Gand-Wevelgem – Femmes : personne ne peut arrêter Elisa Balsamo

Déjà vainqueure du Trophée Binda et de la Classic de Bruges-La Panne, Elisa Balsamo a fait parler sa pointe de vitesse sur Gand-Wevelgem.
Elisa Balsamo - Vainqueure Gand-Wevelgem Femmes 2022 - Capture Eurosport
La championne du monde Elisa Balsamo (Trek-Segafredo) remporte au sprint son premier Gand-Wevelgem – Photo : capture Eurosport

Parfaitement épaulée par une équipe Trek-Segafredo au four et au moulin pour mener la course à un sprint final, la championne du monde Elisa Balsamo a foncé vers une troisième victoire WorldTour consécutive, en une semaine.

Gand-Wevelgem est une course imprévisible. Entre les côtes du Heuvelland et les longues lignes droites menant à Wevelgem, les tactiques peuvent largement différer entre jouer la carte de l’offensive ou tout miser sur un sprint massif. Les sept ascensions prévues dans les 80 derniers kilomètres sont loin de proposer des profils intéressants pour les plus explosives, mais leur montée et les traversées des chemins de campagne autour du Mont Kemmel peuvent aider les plus audacieuses à se faire une place hors du peloton. C’était clairement la tactique menée par les équipes SD Worx, DSM et Canyon//SRAM, désireuses de placer à chaque fois une coureuse en tête pour contraindre les autres formations à un travail de poursuite dans le peloton.

Ainsi, à plus de 50 kilomètres de l’arrivée, on pouvait déjà découvrir des favorites en tête de course, à l’image de Katarzyna Niewiadoma (Canyon//SRAM Racing) et Lotte Kopecky (SD Worx). « Mais lorsque je suis dans un groupe en tête de course, cela collabore rarement. Parce que je suis rapide, je pense », sourit la championne de Belgique au micro de la VRT. Car ce groupe de favorites était revue avant la deuxième montée du Mont Kemmel, qui n’écrémait que très doucement le peloton. Les SD Worx essayaient tant bien que mal d’encore réduire ce groupe d’une quarantaine de femmes à l’approche de Wevelgem, mais rien à faire : les attaques étaient toujours annihilées par un peloton mené à toute vitesse par l’équipe Trek-Segafredo, décidée à mener les favorites au complet pour un sprint royal.

“Ellen et Shirin étaient si fortes”

Le travail de la jeune Néerlandaise Shirin van Anrooij et de la championne d’Europe Ellen van Dijk (Trek-Segafredo) était favorable à la championne du monde Elisa Balsamo, apparue en retrait sur le Mont Kemmel mais finalement toujours bien en place dans ces derniers kilomètres. « Il y a eu beaucoup d’attaques mais mon équipe a fait un super travail. Tout le monde a rapidement été repris. Elles ont parfaitement contrôlé la course comme il le fallait depuis le Mont Kemmel. Ellen (van Dijk) et Shirin (van Anrooij) étaient si fortes », se réjouit la sprinteuse italienne. Et dans le dernier kilomètre, il fallait désormais sortir au bon moment.

Lancée par la Suissesse Marlen Reusser (SD Worx) dans les 500 derniers mètres, la championne de Belgique Lotte Kopecky (SD Worx) semblait bien partie pour enfin obtenir la première place après deux ans en tant que dauphine. « Avec le vent de face dans le final, il ne fallait pas être trop vite en tête. Le plan était d’arriver bien plus tardivement de l’arrière », analyse la pistarde. « J’ai cherché la roue de Balsamo, mais je ne l’ai pas vue… Finalement, je me suis rendu compte que c’est elle qui a pris ma roue. Mon lancement était bon, mais j’ai ensuite manqué de vitesse dans le sprint. Je ne pense pas avoir lancé trop tôt, en tout cas ». Son équipière Reusser se voulait, elle, plus sévère envers elle-même : « Je pense que Lotte (Kopecky) peut gagner un tel sprint avec un bon lancement de notre part. Elle a la puissance qu’il faut. Maintenant, je ne suis pas directrice sportive, mais je me sens un peu coupable parce que ce n’était pas mon meilleur lancement. Elle était dans ma roue… Je suis désolée pour elle ».

Et le Tour des Flandres ?

Car dans les 50 derniers mètres, Kopecky était tout simplement débordée par Balsamo, plus rapide. La championne du monde confirmait ainsi un troisième succès en une semaine, après le Trophée Binda et la Classic Bruges-La Panne. « C’est incroyable ! J’ai gagné ma course favorite, c’est un rêve qui devient réalité », sourit l’Italienne.

Elle ne veut toutefois pas se mettre de pression en vue de la suite du printemps. Connue pour ses caractéristiques de sprinteuse, Balsamo semble intouchable et capable de jouer un rôle sur le prochain Tour des Flandres, dans une semaine. Mais le profil sera bien plus ardu pour ses qualités. « J’ai encore une semaine pour me reposer avant le Tour des Flandres, j’y penserai, mais c’est une course plus dure quand même… », sourit poliment la championne du monde au micro de la VRT. Une épreuve sur laquelle Kopecky pourra faire parler son explosivité : « Je mise tout sur cette course désormais. Je ne serai pas sur À Travers la Flandre. » Pour enchaîner un nouveau monument après le Strade Bianche.

➡️ Lire aussi | Gand-Wevelgem – Hommes : Biniam Girmay écrit son histoire et l’Histoire du cyclisme

Résultats de la 11e édition féminine de Gand-Wevelgem (Ypres > Wevelgem, 159 km) :

Total
12
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Précédent article
Biniam Girmay - Vainqueur Gand-Wevelgem 2022 - Capture Eurosport

Gand-Wevelgem – Hommes : Biniam Girmay écrit son histoire et l’Histoire du cyclisme

Article suivant
Peloton - 7e étape Paris-Nice 2022 - ASO Alex Broadway

Les équipes cyclistes toujours touchées par une pénurie de matériel

Articles similaires