Liège-Bastogne-Liège 2022 : notre présentation complète de la 108e édition

Parcours, favoris, directs TV… : découvrez notre présentation de la 108e édition masculine de Liège-Bastogne-Liège, le 24 avril 2022.
Victoire Tadej Pogacar - Liège-Bastogne-Liège Hommes 2021 - ASO Aurélien Vialatte
Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) gagne au sprint Liège-Bastogne-Liège 2021 – Photo : ASO/Aurélien Vialatte

Avec plus de 4 000 mètres de dénivelé et 255 kilomètres sur des routes qui ne cessent jamais de monter et de descendre, Liège-Bastogne-Liège reste la classique la plus corsée du printemps. Elle est pourtant, ces dernières années, l’une des plus simples à décoder : les favoris attendent pour la plupart la Roche-aux-Faucons pour mettre la pagaille dans le peloton. Cela changera-t-il cette année avec la participation de spécialistes de l’attaque ? Les supporters croisent les doigts.

Le parcours

Le tracé de cette 108e édition de Liège-Bastogne-Liège connaît peu de changements par rapport à l’an dernier. La principale modification concerne le départ de l’épreuve : en raison des travaux de construction du nouveau tram dans le centre-ville de Liège, les coureurs ne partiront pas de la place Saint-Lambert, mais du site d’arrivée depuis deux ans, sur le quai des Ardennes, non loin du centre commercial de Belle-Île. Cela ne changera pas le début de course, avec un départ réel au pied de la montée d’Embourg. Les partisans de l’échappée matinale devront donc être bien échauffés avant d’envisager une attaque sur cette pente entre 2 et 4%. Cette entame annonce tout simplement les 257 kilomètres de cette classique : cela va grimper et descendre au tout au long de la journée, sans véritable coup d’arrêt.

Les traditions seront respectées durant la première partie de course avec un passage sur la côte de La Roche-en-Ardenne, sur le rond-point de la Doyenne à Bastogne et sur le Mur Saint-Roch. La course devrait s’animer à près de 90 kilomètres du but avec l’arrivée sur les principales difficultés du jour. Après un apéritif sur un long faux-plat montant menant au pied de la côte de Mont-le-Soie (1,7 km à près de 8% de moyenne), le peloton enchaînera avec la trilogie historique de Wanne, Stockeu et Haute-Levée. Cet enchaînement ne devrait pas provoquer d’attaques : celles-ci seront surtout attendues dans la montée suivant le sommet de la Haute-Levée. Il faudra toutefois de la puissance pour s’extirper du peloton sur une telle nationale, avant une descente rapide vers le col du Rosier, l’ascension la plus longue du jour avec ses 4,4 kilomètres à près de 6% de moyenne.

Après une descente rapide et technique vers Spa, le peloton retrouvera la côte de Desnié, dévoilée l’an dernier. Cette ascension de 1,6 km à 8,1% de moyenne est plus raide que le Maquisard et peut permettre à des puncheurs d’anticiper l’arrivée sur Remouchamps. À l’arrivée dans les 40 derniers kilomètres, place à la côte de la Redoute, l’un des juges de paix de la Doyenne. Cette côte de  2 km à 8,9%, avec ses nombreux passages entre 13 et 16%, risque de largement dégraisser le peloton en préparation du final. La suite du parcours ne sera toutefois pas une partie de plaisir : après une descente sur Sprimont, les coureurs devront grimper le Thier du Hornay et son kilomètre à plus de 5% de moyenne, avant la descente vers Méry pour la dernière montée de l’épreuve.

La décision se fera donc sur la côte de la Roche-aux-Faucons, l’une des plus difficiles du jour. Si la montée répertoriée est annoncée sur 1,3 kilomètre à 11% de moyenne, le peloton ne devra pas se reposer au sommet. Les coureurs descendront sur Avinster sur à peine un kilomètre avant la deuxième partie de l’ascension vers Boncelles qui fera encore plus mal. Près de deux kilomètres à 5% de moyenne et des passages à 9% pour une dernière tentative de s’isoler avant la descente vers Liège ! Car après deux kilomètres sur un plateau, la descente suivante sera rapide et technique jusqu’au pont au-dessus de l’Ourthe, qui annonce le dernier kilomètre. Avant les 700 derniers mètres en ligne droite sur le quai des Ardennes. Pour célébrer en solitaire ou préparer un sprint comme ces deux dernières saisons.

Présentation des coureuses : le samedi 23 avril entre 13h30 et 16h30 et le dimanche 24 avril entre 9h05 et 10h05 sur le quai des Ardennes à Liège

Départ fictif : 10h15 sur le quai des Ardennes à Liège

Départ réel : 10h20 sur la N30 à Chênée, après 2,6 km en défilé

Distance : 257,1 kilomètres

Les difficultés du jour :

Côte 1 – Km 76,7 : Côte de La Roche-en-Ardenne (2,8 km à 6,2% de moyenne)
Côte 2 – Km 124,1 : Côte de Saint-Roch (1 km à 11,2%)
Côte 3 – Km 167,9 : Côte de Mont-le-Soie (1,7 km à 7,9%)
Côte 4 – Km 176,2 : Côte de Wanne (3,6 km à 5,1%)
Côte 5 – Km 182,8 : Côte de Stockeu (1 km à 12,5%)
Côte 6 – Km 187,0 : Côte de la Haute Levée (2,2 km à 7,5%)
Côte 7 – Km 201,2 : Col du Rosier (4,4 km à 5,9%)
Côte 8 – Km 214,5 : Côte de Desnié (1,6 km à 8,1%)
Côte 9 – Km 227,7 : Côte de la Redoute (2 km à 8,9%)
Côte 10 – Km 243,8 : Côte de la Roche-aux-Faucons (1,3 km à 11%)

Arrivée : entre 16h36 et 17h17 sur le quai des Ardennes à Liège

➡️ Cliquez ici pour découvrir le parcours sur notre carte interactive ainsi que l’itinéraire-horaire complet

 

Profil - Liège-Bastogne-Liège Hommes 2022 - ASO Carte - Liège-Bastogne-Liège Hommes 2022 - ASO

Les favoris

Vainqueur en sprinter sur l’édition 2021, le Slovène Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) sera à nouveau attendu comme le principal favori de cette Doyenne, ce dimanche. Ses performances en ce début de saison (victoires sur l’UAE Tour, Strade Bianche et Tirreno-Adriatico) et sa surprenante quatrième place sur le Tour des Flandres le placent comme l’homme le plus surveillé du peloton. Il a en prime la connaissance de ce parcours sur lequel il a déjà obtenu deux podiums dont une victoire. S’il a calé sur le Mur de Huy, mercredi lors de la Flèche Wallonne, Pogacar sait que les routes de la Doyenne sont plus adaptées à ses qualités. S’il est explosif, il n’a pas cette capacité à atteindre un pic intense sur des pentes à plus de 10% comme Roglic ou Alaphilippe. Cela ne l’empêchera pas de faire sa place aux avant-postes sur cette course d’endurance. La seule interrogation concerne sa préparation : le Slovène s’est rendu dans son pays en urgence, jeudi, pour épauler sa compagne, Urska Zigart, qui a perdu sa maman. En l’absence de Tadej Pogacar, qui s’est rendu en Slovénie pour soutenir sa compagne Urska Zigart qui vient de perdre sa maman, l’équipe UAE Team Emirates comptera sur le Suisse Marc Hirschi et l’Espagnol Marc Soler.

Et si certaines équipes anticipaient enfin les dernières ascensions de la Doyenne pour mettre en difficulté les favoris ? La formation belge Quick Step-Alpha Vinyl pourrait mener cette stratégie pour sauver son printemps des classiques. Le champion du monde Julian Alaphilippe, qui attend toujours une première victoire à Liège, sera bien le leader de l’équipe. Il pourra cette fois compter sur un groupe offensif et capable de mener des attaques explosives bien avant le final. À l’image du Brabançon Remco Evenepoel, qui participe à sa première Doyenne mais qui a enchaîné depuis deux ans les entraînements intensifs sur les côtes ardennaises. Le coureur de 22 ans peut profiter de côtes qui lui permettent d’exprimer sa puissance comme la Haute-Levée ou le Rosier pour bouleverser les habitudes du peloton de Liège-Bastogne-Liège. Alors que Mauri Vansevenant, 22 ans également, peut faire la différence sur des côtes plus raides.

Autre équipe portée sur l’offensive : la Jumbo-Visma. Sans Roglic au départ, la formation néerlandaise se concentrera sur le champion de Belgique Wout van Aert, deuxième de Paris-Roubaix. Privé du Tour des Flandres, Van Aert a dû se rabattre sur la fin du printemps et a désormais l’occasion de confirmer ses qualités sur les classiques plus vallonnées. Tout terrain, le coureur de Herentals peut clairement jouer un rôle parmi les habituels favoris. Il sera soutenu par son habituel équipier sur les Flandriennes Tiesj Benoot et, s’il est remis depuis la Flèche Wallonne, du grimpeur danois Jonas Vingegaard, autre outsider sur ces routes. L’équipe Bahrain Victorious peut également mener cette même philosophie. Elle aura un autre statut sur cette Doyenne avec la récente victoire de Dylan Teuns sur la Flèche Wallonne. Le coureur belge sera surveillé vu ses récentes prestations, mais ses équipiers Wout Poels, vainqueur en 2016, et Matej Mohoric, vainqueur de Milan-Sanremo cette saison, peuvent également anticiper.

Malgré ses 42 ans, l’Espagnol Alejandro Valverde (Movistar) a confirmé qu’il n’avait rien perdu de ses qualités dès que la pente s’élève, sur des routes qu’il connaît par coeur. Le duadruple vainqueur de Liège-Bastogne-Liège devra toutefois s’arracher pour briller face à des concurrents plus explosifs, qui l’ont déjà mis en difficulté ces dernières années. Son équipe pourra le sconder avec le grimpeur et autre outsider, Enric Mas. L’équipe Bora-Hansgrohe sera pour sa part au complet et se mettra au service du Russe Aleksandr Vlasov, troisième de la Flèche Wallonne. À 25 ans, il va découvrir Liège-Bastogne-Liège et sera à surveiller sur les côtes du final. L’effectif de l’équipe allemande compte également sur le champion de Colombie Sergio Higuita et le grimpeur australien Jai Hindley pour mettre la pagaille dans le peloton.

L’équipe INEOS Grenadiers aura cette même idée en tête avec le Colombien Daniel Martinez en leader et le Polonais Michal Kwiatkowski comme joker qui peut tirer son épingle du jeu, à l’image de ce qu’il a réalisé sur l’Amstel Gold Race. Du côté d’Israel Premier Tech, on tentera surtout de suivre les bons coups avec le Canadien Michael Woods, sixième sur la Flèche Wallonne, et le Danois Jakob Fuglsang, alors que l’Australien Simon Clarke peut espérer une bonne place en cas de sprint du côté de Liège. Surtout, l’équipe a besoin de résultats probants dans sa lutte pour rester dans le WorldTour. L’équipe Lotto-Soudal, par exemple, n’aura pas autant d’occasions d’engranger des points importants sur cette Doyenne et comptera avant tout sur une place d’honneur de Tim Wellens, alors que Philippe Gilbert fera ses adieux à ses supporters sur les terres de son succès en 2011.

La liste des outsiders se prolonge avec Benoît Cosnefroy (Ag2r Citroën Team), qui a enchaîné les deuxièmes places sur le Circuit de la Sarthe, l’Amstel Gold Race et la Flèche Brabançonne avant de connaître une montée plus difficile du Mur de Huy, mercredi dernier. Liège-Bastogne-Liège peut lui convenir s’il est bien placé dans le final. De même pour le Français Warren Barguil (Arkéa-Samsic), qui peut briller grâce à son esprit offensif. Le Français Guillaume Martin (Cofidis) est également à citer avec son équipier Ion Izagirre. Le Danois Søren Kragh Andersen (DSM) sera aussi attendu avec son équipier français Romain Bardet, en verve sur le récent Tour des Alpes. L’Italien Vincenzo Nibali (Astana Qazaqstan Team), s’il n’a plus l’explosivité d’antan, n’est pas à négliger non plus, pas plus que son compatriote Domenico Pozzovivo (Intermarché-Wanty-Gobert), bien aidé par le Belge Quinten Hermans. Le Français Alexis Vuillermoz (TotalÉnergies) est également à citer parmi les outsiders, tout comme le Belge Xandro Meurisse (Alpecin-Fenix), le Colombien Rigoberto Uran (EF Education-EasyPost) ou le Néerlandais Bauke Mollema (Trek-Segafredo).


Vous appréciez cette présentation ?

CyclismeRevue est un site mis à jour par une équipe bénévole qui transmet sa passion cycliste aux fans via des articles gratuits. Si vous souhaitez nous soutenir et nous aider à améliorer notre site et aider nos rédacteurs bénévoles, vous pouvez nous aider à partir de 1 euro sur uTip ! Cliquez ici pour atteindre uTip et merci pour votre soutien 🙏


La liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants

Le palmarès :

2012 Maxim Iglinskiy (Kaz)
2013 Daniel Martin (Irl)
2014 Simon Gerrans (Aus)
2015 Alejandro Valverde (Esp)
2016 Wout Poels (P-B)
2017 Alejandro Valverde (Esp)
2018 Bob Jungels (Lux)
2019 Jakob Fuglsang (Dan)
2020 Primoz Roglic (Slo)
2021 Tadej Pogacar (Slo)

La météo

Le ciel sera nuageux avec un mélange d’averses en matinée et d’éclaircies en cours de journée. Les températures fluctueront entre 8 et 10°C en matinée et entre 13 et 15°C dans l’après-midi. Le vent soufflera d’est à nord-est entre 15 et 25 km/h.

Les directs TV

  • En direct dès 13h35 sur La Une et dès 13h15 sur RTBF Auvio
  • En direct dès 14h30 sur Één et dès 13h30 sur Sporza.be
  • En direct dès 15h15 sur France 3 et France.tv
  • En direct dès 13h30 sur Eurosport 2, Eurosport Player et GCN+

Pour profiter de ces retransmissions télévisées depuis l’étranger, n’hésitez pas à utiliser NordVPN, un programme vous permettant de rejoindre des réseaux privés virtuels protégés dans le monde entier. Pour accéder à ces retransmissions télévisées depuis le monde entier, un VPN peut vous aider, tout en vous protégeant. NordVPN vous propose un abonnement de deux ans pour seulement 3,49 €/mois ! Tout abonnement à NordVPN est un soutien supplémentaire à CyclismeRevue.

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Précédent article
Podium - Annemiek van Vleuten Demi Vollering Elisa Longo Borghini - Liège-Bastogne-Liège Femmes 2021 - ASO Gautier Demouveaux

Liège-Bastogne-Liège Femmes 2022 : notre présentation complète de la 6e édition

Article suivant
Annemiek van Vleuten Vainqueure - Liège-Bastogne-Liège Femmes 2022 - ASO Romain Laurent

Liège-Bastogne-Liège Femmes : Van Vleuten conclut le “meilleur printemps” de sa carrière par un deuxième succès

Articles similaires