COVID-19 : l’UCI dévoile comment elle va construire son futur calendrier

Alors que Belgian Cycling, la fédération belge de cyclisme, a annoncé l’annulation de toutes les courses amateurs et professionnelles sur le territoire belge jusqu’au 30 avril prochain, l’Union Cycliste Internationale (UCI) interdit également toute compétition jusque fin avril et poursuit ses réunions pour construire la suite du calendrier cycliste 2020. Du moins si les courses auront lieu.

Les annulations s’enchaînent en Europe. Après les confirmations d’ASO que Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, la Flèche Wallonne et le Tour de Yorkshire devront être reportés suite à la crise sanitaire autour du COVID-19, après l’annonce de Flanders Classics que le Tour des Flandres ne pourra avoir lieu le 5 avril prochain suite au confinement généralisé prôné par le gouvernement belge jusqu’au… 5 avril inclus, c’est au tour de Belgian Cycling, la fédération belge de cyclisme, de dire « stop » et d’indiquer que toutes les courses amateurs et professionnelles, tous les entraînements, tous les stages sont annulés sur le territoire belge jusqu’au 30 avril prochain. Ce qui indique donc l’annulation du GP de l’Escaut, de la Flèche Brabançonne, du Tour des Flandres espoirs ou encore de Liège-Bastogne-Liège espoirs. À priori, ces épreuves ne risquent pas de retrouver une nouvelle date dans le calendrier au vu des nouvelles mesures annoncées par l’Union Cycliste Internationale.

Les Grands Tours et monuments en priorité

L’UCI a pris la même initiative que Belgian Cycling et confirme qu’aucune épreuve du calendrier de cyclisme sur route, qu’il s’agisse du peloton masculin ou féminin, n’aura lieu d’ici la fin du mois d’avril, « et ce jusqu’à nouvel ordre », précise la fédération internationale. Elle précise également qu’elle réfléchit évidemment à l’élaboration de la suite du calendrier pour 2020, avec de nombreuses épreuves à réinstaller dans un agenda déjà serré.

L’UCI précise que les courses cyclistes déjà prévues aux dates suivant la reprise du calendrier auront une priorité sur les autres. La situation sera la même pour les trois Grands Tours (Tour d’Italie, Tour de France et Tour d’Espagne) et les monuments (Milan-Sanremo, Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie). Ce sont donc ces épreuves qui seront avant tout réinstallées dans le calendrier de la deuxième partie de saison. Pour les autres courses, il semble donc difficile qu’une nouvelle date soit trouvée dans la situation actuelle.

Des courses jusqu’au 1er novembre ?

La fédération internationale annonce également dans son communiqué que les saisons cyclistes féminine et masculine pourraient être prolongées jusqu’au 1er novembre 2020 pour éviter une trop grande concurrence avec d’autres événements sportifs majeurs. Enfin, l’UCI indique que le règlement pourrait être modifié pour permettre à certaines épreuves d’accueillir plus de cyclistes par équipe (comme cela fut le cas à Paris-Nice, avec 8 coureurs engagés par équipe contre 7 normalement).

Ces décisions sont pour l’instant à l’état de propositions, qui doivent encore être avalisées par le Comité Directeur de l’UCI ainsi que par le Conseil du Cyclisme Professionnel (CCP), qui réunit toutes les parties prenantes du cyclisme. Ce n’est qu’ensuite qu’un nouveau calendrier pourra officiellement être annoncé, même si des pistes sont déjà envisagées, comme l’organisation du Giro à partir du 29 mai et sur les trois semaines suivantes, comme l’annonce la VRT ce mercredi.

Photo : ASO/Fabien Boukla

Pin It on Pinterest