Le triplé de Van Vleuten, l’espoir de Cavalli, le record de Vos… : les leçons du Giro Donne, le Tour d’Italie féminin

Annemiek van Vleuten a remporté à 39 ans son 3e Tour d’Italie féminin, grâce à deux victoires d’étape et un coup de Trafalgar dans la canicule de Cesena.
Annemiek van Vleuten Vainqueure Giro Donne 2022 - Capture Eurosport
La Néerlandaise Annemiek van Vleuten (Movistar), dans son maillot rose, célèbre sa victoire sur le Giro Donne 2022 avec ses équipières de la Movistar – Photo : capture Eurosport

Van Vleuten avait de la concurrence mais…

En l’absence de la tenante du titre Anna van der Breggen, partie à la retraite cet hiver, sa compatriote Annemiek van Vleuten (Movistar), reine des hauts cols et des contre-la-montre, s’annonçait comme la principale favorite de ce Tour d’Italie féminin. Le parcours accidenté, le contre-la-montre d’ouverture, une arrivée en altitude… : ces quelques caractéristiques des dix étapes proposées entre Cagliari et Padoue donnaient un avantage certain à la leader de la Movistar. Et malgré un chrono (très court) en sixième position pour démarrer, Van Vleuten a rapidement pris ses responsabilités dès la quatrième étape, la première vallonnée, en proposant même une leçon de panache.

Alors que la canicule frappait dès les premiers jours le peloton du Giro Donne, la Néerlandaise de 39 ans profitait de ces températures atteignant les 40 degrés pour mettre ses rivales dans le rouge. Seules la championne d’Espagne Mavi Garcia (UAE Team ADQ) et l’Italienne Marta Cavalli (FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope) parvenaient à suivre son rythme effréné et ses attaques en puissance. Van Vleuten semble toujours dans le dur, prête à lâcher du lest vu son coup de pédale saccadé en danseuse. Et pourtant, malgré ce rythme peu fluide, l’efficacité était encore au rendez-vous sur cette quatrième étape qui lui permettait d’empocher une nouvelle victoire et le maillot rose. Tout en repoussant toutes les autres concurrentes (hors Garcia et Cavalli) à plus de cinq minutes !

Vu ce rythme, la septième étape menant au sommet du Passo Maniva, la seule arrivée en altitude de ce Giro Donne, s’annonçait comme le dernier coup de butoir de Van Vleuten, habituée aux exploits en solitaire. Mais contrairement aux précédentes saisons, et comme ce fut le cas lors des dernières classiques printanières, la Néerlandaise avait de la concurrence : Cavalli et Garcia suivaient son attaque à quatre kilomètres du sommet, tout comme son offensive sous la flamme rouge. Le lendemain, elle profitait d’un nouveau col abrupt pour cette fois creuser des écarts avec ses deux plus fortes concurrentes, avant une descente de huit kilomètres qui l’a mise à terre, heureusement sans conséquence : elle récupérait même du temps sur le reste du podium ! « J’ai fait une bête petite erreur dans la descente. Désolé maman ! J’ai été trop vite et… Mais je suis heureuse, car je sentais que je ne pouvais pas bien gérer ce virage et j’ai choisi la pelouse sur le côté plutôt que la route. C’était une chute contrôlée, mais ce n’est pas ce que j’espérais », souriait-elle à l’arrivée, avec une nouvelle victoire d’étape dans la poche.

Cavalli peut y croire

Malgré ce succès de Van Vleuten et les deux minutes d’écart la séparant du maillot rose, l’Italienne Marta Cavalli (FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope) ne cessait de croire en un retournement de situation. Car la N°1 mondiale ne se montrait pas aussi dominante que ces dernières années : elle et Mavi Garcia ont réussi à la suivre à plusieurs reprises, pourquoi pas retenter sur la dernière étape de montagne, le lendemain ? À 1 500 mètres du sommet du Passo Daone, le dernier col du jour, Cavalli parvenait en effet à attaquer Van Vleuten avant de la lâcher dans la descente suivante.

Puis l’Italienne lançait une nouvelle accélération fatale à la porteuse du maillot rose dans les derniers kilomètres. Cela permettait de récupérer une vingtaine de secondes à Van Vleuten, mais l’effort était insuffisant pour rêver du rose. Et même pour rêver de l’étape, finalement remportée par Kirsten Faulkner (BikeExchange-Jayco). « Je ne pensais qu’à l’étape », affirmait Cavalli à Cycling Weekly après cette avant-dernière étape du Tour d’Italie. « On a essayé d’aller à fond pour boucher le trou avec Faulkner, car c’était mon rêve de gagner une étape sur ce Giro. Je suis triste et déçue parce que beaucoup de personnes m’ont soutenue et je pense que je la méritais ».

Marta Cavalli peut toutefois être fière de son parcours sur ce Giro, conclu en deuxième position à moins de deux minutes de l’extraterrestre Van Vleuten, vainqueure à 39 ans de son troisième Tour d’Italie. « J’ai déjà réalisé un grand bond en avant avec mon coach et mon équipe. Nous savons qu’il y a encore un écart à combler avec les toutes meilleures, mais je peux encore m’améliorer. Je dois juste y aller étape par étape, ne pas pousser trop et attendre que mon corps réponde au mieux », se réjouit Cavalli, désormais attendue aux avant-postes sur le prochain Tour de France Femmes, fin juillet.

Elle y retrouvera Annemiek van Vleuten, qui se replace comme la grande favorite de cette première édition du Tour nouvelle génération. « C’est une sensation différente de gagner ce troisième Giro, car je l’ai fait avec ma nouvelle équipe », explique la Néerlandaise, saluant le travail collectif de la Movistar. « C’est la première fois que l’équipe remporte une grande course par étapes aux femmes. C’est nouveau pour nous, c’est très excitant. Cela fait du bien de revenir gagner après mon dernier Giro qui s’était fini avec une fracture du poignet ».

Vos enchaîne le record

Déjà triple vainqueur du Giro Donne, quand l’épreuve n’enchaînait pas la moyenne et la haute montagne comme aujourd’hui, la Néerlandaise Marianne Vos (Jumbo-Visma) s’est convertie en sprinteuse et chasseuse d’étapes durant ce premier Grand Tour de la saison. Bien lancée par ses équipières, elle a réussi à s’offrir un 31e puis un 32e succès d’étape sur le Tour d’Italie, un record dans l’histoire de l’épreuve féminine. Un soulagement pour celle qui avait manqué l’Amstel Gold Race et Paris-Roubaix en raison d’un test positif au Covid-19 en avril dernier.

De retour en verve pour l’été, Vos n’a toutefois pas voulu prendre de risques pour la suite. Elle a préféré abandonner avant le départ de la septième étape, au lendemain de sa deuxième victoire de la semaine, afin de se réserver en vue du Tour de France Femmes. « Sur ce Giro, il fallait tout le temps se battre pour rester en tête avant les côtes, et puis c’était un sprint avant la dernière côte, puis un sprint sur la montée, puis un sprint sur la ligne d’arrivée. C’était très difficile », admet la Néerlandaise à Cyclingnews. Cela ne l’empêchera pas d’envisager quelques victoires supplémentaires lors du prochain Tour de France, surtout avec la confiance accumulée dans les sprints massifs de ce Giro.

Sans train, Kopecky n’a rien pu faire

Deux autres sprints massifs ont été remportés par la championne du monde Elisa Balsamo, parfaitement soutenue par l’équipe Trek-Segafredo. Alors que le dernier emballage est revenu à une autre Italienne, ancienne équipière de Balsamo, la pistarde Chiara Consonni (Valcar-Travel & Service). Autre favorite annoncée pour ces étapes de plaine, la Belge Lotte Kopecky (SD Worx) a connu une semaine compliquée en Italie. Quatrième sur la deuxième étape, elle a ensuite enchaîné une sixième place, une quinzième place, une deuxième place et, enfin, une huitième place.

Souvent laissée seule dans les deux derniers kilomètres, la coureuse belge a rarement su se placer au mieux face aux plus rapides de la meute. À part sur la sixième étape, sur laquelle elle n’a été battue que par l’inarrêtable Vos, Kopecky a connu des approches compliquées du sprint final. L’équipe SD Worx repart d’ailleurs de ce Giro sans victoire d’étape, un an après avoir dominé l’épreuve avec Anna van der Breggen et Ashleigh Moolman-Pasio, toutes deux absentes cette fois. La formation néerlandaise avait fait le choix de miser sur la jeunesse afin de conserver ses meilleures grimpeuses pour le Tour de France Femmes. Le pari n’a cette fois pas réussi.

Le classement général final de la 32e édition du Tour d’Italie féminin :

Results powered by FirstCycling.com

Total
7
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Précédent article
Peloton - 8e étape Tour de France 2022 - ASO Charly Lopez

Tour de France 2022 : notre présentation complète de la 9e étape

Article suivant
Peloton - 9e étape Tour de France 2022 - ASO CHarly Lopez

Tour de France 2022 : notre présentation complète de la 10e étape

Articles similaires
Remco Evenepoel Leader 17e étape - Tour d'Espagne Vuelta 2022 - ASO Unipublic Sprint Cycling Agency Rafa Gomez

Les chiffres de la saison 2022 sur route : Evenepoel, Pogacar et Wiebes au sommet

La saison 2022 a été palpitante sur la route, les coureurs offensifs dominent encore le cyclisme actuel. Chez les hommes, Pogacar et Evenepoel affolent les compteurs. Du côté des sprinters, c'est Jakobsen qui engrange le plus de victoires. Chez les femmes, domination absolue au nombre de victoires de Lorena Wiebes, la reine du sprint.
Lire plus