Superprestige #6 – Diegem : Worst et Van der Poel, des Néerlandais dans la lumière

Lumières, musique techno à toute berzingue, bière à tous les étages : le cyclo-cross de Diegem, disputé en nocturne, a tout de l’ambiance flamande typique. Mais pour les cyclistes, pas de répit. Dans la kermesse, entre la dinde et le foie gras, ils enchaînent. Les Néerlandais Annemarie Worst (777) et Mathieu Van der Poel (Corendon-Circus) ont de nouveau émergé sur ce circuit rapide qui a offert du grand spectacle.

Sans Aerts, Iserbyt crée la concurrence

Les lumières sont allumées, la boue est tamisée, les bus sont arrivés : bienvenue dans le centre de Diegem, petite bourgade à la frontière de la capitale bruxelloise, plus connue pour le passage incessant des avions se posant quelques minutes plus tard dans l’aéroport voisin de Zaventem. Le décor ne semble pas prêter à un cyclo-cross et pourtant, depuis plus de trente ans, la localité accueille l’un des grands rendez-vous de l’hiver grâce à un tracé exigeant, entre le bas de la ville qui permet aux coureurs de découvrir le terrain de foot local et le parc autour de la tour médiévale De Magna, et le haut de la ville où la petite forêt attachée à la gare de Diegem offre une belle occasion de jouer du braquet. Ajoutez à ce parcours une qualité unique en Belgique : faire rouler les coureurs de nuit. Du moins, en soirée, alors que l’hiver fait coucher le soleil bien plus tôt que le reste de l’année.

Gérer un tel aspect n’est pas anodin : les échauffements, repas et autres préparatifs se retrouvent décalés et il faut éviter la fringale pour le retour sur le vélo, alors que le show se fait en prime-time à la télévision. Mais dès les premiers tours de roue, le champion du monde Mathieu Van der Poel (Corendon-Circus) confirmait que l’heure de départ n’était pas une complication pour sa personne. Il prenait les commandes avec le Belge Eli Iserbyt (Pauwels Sauzen-Bingoal) dès le premier tour, tandis que les Telenet Baloise-Lions devaient compter sur la poursuite de Corné van Kessel en l’absence du champion de Belgique Toon Aerts, toujours blessé avec ses côtes cassées et décidé à revenir dans une semaine au cyclo-cross de Bruxelles.

Mais Van der Poel domine toujours

Durant quatre tours, le suspense était entretenu par la capacité d’Iserbyt à se placer en tête et accélérer à plusieurs reprises pour faire mal à Van der Poel. Mais le Néerlandais parvenait toujours à répliquer. Et au bout du quatrième tour, Michael Vanthourenhout, Laurens Sweeck (Pauwels Sauzen-Bingoal), Tim Merlier (Creafin-Fristads) et Van Kessel parvenaient même à revenir sur la tête. Ce regroupement était le signal pour Van der Poel. Le champion du monde lançait une vive accélération sur le dévers technique du terrain de football, profitait d’une crevaison d’Iserbyt dans ce même passage piégeux puis accentuait son avantage quelques minutes plus tard sur la côte vers la gare de Diegem. Suffisant pour faire la différence alors qu’Iserbyt devait souffler et attendait le septième des huit tours pour relancer la machine et tenter la poursuite en solitaire. Le Belge de poche reprenait jusqu’à quinze secondes sur Van der Poel mais ce contre était trop tardif : le Néerlandais était bien parti vers son quinzième succès de la saison.

À l’arrivée, Mathieu Van der Poel levait ses deux mains pour afficher le chiffre 10 avec ses doigts, pour célébrer en prime sa dixième victoire consécutive à Diegem, depuis les débutants jusqu’aux pros. « Ce n’était pas une course facile, cela s’est joué au caractère », affirme tout de même le Néerlandais après sa montée sur le podium, assurant que sa domination n’était pas aussi aisée qu’affiché. « Je n’ai pas connu une très bonne journée aujourd’hui, mais j’ai l’expérience de ce parcours. Je sais comment gérer cela. C’est en partie pour cela que j’ai trouvé la victoire ce dimanche. Et puis, l’ambiance est très agréable, c’est très encourageant ». Van der Poel répète que cette saison reste différente du précédent hiver : « Je pense que j’ai encore senti ce soir que la saison dernière était bien plus aisée. Mais ce n’est pas si mal si je parviens encore à gagner ». À tel point que son appétit ne semble pas rassasié : le champion du monde a confirmé sa participation au cyclo-cross de Bredene, ce lundi, soit le dernier cross de l’année.

Du rififi chez Pauwels Sauzen-Bingoal

Derrière, Eli Iserbyt a obtenu une deuxième place encourageante, tant il a su imprimer le rythme de Van der Poel avant de céder du terrain sur une crevaison. Le coureur belge, qui a scellé le jour même son destin avec Pauwels Sauzen-Bingoal jusque fin 2024 (!), ne pouvait toutefois afficher tout son bonheur de revenir à un tel niveau après un mois très compliqué. En effet, Iserbyt est resté très mystérieux lors d’une interview d’après-course avec la VRT quant à la raison de sa deuxième place. « Je sais ce qu’il s’est passé mais je ne vais rien dire », lâche d’abord Iserbyt. « Je ne pense pas que j’allais laisser filer Van der Poel. Je me suis senti très bien jusqu’à la fin. Mais je ne vais rien dire. » Avant que le journaliste de la VRT lui demande si le problème venait de Michael Vanthourenhout, qui a ramené Laurens Sweeck et bon nombre d’autres coureurs dans sa roue : « Je n’ai pas de problème avec Michael. Je voulais même le prendre dans ma roue plus longtemps. Il a fait beaucoup pour moi aussi. Je suis content qu’il termine troisième ». Sans adresser un mot concernant son équipier Laurens Sweeck, qui avait la possibilité de mener le général du Superprestige en l’absence de Toon Aerts : c’est ce qu’il s’est passé avec la 6e place de Sweeck, qui lui permet de prendre la tête du challenge pour un point sur… Iserbyt.

« Je pense que l’objectif était de ramener plusieurs membres de l’équipe à l’avant et de voir ce qu’on pouvait faire les uns pour les autres », estime pour sa part Michael Vanthourenhout. « Van der Poel a lancé son attaque juste au moment où les autres poursuivants sont rentrés. C’était la chose la plus compliquée. Sinon on pouvait peut-être faire quelque chose ensemble. J’ai senti qu’Eli était très fort aujourd’hui. J’ai eu du mal à le suivre donc je pense que Mathieu Van der Poel était le plus fort, puis Iserbyt ». Par contre, Vanthourenhout ne voit pas le problème qu’il y aurait entre Iserbyt et Sweeck. « On en parlera peut-être plus tard. Ils étaient tous les deux bien placés au classement et ont essayé de marquer le plus de points. Je ne pense que j’ai quelque chose à voir avec tout ça », estime pour sa part le troisième larron de Pauwels Sauzen-Bingoal, où l’ambiance a viré au psychodrame en cette soirée festive.

Résultats de la 6e manche du Superprestige masculin à Diegem :

  1. Mathieu Van der Poel (P-B, Corendon-Circus) en 59:41
  2. Eli Iserbyt (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 0:09
  3. Michael Vanthourenhout (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 0:28
  4. Tim Merlier (Bel, Creafin-Fristads) à 0:38
  5. Lars Van der Haar (P-B, Telenet Baloise Lions) à 0:41
  6. Laurens Sweeck (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) à 0:50
  7. Corné van Kessel (P-B, Telenet Baloise Lions) à 1:09
  8. Quinten Hermans (Bel, Telenet Baloise Lions) à 1:32
  9. David Van der Poel (P-B, Corendon-Circus) à 1:48
  10. Tom Pidcock (G-B, Trinity Racing) à 2:21

Classement général provisoire du Superprestige masculin (après 6 manches sur 8) :

  1. Laurens Sweeck (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) 69 points
  2. Eli Iserbyt (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) 68 pts
  3. Lars van der Haar (P-B, Telenet Baloise Lions) 64 pts
  4. Quinten Hermans (Bel, Telenet Baloise Lions) 63 pts
  5. Corné van Kessel (P-B, Telenet Baloise Lions) 62 pts
  6. Toon Aerts (Bel, Telenet Baloise Lions) 60 pts
  7. Tom Pidcock (G-B, Trinity Racing) 53 pts
  8. Tim Merlier (Bel, Creafin-Fristads) 35 pts
  9. Jens Adams (Bel, Telenet Baloise Lions) 33 pts
  10. Gianni Vermeersch (Bel, Creafin-Fristads) 31 pts

Un show néerlandais chez les dames

Alors que la nuit se faisait plus noire sur le village de Diegem, illuminé des larges spots électriques disséminés sur le tracé ainsi que par les décorations de Noël jonchant l’église du centre, les dames partaient en force sur ce tracé difficile. Comme à l’accoutumée, la dame en forme du moment, Ceylin Del Carmen Alvarado (Corendon-Circus) lançait la grande offensive en sprintant les mains sur les cocottes. Une stratégie particulière qui lui permettait de creuser un petit écart avec sa compatriote néerlandaise Annemarie Worst (777). La championne d’Europe Yara Kastelijn (777), en meilleure condition que ces dernières semaines, réussissait également à prendre la roue de ce duo batave, et lâchait sans un regard la championne du monde Sanne Cant (IKO-Crelan), toujours en dedans sur ce circuit. Derrière, la Française Pauline Ferrand-Prévot (Canyon-SRAM), double championne du monde de VTT (marathon et cross-country) signait son retour dans les labourés avec difficulté et s’accrochait dans le Top 20 en début de course.

Les Néerlandaises, pour leur part, étaient encore à la fête ce dimanche soir. La juniore Shirin Van Anrooij, à peine 17 ans et déjà grande technicienne, et l’espoir Inge van der Heijden (CCC-Liv), 20 ans, revenaient sur le trio « oranje » en tête de course après deux tours, mais les efforts commençaient à peser pour les deux jeunes Néerlandaises, contraintes de laisser filer Worst, Alvarado et Kastelijn à l’approche du troisième tour. Van Anrooij devait même abandonner l’idée de monter sur son premier podium pro après une crevaison et un raté de son équipe, qui n’a pas eu le temps de lui donner un nouveau vélo au poste matériel. La juniore a donc dû poursuivre sa course, en larmes et avec une roue crevée…

« Personne n’a réussi à s’échapper »

Devant, la bagarre faisait tache entre les trois meilleures Néerlandaises du jour : Kastelijn faisait une erreur à l’approche du final, dont Alvarado profitait pour prendre la tête jusqu’à l’escalier final, à moins de 150 mètres de la ligne d’arrivée. Mais Worst, meilleure sprinteuse, choisissait un meilleur braquet et parvenait à déborder Alvarado à l’intérieur, près des barrières, pour s’offrir sa huitième victoire de la saison. « C’était une course très excitante car personne n’a réussi à s’échapper jusqu’à la fin », confiait Annemarie Worst à la sortie du podium. « Je savais que je pouvais gagner car j’ai enfin connu une bonne journée. Et toutes les trois (NDLR : avec Alvarado et Kastelijn), nous avons été très bonnes et on s’est portée les unes et les autres. Nous sommes à peu près au même niveau actuellement. Et en prime, il était très difficile de faire la différence sur un tel parcours rapide. J’ai tenté de partir dans la côte vers les hauteurs de Diegem mais ça ne fonctionnait pas. J’ai fait une erreur, comme les autres en tentant cette attaque ».

Le championnat des Pays-Bas qui régit actuellement le cyclo-cross féminin risque en tout cas de se poursuivre longtemps. Alvarado mène toujours le classement général du Superprestige après cette nouvelle deuxième place, et devance Kastelijn et Worst de cinq et seize points, de quoi offrir encore deux cyclo-cross intéressants d’ici février. Et d’ici là, les Néerlandaises seront encore attendues à Baal, mercredi, Gullegem, samedi, et Bruxelles, dimanche prochain. « Il n’y a pas de différences claires entre nous toutes. Je pense qu’on peut faire toutes quelque chose de bien sur les prochains cyclo-cross. On se tire toutes vers le haut en tout cas », lâche encore Worst, avec son habituelle sourire, avant de signaler : « Et nous sommes encore jeunes ». Sur le Top 5 de Diegem, les Néerlandaises classées ont en effet moins de 25 ans…

Derrière, Sanne Cant poursuit sa traversée du désert sur les grands rendez-vous de l’hiver avec une huitième place au final. Tandis que Pauline Ferrand-Prévot s’adjuge la 18e place pour son retour à la compétition.

Résultats de la 6e manche du Superprestige féminin à Diegem :

  1. Annemarie Worst (P-B, 777) en 43:18
  2. Ceylin Del Carmen Alvarado (P-B, Corendon-Circus) à 0:00
  3. Yara Kastelijn (P-B, 777) à 0:08
  4. Inge van der Heijden (P-B, CCC-Liv) à 0:39
  5. Puck Pieterse (P-B, ZZPR.nl-Hanclean-Orange Babies) à 1:05
  6. Alice Maria Arzuffi (Ita, 777) à 1:07
  7. Blanka Kata Vas (Hon, Doltcini-N-M Transport) à 1:12
  8. Sanne Cant (Bel, IKO-Crelan) à 1:15
  9. Eva Lechner (Ita, Creafin-Fristads) à 1:23
  10. Maghalie Rochette (Can, Team Specialized) à 1:37

Classement général provisoire du Superprestige féminin (après 6 manches sur 8) :

  1. Ceylin Del Carmen Alvarado (P-B, Corendon-Circus) 81 points
  2. Yara Kastelijn (P-B, 777) 76 pts
  3. Annemarie Worst (P-B, 777) 65 pts
  4. Alice Maria Arzuffi (Ita, 777) 62 pts
  5. Sanne Cant (Bel, IKO-Crelan) 61 pts
  6. Eva Lechner (Ita, Creafin-Fristads) 50 pts
  7. Ellen Van Loy (Bel, Telenet Baloise Lions) 43 pts
  8. Inge van der Heijden (P-B, CCC-Liv) 42 pts
  9. Laura Verdonschot (Bel, Pauwels Sauzen-Bingoal) 31 pts
  10. Manon Bakker (P-B, Experza Pro CX) 27 pts

Grégory Ienco, à Diegem – Photos : Alain Vandepontseele/Alain VDP Photography

One thought on “Superprestige #6 – Diegem : Worst et Van der Poel, des Néerlandais dans la lumière

Les commentaires sont fermés.

Pin It on Pinterest