Championnats de Belgique du contre-la-montre 2021 : Kopecky et Lampaert en noir-jaune-rouge

La fête était intense dans les rues d’Ingelmunster pour célébrer Yves Lampaert (Deceuninck-Quick Step),à deux pas de la ferme de ses parents. Sur des routes qu’il connaît par cœur, très techniques, il a dominé Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) pour conquérir son deuxième titre national. Certainement la surprise de cette journée, car chez les femmes, Lotte Kopecky (Liv Racing) n’a pas cédé à la pression, récupérant un troisième titre belge sur le chrono.

Yves Lampaert à la maison

Si le court contre-la-montre du récent Tour de Belgique avait confirmé le retour en bonne grâce de Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step), pour sa deuxième épreuve de la saison, le coureur de Schepdaal se voulait prudent à l’approche de ce championnat de Belgique tracé entre Ingelmunster et Izegem, au bord du canal Roulers-Lys. Beaucoup de virages, beaucoup de relances : Evenepoel confiait doucement qu’un autre homme pouvait également réaliser une grande performance sur ces 37 kilomètres en solitaire. Son équipier Yves Lampaert (Deceuninck-Quick Step), originaire d’Izegem, et donc à la maison.

Et rapidement, l’ancien champion de Belgique (tant du contre-la-montre que sur route) impressionnait par sa puissance dans les petites rues d’Ingelmunster et d’Izegem. Le Flandrien prenait tous les risques et cela payait puisqu’à chaque point intermédiaire, il dominait tous ses rivaux de plusieurs dizaines de secondes. « Ingelmunster était comme un bloc derrière moi. C’est comme si le Tour de Franc passait dans les rues, tellement ça criait. J’ai profité de cette force des supporters. J’ai tout donné pour mes fans », confie-t-il au micro de Sporza.

Derrière, même s’ils montraient de meilleures références dans le dernier tour de ce circuit bouclé à trois reprises, Victor Campenaerts (Team Qhubeka ASSOS) et » surtout Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) ne pouvaient faire leur retard sur un Lampaert déchaîné. Ce dernier s’impose finalement avec 19 secondes d’avance sur Evenepoel et 40 secondes sur Campenaerts. Une véritable surprise pour le local du jour, véritablement célébré par tout un village, avec en guise de conclusion une première fête avec des supporters déchaînés après la ligne d’arrivée.

https://twitter.com/wielerman/status/1405182084981866499

Evenepoel : « Si quelqu’un d’autre devait gagner, c’était Yves »

« Je n’osais pas songer à battre un tel coureur qu’Evenepoel. J’espérais pour tout vous dire la deuxième place. C’est donc un réel honneur pour moi d’obtenir ce titre », confie Lampaert. « En course, je travaille toujours à 300% pour Remco, c’est un peu comme un petit frère. J’espère qu’on pourra toutefois encore réaliser de grands objectifs ensemble à l’avenir », lance-t-il encore à l’encontre de son équipier qu’il a longtemps serré dans les bras.

« C’est toujours chouette quand quelqu’un de l’équipe gagne. Si quelqu’un d’autre que moi devait gagner aujourd’hui, c’était Yves », lance Evenepoel au micro de Sporza. « Il est clair qu’il était plus fort aujourd’hui. (…) J’ai remarqué aujourd’hui que j’avais encore du boulot, notamment dans de telles conditions chaudes, qu’on devrait avoir à Tokyo », ajoute-t-il, avec une pointe de déception dans la voix, mais la confirmation que la route vers Tokyo est encore longue, à un mois du grand rendez-vous olympique.

Un rendez-vous auquel ne participera pas Yves Lampaert, conscient également qu’il ne sera certainement pas sur le contre-la-montre des championnats du monde, disputés en Flandre. « Je viserai surtout la course en ligne. J’espère être sur les deux, mais il y a déjà Wout et Remco qui sont devant moi », confirme-t-il. Alors que Victor Campenaerts, troisième et « super content » vu qu’il n’a roulé « que cinq fois sur un vélo de contre-la-montre » cette année, aura un autre objectif : « J’ai changé de focus pour me concentrer sur la route, sur les classiques. J’espère surtout faire partie de l’équipe du relais mixte lors des Mondiaux, avec l’espoir d’être sur le podium », indique-t-il à Sporza. La Belgique a donc des rouleurs ambitieux à faire valoir sur de nombreux terrains à l’avenir.

Résultats du contre-la-montre des élites hommes :

  1. Yves Lampaert (Deceuninck-Quick Step), les 37,6 km en 44:48
  2. Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) à 0:19
  3. Victor Campenaerts (Team Qhubeka-ASSOS) à 0:40
  4. Ilan Van Wilder (Team DSM) à 1:00
  5. Florian Vermeersch (Lotto-Soudal) à 1:05
  6. Nathan Van Hooydonck (Team Jumbo-Visma) à 1:12
  7. Frederik Frison (Lotto-Soudal) à 1:16
  8. Brent Van Moer (Lotto-Soudal) à 1:54
  9. Stan Dewulf (Ag2r Citroën Team) à 2:04
  10. Gilles De Wilde (Sport Vlaanderen-Baloise) à 2:12

Du retard pour Kopecky

Du côté des élites femmes, deux tours de circuit autour d’Ingelmunster étaient prévus. Et ce parcours technique a bien failli jouer des tours à Lotte Kopecky (Liv Racing), championne en titre et en retard sur Julie Van De Velde (Jumbo-Visma) au bout du premier tour. Seulement quatrième au tout premier point intermédiaire, Kopecky avait déjà refait une partie de son retard, mais elle était toujours en retrait à l’aube du dernier tour. Consciente qu’elle n’était pas allée « à fond » sur le début du parcours, la championne de Belgique sur route enchaînait les virages à toute vitesse pour finalement s’imposer avec 14 secondes d’avance sur Van de Velde, et 18 secondes sur la toute jeune Julie De Wilde, à peine 18 ans.

« C’est très agréable de remporter ce nouveau titre, même si ce n’était pas mon plus grand objectif de la saison », répond Kopecky à Wielerflits. Elle a en effet déjà les yeux tournés vers Tokyo. « Il reste cinq semaines avant la course sur route aux JO. (…) Je suis dans les temps », confie-t-elle. Elle avoue toutefois ne pas trop savoir ce que donnera la course en ligne de dimanche, dont elle sera l’une des favorites, malgré la présence d’une seule équipière à ses côtés. « Ce sera une course très difficile à prévoir. Et les autres favorites comme Julie (Van de Velde) et Jolien (D’Hoore) n’ont pas non plus d’équipières ». Comprenez : il faudra se débrouiller sur un tracé pour les coureuses explosives.

Résultats du contre-la-montre des élites femmes :

  1. Lotte Kopecky (Liv Racing), les 24,9 km en 34:01
  2. Julie Van De Velde (Team Jumbo-Visma Women) à 0:14
  3. Julie De Wilde (Plantur-Pura) à 0:18
  4. Ann-Sophie Duyck (Multum Accountants Ladies Cycling Team) à 0:34
  5. Jesse Vandenbulcke (Lotto-Soudal Ladies) à 0:46
  6. Alana Castrique (Lotto-Soudal Ladies) à 1:03
  7. Shari Bossuyt (NXTG Racing) à 1:14
  8. Valerie Demey (Liv Racing) à 1:20
  9. Lotte Claes (Doltcini Corlyp Team) à 1:40
  10. Britt Knaven (NXTG Racing) à 1:49

Photo : capture VRT/Sporza

Pin It on Pinterest