Coupe du monde de cyclo-cross #2 à Namur : le solo de Brand, le parfait final de Van der Poel

La Coupe du monde a repris ses droits sur la Citadelle de Namur, sur le tracé toujours technique de la forêt en son sommet. Et dans la boue wallonne, la vérité de la semaine précédente s’est confirmée ce dimanche. Chez les femmes, Lucinda Brand (Telenet Baloise Lions) a une nouvelle fois dominé ses adversaires sans ménagement. Et chez les hommes, le champion du monde Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix) a mené un rythme d’enfer dans le dernier tour pour devancer ses rivaux au terme d’un spectacle rare.

Betsema met la pression

Le changement de parcours sur les pentes de la Citadelle de Namur ne bouleversait pas forcément la hiérarchie d’un peloton féminin qui a confirmé la domination néerlandaise en cet hiver 2020-2021. Le tracé restait usant et technique, parfait pour le physique des coureuses bataves. Dans le premier tour, Denise Betsema (Pauwels Sauzen-Bingoal) menait le tempo le plus élevé pour s’isoler en tête. La cycliste de Texel pensait avoir réalisé le plus dur, mais sur ce parcours redessiné par Erwin Vervecken, les passages à pied dans la boue étaient parfaits pour la leader de la Coupe du monde et véritable femme de cette saison, Lucinda Brand (Telenet Baloise Lions). Cette dernière revenait en force sur Betsema dans le deuxième tour avant de la lâcher sur les passages en montée. Asphyxiée, Betsema ne pouvait répliquer.

Pas plus que la championne du monde Ceylin Del Carmen Alvarado (Alpecin-Fenix), longtemps en troisième position avant de se mettre également dans le rouge. La Néerlandaise, visiblement bien moins en verve qu’en début de saison, voyait même la championne des États-Unis Clara Honsinger la déborder dans les deux derniers des six tours à couvrir. La domination néerlandaise allait-elle vaciller ? Certaines représentantes du nord étaient en tout cas en plus grande difficulté sur ces chemins namurois. L’ex-championne d’Europe Yara Kastelijn (Credishop-Fristads) devait même renoncer, malade, alors que la vice-championne du monde Annemarie Worst (777) avait déjà déclaré forfait en raison d’une blessure de l’été dont elle a du mal à se départir.

Brand devant la surprise Honsinger

Honsinger revenait dans le dernier tour sur Betsema et dépassait cette dernière au fil des passages techniques. Mais devant, Lucinda Brand restait solidement accrochée à la première marche du podium. Sans aucune faute technique, la Néerlandaise magnifiait son exercice en solitaire par une troisième victoire consécutive sur la Citadelle de Namur, son deuxième succès d’affilée en Coupe du monde, une position de leader consolidée au général, et un huitième bouquet cet hiver. Le tout devant Honsinger, qui réalise à 23 ans son meilleur résultat sur un cyclo-cross international.

« J’avais de bonnes jambes, je pense avoir réalisé une excellente course », confie Lucinda Brand, posée en interview. « Betsema a commencé très fort, mais je sais une chose à Namur, c’est que je peux avoir confiance en moi et que tout ira bien ». Cela s’est confirmé au fil d’une course parfaitement gérée par la leader des Lions qui compte désormais 28 points d’avance sur Alvarado au classement général de la Coupe du monde. Alors qu’il ne reste que trois manches. Cela s’annonce bien pour Brand.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Résultats de la 2e manche de la Coupe du monde féminine à Namur :

  1. Lucinda Brand (P-B, Telenet Baloise Lions), les 6 tours en 52:47

  2. Clara Honsinger (USA, Cannondale CX Team) à 0:29

  3. Denise Betsema (P-B, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 0:38

  4. Ceylin Del Carmen Alvarado (P-B, Alpecin-Fenix) à 1:21

  5. Blanka Kata Vas (Hon, Doltcini-Van Eyck-Proximus) à 1:38

  6. Evie Richards (G-B, Trek Factory Racing CX) à 1:45

  7. Anna Kay (G-B, Starcasino CX Team) à 2:14

  8. Aniek van Alphen (P-B, Credishop-Fristads) à 2:26

  9. Perrine Clauzel (Fra, A.S. Bike Crossteam) à 2:33

  10. Eva Lechner (Ita, Starcasino CX Team) à 2:42

Classement général provisoire de la Coupe du monde féminine (après 2 manches sur 5) :

  1. Lucinda Brand (P-B, Telenet Baloise Lions) 80 points

  2. Ceylin Del Carmen Alvarado (P-B, Alpecin-Fenix) 52 pts

  3. Denise Betsema (P-B, Pauwels Sauzen-Bingoal) 50 pts

  4. Blanka Kata Vas (Hon, Doltcini-Van Eyck-Proximus) 43 pts

  5. Anna Kay (G-B, Starcasino CX Team) 36 pts

  6. Puck Pieterse (P-B, Alpecin-Fenix) 35 pts

  7. Clara Honsinger (G-B, Cannondale CX Team) 30 pts

  8. Alice Maria Arzuffi (Ita, 777) 29 pts

  9. Sanne Cant (Bel, IKO-Crelan) 28 pts

  10. Perrine Clauzel (Fra, A.S. Bike Crossteam) 27 pts

Pidcock tente sa chance d’emblée

Les spécialistes du cyclo-cross de Namur ne manquaient pas au départ de cette deuxième manche de la Coupe du monde. Avant même d’affronter les premières pentes de la Citadelle, le champion du monde Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix) pouvait se targuer d’avoir déjà levé les bras à cinq reprises en terres wallonnes (une fois chez les juniors et quatre fois chez les pros), contre trois succès pour le Britannique Tom Pidcock (une fois chez les juniors et deux fois chez les espoirs) et le Belge Wout van Aert (deux fois chez les espoirs et une fois chez les pros). Cela tombait bien : les trois hommes étaient annoncés comme les grands favoris de cette épreuve namuroise. Van der Poel et Pidcock ont chacun brillé le week-end dernier, tandis que Van Aert a confirmé son retour en grâce avec deux podiums avant de partir deux semaines en stage sous le soleil espagnol. Et voici pour la première fois les trois stars des labourés ensemble pour un combat dans la boue, sur un tracé aussi exigeant que technique.

Dès le sprint d’ouverture, la bataille était déjà lancée malgré un problème de pédale pour Van der Poel au sommet de la première colline. Parti en deuxième ligne vu qu’il s’agit de sa première manche de Coupe du monde de l’année (le placement au départ est géré grâce au classement général de la Coupe du monde), le champion du monde se retrouvait aux abords de la dixième position après le premier virage mais remontait rapidement le peloton sur la montée la plus longue du parcours, sur les pavés glissants de la route des Canons. Pendant que Pidcock faisait déjà la course en tête, avec Wout van Aert et le leader de la Coupe du monde Michael Vanthourenhout (Pauwels Sauzen-Bingoal) en premiers poursuivants.

Les autres outsiders nommés étaient déjà hors course pour la victoire : Toon Aerts (Telenet Baloise Lions) était déjà relégué à la septième place sur le premier tour, et le champion d’Europe Eli Iserbyt (Pauwels Sauzen-Bingoal), était victime d’un bris de dérailleur dès le départ, et perdait une dizaine de minutes à ramener son vélo sur l’épaule jusqu’à la première zone technique.

Une poursuite sans fin

Après une glissade de Mathieu Van der Poel et une nouvelle faute technique du champion du monde dans le deuxième tour, Pidcock plaçait une nouvelle attaque pour prendre la main. Le Britannique de 21 ans se montrait techniquement le plus valeureux, et enchaînait tant les dévers que les montées à pied avec précision. Cela lui permettait de se dégager un avantage de cinq à sept secondes qu’il conservait pendant une bonne partie de l’épreuve. Il reprenait ainsi à chaque fois quelques secondes en évitant des changements de vélo à chaque tour, au contraire de ses adversaires.

Mais les efforts impressionnants du coureur anglais finissaient par se payer à l’approche de l’heure de course. Dans le huitième des neuf tours à parcourir, tandis que Vanthourenhout lâchait prise, Van Aert faisait l’effort pour rentrer sur Van der Poel, puis sur Pidcock, après de légères fautes de l’homme de tête. L’effort du coureur belge était violent, et il lui fallait reprendre son souffle, avec les deux autres favoris du jour dans sa roue. Lui qui semblait inarrêtable dans ce huitième tour avait finalement scellé son sort.

« Pendant une heure à la limite »

« J’ai trop travaillé dans la poursuite pour revenir sur Pidcock. J’ai remis Van der Poel en bonne position en faisant cela, et il était finalement le plus fort dans le dernier tour », confie, lucide, Wout van Aert à l’arrivée. Car dans l’avant-dernière montée de la Citadelle, le champion du monde attaquait en puissance pour mettre ses rivaux belge et britannique dans le rouge. En quelques secondes, il avait fait le trou. Léger mais suffisant pour tenir la distance dans le dernier tour. « J’étais à fond, pendant près d’une heure à la limite », analyse Van der Poel. « Aujourd’hui, je n’ai pas dû prendre de décision tactique, il fallait juste tenter sa chance dans les attaques, cela se jouait sur le physique ».

Et sur ce point-là, Van der Poel affichait la meilleure condition dans le final, s’imposant pour seulement trois secondes sur Van Aert, qui revenait de justesse dans les derniers hectomètres. « Je pense que je n’ai pas eu assez confiance en moi pour la victoire, je pensais trop à revenir à chaque fois, et pas à la première place », explique le Belge, déçu mais conscient de se rapprocher de sa meilleure forme, et surtout de la première place. « Je pense qu’on est tous les trois concentrés sur les Mondiaux, il y a encore beaucoup de belles courses d’ici là, avant une belle finale à Ostende (NDLR : le 31 janvier 2021) », ajoute-t-il.

« Je n’ai pas couru une course parfaite »

Mathieu Van der Poel, visiblement vidé à la fin de l’épreuve, assis devant la tente des interviews pour reprendre son souffle, se voulait pour sa part plus prudent quant à la suite de la saison : « Ostende, pour les championnats du monde, sera un parcours totalement différent. On est pour l’instant les meilleurs (NDLR : avec Van Aert et Pidcock), mais il y a encore du temps d’ici le mois prochain », confirme le Néerlandais.

Pidcock, pour sa part, ruminait encore après cette troisième place, même si elle a été conquise derrière les deux grandes stars de ces cinq dernières années dans les labourés. « Je n’ai pas couru une course parfaite, mais j’ai fait ce que je devais faire. Aujourd’hui, avec un peu de chance, et avec un peu plus d’énergie dans le dernier tour, je pense que j’aurais pu gagner. Mais à la fin, cela n’a pas fonctionné », résume le Britannique en interview. Nul doute que Pidcock attend déjà sa revanche contre Van der Poel à Essen, mardi. Avant de retrouver Van der Poel ET Van Aert à Baal, le 1er janvier 2021. Pour un prochain combat des braves.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Résultats de la 2e manche de la Coupe du monde masculine à Namur :

  1. Mathieu Van der Poel (P-B, Alpecin-Fenix) les 9 tours en 1h03:59

  2. Wout van Aert (Bel, Team Jumbo-Visma) à 0:03

  3. Tom Pidcock (G-B, Trinity Racing) à 0:11

  4. Michael Vanthourenhout (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 1:07

  5. Quinten Hermans (Bel, Tormans CX Team) à 2:09

  6. Lars van der Haar (P-B, Telenet Baloise Lions) à 2:17

  7. Toon Aerts (Bel, Telenet Baloise Lions) à 2:53

  8. Daan Soete (Bel, Group Hens-Maes Containers) à 2:57

  9. Corné van Kessel (P-B, Tormans CX Team) à 3:25

  10. Ryan Kamp (P-B, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 3:31

Classement général provisoire de la Coupe du monde masculine (après 2 manches sur 5) :

  1. Michael Vanthourenhout (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) 62 points

  2. Wout van Aert (Bel, Team Jumbo-Visma) 55 pts

  3. Toon Aerts (Bel, Telenet Baloise Lions) 41 pts

  4. Lars van der Haar (P-B, Telenet Baloise Lions) 41 pts

  5. Mathieu Van der Poel (P-B, Alpecin-Fenix) 40 pts

  6. Quinten Hermans (Bel, Tormans CX Team) 40 pts

  7. Corné van Kessel (P-B, Tormans CX Team) 37 pts

  8. Daan Soete (Bel, Group Hens-Maes Containers) 36 pts

  9. Tom Pidcock (G-B, Trinity Racing) 34 pts

  10. Eli Iserbyt (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) 30 pts

Photos : Alain Vandepontseele/Alain VDP Photography

Pin It on Pinterest