Championnats du monde de cyclo-cross à Dübendorf : Van Anrooij, Kamp et Alvarado placent les Pays-Bas aux sommets

L’hymne néerlandais a résonné sur l’aérodrome de Dübendorf ce samedi : trois représentants des Pays-Bas ont en effet triomphé en cette première journée des championnats du monde de cyclo-cross. Les dames ont été les plus impressionnantes avec deux représentantes pour accompagner la nouvelle championne du monde Ceylin Del Carmen Alvarado. Là où Ryan Kamp et Shirin van Anrooij ont obtenu leur titre, chez les espoirs et chez les juniores, au terme d’un long solo. Le tableau des médailles est en tout cas impressionnant : sur neuf breloques, sept reviennent déjà aux Pays-Bas !

Un thriller entre Néerlandaises

Un quatuor était attendu sur ces routes suisses et elles n’ont pas déçu : dès le sprint lancé au départ, les dames en orange ont pris les commandes de cette course féminine, s’offrent les quatre premières places dès le premier tour, sans que la Canadienne Maghalie Rochette, l’Américaine Katherine Compton ou la Belge Ellen Van Loy puissent les déborder. La championne du monde en titre, Sanne Cant, était pour sa part encore plus loin, larguée dès la première accélération collective néerlandaise. En tête, le quatuor se transformait en trio au fil des coups de pédales : la championne d’Europe Yara Kastelijn semblait à la limite et ne pouvait suivre le rythme éffréné de ses compatriotes. Pourtant, il fallait attendre le deuxième des cinq tours pour voir une première tentative d’offensive de Ceylin Del Carmen Alvarado, à laquelle Annemarie Worst répliquait directement. Lucinda Brand, la trentenaire du groupe, devait souvent laisser quelques longueurs avant de revenir en tête à la faveur d’une neutralisation entre Alvarado et Worst.

La suite de la course est un thriller permanent entre les trois concurrentes, s’attaquant l’une après l’autre, ou profitant de l’erreur technique de l’une sur les petites buttes construites pour ce tracé au demeurant très plat et roulant. Brand pensait presque manquer la médaille d’or en raison d’une selle cassée, mais elle parvenait encore à rentrer suite aux regards vers l’arrière portés par Alvarado et Worst. La décision finale intervenait dans le dernier tour. Brand ne pouvait suivre ses deux adversaires en raison d’une montée mal négociée, alors qu’Alvarado suivait la roue de Worst à l’approche de l’ultime ligne droite. Et dans le sprint, la Néerlandaise d’origine dominicaine parvenait à détrôner sans grande difficulté Worst à l’arrivée. Non sans lâcher des sanglots de bonheur dans les bras de sa maman, exténuée et incapable de marcher en raison de crampes. Une confirmation de l’âpreté du combat final à Dübendorf.

https://twitter.com/sporza_koers/status/1223620172159696896?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed&ref_url=https%3A%2F%2Fsporza.be%2Fnl%2Fmatches%2Fveldrijden%2Fwk-veldrijden-vrouwen%2F2020%2Fwk-veldrijden-elite-vrouwen%2F

« Je me sens très fatiguée », lâchait-elle à l’arrivée, avant de monter sur le podium pour étréner son premier maillot de championne du monde. Alvarado peut en outre célébrer sa décision de ne pas disputer la course des espoirs femmes pour se consacrer aux élites, malgré son jeune âge (21 ans) et le fait qu’elle était la plus jeune concurrente inscrite au départ de cette course mondiale. Alvarado a confirmé son rôle de favorite au fil des tours malgré l’usure physique : « J’étais très fatiguée dans le dernier tour et je ne pensais pas pouvoir gagner. Mais juste avant le dernier pont, j’ai pu me replacer et j’ai maintenu un rythme élevé jusqu’à l’arrivée ». « C’est aussi très beau de voir un podium 100% néerlandais. Même si je sais que mes compatriotes sont déçues », confiait encore Alvarado, alors que sa dauphine, Annemarie Worst se montrait accablée, incapable de se remettre de cette deuxième place. « Cela allait super bien aujourd’hui mais je ne voulais pas venir pour une deuxième place. J’espère qu’il y aura d’autres belles années à venir durant lesquelles je pourrai devenir championne du monde », lançait tout de même Worst à la télévision publique néerlandaise NOS pour relativiser ce podium.

Dans le clan belge, il était difficile de sourire. Ellen Van Loy se félicitait de sa huitième place, en tant que première représentante noire-jaune-rouge à l’arrivée, juste devant Laura Verdonschot. Et derrière, Sanne Cant devait se contenter d’une anonyme douzième place, confirmation d’une saison pourrie de bout en bout pour la triple championne du monde. « Je ne sais pas comment c’est possible… Il n’y avait rien à faire. Dès le départ, je savais que je n’étais pas bien et après un tour, je me rendais compte que ça n’allait pas aller mieux », confiait-elle à Wielerflits après l’épreuve. « Je disputerai mercredi le cyclo-cross de Maldegem avec le maillot de championne de Belgique, dont je peux être fière. Mais cette saison, j’ai vraiment envie de l’oublier ».

Résultats de la course des élites femmes des championnats du monde de cyclo-cross :

1. Ceylin Del Carmen Alvarado (P-B, Alpecin-Fenix) en 45:20
2. Annemarie Worst (P-B, 777) à 0:01
3. Lucinda Brand (P-B, Telenet Baloise Lions) à 0:10
4. Katherine Compton (USA, KFC Racing powered by Trek/Knight) à 1:00
5. Yara Kastelijn (P-B, 777) à 1:26
6. Evie Richards (G-B, Trek Factory Racing CX) à 1:44
7. Eva Lechner (Ita, Creafin-Fristads) à 2:25
8. Ellen Van Loy (Bel, Telenet Baloise Lions) à 2:46
9. Laura Verdonschot (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 2:52
10. Marlène Petit (Fra, Team Podiocom CC) à 3:06

12. Sanne Cant (Bel, IKO-Crelan) à 3:32

Kamp devance le favori local

Comme chez les dames et les juniores, les Néerlandais partaient sur ce championnat du monde pour les espoirs avec un certain avantage sur le circuit de Dübendorf. Le champion national Ryan Kamp sortait d’un mois de janvier exceptionnel (quatre victoires consécutives) et comptait donc bien confirmer cette condition sur cette course au maillot irisé. Après un tour d’observation, il se montrait entreprenant et enchaînait les accélérations pour distancer ses adversaires. Le Suisse Kevin Kuhn, plus constant tout au long de la saison, tentait bien de suivre le rythme du Néerlandais et se plaçait à moins d’une dizaine de secondes de Kamp durant les trois tours suivants. Mais dans le final, Kamp conservait son rythme et faisait finalement craquer Kuhn, contraint de céder la médaille d’or malgré les vivats de ses compatriotes dans le public.

Ryan Kamp célèbre ainsi son premier titre de champion du monde pour sa deuxième saison seulement chez les espoirs, et offre ainsi une nouvelle médaille aux Pays-Bas, additionnée à celle de son compatriote Mees Hendrikx, troisième de l’épreuve du jour. Niels Vandeputte, le principal concurrent belge à Dübendorf, était pour sa part mécontent de signer une septième place sur cette course destinée aux espoirs, en raison principalement d’une mauvaise journée sur le plan physique. « Je n’étais tout simplement pas bien et je devais tout le temps laisser un trou. À la fin du troisième tour, j’ai complètement sauté. Tout mon corps me faisait mal. J’ai tout de même réussi à terminer septième mais je n’étais pas venu pour ça », lançait-il à l’antenne de la VRT, déçu de manquer un nouveau championnat, après ses échecs à l’Euro et au National, à Anvers, un mois plus tôt.

Résultats de la course des espoirs messieurs des championnats du monde de cyclo-cross :

1. Ryan Kamp (P-B, Pauwels Sauzen-Bingoal) en 47:53
2. Kevin Kuhn (Sui) à 0:36
3. Mees Hendrikx (P-B) à 0:52
4. Antoine Benoist (Fra, Alpecin-Fenix) à 1:16
5. Pim Ronhaar (P-B, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 1:19
6. Iván Feijoo Alberte (Esp, Nesta-Skoda Alecar CX Team) à 1:32
7. Niels Vandeputte (Bel, Alpecin-Fenix) à 1:36
8. Cameron Mason (G-B, Trinity Racing) à 1:44
9. Jelle Camps (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 2:15
10. Yentl Bekaert (Bel, Telenet Baloise Lions) à 2:36

14. Timo Kielich (Bel, Creafin-Fristads) à 2:59
17. Toon Vandebosch (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 3:11

Van Anrooij solide de bout en bout

Le premier championnat du monde destinée aux juniores n’a malheureusement pas connu de grande surprise dans son scénario. Les favorites annoncées ont pris les devants dès le premier tour et elles n’ont pas laissé la moindre chance à leurs adversaires. Shirin van Anrooij, 17 ans, a accéléré après seulement deux minutes de course et s’est offert un avantage déjà conséquent sur sa compatriote Puck Pieterse. Au fil des quatre tours à enchaîner sur le circuit de Dübendorf, Van Anrooij baissait quelque peu le rythme mais avait déjà pris une avance considérable pour s’assurer un premier maillot arc-en-ciel. Elle s’impose ainsi avec près d’une minute d’avance sur Pieterse et l’Américaine Madigan Munro.

https://twitter.com/sporza_koers/status/1223557951543304194

« J’étais un peu nerveuse et je suis heureuse d’avoir tout de même pu l’emporter », confiait Van Anrooij au micro de l’UCI. « J’ai tout de suite creusé l’écart et j’ai pu rouler mon propre cross. Je suis très heureuse d’empocher ce premier maillot ». Un titre mondial qui en appelle sûrement d’autres pour cette surdouée du vélo, déjà championne des Pays-Bas de triathlon et de duathlon chez les juniores. Alors que la sélection belge se satisfera sur cette épreuve de la dixième place de Julie De Wilde, certainement son meilleur résultat possible sur une telle course roulante.

Résultats de la course des juniores des championnats du monde de cyclo-cross :

1. Shirin van Anrooij (P-B) en 38:34
2. Puck Pieterse (P-B) à 0:53
3. Madigan Munro (USA) à 1:18
4. Millie Couzens (G-B) à 1:43
5. Fem van Empel (P-B) à 2:12
6. Line Burquier (Fra)
7. Josie Nelson (G-B) à 2:32
8. Lizzy Gunsalus (USA) à 2:47
9. Marie Schreiber (Lux) à 3:01
10. Julie De Wilde (Bel) à 3:20

18. Sterre Vervloet (Bel) à 4:14
25. Julie Brouwers (Bel) à 5:46
28. Mirthe Van den Brande (Bel) à 6:05

Photo : capture UCI

Pin It on Pinterest