Kuurne-Bruxelles-Kuurne : Jakobsen et Ewan donnent rendez-vous au printemps

Les attaquants ont tout tenté pour faire basculer Kuurne-Bruxelles-Kuurne, mais Fabio Jakobsen a fait parler sa vélocité dans l’ultime ligne droite.
Fabio Jakobsen - Vainqueur Kuurne-Bruxelles-Kuurne 2022 - Capture Eurosport
Victoire à la photo-finish pour Fabio Jakobsen (Quick Step-Alpha Vinyl) sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne – Photo : capture Eurosport

Les attaquants ont tout tenté pour faire basculer Kuurne-Bruxelles-Kuurne, pour mettre les sprinters dans la difficulté. Les derniers résistants ont tenu jusqu’aux 200 mètres, débordés par la vélocité de Fabio Jakobsen (Quick Step-Alpha Vinyl). Ultra-favori, le Néerlandais a tenu son rang pour une nouvelle victoire de prestige face à Caleb Ewan (Lotto-Soudal), vaincu pour quelques centimètres. Une confirmation de leur forme ascendante en vue des prochaines classiques printanières.

Le suspense était insoutenable. Sous le soleil hivernal qui a réchauffé les concurrents de cette 74e édition de Kuurne-Bruxelles-Kuurne, l’Équatorien Jhonatan Narvaez (INEOS Grenadiers), le Français Christophe Laporte (Jumbo-Visma) et le Néerlandais Taco van der Hoorn (Jumbo-Visma), rescapés d’un coup de Trafalgar initiés par les Jumbo-Visma et INEOS Grenadiers à près de 60 kilomètres de l’arrivée, essayaient de maintenir le mince écart d’une dizaine de secondes accordé par le peloton depuis le panneau des 20 derniers kilomètres. Malgré des relais soutenus par diverses équipes en tête de meute, les trois hommes de tête maintenaient l’avantage jusqu’à la flamme rouge. Un effort encore plus impressionnant pour Van der Hoorn que ce dernier s’était installé en tête de course près de 190 kilomètres plus tôt. « Le plan initial était d’aller dans l’échappée. Survivre dans les côtes puis essayer de résister au mieux jusque dans le final », confirme Van der Hoorn à Cyclingpro. Et il a fait encore mieux que ça finalement.

Ce trio d’attaquants suivait la même stratégie activée par les INEOS Grenadiers, les Jumbo-Visma et même les Quick Step-Alpha Vinyl à plus de 90 kilomètres du but, lorsque les principales côtes du Pays des Collines était encore à affronter. « On avait une stratégie de créer et de suivre les mouvements. On avait David Dekker pour le sprint mais on savait que notre meilleure chance pour gagner n’était pas forcément le sprint massif. On a été offensif et présent à l’avant », analyse Christophe Laporte au micro de Cyclingpro. Avec Nathan Van Hooydonck et Tiesj Benoot, le Français a été l’un des plus offensifs du jour, aux côtés notamment de Tom Pidcock (INEOS Grenadiers), Kasper Asgreen (Quick Step-Alpha Vinyl), Stefan Küng (Groupama-FDJ) ou encore Matteo Trentin (UAE Team Emirates).

Van der Hoorn : “Je voulais attaquer dans le dernier kilomètre”

Laporte, lui-même, initiait cette échappée finale qui souhaitait éviter un énième sprint massif à Kuurne. Face à des équipes décimées par un tracé plus rude et rendu encore plus difficile par les à-coups des puncheurs cités précédemment, le trio comptait bien sur cette fatigue et une certaine désorganisation pour réussir un coup de génie. « Je me sentais encore très bien dans les derniers kilomètres. Je pensais que j’allais avoir des jambes fatiguées après tous ces efforts, mais j’avais encore de la fraîcheur. J’avais encore dans l’idée de tenter ma chance à un kilomètre de l’arrivée, mais le peloton était trop proche », ajoute Van der Hoorn. « Je n’ai pas de regret, je gardais de l’énergie pour le final, et j’avais encore Kristoff derrière pour le sprint. J’ai donné ce que j’ai pu ».

Dans la dernière ligne droite, Laporte lançait son sprint aux 300 mètres, mais le peloton était déjà aux basques. « On n’avait que 10 secondes à 20 kilomètres de l’arrivée. Malgré tout, on y a cru, j’y ai cru personnellement. J’ai lancé en voyant que ça revenait vite derrière. Mais ce n’est pas passé », explique le Français, débordé à 150 mètres de la ligne par le Néerlandais Fabio Jakobsen (Quick Step-Alpha Vinyl), pourtant isolé dans ce final et souvent en retrait dans les principales côtes du jour. « La journée n’a pas du tout été facile. Dans les 100 derniers kilomètres, ça ne s’est jamais arrêté en tête », confirme le sprinter batave. Et pourtant, il avait encore cette explosivité pour lancer son sprint en tête de peloton et ne jamais quitter cette position de leader.

Jakobsen : “Une revanche”

« C’était juste, mais on sait qu’avec une telle échappée de coureurs puissants, il faut rester calme et se concentrer sur son sprint. Dans les derniers kilomètres, j’ai réussi à trouver ma place en tête du peloton en m’aidant de mes concurrents. Je n’étais pas certain du moment auquel on allait les reprendre », avoue Jakobsen, conscient que la victoire s’est jouée à un rien dans ces derniers hectomètres. En prime, le Néerlandais devait faire face au retour de Caleb Ewan (Lotto-Soudal), parti dans le vent à sa gauche. « J’avais un bon sprint dans les jambes malgré le vent de face. Je voulais rester hors du vent le plus longtemps possible, mais j’ai vu Caleb (Ewan) revenir à ma hauteur. J’avais encore du jus pour une dernière accélération et le garder derrière moi », raconte le vainqueur du jour, qui permet ainsi au Wolfpack de ne pas repartir de ce week-end d’ouverture belge les mains vides. « C’est une belle victoire surtout après ce qui s’est passé la veille pour l’équipe, qui s’est souvent retrouvé en retrait de la course. Aujourd’hui, on s’est montré, c’était une revanche », conclut-il.

Bien plus présent aux avant-postes sur les côtes et secteurs pavés du jour, l’Australien Caleb Ewan a également fait sensation et ne regrette pas du tout sa deuxième place. « Je suis content de ma deuxième place. Évidemment, je venais ici pour la victoire. Je dois quand même être heureux avec ma forme du moment. Je suis malgré tout venu en dernière minute ici, normalement je devais être à l’UAE Tour. Je suis content de ma performance, je me sentais confortable dans les côtes », indique-t-il.

Il confesse une faute dans le final : « J’étais trop loin dans le dernier virage, je savais que ça allait être un sprint avec le vent de face, j’ai essayé de ne pas trop paniquer. J’ai eu un peu de chance en lançant mon sprint à l’intérieur des barrières pour finalement sortir à côté de Fabio Jakobsen », ajoute Ewan, qui poursuivra sa préparation sur Tirreno-Adriatico alors que Jakobsen se rendra sur Paris-Nice. Mais tous deux auront un objectif commun : Milan-Sanremo. Une classique qui a rarement brillé aux purs sprinters ces dernières années, mais sur laquelle les deux hommes pourraient confirmer leur forme ascendante et leurs meilleures dispositions sur les côtes à haute intensité. Ewan l’a déjà prouvé sur Milan-Sanremo, l’an dernier : il était encore avec les meilleurs au sommet du Poggio. Jakobsen peut s’en inspirer et se montrer comme l’un des meilleurs du Wolfpack sur ces routes italiennes. Vu ce qu’ils ont montré à Kuurne, le printemps des sprinters promet d’être intéressant.

La course pour le WorldTour

Notons encore que la course pour le WorldTour fait toujours rage en vue de la prochaine saison. Cela s’est vu dans le sprint massif avec la présence de… trois coureurs d’Arkéa-Samsic pour assurer les points UCI et assurer sa présence parmi les 18 meilleures équipes de ces trois dernières saisons. Hugo Hofstetter, Daniel McLay et Amaury Capiot ont ainsi obtenu 145 points à trois contre 85 pour le seul Caleb Ewan de l’équipe Lotto-Soudal, ou encore 42 points pour Taco van der Hoorn et Alexander Kristoff chez Intermarché-Wanty-Gobert. Hofstetter explique pour sa part qu’il visait clairement la victoire, mais la tactique collective peut surprendre avec trois aussi bons sprinters au sein de l’équipe française. Le bilan comptable leur donne toutefois raison sur le long terme.

Résultats de la 74e édition de Kuurne-Bruxelles-Kuurne (Kuurne > Kuurne, 195.1 km) :

  1. Fabio Jakobsen (P-B, Quick Step-Alpha Vinyl) en 4h32:13
  2. Caleb Ewan (Aus, Lotto-Soudal) m.t.
  3. Hugo Hofstetter (Fra, Arkéa-Samsic)
  4. Daniel McLay (G-B, Arkéa-Samsic)
  5. Giacomo Nizzolo (Ita, Israel-Premier Tech)
  6. Dries Van Gestel (BEL, Team TotalÉnergies)
  7. Amaury Capiot (BEL, Arkéa-Samsic)
  8. Christophe Laporte (Fra, Jumbo-Visma)
  9. Matteo Trentin (Ita, UAE Team Emirates)
  10. Taco van der Hoorn (P-B, Intermarché-Wanty-Gobert)

Cliquez ici pour les résultats complets de Kuurne-Bruxelles-Kuurne 2022

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Précédent article
Affiche - Kuurne-Bruxelles-Kuurne 2022

Kuurne-Bruxelles-Kuurne 2022 : notre présentation de la 74e édition

Article suivant
Affiche - Le Samyn 2022

Le Samyn 2022 – Hommes : notre présentation complète de la 54e édition

Articles similaires