Tour des Flandres : Quick Step fait le nombre, Terpstra en profite

« Un rêve » : voici comment Niki Terpstra décrivait l’idée de gagner un jour le Tour des Flandres, neuf jours après avoir remporté en patron le GP E3. De la répétition générale à la grand-messe de ce dimanche, le Néerlandais n’a pas manqué ce nouveau rendez-vous avec son rêve. Grâce à une nouvelle leçon collective des Quick Step, le cycliste batave a sorti la bonne attaque, au bon endroit, au bon moment, et permis à l’équipe belge de confirmer son printemps exceptionnel. Un printemps de rêve, finalement.

Comment remporter le Tour des Flandres quand vous avez déjà réussi un coup de maître un an plus tôt et que votre équipe est attendue pour prendre ses responsabilités à l’avant du peloton, avec toute la pression qui en découle ? La Quick Step devait faire face à cette épineuse équation à l’aube du Tour des Flandres. Après le solo exceptionnel de Philippe Gilbert en 2017, réussi grâce à un superbe effort collectif, et les vingt victoires déjà enregistrées par le groupe en 2018, il était difficile pour les hommes en bleu et blanc d’échapper à une intense surveillance de la part de leurs adversaires sur cette 102e édition du Tour des Flandres. D’ailleurs, la Quick Step ne fuyait pas ses responsabilités en début de course et mettait Tim Declercq et Iljo Keisse au turbin durant les premières heures de course, avant… de rester dans les roues. C’est bien simple : pendant que les offensives s’enchaînaient timidement dans le peloton au terme du passage sur le Mur de Grammont, les coureurs de l’équipe belge se montraient plus discrets.

Certains s’étonnaient même de ne pas voir la Quick Step mettre un peu plus de pions aux avant-postes lorsque Mads Pedersen (Trek-Segafredo), Sebastian Langeveld (EF Education First-Drapac) et Dylan van Baarle (Sky) prenaient leur distance à près de 50 kilomètres de l’arrivée. Ils étaient en effet toujours à quatre, le quatuor qui avait déjà fait des étincelles sur toutes les classiques flandriennes jusqu’ici : Niki Terpstra, Philippe Gilbert, Zdenek Stybar et Yves Lampaert. Tout en discrétion, à une trentaine de secondes du trio de tête. Puis, alors que les offensives des favoris s’enchaînaient dans le dernier circuit, entre le Taaienberg et le Kruisberg, Niki Terpstra sortait du bois au moment où l’Italien Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida) faisait sensation avec une attaque puissante. Puissante mais sans commune mesure avec les watts dégagés par Terpstra, qui lâchait en quelques instants son confrère italien et filait en solitaire derrière le groupe de tête.

Niki Terpstra n’avait alors plus à s’inquiéter d’une éventuelle poursuite. Il débordait Pedersen, Langeveld et van Baarle dans le Vieux Quaremont pendant que ses équipiers protégeaient son échappée en bloquant toute tentative de contre. La sortie de Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) n’y changeait rien, Philippe Gilbert et Zdenek Stybar veillaient au grain. Et même si Pedersen ne désespérait pas derrière Terpstra et restait en poursuite à une vingtaine de secondes du coureur batave, rien ne semblait empêcher la Quick Step de célébrer une nouvelle victoire sur son territoire. Nouveau roi des Flandriens, Niki Terpstra venait ainsi parfaire son palmarès déjà garni de Paris-Roubaix et de l’E3 avec ce succès parfaitement maîtrisé sur le Tour des Flandres. « C’est juste un rêve », lançait, ému, le coureur néerlandais à l’antenne, quelques minutes après avoir réalisé un dernier effort victorieux. « Gagner Paris-Roubaix et le Tour des Flandres, c’est juste un rêve que j’avais quand j’étais un gamin. J’ai toujours été fou de ce type de courses. Les avoir toutes les deux dans mon palmarès, c’est indescriptible ».

Et pour célébrer la 21e victoire de l’équipe Quick Step cette saison, et le 10e succès d’un homme de l’écurie de Patrick Lefevere sur le Ronde, Philippe Gilbert s’ajoutait à la fête en se classant en troisième place derrière l’impressionnant Mads Pedersen, à peine 22 ans et déjà deuxième à Audenarde. Derrière, on ne pouvait qu’admettre la défaite, difficile mais pas inacceptable. « C’était compliqué aujourd’hui », raconte ainsi Greg Van Avermaet. « Gagner reste difficile pour l’instant. J’ai manqué de jus dans certaines portions, notamment dans le Paterberg. Je me sens de mieux en mieux donc on verra pour dimanche (NDLR : à Paris-Roubaix) ». Le champion olympique reste philosophe : « Je ne peux pas me plaindre de ma course, on a beaucoup de coureurs qui sont à un très bon niveau, je crois que c’est cela qui est différent par rapport à l’an dernier ».

Lire aussi : Le résumé du Tour des Flandres dames, remporté par Anna van der Breggen

Autre surprise du classement, le champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert (Vérandas Willems-Crelan) affichait un sourire satisfait après sa 9e place conquise après plus de 265 kilomètres aux avant-postes. Un test réussi, donc, pour sa première participation au Tour des Flandres : « C’était bien différent de tout ce que j’ai connu jusqu’ici, il ne s’agit pas simplement de bien se positionner. Les côtes font vraiment mal, il faut réussir à tenir la distance », confirme Van Aert. « J’avais l’ambition et le rêve de terminer dans le Top 10, donc c’est une belle prestation ». Surtout après l’hiver que le spécialiste des labourés a réussi : « Je suis content de ce que j’ai pu réaliser durant ce printemps, après je ne sais pas encore comment je vais combiner à l’avenir ». Il reste encore Paris-Roubaix à découvrir, une épreuve sur laquelle les Quick Step seront encore attendus en première ligne. Avec cette fois Philippe Gilbert en tête de gondole ? Sur le podium, le Remoucastrien était en tout cas le plus applaudi et le plus salué. De quoi donner un peu plus de confiance.

Résultats de la 102e édition du Tour des Flandres (Anvers > Audenarde, 264.7 km) :

Photo : capture VRT/Flanders Classics

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest