À Travers la Flandre – Hommes : Van der Poel et les INEOS nous disent « vivement dimanche »

Mathieu Van der Poel, vainqueur d’À Travers la Flandre, et Tom Pidcock, 3e, se sont replacés parmi les favoris pour le Tour des Flandres.
Mathieu Van der Poel - Vainqueur A Travers la Flandre Hommes 2022 - Capture Eurosport
Le Néerlandais Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix) remporte pour la deuxième fois de sa carrière À Travers la Flandre, le mercredi 30 mars 2022 – Photo : capture Eurosport

Une attaque à 90 kilomètres de l’arrivée pour tester, une accélération pour suivre le coup des INEOS Grenadiers à 70 bornes du but et un dernier coup de rein sous la flamme rouge : l’esprit offensif de Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix) n’est plus à démontrer. Mais l’aisance avec laquelle il a suivi tous les bons coups ce mercredi sur À Travers la Flandre confirme le retour aux affaires du champion néerlandais. Juste à temps pour la grand-messe dominicale du Tour des Flandres.

Entre Roulers et Waregem, malgré un parcours bien moins brutal que le Tour des Flandres (avec 60 kilomètres en moins il est vrai), l’enchaînement des treize côtes et cinq secteurs pavés au programme ne laissait pas indifférent un peloton composé de bien plus d’attaquants que de sprinters. Pas question d’envisager une arrivée groupée devant le stade Arc-en-ciel de Waregem : l’objectif des spécialistes des Flandriennes présents ce mercredi était de faire exploser ce peloton le plus rapidement possible. Et l’objectif était affiché dès la mi-course par un certain Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix), surprenant tous ses rivaux par son accélération au sommet de Hotond. Le ton était donné et l’équipe INEOS Grenadiers était prête à suivre ce train décidé par le champion néerlandais.

Dans le Berg Ten Houte et son pied à 21%, Ben Turner et Tom Pidcock accéléraient comme ils le feraient sur un cyclo-cross : tout en explosivité, sans un regard vers l’arrière. Victor Campenaerts (Lotto-Soudal) suivait en force, Mathieu Van der Poel revenait ensuite avec Stefan Küng (Groupama-FDJ) et Tiesj Benoot (Jumbo-Visma) en derniers remparts. « Je n’avais pas vraiment l’impression d’être le plus fort dans le groupe de tête », réagit toutefois VDP. « Pour moi, Tom Pidcock et Tiesj Benoot ont fait impression, mais j’étais toujours là quand il le fallait. Peut-être que l’équipe a lancé un peu trop tôt, car nous avons perdu rapidement des coureurs. Mais je suis content d’avoir pu finir le travail par la suite ».

Pogacar bloqué par une chute

Seuls absents de marque : les coureurs de Quick Step-Alpha Vinyl, trop en retrait lors des offensives fatidiques, et Tadej Pogacar (UAE Team Emirates), qui se retrouvait dans un troisième groupe avant de se lancer dans une poursuite en chasse-patate à la sortie du Kanarieberg, revenant à 12 secondes du groupe de tête. Sans plus. « Avant le Berg Ten Houte, je n’ai pas pu éviter la chute devant moi et j’ai perdu quelques positions », explique le Slovène. « J’aurais dû me remettre plus rapidement dans les premières places du peloton. Dans la côte suivante, cela roulait à fond. Et je ne pouvais pas suivre directement ». « Pogi » essayait encore de relancer une poursuite avec son compatriote Jan Tratnik (Bahrain Victorious) mais aussi Valentin Madouas (Groupama-FDJ), Greg Van Avermaet (Ag2r Citroën Team), Bryan Coquard (Cofidis) et Soren Kragh Andersen (Team DSM), sans plus de succès. « J’ai beaucoup appris sur cette course », se réjouit malgré tout celui qui termine tout de même dixième de sa première classique flandrienne. « Dès la première heure, il y avait beaucoup d’attaques, c’était un peu frénétique. Je me suis dit que ça allait être une course chaotique jusqu’à la fin, et ça l’a été. J’imagine que ce sera encore le cas dimanche, voire pire encore ».

Pidcock : « Mieux que dimanche »

À l’avant, l’entente était parfaite entre les favoris du jour, sans une once d’hésitation. Le groupe s’étoffait même de l’échappée matinale au sein de laquelle seuls l’Allemand Nils Politt (Bora-Hansgrohe) et le surprenant Australien Kelland O’Brien (BikeExchange-Jayco), 23 ans et double champion du monde de poursuite par équipes, parvenaient à survivre. Les offensives décisives s’annonçaient dans les dix derniers kilomètres. Et malgré le 58 dents installé par Victor Campenaerts pour un dernier coup d’éclat dans l’ultime descente vers Waregem, la bonne attaque était à mettre à l’actif de… Van der Poel et Benoot, bien lancés sous la flamme rouge face à des rivaux trop hésitants.

« À la fin, c’était un peu un jeu du chat et de la souris », résume Tom Pidcock, finalement troisième du jour. «  Je pense que l’élastique a juste cassé à ce moment-là. Tout le monde a été cherché les différentes attaques jusque-là. Puis sur cette tentative de Van der Poel et de Benoot, Stefan (Küng) a un peu hésité, il aurait pu y aller. Mais c’était fini… Ben (Turner) a tout fait pour rentrer, mais bon. Je suis content, un podium, c’est une très grande amélioration par rapport à dimanche passé (NDLR : 67e sur Gand-Wevelgem) ».

Pas de pression pour le Ronde

Van der Poel a pourtant dû puiser dans ses réserves pour tenir le coup dans ce dernier kilomètre. « J’ai essayé de me mettre à fond, surtout lorsque Pidcock, Benoot et Campenaerts étaient absents de la tête de course. J’ai dû réaliser de gros efforts. Cela faisait mal, mais je suis content d’avoir fait tout ça », confirme le leader d’Alpecin-Fenix. Qui a décidé de surprendre Benoot en menant un sprint de près de 300 mètres ! Suffisant pour aller chercher sa deuxième victoire de la saison et sa deuxième victoire sur À Travers la Flandre, après l’édition 2019. « Mes jambes étaient déjà bien dures, j’ai vu la roue de Tiesj très proche de mon vélo, donc j’ai pensé qu’il allait tenter un sprint de loin. Finalement, j’ai bien joué le coup. Tiesj a été très fort, il a mérité sa deuxième place », salue Van der Poel, lui-même applaudi par Benoot sur la ligne d’arrivée.

Ce succès permet de mettre Van der Poel, Benoot, Campenaerts, Pidcock ou encore Küng dans de meilleures conditions en vue du Tour des Flandres, certes plus long et plus rude. « Le Tour des Flandres est une course différente, surtout sur la distance. J’étais bien aujourd’hui, mais certainement pas super », relativise Van der Poel. « Ce sera une longue journée et difficile. Mais si j’ai les mêmes jambes qu’aujourd’hui, cela devrait bien se passer », se rassure pour sa part Pidcock. Le champion de Belgique Wout van Aert (Jumbo-Visma), ultra-favori dimanche, est prévenu.

Lire aussi | Chez les femmes, Chiara Consonni s’offre une première Flandrienne, Julie De Wilde s’en approche (réaction + vidéo)

Résultats de la 76e édition masculine d’À Travers la Flandre (Roulers > Waregem, 183.7 km) :

Total
8
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Précédent article
Chiara Consonni - Vainqueure A Travers la Flandre Femmes 2022 - Capture Proximus Pickx

À Travers la Flandre – Femmes : Consonni s’offre une première Flandrienne, De Wilde s’en approche

Article suivant
Maillots Tour de France Femmes - ASO Fabien Boukla

Tour de France Femmes : une belge parmi les 24 équipes sélectionnées pour la 1re édition

Articles similaires