L’UCI modifie son règlement sur les déchets : la disqualification directe disparaît

Une réunion du Conseil du Cyclisme Professionnel (CCP) a permis l’adaptation des règles mises en vigueur le 1er avril dernier autour des jets de déchets et de bidons en course. Les sanctions seront désormais moins sévères.

Le Conseil du Cyclisme Professionnel s’est réuni ce mercredi pour faire le point sur les nouvelles règles sur les jets de bidons et de déchets qui ont fait tant polémique lors du dernier Tour des Flandres, avec l’exclusion de Michael Schär pour un jet de bidon volontaire vers des spectateurs qui demandaient ce bidon. Le CCP réunissait, en visioconférence, des représentants d’UNIO (association des équipes féminines), du CPA Women (association des coureuses professionnelles), du CPA (association des coureurs professionnels), de l’AIGCP (association des équipes masculines), de l’AIOCC (organisateurs de courses cyclistes) et de l’Union Cycliste Internationale.

Vu les critiques de nombreux coureurs, et les demandes du CPA ou de la Cyclists Union d’une adaptation de ce règlement et des décisions rigoristes des commissaires, la discussion a visiblement été nécessaire. Le CCP confirme ainsi que si les règles restent les mêmes, les sanctions pour un manquement à ce règlement vont être adaptées.

Éviter des « accidents »

Les jets de déchets et de bidons, même à l’attention de supporters au bord de la route restent interdits. L’UCI souhaite par cette interdiction « éviter que des fans, notamment des enfants, ne cherchent à s’approcher des coureurs pendant les courses, ce qui pourrait provoquer des accidents aux conséquences potentiellement dramatiques ».

Mais désormais, dans le cadre des courses d’un jour, un jet de bidon ou de déchet dans une zone non-validée par l’UCI sera punie d’une amende de 100 à 500 francs suisses, et une deuxième infraction de ce type mènera alors à la disqualification du coureur fautif. Dans le cadre des courses par étapes, la première infraction mènera à une amende de 100 à 500 francs suisses, la deuxième infraction entraînera une pénalité de temps (une minute), et la troisième infraction annonce une disqualification du coureur.

Ces nouvelles règles entreront en vigueur le 17 avril prochain après leur approbation formelle par le Comité Directeur de l’UCI. « L’UCI est heureuse qu’une solution acceptable pour toutes les parties ait été trouvée, qui préserve totalement l’essentiel, à savoir la sécurité des coureurs et du public, et la responsabilité environnementale du cyclisme », se félicite par voie de communiqué le président de l’UCI David Lappartient.

Photo : capture Eurosport

Pin It on Pinterest