Notre présentation complète du Grand Prix de l’Escaut : les sprinters vont faire face au vent

Souvent considéré comme un mini-championnat du monde des sprinters, vu son tracé plat et son final qui favorise le placement entre les plus véloces du peloton, le Grand Prix de l’Escaut dévoile à nouveau un peloton de spécialistes. Ces derniers devront toutefois faire attention aux premiers kilomètres du tracé belgo-néerlandais, en raison d’un vent qui pourrait décontenancer les novices des bordures.

Les points-clés du parcours

Le profil du Grand Prix de l’Escaut peut faire rire les cyclosportifs habitués à tâter du pourcentage tous les dimanches, tant le tracé offre un dénivelé aussi important que le surnom de « plat pays » le laisse supposer. Sur le bord de la mer du Nord, difficile de trouver une côte pour pousser les watts ou une légère montée pour déstabiliser les sprinters les moins habitués à la pente. Rien, nada, pas un pour-cent. Et pourtant, l’épreuve anversoise, qui a depuis l’an dernier décidé de se délocaliser en partie aux Pays-Bas, n’est pas dénuée de difficulté pour autant. Depuis Terneuzen en passant par Middelburg et Goes, le peloton ne va jamais être à l’abri d’un vent qui s’annonce aussi intense que le nombre de moulins arpentant les plaines hollandaises.

Les rafales soufflent encore plus fort quand la plaine est au niveau de la mer. Il faudra donc être particulièrement prudent dès les premiers kilomètres de course. L’an dernier, ce vent avait mené à des bordures et Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) et Arnaud Démare (Groupama-FDJ) avaient été éliminés de la course pour avoir dépassé un passage à niveau en fonction (il n’y aura plus que deux passages à niveau au lieu de quatre, cette année). Bref, les pièges sont nombreux avant de rentrer en Belgique et de s’élancer sur le double circuit local de Schoten, traditionnelle finale de ce GP de l’Escaut. Et ce circuit peut également surprendre les moins lucides, avec de nombreux virages à 90 degrés, et des aménagements routiers qui peuvent ralentir le peloton. Et sans oublier ce léger virage dans les 500 derniers mètres, qui a souvent mené à des chutes collectives…

Les favoris

S’il n’a pas connu la même réussite qu’au printemps dernier, le Néerlandais Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step) peut être cité comme l’un des grands favoris de ce rendez-vous pour sprinters. Moins en verve sur Gand-Wevelgem après une course nerveuse, le jeune sprinter de 22 ans prend encore ses marques et le GP de l’Escaut est bien plus dans ses cordes de novice. Il aura en outre le soutien d’Alvaro José Hodeg, l’autre jeune prodige du « Wolfpack », et de Florian Sénéchal, qui espère monter en condition en vue de Paris-Roubaix, dimanche. La Deceuninck-Quick Step sera en tout cas plus attentive que sur ces deux dernières courses pour éviter d’être surpris à Schoten.

Quintuple vainqueur de l’épreuve, Marcel Kittel (Katusha-Alpecin) est également vu comme l’un des candidats les plus véloces en cas d’arrivée massive. L’Allemand n’a pas encore retrouvé la gnac de ses meilleures années, mais il a déjà brillé en début de saison et ce GP de l’Escaut, sa première course depuis les Trois Jours de Bruges-La Panne, peut être un déclencheur pour le trentenaire. Son compatriote et champion d’Allemagne Pascal Ackermann (Bora-Hansgrohe) aura lui l’envie de briller à nouveau sur les terres belges après avoir dominé le sprint de la Bredene Koksijde Classic, voici trois semaines. Malchanceux à La Panne puis équipier-modèle sur Gand-Wevelgem et le Tour des Flandres, le sprinter de 25 ans pourra cette fois jouer sa propre carte, sur un terrain parfait pour ses qualités.

Toujours côté allemand, André Greipel (Arkéa-Samsic) souhaite enfin transformer ses essais européens en victoire. Il connaît ce GP de l’Escaut comme sa poche (5 participations) mais n’a terminé qu’une fois sur le podium, en 2016. Il a en tout cas toute une équipe à ses côtés pour le pousser vers la victoire. Tout comme Max Walscheid (Sunweb), qui n’a pas encore connu de succès cette saison. Il aura en tout cas deux lanceurs de choix, avec Nikias Arndt et Cees Bol. Alors que le Norvégien Kristoffer Halvorsen (Sky), veut confirmer qu’il est le futur talent du sprint à 22 ans après sa deuxième place sur la Bredene Koksijde Classic.

Dans le clan belge, les chances de victoire se font une nouvelle fois rares dès que le mot « sprint » est évoqué. Mis à rude épreuve depuis le début de la campagne printanière, Jasper Philipsen (UAE Team Emirates) est un client à la victoire s’il parvient à se placer parmi les cinq premiers dans la ligne droite finale. Il peut en tout cas surprendre par son punch. Tout comme Edward Theuns (Trek-Segafredo), déjà deuxième de ce GP de l’Escaut en 2015, et qui peut se faufiler en douce parmi les sprinters pour faire parler sa puissance. À moins qu’il joue la carte du néophyte Matteo Moschetti. Et puis, il y a également Jonas Van Genechten (Vital Concept-B&B Hôtels) et Timothy Dupont (Wanty-Gobert) qui aiment ces conditions de course et peuvent faire la différence dans le final.

La météo

Le ciel sera en partie nuageux, surtout en matinée, avant d’offrir quelques éclaircies au fil de la journée. L’arrivée devrait se faire sous un ciel ensoleillé. Par contre, le vent soufflera fort avec des rafales venant de nord-est entre 25 et 45 km/h. Le vent soufflera moins fort du côté de Schoten : entre 15 et 30 km/h. Les températures varieront entre 8 et 12 degrés.

La carte et le profil de la 107e édition du Grand Prix de l’Escaut :

Le mode d’emploi de la 107e édition du Grand Prix de l’Escaut :

Présentation des coureurs : entre 10h30 et 12h00 à De Blokken, à Terneuzen (Pays-Bas).

Départ fictif : 12h15 à De Blokken, à Terneuzen (Pays-Bas).

Départ réel : 12h39 sur la Westerscheldetunnelweg (N62) à Borsele (Pays-Bas), après 14,5 kilomètres en cortège.

Distance : 202,3 kilomètres

Arrivée : vers 17h19 sur la Churchillaan à Schoten, après deux tours de circuit.

Liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants.

Palmarès :
2009 Alessandro Petacchi (Ita)
2010 Tyler Farrar (USA)
2011 Mark Cavendish (G-B)
2012 Marcel Kittel (All)
2013 Marcel Kittel (All)
2014 Marcel Kittel (All)
2015 Alexander Kristoff (Nor)
2016 Marcel Kittel (All)
2017 Marcel Kittel (All)
2018 Fabio Jakobsen (P-B)

Programme TV :
– Dès 15h20 sur La Deux (RTBF), avec les commentaires de Kevin Paepen et Gérard Bulens.
– Dès 15h20 sur Één/Sporza (VRT), avec les commentaires de Michel Wuyts et José De Cauwer.
– Dès 15h30 sur Eurosport 2.

Graphiques et photo : Flanders Classics/Scheldeprijs

Pin It on Pinterest