Tour de Wallonie 2019 : notre présentation complète de la 40e édition

Pendant que le Tour de France fait vibrer les fans de la Petite reine depuis trois semaines, le Tour de Wallonie continue de faire sa place dans l’été cycliste. L’épreuve propose cette année un parcours pour puncheurs qui permettra d’offrir une course explosive au peloton. Avec un final devenu traditionnel sur le mur de Thuin.

Les moments-clés du parcours

Si traditionnellement, le Tour de Wallonie se balade d’est en ouest puis d’ouest en est au fil des années, l’organisation a cette année décidé de bouleverser ses habitudes avec deux étapes hennuyères (à l’ouest) et trois étapes plutôt ardennaises (à l’est). Et la première étape pourra déjà faire plaisir aux baroudeurs. Vers Dottignies, le peloton devra en effet affronter une succession de petites côtes flandriennes dont certaines bien connues des habitués des classiques, comme le Kruisberg ou le Knokteberg. Le circuit local qui suit sera toutefois plat et favorisera les sprinters. Ces derniers devront toutefois se méfier des 400 derniers mètres en légère montée.

La deuxième étape vers Beyne-Heusay risque de déjà former une partie du classement général, avec un enchaînement de trois difficiles côtes en moins de 40 kilomètres. Les puncheurs testeront leurs cuisses sur le Mur de Fayembois, au sommet duquel se situe la ligne d’arrivée. La montée n’est pas très difficile (4,5% de moyenne à 2,8 km) mais elle propose des passages à 10% qui peuvent aider les plus explosifs à s’extirper d’un groupe. Alors que le lendemain, la troisième étape vers Verviers sera surtout une ode aux Ardennes, sans toutefois traverser les ascensions les plus mythiques de la région. Mais attention à la petite butte à 8% de moyenne située à 4 kilomètres du but : cela peut faire mal aux purs sprinters qui espéraient briller sur la ligne droite plane prévue à Verviers.

La quatrième étape sera une nouvelle fois vallonnée, avec de nombreuses bosses même non-répertoriées qui peuvent faire craquer les moins solides. Cela sera surtout une course d’usure avec un possible emballage massif à Lierneux. Enfin, la cinquième et dernière étape déterminera définitivement le classement général avec un triple passage par le Mur de Thuin qui permettra aux puncheurs de s’accorder une dernière chance de glaner la victoire finale.

Les favoris

L’an dernier, le duel entre les Lotto-Soudal de Tim Wellens et les Telenet-Fidea Lions de Quinten Hermans avait mené à une égalité quasiment parfaite entre les deux hommes. Wellens n’avait pu écrire son nom au palmarès que grâce à quelques places de mieux dans le classement des étapes. Wellens est cette année sur le Tour alors que Hermans peut revenir sur les terres wallonnes avec l’espoir de triompher. Le cyclo-crossman, qui passe bien les bosses et a une belle pointe de vitesse, s’est notamment montré sur les chemins de gravier d’À Travers le Hageland en juin dernier, ainsi que sur les chemins vallonnés de la Flèche du Sud. Depuis lors, Hermans enchaîne les stages et entraînements en vue de la prochaine saison de cyclo-cross et peut clairement profiter de cette montée en puissance pour créer une nouvelle fois la surprise sur ces routes.

Il devra notamment faire face aux six équipes du WorldTour sélectionnées cette année sur ce Tour de Wallonie. Notamment les Lotto-Soudal qui, même sans Wellens, peuvent tout de même faire la course en tête avec l’expérimenté Jelle Vanendert ou avec le sprinter-puncheur Tosh Van der Sande, déjà deuxième du classement général en 2017. Le Team INEOS débarque également avec des ambitions dans le plat pays, avec notamment l’Irlandais Eddie Dunbar, l’une des révélations du dernier Tour d’Italie, et qui sera attendu sur les quelques côtes abruptes disséminées sur ce parcours difficile. Il devra notamment se méfier de Nathan Haas (Katusha-Alpecin), l’un des coureurs complets qui sera inévitablement aux avant-postes lorsque la pente s’élèvera.

Du côté des équipes continentales et continentales pro, le Danois Alexander Kamp (Riwal Readynez) sera scruté après ses prestations exceptionnelles sur le Tour de Yorkshire ou le Circuit des Ardennes. Le sprinter du nord sait franchir les sommets belges, mais il se montre particulièrement discret depuis le début de l’été. Alors que le Français Bryan Coquard (Vital Concept-B&B Hôtels), certes connu comme sprinter, a déjà gagné sur le récent GP Cerami et peut tout de même croire en une belle performance s’il parvient à tenir les roues sur la deuxième étape vers Beyne-Heusay. À moins que son équipier Quentin Pacher se sente plus à l’aise sur ces pentes.

Le mode d’emploi de la 40e édition du Tour de Wallonie :

Dates : du samedi 27 au mercredi 31 juillet 2019

Distance : 916,3 km, sur cinq étapes en ligne

Liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants

Palmarès :
2009 Julien El Farès (Fra)
2010 Russell Downing (G-B)
2011 Greg Van Avermaet (Bel)
2012 Giacomo Nizzolo (Ita)
2013 Greg Van Avermaet (Bel)
2014 Gianni Meersman (Bel)
2015 Niki Terpstra (P-B)
2016 Dries Devenyns (Bel)
2017 Dylan Teuns (Bel)
2018 Tim Wellens (Bel)

Télévision :
– Les deux dernières étapes dès 15h00 (mardi) et 15h25 (mercredi) sur La Deux (RTBF)
– Les deux dernières étapes dès 15h30 sur Eurosport 1

Les cartes interactives et profils des étapes du 40e Tour de Wallonie :

1re étape – Samedi 27 juillet 2019 : Le Roeulx > Dottignies (186,4 km)

Cliquez ici pour découvrir l’itinéraire-horaire de la 1re étape

Les difficultés :
Km 83,7 – 2e cat. : Côte du Saule Pendu (1 km à 6% de moyenne)
Km 96,7 – 2e cat. : Hameau des Papins (800 m à 8,1%)
Km 105,7 – 2e cat. : Côte du Bourliquet (1 km à 7,4%)
Km 110,6 – 2e cat. : Côte du Beau Site (900 m à 9,3%)
Km 118,7 – 2e cat. : Kruisberg (1,1 km à 5,6%)
Km 128,9 – 2e cat. : Knokt (1,3 km à 6,9%)
Km 136,4 – 2e cat. : Côte du Mont-de-l’Enclus (900 m à 6,7%)

2e étape – Dimanche 28 juillet 2019 : Waremme > Beyne-Heusay (170,8 km)

Cliquez ici pour découvrir l’itinéraire-horaire de la 2e étape

Les difficultés :
Km 26,2 – 2e cat. : Côte des Cabandes (1,2 km à 5,3%)
Km 136,4 – 2e cat. : Côte de Saive (2,2 km à 3,6%)
Km 141,7 – 1re cat. : Mur de Fayembois (2,8 km à 4,5%)
Km 152,9 – 1re cat. : Côte de Forêt (3 km à 5,4%)
Km 160,3 – 2e cat. : Côte des Hawis (800 m à 5,1%)

3e étape – Lundi 29 juillet 2019 : La Roche-en-Ardenne > Verviers (194,2 km)

Cliquez ici pour découvrir l’itinéraire-horaire de la 3e étape

Les difficultés :
Km 40,7 – 1re cat. : Côte de Bérismenil (2,8 km à 6,1%)

4e étape – Mardi 30 juillet 2019 : Villers-le-Bouillet > Lierneux (178,2 km)

 

Cliquez ici pour découvrir l’itinéraire-horaire de la 4e étape

Les difficultés :
Km 14,8 – 2e cat. : Côte du Chera (2,4 km à 5%)
Km 88,3 – 1re cat. : Côte des Villettes (2,2 km à 5%)
Km 102 – 1re cat. : Côte d’Aisomont (4 km à 5,5%)
Km 112,2 – 1re cat. : Côte Les Hézalles (1,7 km à 9,3%)
Km 139,3 – 2e cat. : Côte des Marcadènes (2,1 km à 4,4%)

5e étape – Mercredi 31 juillet 2019 : Couvin > Thuin (186,7 km)

Cliquez ici pour découvrir l’itinéraire-horaire de la 5e étape

Les difficultés :
Km 110,1 – 2e cat. : Côte de la Rozère (1,3 km à 4,2%)
Km 125,9 – 2e cat. : Côte de Silenrieux (900 m à 4,6%)
Km 155,5 – 2e cat. : Mur de Thuin (400 m à 6,3%)
Km 170,8 – 2e cat. : Mur de Thuin (400 m à 6,3%)

Graphiques : TRW’Organisation – Google Maps

Pin It on Pinterest