Amstel Gold Race 2022 – Hommes : notre présentation de la 56e édition

Parcours, favoris, partants, programme TV… : toutes les infos sur la 56e édition masculine de l’Amstel Gold Race, disputée le dimanche 10 avril 2022.
Affiche - Amstel Gold Race Hommes 2022

C’est une habitude des années 90 qui avait été perdue ces dernières saisons : l’Amstel Gold Race retrouve exceptionnellement une place entre les classiques flandriennes, entre le Tour des Flandres et Paris-Roubaix cette fois, la faute à l’élection présidentielle française. Ce qui donne un caractère particulier à cette épreuve, plus typée pour les habitués des courses du Nord que pour les puncheurs ardennais. La course s’annonce en tout cas plus ouverte qu’à l’accoutumée avec un grand favori sur lequel tous les regards seront posés : Mathieu Van der Poel, vainqueur du dernier Tour des Flandres.

Le parcours

Les toboggans limbourgeois caractérisent cette classique, l’une des plus récentes parmi les épreuves du printemps. Après plus de cinquante ans d’existence, l’Amstel Gold Race a affirmé son caractère particulier par son enchaînement de côtes plus ou moins usantes, qui animent les esprits offensifs des Ardennais, et ses routes étroites et sinueuses, qui font vibrer les amateurs des routes flamandes. L’organisation a bien compris ses atouts ces dernières saisons en proposant un tracé qui amène bien plus de surprises : fini l’arrivée au sommet de Valkenburg qui transformait l’épreuve en course de côte, fini le Cauberg comme ultime ascension pour éviter la même débauche d’explosivité dans les derniers kilomètres. L’objectif est de favoriser les attaques bien avant l’horizon de la ligne d’arrivée.

Avec ses 33 côtes à avaler en près de 254 kilomètres, l’Amstel Gold Race se veut particulièrement vallonné et propose finalement plus de 3 400 mètres de dénivelé positif tout au long de la journée. Avec quatre passages sur la ligne d’arrivée, désormais traditionnelle dans le village de Berg en Terblijt depuis les championnats du monde organisés sur ces routes en 2012. Et une triple montée du Cauberg, escaladé à 200, 91 et 24 kilomètres de l’arrivée. La course ne devrait pas forcément se décider sur cette mythique ascension, mais plutôt avant.

L’organisation a ainsi annoncé un choix de routes plus étroites et plus difficiles pour contrôler une échappée dans l’avant-dernière boucle, à partir du Loorberg et du Gulperberg, à près de 55 kilomètres de l’arrivée. Là où Mathieu Van der Poel avait déjà fait exploser le peloton en 2019. Surtout que derrière, l’enchaînement des ascensions pourra permettre aux plus explosifs de se faire la malle avec le Kruisberg, l’Eyserbosweg, le Fromberg et le Keutenberg prévus en moins de 10 kilomètres, avec des passages fréquents au-dessus des 10%.

La boucle finale autour de Valkenburg ne change pas par rapport à l’an dernier. Le Geulhemmeberg et le Bemelerberg, si elles ne sont pas les côtes les plus rudes du jour, permettront un dernier écrémage, avant d’enchaîner des routes locales exposées au vent et en faux-plat montant jusqu’au dernier kilomètre, en cuvette jusqu’à la Rijksweg.

Présentation des coureurs : entre 8h45 et 10h00 sur le Markt de Maastricht

Départ fictif : 10h20 sur le Markt de Maastricht

Départ réel : 10h26 à Maastricht, après 1,8 km en défilé

Distance : 254,1 kilomètres

Les difficultés du jour :

Km 9,1 – Côte 1 : Slingerberg (1,0 km à 5,3% de moyenne) – Passage vers 10h39
Km 13,8 – Côte 2 : Adsteeg (1,0 km à 2,3%) – Passage vers 10h46
Km 22,0 – Côte 3 : Lange Raarberg (1,4 km à 3,8%) – Passage vers 10h59
Km 37,7 – Côte 4 : Bergseweg (2,5 km à 3,3%) – Passage vers 11h22
Km 49,4 – Côte 5 : Sibbergrubbe (1,8 km à 4%)  – Passage vers 11h40
Km 53,8 – Côte 6 : Cauberg (0,8 km à 6,6%)  – Passage vers 11h46
Km 58,3 – Côte 7 : Geulhemmerberg (0,7 km à 6,6%) – Passage vers 11h53
Km 76,6 – Côte 8 : Wolfsberg (0,9 km à 3,4%)  – Passage vers 12h20
Km 79,5 – Côte 9 : Loorberg (1,4 km à 5,3%) – Passage vers 12h25
Km 91,0 – Côte 10 : Schweibergerweg (2,3 km à 4,6%)  – Passage vers 12h42
Km 98,7 – Côte 11 : Camerig (3,7 km à 4,2%) – Passage vers 12h54
Km 111,0 – Côte 12 : Drielandenpunt (3 km à 3,8%) – Passage vers 13h12
Km 114,1 – Côte 13 : Gemmenich (0,9 km à 6%) – Passage vers 13h17
Km 121,2 – Côte 14 : Vijlenerbos (1,4 km à 5,5%) – Passage vers 13h27
Km 126,1 – Côte 15 : Erperheide (2,4 km à 4,7%) – Passage vers 13h35
Km 135,6 – Côte 16 : Gulperberg (0,5 km à 9,8%) – Passage vers 13h49
Km 138,7 – Côte 17 : Plettenberg (1 km à 3,5%) – Passage vers 13h54
Km 140,8 – Côte 18 : Eyserweg (2 km à 4,6%) – Passage vers 13h57
Km 145,3 – Côte 19 : St. Remigiusstraat (1,4 km à 5,2%) – Passage vers 14h03
Km 150,6 – Côte 20 : Vrakelberg (0,5 km à 7,6%) – Passage vers 14h11
Km 158,3 – Côte 21 : Sibbergrubbe (1,8 km à 4%) – Passage vers 14h23
Km 162,7 – Côte 22 : Cauberg (0,8 km à 6,6%) – Passage vers 14h30
Km 167,3 – Côte 23 : Geulhemmerberg (0,7 km à 6,6%) – Passage vers 14h36
Km 180,0 – Côte 24 : Bemelerberg (1 km à 4,4%) – Passage vers 14h56
Km 195,1 – Côte 25 : Loorberg (1,4 km à 5,3%) –  Passage vers 15h18
Km 203,3 – Côte 26 : Gulperbergweg (0,9 km à 5,5%) – Passage vers 15h30
Km 210,0 – Côte 27 : Kruisberg (0,7 km à 7,3%) – Passage vers 15h41
Km 211,9 – Côte 28 : Eyserbosweg (1,1 km à 7,6%) – Passage vers 15h43
Km 216,3 – Côte 29 : Fromberg (1,7 km à 3,8%) – Passage vers 15h50
Km 220,2 – Côte 30 : Keutenberg (1,6 km à 5,2%) – Passage vers 15h56
Km 230,2 – Côte 31 : Cauberg (0,8 km à 6,6%) – Passage vers 16h11
Km 234,8 – Côte 32 : Geulhemmerberg (0,7 km à 6,6%) – Passage vers 16h18
Km 246,8 – Côte 33 : Bemelerberg (1 km à 4,4%) – Passage vers 16h36

Arrivée : entre 16h35 et 17h02 sur la Rijksweg (N590) à Berg en Terblijt

La carte et le profil de la 56e édition masculine de l’Amstel Gold Race :

Carte - Amstel Gold Race Hommes 2022 Profil - Amstel Gold Race Hommes 2022

Les favoris

⭐️⭐️⭐️

Mathieu Van der Poel 🇳🇱 (Alpecin-Fenix) – Son sacre sur le Tour des Flandres a surpris plus d’un observateur, en raison d’un printemps hypothéqué par des maux de dos persistants depuis sa mauvaise chute aux Jeux Olympiques de Tokyo. Son retour sur Milan-Sanremo, auréolé d’une troisième place tout aussi surprenante, l’a propulsé parmi les outsiders des classiques à venir. Son succès sur le Ronde le pousse dans la catégorie dans favoris. Annoncé en dernière minute comme partant, Van der Poel aura désormais une large pancarte dans le dos. Vainqueur au terme d’une incroyable poursuite en 2019, le Néerlandais devra une nouvelle fois se défendre face à un peloton qui le visera comme l’homme à battre. Son équipe Alpecin-Fenix apparaît toutefois plus expérimentée que trois saisons plus tôt et le coureur lui-même est en pleine confiance. Bref, VDP aura la pression dans le Limbourg néerlandais.

Tom Pidcock 🇬🇧 (INEOS Grenadiers) – Privé de la victoire au bout d’une analyse au millimètre d’une photo-finish qui fait encore débat de nos jours, le puncheur britannique espère retrouver sa meilleure condition ce dimanche pour enfin conquérir cette première classique WorldTour qui lui tend les bras. Pidcock a connu un printemps compliqué, en raison de problèmes inexpliqués au foie. Mais il a confirmé avec sa troisième place sur À Travers la Flandre et sa présence parmi le deuxième groupe de favoris sur le Tour des Flandres qu’il revient à son meilleur niveau au fil des courses. L’Amstel convient bien à ses qualités, avec des côtes moins sèches que le Tour des Flandres mais un circuit sinueux et vallonné qui convient à ses qualités de vététiste et de cyclo-crossman. Pidcock sera le leader annoncé d’une équipe INEOS Grenadiers qui se forge en prime une belle réputation sur les classiques cette saison.

⭐️⭐️

Simon Clarke 🇦🇺 (Israel Premier Tech) – Sans équipe pour cette présente saison jusqu’à la mi-janvier, l’Australien de 35 ans a directement confirmé sous les couleurs d’Israel Premier Tech qu’il n’avait pas cessé de perdre espoir malgré un hiver dans l’incertitude. Trois Top 10 sur le Challenge de Majorque, onzième du Circuit Het Nieuwsblad, troisième du récent GP Miguel Indurain : le puncheur a encore des ressources. Et surtout, Clarke apprécie les routes de l’Amstel Gold Race sur lesquelles il a déjà terminé deuxième en 2019. En tant que leader d’une équipe désespérément à la recherche du moindre point pour se maintenir en WorldTour, l’Australien sera attendu parmi les meilleurs ce dimanche.

Benoît Cosnefroy 🇫🇷 (Ag2r Citroën Team) – Sa giclette et son sens de l’offensive sont largement reconnus dans le peloton : ce sont ces qualités qui lui ont permis d’emporter l’an dernier son premier succès en WorldTour, la Bretagne Classic. À 26 ans, le Normand entre dans la peau d’un leader de ce type de courses explosives. S’il n’a pas encore brillé sur l’Amstel Gold Race par le passé, les routes néerlandaises semblent taillées pour lui. Et sa récente deuxième place sur l’étape d’ouverture et au classement général du Circuit de la Sarthe valui donner confiance.

Valentin Madouas 🇫🇷 (Groupama-FDJ) – Surprenant troisième du Tour des Flandres, après avoir suivi à la pédale les attaques puissantes de Mathieu Van der Poel et Tadej Pogacar, le coureur breton de 25 ans a pris une nouvelle envergure grâce à cette expérience flandrienne. Une semaine après son exploit, Valentin Madouas sera encore attendu aux avant-postes sur ce circuit néerlandais entre classique flandrienne et ardennaise. La répétition semble faite pour lui, reste à voir s’il a encore les ressources pour briller après sa belle campagne flamande.

Michael Matthews 🇦🇺 (Team BikeExchange-Jayco) – Spécialiste du sprint et des classiques vallonnées, “Bling” a le talent pour remporter l’Amstel Gold Race. Mais il lui a souvent manqué le soutien ou le bon sens tactique pour s’imposer à Valkenburg. Le coureur australien de 31 ans est solide et véloce. Mais isolé parmi les puncheurs, il est souvent épié. Il a cette année une équipe solide avec Jansen et Mezgec pour l’accompagner mais il faudra être costaud pour piéger les autres favoris. Matthews a pour lui l’expérience : il a terminé 4e de l’Amstel l’an dernier, 10e en 2017, 5e en 2016 et même 3e en 2015.

⭐️

Søren Kragh Andersen 🇩🇰 (Team DSM) – Sur une pente ascendante durant les classiques flandriennes, le Danois de 27 ans avait dans un premier temps indiqué éviter le Tour des Flandres pour se concentrer sur l’Amstel Gold Race. Avant de se raviser. Puis de déclarer forfait au matin du Ronde en raison d’un coup de froid. L’attaquant danois sera-t-il de retour au niveau pour la course néerlandaise ? Même s’il n’a jamais terminé une seule fois l’Amstel, le profil s’accorde avec ses intentions offensives.

Kasper Asgreen 🇩🇰 (Quick Step-Alpha Vinyl) – La “Wolfpack” enchaîne les tuiles depuis le début du printemps. Il a jusqu’ici réalisé son pire bilan collectif au printemps. Asgreen sera donc attendu pour remettre l’équipe N.1 des classiques au goût du jour sur cette course usante. Les qualités, il les a. Reste à savoir s’il les utilisera sur ces toboggans limbourgeois ou s’il décidera de se conserver en vue de Paris-Roubaix.

Magnus Cort 🇩🇰 (EF Education-EasyPost) – Puncheur rapide toujours à l’affût d’une bonne attaque, le coureur danois de 29 ans revient de maladie. Il a malgré tout montré sa bonne forme avec un succès d’emblée sur le Tour de Galice et il se relance sur l’Amstel avec une position de co-leader au côté de son compatriote Michael Valgren, ex-vainqueur de l’épreuve. Les deux ont ce qu’il faut pour surprendre.

Marc Hirschi 🇨🇭(UAE Team Emirates) – Opéré à la hanche droite en début d’année, le rouleur suisse a longtemps été incertain pour ce printemps. Et dès sa course de reprise, fin mars, sur la Per Sempre Alfredo, il a directement levé les bras ! Depuis lors, il enchaîne les Top 10 et arrive en confiance sur l’Amstel, avec un statut de leader. Les routes vallonnées néerlandaises peuvent lui permettre d’enrichir son palmarès d’une première classique.

Christophe Laporte 🇫🇷 (Jumbo-Visma) – Victime d’une chute sur le Tour des Flandres et malgré tout neuvième à Audenarde, le sprinter français tient toujours la forme depuis un mois. Attendu comme leader en l’absence de Wout van Aert, Laporte va devoir cravacher pour tenir le rythme des favoris. S’il a encore de l’énergie après son printemps déjà bien rempli, il peut construire un résultat solide ce dimanche.

Matej Mohoric 🇸🇮 (Bahrain Victorious) – Le vainqueur de Milan-Sanremo est apparu moins cinglant lors des classiques flandriennes, subissant les offensives des spécialistes. Il sera sur un terrain bien plus connu sur l’Amstel et peut compter sur une équipe de rêve sur ce terrain avec Dylan Teuns ou Fred Wright, acteurs du récent Ronde.

Tim Wellens 🇧🇪 (Lotto-Soudal) – Les regards seront logiquement portés sur Philippe Gilbert chez Lotto-Soudal. Pour sa dix-neuvième et dernière saison, le Remoucastrien retrouve les routes qui l’ont glorifié à cinq reprises (quatre Amstel et un Mondial). Mais malade à plusieurs reprises depuis le début de la saison, il sait qu’il ne pourra pas jouer un rôle d’envergure parmi les favoris. Il pourra cependant aider au mieux les autres puncheurs du groupe, comme Tim Wellens, apparu offensif et en bonne forme sur le Ronde. Son style d’attaquant peut lui être favorable sur ces routes.


Vous appréciez cette présentation ?

CyclismeRevue est un site mis à jour par une équipe bénévole qui transmet sa passion cycliste aux fans via des articles gratuits. Si vous souhaitez nous soutenir et nous aider à améliorer notre site et aider nos rédacteurs bénévoles, vous pouvez nous aider à partir de 1 euro sur uTip ! Cliquez ici pour atteindre uTip et merci pour votre soutien 🙏


La liste définitive des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants

Le palmarès :

2012 Enrico Gasparotto (Ita)
2013 Roman Kreuziger (Tch)
2014 Philippe Gilbert (BEL)
2015 Michal Kwiatkowski (Pol)
2016 Enrico Gasparotto (Ita)
2017 Philippe Gilbert (BEL)
2018 Michael Valgren (Dan)
2019 Mathieu Van der Poel (P-B)
2020 Édition annulée suite au Covid-19
2021 Wout van Aert (BEL)

La météo

Le ciel sera légèrement nuageux avec des éclaircies et peu de risque d’averses. Les températures seront fraîches en matinée, entre 5 et 9°C avant de remonter entre 10 et 11°C dans l’après-midi. Le vent soufflera d’ouest entre 10 et 15 km/h.

Directs TV

  • Dès 14h35 sur La Une et RTBF Auvio avec les commentaires de Rodrigo Beenkens et Gérard Bulens
  • Dès 14h35 sur Één et Sporza.be avec les commentaires de Karl Vannieuwkerke et José De Cauwer
  • Dès 14h15 sur Eurosport 1, Eurosport Player et GCN+
  • Dès 15h15 sur France 3 et France.tv

Pour profiter de ces retransmissions télévisées depuis l’étranger, n’hésitez pas à utiliser NordVPN, un programme vous permettant de rejoindre des réseaux privés virtuels protégés dans le monde entier. Pour accéder à ces retransmissions télévisées depuis le monde entier, un VPN peut vous aider, tout en vous protégeant. NordVPN vous propose un abonnement de deux ans pour seulement 3,49 €/mois ! Tout abonnement à NordVPN est un soutien supplémentaire à CyclismeRevue.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Précédent article
Alexander Kristoff - Vainqueur GP de l'Escaut 2022 - Capture VRT

GP de l’Escaut – Hommes : Alexander Kristoff découvre la joie du succès en solitaire

Article suivant
Affiche - Amstel Gold Race Femmes 2022

Amstel Gold Race 2022 – Femmes : notre présentation de la 8e édition

Articles similaires