Tom Dumoulin prend une pause dans sa carrière cycliste : « L’humain vient toujours avant l’athlète »

Au lendemain de l’annonce de ses objectifs pour la saison cycliste 2021, le Néerlandais Tom Dumoulin (Jumbo-Visma) a surpris le monde cycliste en annonçant dans une vidéo publiée par son équipe sa décision de faire une pause dans sa carrière. L’ancien champion du monde du contre-la-montre ne souhaite pas annoncer de date de retour, préférant prendre le temps pour réfléchir quant à son avenir personnel et professionnel.

Vendredi, à l’occasion de la présentation virtuelle de l’équipe Jumbo-Visma, Tom Dumoulin annonçait, comme les autres leaders de la formation néerlandaise, ses objectifs pour la prochaine saison cycliste. Il confirmait son intention de participer pour la première fois depuis 2012 au Tour des Flandres afin d’épauler Wout van Aert dans sa conquête de la plus grande classique flamande du printemps. Avant d’envisager une participation au Tour de France avec Primoz Roglic et Steven Kruijswijk, puis aux Jeux olympiques de Tokyo et aux championnats du monde en Flandre. Ce programme était complet mais pouvait déjà être rayé 24 heures plus tard.

Dans une vidéo de huit minutes publiée par l’équipe Jumbo-Visma samedi matin, Tom Dumoulin annonce qu’il décide de prendre une pause dans sa carrière. Psychologiquement, l’ancien champion du monde du contre-la-montre et vainqueur du Tour d’Italie connaît des difficultés qu’il souhaite surmonter hors du vélo, en prenant le temps de réfléchir. « J’ai senti depuis quelque temps, depuis plusieurs mois voire un an, qu’il était très difficile pour moi de trouver ma voie en tant que « Tom Dumoulin, le cycliste ». Que ce soit avec la pression qui émane de cette position, ou avec les attentes de chacun. Je veux juste bien faire, je veux que l’équipe soit contente de moi. Je veux que les sponsors soient contents. Je veux que ma femme et ma famille soient contents. Donc, je veux bien faire pour tout le monde. Mais à cause de cela, je me suis quelque peu oublié durant cette dernière année. Qu’est-ce que je veux ? Qu’est-ce que « l’homme Tom Dumoulin » veut faire de sa vie pour le moment ? Et c’est une question qui m’a déjà travaillé de l’intérieur depuis plusieurs mois maintenant », rapporte-t-il dans cette longue vidéo, durant laquelle il affiche de nombreux sourires, confirmant sa libération d’enfin pouvoir parler librement de ses problèmes.

« Ces questions m’ont rendu doucement malheureux »

« Je n’ai pas le temps actuellement de trouver une réponse à ces questions car la vie de cycliste professionnel doit avancer très vite. On est dans un TGV pour le prochain stage, pour une prochaine course, pour des prochains objectifs. Mais les questions sont là, et je n’ai pas le temps d’y répondre. Qu’est-ce que je veux ? Est-ce que je veux encore être cycliste ? Et si oui, comment ? Si je veux gagner le Tour de France, comment est-ce que je dois travailler pour cet objectif, par exemple. Et maintenant, j’ai le sentiment que je ne sais plus quoi faire. Et que je laisse les autres répondre à ces questions, juste pour que ce soit bon pour tout le monde. Cela ne mène toutefois pas au résultat désiré. En premier lieu, cela ne me rend pas heureux. Cela m’a même rendu doucement malheureux. C’est honteux. La situation ne devrait pas être comme ça, et rien de bon ne pourra en sortir. C’est pourquoi je prends cette pause pour un moment », ajoute-t-il.

« Qui sait où cela va mener ? Dans tous les cas, je vais beaucoup discuter, appeler des gens. Réfléchir, promener mon chien, et juste penser à ce que je souhaite sur le vélo en tant que personne. Qu’est-ce que je veux en tant que personne pour ma vie ? J’ai pris la décision hier (NDLR : vendredi). Et l’équipe me soutient, et cela me fait du bien. C’est comme si on avait retiré un sac de cent kilos de mes épaules. Je me suis directement réveillé heureux, je me sentais si bien d’avoir finalement pris la décision de prendre du temps pour moi. Je pense que cela en dit assez », explique Dumoulin, souriant au moment de rapporter la position de son équipe.

« Je ne sais pas si je le veux encore »

Merijn Zeeman, directeur sportif chez Jumbo-Visma et véritable conseiller des leaders des Grands Tours au sein de l’équipe néerlandaise, confirme que l’objectif est avant tout que leur homme fort du Limbourg se sente bien sous le maillot noir et jaune. « Nous allons perdre un très bon coureur durant un certain temps », dit-il avant d’ajouter : « Au final, l’humain vient toujours avant l’athlète. Nous avons déjà parlé avec lui depuis déjà quelques temps. Nous avons offert à Tom toute l’aide nécessaire, déjà la saison dernière. Finalement, la même question ne cessait de revenir, et après discussion avec nous, il a décidé de prendre une pause, le temps pour lui de retrouver ses sensations ».

« Dans ce sport très compétitif, on travaille toujours pour être le meilleur, pour s’améliorer tant physiquement que psychologiquement, mais au final, nous restons des êtres humains. De base, vous devriez aimer ce que vous faites. Vous devriez aimer les sorties d’entraînement, la préparation plus rude, devenir plus fort, programmer des objectifs. Si le plaisir disparaît peu à peu, vous arrivez au point où vous vous demandez si vous voulez toujours tout cela. Vous vous demandez si vous en profitez autant que vous le souhaitez. Nous avons beaucoup travaillé avec Tom sur ces questions, Mais, au final, la phrase « Je ne sais pas si je le veux encore » revenait souvent. C’est la décision de Tom et nous la soutenons », confirme Merijn Zeeman dans une interview vidéo également publiée par le Team Jumbo-Visma, en complément du témoignage de Tom Dumoulin.

« J’ai trop longtemps traîné ces doutes »

Le Néerlandais confirme que la pression extérieure a été lourde à porter depuis ses résultats majeurs, de sa victoire sur le Tour d’Italie et son titre de champion du monde de contre-la-montre en 2017, à sa deuxième place sur le Tour d’Italie et le Tour de France en 2018. « Pendant trop longtemps, je réfléchissais à tout, à ce que les gens allaient penser. Il est désormais temps que je réfléchisse à ce que je veux vraiment pour moi-même. Au final, toutes ces personnes, les personnes dans l’équipe et mes équipiers, et moi-même, ne pouvons pas retirer de bénéfice de ma situation actuelle. Tout ça pour éventuellement finir 12e sur le Tour de France et 5e aux Jeux Olympiques. Cela ne nous aide pas. J’ai trop longtemps traîné tous ces doutes au fin fond de mon esprit », confie-t-il.

Interrogé quant à sa décision de faire une pause malgré le fait d’avoir poursuivi ses entraînements avec l’équipe Jumbo-Visma, Tom Dumoulin explique qu’il a essayé de retrouver la confiance ou du moins l’envie de faire du vélo en enchaînant les sorties. « Durant longtemps, j’ai aussi essayé de penser : peut-être que si je reprends le vélo… Enfin, j’adore toujours le vélo. Mais peut-être que si j’allais en stage avec l’équipe, peut-être qu’un meilleur sentiment reviendra, et que j’allais retrouver mes meilleures sensations sur le vélo. J’espérais à chaque fois que ça allait être différent, que je pourrais tourner l’interrupteur sur ‘Marche' », dit-il.

« Maintenant que je suis revenu en stage avec l’équipe, je n’ai pas arrêté de penser que je n’arrivais pas à trouver de réponses à mes questions, que j’étais toujours en train de réfléchir à toute vitesse. J’ai vraiment besoin de sortir de cela et de réfléchir. Peut-être que je reprendrais ce train de vie dans deux mois, avec une nouvelle motivation et un bon sentiment, et peut-être que je serais sur une autre voie. Je ne sais pas encore. Mais j’ai vraiment besoin de temps pour y réfléchir. J’ai encore tenté de pousser. C’est pourquoi j’avais participé aux deux stages de l’équipe. J’avais moi-même réalisé deux stages par moi-même en décembre et début janvier, parce que je ne prenais pas le temps de penser. Maintenant, le temps de la réflexion est venu », confirme Dumoulin.

Wout van Aert : « Beaucoup de hauts et de bas »

Son équipier Wout van Aert, interrogé par la VRT sur cette annonce de Tom Dumoulin, confie pour sa part que ces doutes étaient clairement évoqués au sein de l’équipe. « Pour moi, cette nouvelle est moins une surprise que pour le monde extérieur. Je pense que Tom a connu une année très difficile. Avant cela, il a été absent durant un long moment suite à des blessures, et cela a été difficile mentalement. On avait remarqué l’an dernier avec l’équipe qu’il avait beaucoup de hauts et de bas depuis son retour. J’espère que cette décision lui permettra de revenir plus fort. Il reste un grand champion. Mais je peux comprendre que c’est une surprise pour beaucoup de personnes. Les gens qui connaissent un burn-out sont parfois sur la touche pour un long moment, mais ils n’arrêtent pas de travailler par la suite. Il a assez de talent pour revenir à son plus haut niveau par la suite », estime le champion de Belgique de cyclo-cross et du contre-la-montre.

Tom Dumoulin continue par ailleurs de remercier ses équipiers et le staff de Jumbo-Visma pour leur solidarité par rapport à ses questionnements. « Je suis très content de la réaction de l’équipe. Nous avons beaucoup discuté ces derniers jours, ce n’est pas une décision de dernière minute. J’ai senti un grand soutien de l’équipe. Je veux vraiment bien faire pour mon équipe et pour mes équipiers. Mais à la fin, vous ne travaillez pas bien pour tout le monde. Donc, à ce moment-là, cela ne sert à rien pour l’équipe de continuer à me faire rouler. Personne n’en profite pour le moment. L’équipe me supporte totalement et me donne le temps de réfléchir », clame-t-il.

« Prendre moins en compte ce que les autres pensent »

La pression émanant de ses victoires passées a également eu raison des ambitions de Tom Dumoulin, qui veut désormais envisager l’avenir sous un autre regard. « Quand d’autres personnes attendent également beaucoup de vous, il est facile de dire : « hey, laisse-les dire, qu’ont-ils à voir avec tes objectifs ? » C’est facile à dire, mais au final, je trouve que c’est plus difficile que ce que j’espérais. Cela a été le cas pendant trop longtemps maintenant. Il est temps que je clarifie cela avec moi-même. Peut-être que je souhaite encore être cycliste. Mais alors il est important que je commence à prendre moins en compte ce que les autres pensent et de réaliser mon propre plan. Je vais prendre le temps de faire cela », conclut Dumoulin, qui ne veut toutefois pas envisager de date quant à son retour en compétition, ou même à l’entraînement. Le Néerlandais va se reposer, penser à d’autres choses et le vélo s’annonce comme le cadet de ses soucis. La reprise viendra quand elle viendra.

C’est ce que confirme le CEO de Flanders Classics, Tomas Van den Spiegel, ancien basketteur professionnel. « En mars 2013, en plein milieu de la saison de basket, et malgré un très bon contrat sur le long terme, je suis arrivé à l’entraînement et j’ai dit à mon coach que je voulais arrêter ce sport que j’adore depuis que je suis enfant. Quand vous savez, vous savez. Je te souhaite le meilleur pour cette prochaine période Tom Dumoulin », a-t-il publié sur Twitter, en soutien au Néerlandais.

Kittel : « Seul le temps donnera les réponses »

L’Allemand Marcel Kittel, qui avait surpris le peloton en annonçant sa retraite sportive à 30 ans après seulement neuf saisons pros et près de 90 victoires, ne dit pas autre chose sur Instagram, en l’honneur de son ancien équipier chez Giant-Alpecin : « J’ai toujours admiré Tom Dumoulin pour sa force. Sur le vélo, quand nous étions équipiers et que nous gagnions des étapes ensemble. Et hors du vélo pour ses opinions claires et ses critiques honnêtes. Évidemment, je suis triste de le voir quitter un temps le cyclisme, mais il reste également honnête avec lui-même en prenant le temps qu’il a besoin pour savoir qui il est et ce qu’il veut. Je sais d’expérience ce qu’est ce sentiment et la difficulté que cela peut être quand vous doutez sur ce que vous faites, et que vous réfléchissez à votre identité et votre vie actuelle. Seul le temps vous donnera les réponses, et j’espère que Tom les trouvera rapidement. D’ici là, je lui souhaite la même force qu’il a eu sur le vélo pour cette nouvelle partie de sa carrière, ainsi qu’à tous ceux dans la même situation. Je sais que c’est un long voyage avec une destination incertaine, mais aussi une très importante leçon de vie une fois que vous avez retrouvé votre boussole et que vous vous dirigez vers votre destination », conclut-il.

L’heure est donc venue pour Tom Dumoulin de prendre du temps pour lui, loin d’un sport où la pression tant sportive que psychologique se fait de plus en plus ressentir, au fur et à mesure de sa médiatisation grandissante. Le cyclisme est de plus en plus populaire, à en juger par les audiences télévisées, et il faut réussir à se défaire de cette popularité pour retrouver une certaine sérénité. On ne peut que souhaiter à Tom Dumoulin que cette sérénité soit désormais son avenir.

Photo : Team Jumbo-Visma

Pin It on Pinterest