Paris-Roubaix raccourcit la Trouée d’Arenberg et rend hommage à Michael Goolaerts

Si la distance de la 117e édition de Paris-Roubaix, prévue le 14 avril prochain, ne bougera pas d’un iota, pas plus que la distance totale des secteurs pavés à traverser, la mythique Trouée d’Arenberg sera légèrement réduite… ou presque.

ASO, organisateur de Paris-Roubaix, a dévoilé les premiers détails de l’Enfer du Nord, la dernière classique flandrienne du printemps qui se disputera le 14 avril prochain entre Compiègne et Roubaix sur 257 kilomètres. Les coureurs devront une nouvelle fois se farcir 54,5 kilomètres de pavés, mais les secteurs seront légèrement différents. Le trajet proposé par l’organisateur prévoit en effet quelques changements, notamment à l’entame du secteur de Troisvilles, premier passage pavé de la journée. Après 96,5 kilomètres de course, les coureurs entreront dans Troisvilles pour un secteur de 900 mètres (contre 2,2 km en 2018).

Et dès le deuxième secteur, entre Briastre et Viesly, le peloton aura certainement une pensée pour le regretté Michael Goolaerts, victime d’un arrêt cardiaque à la fin de ce secteur aujourd’hui marqué d’une stèle à l’honneur du jeune coureur belge décédé à l’âge de 23 ans. Aucun événement n’est annoncé durant la course, mais nul doute qu’un moment sera proposé pour se remémorer le souvenir du cycliste anversois. Plusieurs de ses anciens coéquipiers devraient en outre être de la partie, comme l’ancien champion du monde de cyclo-cross Wout van Aert.

100 mètres de moins

Après cet instant d’émotion, le peloton reprendra sa route, mais dans le sens inverse du parcours de 2018. Les coureurs s’élanceront sur les secteurs de Quiévy (N.26), Saint-Python (25) et Vertain (24), qui avait été abandonné l’an dernier. Mais dès le secteur N.23, le parcours sera identique à l’an dernier jusqu’au vélodrome de Roubaix. À un détail près : la distance de la Trouée d’Arenberg (N.19), secteur mythique de l’Enfer du Nord, a été ramenée de 2.400 mètres à 2.300 mètres. Aucun pavé n’a été retiré mais un relevé plus précis a été réalisé lors d’une reconnaissance dans le Valenciennois.

ASO a confirmé que la Trouée d’Arenberg sera classée cinq étoiles, soit le plus haut niveau de difficulté des secteurs proposés, tout comme les secteurs de Mons-en-Pévèle (11) et du Carrefour de l’Arbre (4). Le parcours complet ainsi que les notes des différents secteurs pavés traversés devraient être dévoilés au mois de mars.

Photo : ASO/Pauline Ballet

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Pin It on Pinterest