Championnats du monde de cyclisme 2023 à Glasgow : la Belgique en ordre de marche à un an des Jeux olympiques

Pour la première fois, l’UCI avait décidé de réunir plusieurs disciplines afin d’organiser des championnats du monde de cyclisme XXL. Faisons le bilan des performances belges de cette première édition.
Équipe belge féminine cyclisme sur route - Championnats du monde de cyclisme 2023 - Capture RTBF
L’équipe féminine belge sur route célèbre le titre mondial de Lotte Kopecky sur le podium de Glasgow – Photo : capture RTBF

Lotte Kopecky au sommet

Lotte Kopecky, véritable star de l’été cycliste, a ajouté une série de médailles à son palmarès déjà impressionnant. Après avoir brillé sur les routes du Tour de France avec une deuxième place mémorable, la cycliste belge a continué à faire étalage de son talent aux championnats du monde.

La leader de la SD Worx a entamé ce mondial en conservant son titre lors de la course à élimination, sur la piste écossaise. Dans une démonstration de maîtrise, Kopecky a franchi la ligne d’arrivée en tête, laissant derrière elle sa rivale finale, la Française Valentine Fortin. La médaille de bronze est revenue à l’Américaine Jennifer Valente.

Ensuite, Kopecky n’a pas levé le pied. Elle a poursuivi sa quête de maillots arc-en-ciels en décrochant le titre mondial sur la course aux points. Elle s’est hissée au sommet du classement dès le deuxième sprint. À partir de là, elle a maitrisé sa course en suivant sa principale adversaire, Georgia Baker. Une stratégie payante qui lui a rapporté l’or.

La n°1 belge s’est encore illustré une dernière fois sur la piste, en s’emparant d’une médaille de bronze dans l’omnium. Au total de sa carrière, Lotte Kopecky compte désormais six titres mondiaux sur la piste (deux sur la course aux points, deux sur la course à l’américaine et deux sur la course à élimination).

Lotte Kopecky était également la leader de l’équipe belge sur la course en ligne. Elle a réalisé la course parfaite, s’est retrouvée dans le groupe des favorites dans le final et a su saisir les bons coups. Après avoir réussi à sauter dans la roue de Cecilie Uttrup Ludwig, elle l’a distancée quelques kilomètres plus loin pour remporter la plus belle victoire de sa carrière en solitaire.

Le palmarès de la coureuse de 27 ans est, cette année, impressionnant. Sur la route, elle compte 11 victoires cette année, dont un Tour des Flandres, un titre de championne de Belgique, un titre de championne du monde et une étape du Tour de France. On peut ajouter à cela une deuxième place finale sur le Tour de France et un maillot vert. Une véritable légende en construction.

▶️ Lotte Kopecky sublime une saison quasi parfaite avec l’arc-en-ciel

Lotte Kopecky Championne du monde sur route 2023 - Capture Eurosport
La Belge Lotte Kopecky célèbre son titre de championne du monde sur route à Glasgow – Photo : capture Eurosport

Des prestations en dessous des attentes pour les équipes sur la piste

L’équipe de poursuite masculine ainsi que celle de vitesse féminine visaient un objectif commun : battre le record de Belgique établi lors du championnat d’Europe, en février dernier. Malheureusement, aucune des deux équipes n’est parvenue à atteindre ce meilleur temps.

L’équipe de poursuite masculine (composée des jeunes Gianluca Pollefliet, Thibaut Bernard, Tuur Dens et Noah Vandenbranden) n’a pas réussi à réitérer son éclatante performance de Granges. Réunissant les mêmes membres qu’au championnat d’Europe, elle a échoué à accrocher le top 8 lors des qualifications, se classant neuvième avec un temps de 3’53”578, à deux secondes du record national de 3’51”482 (ce chrono leur aurait permis de passer les qualifications). Une prestation décevante pour l’équipe qui aspirait à mieux.

L’équipe féminine de vitesse, avec Julie Nicolaes, Valerie Jenaer et Nicky Degrendele, légèrement remaniée depuis les championnats d’Europe (Julie Nicolaes remplaçant Elke Vanhoof, blessée). Elles ont échoué à améliorer le record de Belgique réalisé en Suisse (48.824 secondes), avec un chrono légèrement en dessous (48.930 secondes). Les Belges ont échoué, elles aussi, en qualifications, à la douzième place.

Au rang des déceptions sur la piste, on peut également noter la course à l’américaine masculine, où le duo composé de Lindsay De Vylder et Robbe Ghys n’a pas bien géré la fin de la course et a terminé à une frustrante quatrième place dans le sprint final, alors qu’ils avaient mené le classement pendant la majorité de l’épreuve.

Satisfaction sur les courses en ligne

Au-delà du titre de Lotte Kopecky, il y a eu d’autres performances marquantes lors des courses en ligne sur la route.

D’abord, au niveau masculin, l’équipe belge a répondu présente. Lors de l’épreuve majeure, les Belges étaient partis avec trois leaders (Jasper Philipsen, Remco Evenepoel, Wout van Aert). Pendant la course, la sélection de Sven Vanthourenhout a assumé son statut de numéro un mondial en se plaçant à l’avant dans le peloton. Ensuite, la hiérarchie entre les favoris de l’équipe s’est faite au fur et à mesure des événements. La course est rapidement devenue trop difficile pour les sprinters, dont Jasper Philipsen. Ensuite, au fil des attaques et de ce parcours exigeant, Remco Evenepoel n’est pas parvenu à prendre le bon coup. Le parcours était trop explosif pour lui. Wout van Aert a fait la course qu’on attendait de lui en contrôlant et en parvenant à se retrouver dans le bon groupe dans le final. Malheureusement, comme souvent, il a été obligé de s’incliner face à un Mathieu van der Poel trop fort pour lui. Toutefois, une deuxième place sur un tel parcours et face à de tels adversaires ne peut pas être considérée comme un échec pour l’équipe belge.

Chez les juniors, Fleur Moors, 17 ans, a terminé troisième de la course en ligne derrière la Française Julie Bego, qui s’est imposée en solitaire. Fleur Moors a attaqué à 1,5 kilomètre de l’arrivée pour tenter d’aller décrocher l’argent, mais elle s’est faite déborder à quelques mètres de la ligne. Néanmoins, elle a tout de même réussi à conserver le bronze sur cette course. Ce résultat est satisfaisant pour le cyclisme féminin belge qui manque de stars derrière Lotte Kopecky.

La seule déception peut émaner de la course destinée aux espoirs masculins. La Belgique apparaissait à nouveau parmi les favoris avec notamment Alec Segaert et Thibau Nys pour chercher la breloque dorée. Les coureurs en noir-jaune-rouge ont cependant toujours couru en poursuite, et ne sont jamais parvenus à rentrer sur les échappées qui ont finalement pu se jouer la victoire. Le coach national Sven Vanthourenhout a d’ailleurs crié sa colère à l’arrivée, furieux de ne voir aucun Belge parmi les hommes de tête, ni capable de prendre en main la poursuite derrière le futur champion du monde français Axel Laurance. Il faudra en tirer les leçons pour les championnats d’Europe, fin septembre.

Trois médailles en contre-la-montre

Depuis quelques années, la Belgique a pris l’habitude de performer dans l’exercice du contre-la-montre, et cette année ne fait pas exception, bien au contraire. La Belgique a enfin réussi, grâce à Remco Evenepoel, à briser le plafond de verre en remportant le maillot arc-en-ciel chez les élites messieurs. En effet, bien que la Belgique ait maintenu sa présence sur le podium de l’épreuve depuis 2018, elle n’avait jamais réussi à atteindre la première place.

Le long parcours roulant, comportant une difficulté finale, correspondait parfaitement aux capacités de Remco Evenepoel, qui avait fait de ce contre-la-montre l’un de ses objectifs majeurs de la saison. Le palmarès de Remco Evenepoel en contre-la-montre est impressionnant. À seulement 23 ans, il compte déjà quatre podiums aux championnats du monde. Remco a également déjà été champion de Belgique et champion d’Europe de la discipline. Une fois de plus, la Belgique démontre sa suprématie dans le contre-la-montre, et Remco Evenepoel écrit une nouvelle page de l’histoire du cyclisme belge.

▶️ Remco Evenepoel, l’aérodynamisme triomphant

Performances de Remco Evenepoel sur les contre-la-montres des Mondiaux

2019 2e
2020 Ne participe pas
2021 3e
2022 3e
2023 1er

Chez les espoirs masculins, la Belgique pouvait également espérer un titre mondial avec Alec Segaert. Le Belge avait terminé à la deuxième place l’année passée à Wollongong, battu par Søren Wærenskjold. Cette année, le Norvégien participait au contre-la-montre élite (où il a terminé 13e). Tous les espoirs étaient donc permis pour Alec Segaert. Cependant, sa préparation ne s’est pas exactement déroulée comme prévu. Alec Segaert avait égaré ses papiers pour se rendre en Écosse. Il a pu rapidement en obtenir de nouveaux, mais ce genre de mésaventure n’est jamais idéal dans la préparation, surtout mentale, d’un coureur.

Lors du contre-la-montre, Alec Segaert a de nouveau terminé à la deuxième place, cette fois-ci 11 secondes derrière l’Italien  Lorenzo Milesi. Une petite déception pour Segaert, qui peut toutefois se consoler avec une nouvelle médaille.

Chez les espoirs femmes, c’est la Gantoise Julie De Wilde qui s’est montrée en allant conquérir le bronze. Au niveau élite, les deux épreuves ayant lieu en même temps et sur la même distance, Julie De Wilde a terminé à une très bonne 17e place. Julie De Wilde a même déclaré qu’elle aurait pu faire mieux si elle avait été dans un meilleur jour : « Je n’étais pas en grande forme pendant la course, donc mieux que le bronze n’était pas envisageable aujourd’hui. Je suis très contente du résultat ». La coureuse de 20 ans semble donc avoir encore une belle marge de progression sur la discipline.

De mauvais jours en VTT

Si la conquête d’une médaille s’annonçait difficile sur le VTT cross-country, au vu des listes de départ, tant chez les hommes que chez les femmes, la Belgique pouvait prétendre à des places d’honneur parmi les vingt premiers pour confirmer la progression de la jeune sélection à l’aube des Jeux Olympiques de Paris, en 2024. Malheureusement, la malchance et de mauvais jours ont eu raison des ambitions des vététistes pilotés par l’ancien médaillé olympique Filip Meirhaeghe.

Emeline Detilleux a ainsi dû renoncer au short-track et a abandonné au bout de trois tours sur le cross-country en raison d’une blessure aux mains contractée lors d’une chute à l’entraînement, au matin du short-track. Chez les hommes, le n°7 mondial Pierre De Froidmont, 14e sur le circuit court, a évoqué ses attentes plus grandes de résultats, espérant faire encore mieux samedi sur la course longue. “Le coeur y était mais pas le reste”, a résumé le Theutois, dans le Top 10 en début de course avant de craquer pour conclure à la 46e place. Clément Horny, 22 ans, a pour sa part terminé 49e du short-track et 71e du cross-country. La meilleure performance belge du jour est revenue à Jens Schuermans, qui s’est accroché pour remonter en 15e position sur le cross-country.

Le bilan

Au total des championnats du monde, la Belgique a remporté 21 médailles, 8 d’or, 3 d’argent et 8 de bronze. La Belgique a globalement amélioré son bilan, par rapport à l’année dernière, surtout dans ses disciplines historiques (Piste et route). Aucun Belge n’a véritablement pu prétendre à une médaille dans d’autres disciplines comme au BMX ou au VTT. Au niveau du paracyclisme, la Belgique sous-performe un peu par rapport à l’année dernière en perdant quelques médailles aussi bien sur route que sur la piste. La Belge qui a ramené le plus de médaille est évidemment Lotte Kopecky avec trois médailles d’or et une de bronze.

À onze mois des Jeux Olympiques de Paris, ce bilan reste donc largement positif et peut permettre de rêver à un solide contingent belge. Il reste évidemment des points à améliorer, notamment dans les disciplines moins médiatisées (VTT, BMX…), mais avec Kopecky, Evenepoel ou encore Van Aert, le groupe noir-jaune-rouge a de sacrées locomotives vers les sommets.

▶️ Les résultats et le tableau des médailles des championnats du monde de cyclisme 2023

Discipline Nombre de médailles gagnées en 2022 Nombre de médailles gagnées en 2023
Route 6 (1/2/3) 6 (2/2/2)
Piste 4 (2/0/2) 5 (2/0/3)
BMX Racing 1 (0/0/1) 0
VTT 0 0
Paracyclisme sur route 8 (4/2/2) 7 (2/3/2)
Paracyclisme sur piste 3 (2/0/1) 1 (0/0/1)
BMX freestyle et flatland 0 0
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Précédent article
Lotte Kopecky Championne du monde sur route 2023 - Capture Eurosport

Championnats du monde de cyclisme 2023 à Glasgow : Lotte Kopecky sublime une saison quasi parfaite avec l’arc-en-ciel

Article suivant
Marlen Reusser - Abandon Championnat du monde Contre-la-montre 2023 - Capture Eurosport

Marlen Reusser ou l’heure de la pause

Articles similaires
Le Belge Amaury Capiot (Arkéa-B&B Hôtels) gagne au sprint la 4e étape du Tour d'Oman 2024 - Photo : ASO/Oman Cycling Association/Thomas Maheux

Tour d’Oman : le résumé de la 4e étape en vidéo

Découvrez le résumé de la 4e étape du Tour d'Oman 2024, raccourcie en raison de la météo et remportée par le Belge Amaury Capiot (Arkéa-B&B Hôtels) devant le Néerlandais Ide Schelling (Astana Qazaqstan Team) et l'Italien Davide De Pretto (Team Jayco-AlUla). Le Néo-Zélandais Finn Fischer-Black (UAE Team Emirates) a pour sa part récupéré la tête du classement général avant la dernière étape.
Lire plus
Total
0
Share