Mondial Valkenburg 2018 – U23: La démonstration d’Eli Iserbyt pour un second titre

C’est sous les flocons de neige que retentissait la Brabançonne, la seconde des Mondiaux (et peut-être pas la dernière…), pour la superbe démonstration d’Eli Iserbyt sur le circuit de Valkenburg. Disposant du local Joris Nieuwenhuis et du Français Yan Gras, le Belge ne fut jamais inquiété. Pour sa part, Thomas Pidcock passait complètement à côté de ce championnat.

Comme en Juniors, avec le Suisse Loris Rouiller, les U23 hommes disposaient d’un favori numéro 1, en la personne de Thomas Pidcock. Ces deux-là se sont planté, et c’est en pleures que le Britannique soulignait: ″Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. A off-day. Dès le départ je n’ai pas été dans le coup, je ne sais pas l’expliquer. Ensuite, il y a eu les chutes, les glissades, et plus de force dans les jambes. Je suis très triste.″

En effet, dès l’envolée, Thomas Pidcock se retrouvait dans le peloton (en 10e), alors que devant le Français Antoine Benoist menait la meute, en compagnie des Néerlandais Nieuwenhuis et Wouters, mais aussi Eli Iserbyt. Ce sera Joris Nieuwenhuis qui lança véritablement les opérations, en plaçant une attaque dans ce premier circuit. La réplique vient de Iserbyt, qui pointe à 5″ au franchissement de la ligne. Derrière, un trio  composé de Wouters, et les Français Benoist et Gras, sont déjà à plus de 20″.

Sur ce terrain, moins glissant que la veille, mais tout aussi piègeux, le premier des favoris à se retrouver au sol n’était autre que le champion sortant, qui permettait au Belge de revenir dans les roues. Un changement de machine, puis de chaussures auront raison de Nieuwenhuis qui devait laisser filer Iserbyt, pour ne plus jamais se rapprocher à moins de 20″. Il sera même rattrapé par Yan Gras, dans les deux derniers tours, mais aura quand même la force d’aller chercher l’argent.

A l’arrière de ce trio pour le podium, on retrouve un moment Wouters, Benoist, Aerts, Toupalik et Pidcock. Mais ce dernier, alors que l’on pouvait penser à une remontada, continuait sa galère, et prenait des bains de boue à envoyer son vélo à quelques mètres. Un jour sans, comme il le disait après l’arrivée, et oui, cela arrive même aux meilleurs. Le Tchèque Adam Toupalik, celui-là qui, voici deux ans, se croyait champion du monde, alors qu’il restait un tour -et victoire d’Iserbyt- revenait dans le sillage de Gras, sans toutefois parvenir à venir l’inquiéter pour le bronze.

dav

Eli Iserbyt: ″Je ne peux pas y croire. C’était une course de rêve, je ne réalise pas encore. Je savais que Nieuwenhuis était très fort, mais le terrain était mieux pour moi, moins glissant qu’hier. En ce moment, je suis très heureux. Un second titre pour la Belgique, c’est très bien pour l’équipe, et pour notre coach Sven Vanthourenhout.″

Le Top-7:

  1. Eli Iserbyt en 50’54″
  2. Joris Nieuwenhuis à 28″
  3. Yan Gras à 35″
  4. Adam Toupalik à 1’25″
  5. Thijs Aerts à 1’44″
  6. Antoine Benoist à 1’55″
  7. Sieben Wouters à 2′

Les résultats complets

Robert Genicot

Correspondant de presse depuis 1978. Administrateur de l'APFJS (Association Professionnelle Francophone des Journalistes Sportifs), aile francophone de Sportspress. Fondateur et rédacteur en chef du site Cycling-Review.eu en 2005 devenu CyclismeRevue en 2008.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest