Paris-Roubaix : notre présentation complète de la 119e édition

Parcours, favoris, directs TV… : découvrez notre présentation de la 119e édition masculine de Paris-Roubaix, le 17 avril 2022.
03/10/2021 – Paris-Roubaix – Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix), Sonny COLBRELLI (Bahrain Victorious)

L’Enfer du Nord se dévoile sous un jour ensoleillé, pour une édition bien différente de la surprise automnale de 2021. Elle se voudra également bien plus imprévisible vu le nombre de favoris au départ de cette classique flandrienne, disputée deux semaines après le Tour des Flandres, une anomalie du cyclisme contemporain.

Le parcours

Entre Compiègne et le vélodrome de Roubaix, l’Enfer du Nord change rarement de profil. Sur les 257 kilomètres programmés entre la cité de l’Oise et la ville du Nord, les nouveaux secteurs pavés sont rares, tout comme les bouleversements. ASO, organisateur de l’épreuve, aime évidemment découvrir de nouveaux chemins de campagne pour bousculer les habitudes. Mais ce n’est pas forcément pour cette année, du moins pas dans la finale. Cette 119e édition fait en effet 300 mètres de plus à peine que la précédente, en raison de quelques modifications de route dans le Cambrésis, en début de course.

Le départ de Compiègne reste bien traditionnel avec plus de 85 kilomètres vers le nord, sur de longues chaussées dégagées. Avec le souffle d’Éole qui sera principalement de côté, il ne sera pas surprenant de voir le peloton se briser en plusieurs groupes si les accélérations se font puissantes. Avant que le peloton aborde le premier secteur pavé de la journée, celui de Troisville à Inchy, à plus de 150 bornes de l’arrivée. Les quatre tronçons différents de l’an dernier s’annoncent un peu plus loin entre Vertain et Quéranaing, soit les secteurs 26 à 23. Ce ne seront pas les plus rudes, avec des difficultés annoncées entre 2 et 3 étoiles, mais ces secteurs assez proches l’un de l’autre peuvent permettre de mettre le peloton dans le rouge avant l’approche de la célèbre Trouée d’Arenberg, cette terrible ligne droite en faux-plat descendant sur des pavés d’un autre temps qui fait la légende de l’Enfer du Nord. Ce secteur emprunté à plus de 50 km/h risque bien de faire une première sélection ou de mettre des favoris dans le rouge.

Et l’effort ne s’arrête évidemment pas à ce passage délicat. Les secteurs pavés corsés vont s’enchaîner dans les deux heures qui suivent. Après la Trouée d’Arenberg et un passage par Wallers, place au secteur le plus long du jour, à Hornaing, sur 3,7 kilomètres de pavés très usants. Puis, dix bornes plus loin, le secteur 15 de Tilloy fera tout autant mal aux pattes avec 2,4 km au programme. Mais les favoris attendront surtout le secteur 11 de Mons-en-Pévèle, totalement perméable au vent et aux virages serrés qui peuvent décontenancer les moindres techniciens.

Et si cela ne suffit pas pour creuser les écarts, l’enchaînement des secteurs 5 et 4 pourra faire la différence : Camphin-en-Pévèle avant le Carrefour de l’Arbre et son pavé cassant sur une légère pente qui fait bien brûler l’acide dans les jambes. Les secteurs suivants, de Gruson et de Hem, ne devraient pas bousculer les positions, mais attention aux crevaisons et problèmes mécaniques, comme tout au long de la journée. L’arrivée se fera comme traditionnellement sur l’ancien vélodrome de Roubaix pour un final de pistards. Avec plus de cinq heures de course dans les jambes, ce sera un tout autre effort…

Présentation des coureurs : entre 09h30 et 10h45 sur la place Général de Gaulle à Compiègne

Départ fictif : 11h00 sur la place Général de Gaulle à Compiègne

Départ réel : 11h15 sur la D130 à Compiègne

Distance : 257,2 kilomètres

Les difficultés du jour :

Secteur pavé 30 – Km 96,3 : Troisvilles à Inchy (2,2 km de long) ***
Secteur pavé 29 – Km 102,8 : Viesly à Quiévy (1,8 km) ***
Secteur pavé 28 – Km 105,4 : Quiévy à Saint-Python (3,7 km) ****
Secteur pavé 27 – Km 110,1 : Saint-Python (1,5 km) **
Secteur pavé 26 – Km 117,9 : Vertain à Saint-Martin-sur-Écaillon (2,3 km) ***
Secteur pavé 25 – Km 123,7 : Haussy (0,8 km) **
Secteur pavé 24 – Km 130,6 : Saulzoir à Verchain-Maugré (1,2 km) **
Secteur pavé 23 – Km 134,9 : Verchain-Maugré à Quérénaing (1,6 km) ***
Secteur pavé 22 – Km 137,6 : Quérénaing à Maing (2,5 km) ***
Secteur pavé 21 – Km 140,7 : Maing à Monchaux-sur-Ecaillon (1,6 km) ***
Secteur pavé 20 – Km 153,7 : Haveluy à Wallers (2,5 km) ****
Secteur pavé 19 – Km 161,9 : Trouée d’Arenberg (2,3 km) *****
Secteur pavé 18 – Km 167,9 : Wallers à Hélesmes (1,6 km) ***
Secteur pavé 17 – Km 174,7 : Hornaing à Wandignies (3,7 km) ****
Secteur pavé 16 – Km 182,2 : Warlaing à Brillon (2,4 km) ***
Secteur pavé 15 – Km 185,6 : Tilloy à Sars-et-Rosières (2,4 km) ****
Secteur pavé 14 – Km 192,0 : Beuvry-la-Forêt à Orchies (1,4 km) ***
Secteur pavé 13 – Km 197,0 : Orchies (1,7 km) ***
Secteur pavé 12 – Km 203,1 : Auchy-lez-Orchies à Bersée (2,7 km) ****
Secteur pavé 11 – Km 208,6 : Mons-en-Pévèle (3 km) *****
Secteur pavé 10 – Km 214,6 : Mérignies à Avelin (0,7 km) **
Secteur pavé 9 – Km 218,0 : Pont-Thibault à Ennevelin (1,4 km) ***
Secteur pavé 8A – Km 223,4 : Templeuve – L’Epinette (0,2 km) *
Secteur pavé 8B – Km 223,9 : Templeuve – Moulin-de-Vertain (0,5 km) **
Secteur pavé 7 – Km 230,3 : Cysoing à Bourghelles (1,3 km) ***
Secteur pavé 6 – Km 232,8 : Bourghelles à Wannehain ( 1,1 km) ***
Secteur pavé 5 – Km 237,3 : Camphin-en-Pévèle (1,8 km) ****
Secteur pavé 4 – Km 240,0 : Carrefour de l’Arbre (2,1 km) *****
Secteur pavé 3 – Km 242,3 : Gruson (1,1 km) **
Secteur pavé 2 – Km 249,0 : Willems à Hem (1,4 km) **
Secteur pavé 1 – Km 255,8 : Roubaix – Espace Charles Crupelandt (0,3 km) *

Arrivée : entre 17h06 et 17h41 sur le vélodrome André Pétrieux à Roubaix

➡️ Cliquez ici pour découvrir le parcours sur notre carte interactive ainsi que l’itinéraire-horaire complet

Les favoris

C’est une grande nouveauté en cette année présidentielle en France : le calendrier a été perturbé et a retardé Paris-Roubaix d’une semaine, avec l’Amstel Gold Race et la Flèche Brabançonne disputés avant l’Enfer du Nord. Un changement d’agenda qui implique une préparation différente, entre ceux qui ont décidé de poursuivre leurs efforts post-Tour des Flandres et ceux qui ont pris du repos pour atteindre leur pic de forme une semaine plus tard. L’exercice est plus délicat, mais une chose est certaine : il faut une certaine expérience et un parcours de spécialiste des Flandriennes pour croire ce dimanche en la victoire du côté de Roubaix.

Cela tombe bien : le Néerlandais Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix) tient les deux. Vainqueur du Tour des Flandres, il était encore parmi les meilleurs sur l’Amstel Gold Race à surprise de tous ses rivaux qui pensaient ne le revoir que sur l’Enfer du Nord durant ce printemps. Mais actif depuis Milan-Sanremo, il veut enchaîner tant qu’il tient la forme. Après sa troisième place l’an dernier, il sait que les pavés de Roubaix sont à sa portée. Avec le champion de Suisse et ex-dauphin de la classique Silvan Dillier et le sprinter belge Tim Merlier, Van der Poel aura un soutien intéressant ce dimanche.

Et dans l’esprit de bon nombre de supporters, la présence de Van der Poel implique une probable rivalité avec un certain Wout van Aert (Jumbo-Visma). Privé de son principal objectif du printemps, le Tour des Flandres, en raison d’une contamination au Covid-19, le champion de Belgique revient à la surprise générale dès Paris-Roubaix, deux semaines plus tard. Dans quelle condition ? Là est toute la question. Son équipe le prend en tout cas dans un rôle libre, capable de soutenir deux autres leaders annoncés, Christophe Laporte et Mike Teunissen. Mais avec Van Aert, sait-on jamais.

Patrick Lefevere a beau rappeler à chaque classique que le bilan du printemps de l’équipe Quick Step-Alpha Vinyl se fait au soir de Liège-Bastogne-Liège, Paris-Roubaix s’annonce comme l’ultime occasion de l’effectif taillé pour les Flandriennes de faire ses preuves sur des routes qui les ont souvent placés au sommet du peloton. Après une campagne manquée en Flandre, le “Wolfpack” espère se reprendre vers Roubaix avec Yves Lampaert, qui a préparé tout son printemps pour ce rendez-vous, le rouleur danois Kasper Asgreen et le local Florian Sénéchal. Sans oublier l’expérimenté Zdenek Stybar, toujours à son aise sur les pavés.

Autre collectif en vue, l’équipe INEOS Grenadiers sera particulièrement scrutée vu ses récents résultats sur les courses d’un jour. Michal Kwiatkowski, vainqueur de l’Amstel Gold Race, et Tom Pidcock ne seront pas de la partie mais le groupe reste particulièrement solide. Avec le récent vainqueur de la Flèche Brabançonne Magnus Sheffield, sacré rouleur qui a avoué sa préférence naturelle pour les pavés. La révélation britannique du printemps Ben Turner sera également à surveiller tout comme le Néerlandais Dylan van Baarle. L’effectif est en prime complété du champion du monde du contre-la-montre Filippo Ganna, qui s’est préparé sur la piste avec des intervalles particuliers pour simuler les efforts explosifs des pavés. Attention à sa puissance sur des efforts aussi imposants.

Également connu pour sa puissance sur les pavés, le champion d’Europe du contre-la-montre Stefan Küng (Groupama-FDJ) sera considéré comme un favori vu son beau printemps sur les pavés et monts flamands. Il sera notamment accompagné du troisième du Tour des Flandres, le Français Valentin Madouas, qui peut se faire une certaine expérience ce dimanche. Cette expérience, le Belge Jasper Stuyven (Trek-Segafredo) l’a engrangé ces dernières saisons et il compte en profiter sur cet Enfer du Nord, au côté de Mads Pedersen, dont la condition est une interrogation vu la chute subie après sa victoire sur le Circuit de la Sarthe, voici une semaine.

Toujours côté belge, l’équipe Lotto-Soudal arrive sur Paris-Roubaix avec un groupe intéressant, composé de l’ancien vainqueur Philippe Gilbert et surtout du deuxième de l’an dernier Florian Vermeersch. Le recordman de l’heure Victor Campenaerts souhaite également concrétiser son printemps offensif par une performance probante à Roubaix. L’offensive sera également dans l’ADN de l’équipe Bahrain Victorious qui emmènera Dylan Teuns, en grande forme sur le Tour des Flandres et la Flèche Brabançonne mais bloqué par des problèmes mécaniques, et Matej Mohoric, dont les qualités techniques ne sont plus à démontrer.

Et puis, il ne faut pas oublier les anciens vainqueurs que sont Greg Van Avermaet (Ag2r Citroën Team) et John Degenkolb (Team DSM), dont la forme durant ce printemps a été en dents de scie. Notons également comme outsiders l’Italien Matteo Trentin (UAE Team Emirates), le Norvégien Alexander Kristoff (Intermarché-Wanty-Gobert), l’Allemand Nils Politt (Bora-Hansgrohe) ou encore le Canadien Guillaume Boivin (Israel Premier Tech).

La liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants

Le palmarès :

2012 Tom Boonen (BEL)
2013 Fabian Cancellara (Sui)
2014 Niki Terpstra (P-B)
2015 John Degenkolb (All)
2016 Mathew Hayman (Aus)
2017 Greg Van Avermaet (BEL)
2018 Peter Sagan (Svq)
2019 Philippe Gilbert (BEL)
2020 Édition annulée suite au Covid-19
2021 Sonny Colbrelli (Ita)

La météo

Le ciel sera légèrement nuageux avec des éclaircies. Les températures seront comprises entre 16 et 18°C. Le vent soufflera d’est à est-sud-est entre 10 et 20 km/h.

Les directs TV

  • En direct dès 12h55 sur Tipik, puis dès 14h10 sur La Une et dès 12h55sur RTBF Auvio
  • En direct dès 13h30 sur Één et sur Sporza.be
  • En direct dès 10h50 sur France 3, puis dès 11h35 sur France 4, puis dès 12h55 sur France 3 et dès 10h50 sur France.tv
  • En direct dès 11h00 sur Eurosport 2, Eurosport Player et GCN+
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Précédent article
Lizzie Deignan - Vainqueure Paris-Roubaix Femmes 2021 - ASO Fabien Boukla

Paris-Roubaix Femmes : notre présentation complète de la 2e édition

Article suivant
Elisa Longo Borghini - Vainqueure Paris-Roubaix Femmes 2022 - ASO Pauline Ballet

Paris-Roubaix Femmes : Longo Borghini imprime la marque des Trek-Segafredo sur les pavés

Articles similaires