Le GP Cerami annulé : une nouvelle claque pour le cyclisme wallon

Prévu le 18 juillet 2022, le GP Cerami n’aura finalement pas lieu en raison de tergiversations de la part des communes.
Bryan Coquard Vainqueur GP Cerami 2019 - Capture TéléMB
Le Français Bryan Coquard est le dernier vainqueur du GP Cerami, en 2019 – Photo : capture TéléMB

Cela fait bien longtemps que les courses cyclistes wallonnes se comptent sur les doigts d’une main. Il y a évidemment la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège, organisés par le géant ASO, propriétaire du Tour de France et des principales courses du calendrier français. On retrouve également sous la même coupole le Tour de Wallonie et le GP de Wallonie, géré par TRW’Organisation, sous l’égide de Christophe Brandt. Ensuite, place à des épreuves de niveau .1 qui tentent chaque année d’assurer leur survie en s’alliant avec d’autres courses (à l’image du Samyn, du Circuit de Wallonie ou de l’Eurométropole Tour qui font partie de l’Exterioo Cycling Cup) ou en poursuivant chaque saison une course contre-la-montre à la recherche de sponsors et d’aides communales.

Le Grand Prix Cerami, en région montoise, fait partie de ces courses en difficulté, dont l’organisation tente malgré tout de prolonger l’existence de cette classique pour puncheurs puis sprinters qui compte à son palmarès des Eddy Merckx, Gerrie Knetemann, Joop Zoetemelk, Bernard Hinault, Michele Bartoli ou encore Philippe Gilbert. L’épreuve a toutefois connu de nombreuses difficultés financières dans les années ’90 et 2000 qui ont conduit l’organisation à repenser sa structure et son parcours. Le GP Cerami a également trouvé une autre date, dès 2015, pour s’installer juste avant le Tour de Wallonie, permettant ainsi de présenter un plateau attrayant, comme une alternative au Tour de France également organisé en juillet.

Le Tour de France avant tout ?

L’épreuve hennuyère, annulée en 2020 puis en 2021 en raison du Covid-19, espérait connaître une nouvelle édition le 18 juillet prochain. Le budget était prêt, le parcours était quasiment prêt, mais comme l’indique Laurent Haegemen, secrétaire de l’organisation, à nos confrères de la DH, le tracé officiel n’a pu être envoyé à temps à la fédération belge ou à l’Union Cycliste Internationale, en raison de tergiversations de la part des communes de Colfontaine et de Quaregnon, où les coureurs devaient passer… Les effectifs réduits de la police locale en période de vacances ont aussi eu raison de cette organisation. Le GP Cerami n’aura donc pas lieu 2022, malgré une liste des partants qui s’annonçait intéressante avec les présences d’UAE Team Emirates, d’Israel Premier Tech, de Lotto-Soudal, de Cofidis, d’Intermarché-Wanty-Gobert, d’EF Education-Easy Post ou encore d’Alpecin-Fenix.

Cette troisième édition annulée consécutivement pèse en tout cas sur le moral de l’organisation qui compte toutefois se remettre en selle pour 2023, avec l’espoir d’obtenir de la part des communes un soutien plus franc. Car c’est bien là le souci des organisateurs de courses cyclistes qui doivent gérer un budget souvent serré et les localités plus enclines à ouvrir leurs routes à des épreuves diffusées en mondovision comme le Tour de France qu’aux courses moins importantes, mais tout aussi nécessaires pour l’avenir du cyclisme.

C’est ce qui pousse de nombreuses organisations à préconiser désormais des tracés en circuit, pour éviter un nombre trop important de rues impactées par la course et limiter la présence de sécurité autour de ce parcours. Cela ne semble toutefois pas suffire pour certaines localités, au grand dam des coureurs et des organisateurs. Si cela touchait malheureusement les épreuves pour les jeunes ces dernières années, la tendance semble désormais remonter au niveau professionnel également. Avec le risque qu’à terme, seules les grandes épreuves aient droit de cité dans le calendrier de l’UCI. Ou que les courses se rassemblent à quelques endroits où le cyclisme professionnel serait accepté les bras ouverts. Le cyclisme wallon a pourtant besoin de ces courses de moindre catégorie pour faire grandir des futurs talents, tel Arnaud De Lie, qui a enchaîné depuis le début de la saison six succès sur des courses d’un jour de catégorie .1. Ce qui a poussé l’organisation de la Famenne Ardenne Classic à se bouger pour organiser une édition 2022 de la semi-classique annulée ces deux dernières saisons suite au Covid-19 puis à la concurrence avec Paris-Roubaix. Un état d’esprit qui rassure quant à l’avenir de la passion cycliste en Wallonie.

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Précédent article
Primoz Roglic Jonas Vingegaard - Vainqueurs 8e étape Critérium du Dauphiné 2022 - ASO Aurélien Vialatte

La domination Jumbo-Visma, Van Aert vise le sprint, O’Connor y croit… : les leçons du Critérium du Dauphiné

Article suivant
Affiche - Tour de Belgique 2022

Tour de Belgique 2022 : notre présentation de la 91e édition

Articles similaires