-reine du Mont Cassel. Au sommet de la cité nordiste, il a explosé tous ses adversaires de l’échappée matinale pour s’imposer en solitaire sur les pavés. « J’avais aussi gagné une étape vallonnée sur le Tour du Luxembourg, donc c’est assez nouveau pour moi. Je suis heureux de pouvoir dire que j’ai gagné sur une arrivée au sommet », rigolait-il au terme de cette 5e étape. Finalement deuxième du général, le sprinter teuton s’est bien rassuré avant de s’élancer sur le Tour de Belgique et le Tour de Suisse, dernières courses de préparation avant le Tour de France.

Claeys le revenant

Présent dans l’échappée décisive de l’étape du Mont Cassel et deuxième sur ce même tronçon, le Belge Dimitri Claeys (Cofidis) a également réussi son retour à la compétition. Après avoir manqué une bonne partie des classiques en raison d’une fracture au coccyx survenue à la suite d’une chute sur le Grand Prix de Denain, le 18 mars dernier, le Gantois de 30 ans a pris le maillot rose suite à cette place d’honneur à Cassel et ne l’a ensuite plus quitté. « J’étais en très bonne forme en février et prêt pour les classiques mais ma chute à Denain a tout perturbé », expliquait-il samedi. Sur la dernière étape, l’équipe Cofidis a fait le gros dos pour protéger son nouveau leader et annihilé toute tentative d’attaque d’un outsider. Claeys s’est finalement imposé malgré les tentatives de Greipel dans les sprints de bonification : le coureur belge devance son rival allemand d’une seule seconde. « Je sais que je dois faire des bons résultats pour être dans la sélection pour le Tour de France. Ces résultats sont très importants pour moi », confie le Flandrien, heureux d’enfin retrouver confiance après un printemps pourri.

Résultats de la 6e étape des 4 Jours de Dunkerque (Coulogne > Dunkerque, 169.8 km) :

Photo : RCS Sport/La Presse/Massimo Paolone

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest