Tour de Wallonie : la confirmation de Simmons, la renaissance de Jakobsen et Groenewegen

Sur un parcours annoncé pour les habitués du panache mais bouleversé en dernière minute, les sprinters ont finalement mené le tableau des victoires de ce Tour de Wallonie. Les résultats purs ne disent pourtant rien de la course offensive menée durant ces cinq étapes, et bien menée par le jeune Américain Quinn Simmons (Trek-Segafredo), qui s’est offert en une semaine sa première victoire pro et sa première course par étapes.

Retour gagnant pour les sprinters néerlandais

Deux étapes s’annonçaient idéales pour les sprinters, quatre ont finalement permis aux coureurs les plus véloces du peloton de s’écharper cette semaine. Il est vrai que l’étape-reine tracée entre Verviers et Herve a dû être annulée en raison des inondations meurtrières qui ont touché la région, laissant place à un critérium sur le circuit automobile (totalement plat) de Zolder. Ce qui offrait aux sprinters une chance supplémentaire de se faire les cuisses. Et sur ce terrain, les Néerlandais présents n’ont pas manqué leur cible.

Après trois courses par étapes pour retrouver le rythme, Fabio Jakobsen était attendu sur ce Tour de Wallonie comme unique sprinter de l’équipe Deceuninck-Quick Step. Face à une concurrence moins imposante qu’en WorldTour, ce Tour de Wallonie apparaissait comme une chance pour la principale victime de la terrible chute du Tour de Pologne 2020 de retrouver la sensation de la victoire. Et grâce à un «Wolfpack» encore une fois en ordre de marche, avec les rouleurs Josef Cerny, Yves Lampaert et Florian Sénéchal pour le propulser en tête, Jakobsen s’est rapidement trouvé en position pour lever les bras. Vainqueur à Zolder, il a doublé la mise sur la dernière étape à Quaregnon, avec un geste mimant un large sourire.

«J’ai beaucoup souffert sur cette fin de Tour de Wallonie mais ce samedi, j’avais les jambes», se réjouit le Néerlandais au micro de la RTBF après sa deuxième victoire de la semaine. «Je dois remercier mes équipiers pour cette victoire. Ils m’ont parfaitement lancé. Et que Sénéchal m’aide à remporter le sprint une nouvelle fois aujourd’hui, c’est génial. Il était avec moi en Pologne, il m’a tenu la tête après l’accident pour éviter que je m’étouffe. Je peux dire que je tiens à lui», ajoute le Néerlandais, victorieux au bout d’une dernière étape animée et vallonnée. Confirmant que Jakobsen est bien sur le bon chemin pour trouver le succès sur les plus belles courses à l’avenir. Notamment le Tour d’Espagne, qui arrive bientôt ? «Je me sens de nouveau un sprinter», se rassure-t-il.

Sur ce même Tour de Wallonie, celui qui l’avait envoyé dans les barrières sur le Tour de Pologne, le Néerlandais Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) a également retrouvé la victoire. Vainqueur de la première étape malgré un enchaînement de collines qui auraient pu le faire craquer, le sprinter batave a réitéré sur la quatrième étape vers Fleurus, en franchissant la terrible côte du Petit Try dans le peloton avant de le mener au sprint. «Ce sont mes équipiers qui m’ont dit : ‘on va te ramener’, ‘on est sûr que tu peux gagner ici’. Je me suis juste accroché dans la montée et ils m’ont ensuite ramené. C’est une victoire pour toute l’équipe, comme lors de la première étape», se réjouit Groenewegen devant la presse.

Les deux Néerlandais sortent enfin d’une lourde période, entre les blessures et opérations de l’un, et la suspension de l’autre. Ces deux pépites du sprint retrouvent chacun une sérénité et une pointe de vitesse qui feront certainement d’eux les grands concurrents des Bennett, Ewan, Merlier et autre ces prochaines saisons. Vivement les prochains Grands Tours !

Dylan Groenewegen Victoire Sprint - 4e étape Tour de Wallonie 2021 - Alain Vandepontseele

Quinn Simmons, de la polémique à la victoire

Il a suffi d’une étape pour mener l’Américain Quinn Simmons (Trek-Segafredo) en tête du classement général. Position qu’il a parfaitement protégée avec l’aide de sa formation sur les deux dernières étapes, malgré des offensives venues de tous les côtés dans un peloton sans véritable leader. «Vendredi (NDLR : lors de la 4e étape), cela a été la course la plus dure à contrôler que j’ai vue depuis qui je suis passé pro», explique le coureur de 20 ans à peine, arrivé chez les pros en 2020 sans passer par la catégorie des espoirs. L’Américain, vainqueur de la troisième étape sur les hauteurs d’Érezée, après avoir mené la majeure partie des offensives avec son jeune équipier espagnol Juan Pedro Lopez, a dû se dépenser pour revenir sur tous ces coureurs à moins d’une minute qui souhaitaient lui chiper le maillot orange de leader, d’Eliot Lietaer (B&B Hôtels p/b KTM) en passant par Tim Wellens (Lotto-Soudal), Quinten Hermans (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) ou Stan Dewulf (Ag2r Citroën Team).

Simmons a finalement tenu bon jusqu’à Quaregnon, malgré de nouvelles offensives dans les pourcentages à deux chiffres de la Tienne du Dragon. L’Américain confirme son profil de puncheur et élargit désormais sa palette à celle de leader, grâce à une première victoire pro et une première victoire dans un classement général. « J’avais deux objectifs cette année : réaliser un bon résultat sur le Strade Bianche puis obtenir ma place sur le Tour de France. Finalement, j’ai chuté sur le Strade Bianche, puis j’ai chuté avant le Tour de France (NDLR : lors d’une compétition de gravel dans le Kansas, début juin) », rappelle le coureur américain. «J’avais une grosse motivation avant de venir ici, pour faire quelque chose de bien. Et puis, vous avez vu ce que les gars ont fait. Ils m’ont emmené malgré le vent de côté, malgré les attaques. C’était épique. (…) Je pense que si tu peux gagner en Belgique, tu peux gagner dans la plupart des autres pays».

Cette victoire est aussi un soulagement pour un jeune coureur qui a été suspendu en fin de saison dernière en raison de propos racistes que l’équipe Trek-Segafredo n’a pas souhaité laisser sans conséquence. Cela n’a pas empêché le coureur d’estimer lors d’une conférence de presse début 2021 qu’il ne «méritait pas cette suspension», ajoutant seulement qu’il avait «compris» qu’il n’allait «plus refaire ce type de message» et «rester loin de ce type de conversation» politique. Ce sera encore le mieux pour le monde et le sport cycliste.

Une organisation solidaire

Le Tour de Wallonie a donc connu de sacrées secousses, à nouveau, lors de cette 42e édition. Comme attendu, la deuxième étape prévue dans la région verviétoise n’a pu se tenir en raison des cruelles inondations qui ont fait 36 morts la semaine précédant la course. L’organisation a trouvé en dernière minute une solution via Marc Wauters, directeur sportif de Lotto-Soudal qui a un contact avec le circuit automobile de Zolder. Certes, ce n’est pas en Wallonie, mais ce critérium de 30 tours de 4 km a permis aux coureurs de tout de même rouler et poursuivre la course au maillot orange sans jour de repos forcé.

La troisième étape a également dû être revue, en raison d’un départ dans la même région sinistrée. Les coureurs ont démarré l’étape 45 kilomètres plus loin et ont fait face à un circuit vallonné supplémentaire dans le final, qui a permis à Quinn Simmons de s’imposer.

Ces inondations ont évidemment touché le peloton, et les coureurs ont décidé de faire don des primes gagnées sur ce Tour de Wallonie, soit 71 050 euros, pour les victimes de cette catastrophe en région liégeoise. Le don a été réalisé auprès de la Croix-Rouge de Belgique, qui coordonne aujourd’hui l’aide pour les sinistrés. Un beau geste solidaire pour conclure ce Tour de Wallonie de grande facture.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les résultats de la 42e édition du Tour de Wallonie :

1re étape – Mardi 20 juillet 2021 : Genappe > Héron (185,7 km)

2e étape – Mercredi 21 juillet 2021 : Zolder > Zolder (120 km)

3e étape – Jeudi 22 juillet 2021 : Signal de Botrange > Érezée (177 km)

4e étape – Vendredi 23 juillet 2021 : Neufchâteau > Fleurus (206 km)

5e étape – Samedi 24 juillet 2021 : Dinant > Quaregnon (183,1 km)

Classement général final

Photos : Alain Vandepontseele/Alain VDP Photography

Pin It on Pinterest