Cant prolonge chez IKO-Crelan et Worst chez 777, avant une aventure commune sur route ?

La saison hivernale de cyclo-cross est loin d’être lancée, et dans les coulisses, cela s’active déjà. Particulièrement dans le peloton féminin : la triple championne du monde Sanne Cant a ainsi signé un nouveau contrat jusque fin 2022 avec l’équipe IKO-Crelan alors que la vice-championne du monde Annemarie Worst a scellé son destin avec le Team 777 jusqu’en mars 2024.

Si la saison de cyclo-cross 2020-2021 s’annonce déjà en sursis en raison des contraintes des règles sanitaires suite au coronavirus, et de la difficulté de réunir des milliers de personnes sur un seul site, ce qui représente l’une des plus grandes sources de revenus des organisateurs, cela s’active déjà dans les pelotons pour préparer au mieux ce prochain hiver malgré tout. Pendant que les entraînements s’enchaînent, les stars du cyclo-cross féminin en profitent également pour assurer leur avenir.

Sanne Cant, onze fois championne de Belgique de cyclo-cross et trois championne du monde, a prolongé avec ses partenaires habituels IKO et Crelan jusque fin 2022. La cycliste de 29 ans est en effet aidée par IKO depuis 2012 et par Crelan depuis 2009. Il semblait donc inimaginable de voir la championne belge s’expatrier. « Je suis heureuse d’avoir pu prolonger mon contrat avec l’équipe où j’ai connu tant de succès. Je suis avec cette équipe depuis plus de 10 ans, donc cette prolongation montre notre confiance commune », confirme Cant par voie de communiqué. Cette prolongation confirme également l’implication d’IKO et Crelan dans l’équipe destinée aux jeunes coureurs et jeunes coureuses, et qui tente de trouver les nouvelles pépites belges des labourés pour ces prochains hivers.

Dans la même journée, l’équipe 777, du nom de la société belge de casino en ligne, a annoncé la prolongation de contrat de la Néerlandaise Annemarie Worst jusqu’à la fin de la saison de cyclo-cross 2023-2024. L’ex-championne d’Europe et actuelle vice-championne du monde poursuit ainsi une aventure débutée la saison dernière avec sa compatriote et championne d’Europe Yara Kastelijn et l’Italienne Alice Maria Arzuffi. Cette formation belge reste toutefois une structure hybride, créée par les frères Roodhooft (les hommes derrière l’équipe continentale pro Alpecin-Fenix), et tenue spécifiquement pour les compétitions de cyclo-cross, grâce à un règlement international particulièrement ouvert sur ces formations.

Une nouvelle équipe pour les frères Roodhooft

C’est pour cela qu’Annemarie Worst, Sanne Cant ou encore la championne du monde Ceylin Del Carmen Alvarado (Alpecin-Fenix) pourraient bientôt se retrouver sous le même maillot, à l’occasion de la prochaine saison de cyclisme sur route. En effet, le site Wielerflits a révélé vendredi dernier qu’une nouvelle équipe continentale féminine a vu le jour sur le site de l’Union Cycliste Internationale (UCI) : Ciclismo Mundial. Ces deux noms sont bien connus, puisqu’ils sont le nom de la structure collective menée par les frères Roodhooft, encadrant l’ensemble del eurs équipes cyclistes. « De plus en plus de cyclo-crosswomen font partie d’une équipe sur route, comme Lucinda Brand, Marianne Vos ou Inge van der Heijden. Nous ne voulons pas que nos coureuses prennent donc du retard », explique ainsi Philip Roodhooft, patron de l’équipe Alpecin-Fenix (et donc de 777 et d’IKO-Crelan) avec son frère Christoph. « Si vous ne voulez pas rester à la traîne, il faut pouvoir offrir à nos cyclistes un programme sur route à part entière. Jusqu’à présent, cela a été un problème. En créant une équipe continentale, nous comblons cette lacune. Et avec un peu de chance, nous garderons une longueur d’avance sur la concurrence ».

Pas encore de programme

Cette nouvelle équipe continentale sur route incluera ainsi la plupart des cyclistes enregistrées dans les équipes de cyclo-cross Alpecin-Fenix, 777 et IKO-Crelan : Ceylin Del Carmen Alvarado, Annemarie Worst, Yara Kastelijn, Sanne Cant, Manon Bakker, Aniek van Alphen, Loes Sels, Karen Verhestraeten, Jinse Peeters et Kiona Crabbé. « Mais nous n’excluons pas que d’autres coureuses nous rejoignent. Et je tiens à souligner qu’elles resteront concurrentes sur les cyclo-cross », ajoute Philip Roodhooft. Aucune info n’a toutefois filtré sur le nom de cette nouvelle formation, ni sur son programme : « Ce n’est pas une priorité aujourd’hui. Ne vous attendez pas à ce que nous soyons au départ des grandes classiques en 2020. Notre objectif est d’offrir un programme sur route à nos cyclistes. Nous ne savons pas encore ce à quoi cela peut nous mener à long terme« .

Cette équipe ne risque d’ailleurs pas d’être une grande concurrente du peloton féminin sur route, du moins si les dames poursuivent leur programme actuel. Plusieurs d’entre elles, comme Alvarado, ont déjà annoncé leur ambition de prester en VTT également. Il faudra donc composer entre les différentes ambitions de ces coureuses, et imaginer plutôt cette équipe sur route comme une préparation supplémentaire en vue des hivers dans les labourés.

Photo : Alain Vandepontseele/Alain VDP Photography

Pin It on Pinterest