Tour des Flandres – Femmes : Lotte Kopecky, enfin prophète en son pays

La championne de Belgique Lotte Kopecky remporte son premier Tour des Flandres, soit le premier succès belge depuis 2010.
Lotte Kopecky Vainqueure Tour des Flandres Femmes 2022 - Capture Eurosport
La championne de Belgique Lotte Kopecky (SD Worx) remporte son premier Tour des Flandres – Photo : capture VRT

Déjà vainqueure en début de saison du Strade Bianche, sa première grande classique, la championne de Belgique Lotte Kopecky (SD Worx) a poursuivi cette voie victorieuse un mois plus tard sur la course dont elle rêvait depuis petite : le Tour des Flandres. Parfaitement entourée par une équipe SD Worx offensive, elle débloque son compteur de monuments devant un public en folie pour ce sacre de la représentante du noir-jaune-rouge.

« Je dois d’abord remercier toutes mes équipières. Et Chantal (van den Broek-Blaak) en particulier. Ce qu’elle a fait aujourd’hui est vraiment fantastique », clamait Lotte Kopecky après ce succès de prestige. Voilà le résumé de cette course parfaitement maîtrisée par une équipe SD Worx qui n’a pas manqué son rendez-vous avec l’histoire. La formation comptait enfin retrouver le succès après un début de printemps mené par les coureuses de Trek-Segafredo. Il était temps de briser l’hégémonie de la championne du monde Elisa Balsamo, vainqueure depuis la Classic Bruges-La Panne jusqu’à Gand-Wevelgem. Alors, sur ce Tour des Flandres plus rude, avec des enchaînements bien plus intenses, la SD Worx avait une seule tactique en tête : attaquer et isoler les rivales.

En position de supériorité

Pourtant, ce sont bien les sociétaires de Trek-Segafredo qui entamaient les premières offensives du jour via Lucinda Brand sur le Molenberg et Ellen van Dijk sur le Valkenberg. Les deux rouleuses néerlandaises ne trouvaient toutefois pas d’alliance pour poursuivre leurs efforts. Et dans le Koppenberg, pour la première fois escaladé sur le Tour des Flandres féminin, les SD Worx prenaient le relais en affichant leur supériorité : derrière la vainqueure sortante Annemiek van Vleuten (Movistar), Lotte Kopecky suivait en force avec la championne de Suisse Marlen Reusser et les Néerlandaises Demi Vollering et Chantal van den Broek-Blaak. Pour cadenasser et confirmer que les coureuses de l’équipe n°1 n’allaient laisser partir personne. « Avant le départ, nous partions confiantes, nous étions sûres de nos chances de gagner. Nous étions avec la meilleure équipe possible au départ et nous l’avons montré », résume encore Kopecky.

Alors que Christine Majerus (SD Worx) se plaçait en éclaireuse dans un groupe de tête dans lequel Kasia Newiadoma (Canyon//SRAM), Sofia Bertizzolo (UAE Team ADQ) ou encore Arlenis Sierra (Movistar) faisaient office d’outsiders, les SD Worx étaient encore au four et au moulin pour suivre les offensives de Van Vleuten dans le Kruisberg puis le Vieux Quaremont. Et à chaque fois, Kopecky s’affichait comme la plus puissante dans la roue de la double vainqueure du Ronde. Le groupe de tête explosait au fil de ces accélérations, mais encore fallait-il tenir le rythme sur le Paterberg…

“Confiance en mon sprint”

« Le Paterberg était ma dernière chance de m’échapper, mais Lotte était dans une grande journée. J’étais tenaillée entre deux SD Worx, c’était compliqué », explique Van Vleuten, contrainte de suivre toutes les offensives au sommet de cette dernière ascension du jour avant d’attaquer elle-même pour se retrouver en tête avec… deux SD Worx, Kopecky et Van den Broek-Blaak. Une chance unique pour la championne de Belgique, enfin en tête dans les derniers kilomètres, sans chute ni problème mécanique. « Dans le final, on nous a dit dans l’oreillette de laisser Annemiek (van Vleuten) rouler un peu en tête, mais je ne pensais pas qu’il fallait jouer dans ces derniers kilomètres. Il fallait avoir confiance en mon sprint, surtout contre Annemiek. Je voulais donc que Chantal continue à rouler. Nous devions croire en nous-mêmes aujourd’hui, croire que nous pouvions finir le travail », raconte la championne belge, optimiste pour la suite.

Van den Broek-Blaak menait seule le groupe de tête durant les dix derniers kilomètres et lançait ainsi parfaitement le sprint final que Kopecky gérait de main de maître. « Je savais que je ne devais pas être trop confiante après une course difficile, mais j’étais vraiment gonflée à bloc. J’étais confiante, mais pas sûre de gagner. Mais si Annemiek n’avait pas réussi à me lâcher dans les montées, cela allait être difficile pour elle dans le sprint », confirme la leader de SD Worx. « J’ai encore du mal à réaliser que j’ai gagné. C’est vraiment bouleversant. Comment est-ce que je vais célébrer ça ? Je pense avec des frites et de la mayo, je ne suis pas très bière ! », rigole-t-elle encore.

Kopecky, qui n’avait jusqu’ici gagné “que” la MerXem Classic, le Trophée Maarten Wynants et le Samyn des Dames comme courses d’un jour en Belgique, s’offre ainsi un premier monument et peut encore rêver de plus vu ses 26 ans et l’équipe avec laquelle elle s’offre aujourd’hui ses plus beaux souvenirs. Pour le plus grand plaisir du public belge qui a largement célébré ce succès exceptionnel pour le cyclisme féminin belge, qui n’avait plus connu de victoire sur le Tour des Flandres depuis Grace Verbeke en 2010.

Résultats de la 19e édition féminine du Tour des Flandres (Audenarde > Audenarde, 158.6 km) :

Total
7
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Précédent article
Mathieu Van der Poel Vainqueur Tour des Flandres Hommes 2022 - Capture Eurosport

Tour des Flandres – Hommes : le revenant Van der Poel remporte le combat des chefs

Article suivant
Affiche - Grand Prix de l'Escaut 2022

Grand Prix de l’Escaut 2022 – Femmes : notre présentation de la 2e édition

Articles similaires