Championnats d’Europe sur route – Trento : Van Dijk rassure les Pays-Bas, Zanardi et Riedmann se font un nom

Les courses féminines des championnats d’Europe ont confirmé que le circuit autour de Trento peut mener à des scenarii surprenants. La côte de Povo s’annonce plus exigeante que prévu, et les routes du centre-ville plus techniques qu’annoncé. Ce qui a permis à la Néerlandaise Ellen van Dijk, à l’Italienne Silvia Zanardi et à l’Allemande Linda Riedmann de briller sous les applaudissements des tifosi.

Résultats, partants, programme : notre page spéciale sur les championnats d’Europe sur route 2021

Élites : Van Dijk brille enfin en ligne

Après l’échec tactique et collectif de la course en ligne des Jeux Olympiques, bon nombre de supporters et de commentateurs s’interrogeaient sur les cartes proposées par l’équipe néerlandaise sur cette course féminine des championnats d’Europe. Avec autant de favorites que de concurrentes au départ, l’équipe néerlandaise pouvait une nouvelle fois jouer la carte de l’offensive ou attendre tranquillement en peloton pour mener le sprint final. Sur ce tracé exigeant de Trento, avec la montée de Povo de près de cinq kilomètres à affronter à huit reprises, il se confirmait dès la mi-course que l’équipe « oranje » décidait de ne pas s’installer dans le peloton. Place à l’attaque à près de cinquante kilomètres de l’arrivée avec la rouleuse Ellen van Dijk, vice-championne d’Europe du contre-la-montre, qui sortait en puissance avec l’Italienne Soraya Paladin, la Française Aude Biannic et l’Allemande Romy Kasper. Autant de grandes équipes représentées en tête qui permettaient au groupe de tête d’espérer une médaille, voire le titre, avec seulement quatre tours à enchaîner.

« Nous avions intérêt à rendre la course difficile, c’est pour cela que j’ai tenté d’attaquer », explique Ellen van Dijk en conférence de presse. « J’avais le soutien de mes équipières derrière, donc je n’avais rien à perdre. Si j’étais reprise, une autre équipière pouvait tenter sa chance. J’étais dans une situation parfaite et en plus, les jambes répondaient bien ». À tel point que Van Dijk menait son propre rythme et lâchait l’une après l’autre ses concurrentes. D’abord Biannic, puis Kasper et enfin Paladin, sur l’avant-dernière ascension du Povo, à près de 23 kilomètres de l’arrivée, annonçant un contre-la-montre d’une grosse demi-heure pour la rouleuse de la Trek. « La montée n’était pas facile, mais pas trop pentue non plus. Je savais que j’avais de meilleures chances en solitaire plutôt qu’au sprint », ajoute Van Dijk.

Car la Néerlandaise pouvait compter sur la protection des autres représentantes néerlandaises dans le finale. Même si l’Allemande Liane Lippert revenait à moins d’une dizaine de secondes de Van Dijk sur une attaque tranchante dans le Povo, le retour d’Annemiek van Vleuten et de Demi Vollering dans sa roue annihilait toute chance de poursuite. Et sans équipière à l’avant, les autres candidates au titre européen ne parvenaient pas à réduire l’écart avec Van Dijk. « Franchement, durant la course, je ne pensais pas une seconde que je pouvais gagner ce titre. C’est au pied de la dernière ascension, quand on m’a dit que j’avais 50 secondes d’avance, que je me suis dit que j’avais certainement assez de temps pour obtenir la victoire », dit la Néerlandaise de 34 ans, qui a ainsi pu profiter dans le dernier kilomètre des acclamations de la foule pour célébrer son premier titre majeur sur une course en ligne, elle qui n’avait jusqu’ici été titrée que sur le contre-la-montre.

Dans le clan belge, la forme du jour n’était tout simplement pas suffisante pour suivre les offensives des puncheuses du jour. Ce sont finalement les plus explosives du peloton qui sont parvenues à suivre le contre de Lippert dans le final, laissant Lotte Kopecky dans un deuxième peloton, arrivé deux minutes après la vainqueure du jour. Kopecky termine 14e et seule classée du groupe belge, qui comptait encore Julie Van de Velde dans l’avant-dernier tour. Tous les regards sont désormais portés vers Louvain.

Résultats de la course en ligne des élites femmes (107,2 km) :

  1. Ellen van Dijk (Pays-Bas) en 2h50:35
  2. Liane Lippert (Allemagne) à 1:18
  3. Rasa Leleivyté (Lituanie)
  4. Katarzyna Niewiadoma (Pologne)
  5. Demi Vollering (Pays-Bas)
  6. Marta Cavalli (Italie)
  7. Marlen Reusser (Suisse)
  8. Alena Amialiusik (Biélorussie)
  9. Annemiek van Vleuten (Pays-Bas) à 1:21
  10. Elisa Balsamo (Italie) à 2:29
  11. Lotte Kopecky (BELGIQUE)

Cliquez ici pour découvrir les résultats complets

Espoirs : le triplé italien grâce à Zanardi

La décision fut plus tardive à l’occasion de la course des espoirs femmes. Les attaques ont fusé tout au long de la course, sans toutefois qu’un écart de plus d’une minute se dégage. Et dans la dernière ascension de Povo, les locales du jour en ont profité pour affirmer leur domination : trois Italiennes prenaient les devants et emmenaient le grand plateau pour décider de l’issue. Au sommet, la pistarde Silvia Zanardi, triple championne d’Europe voici quelques semaines à Apeldoorn (poursuite par équipes, course aux points et poursuite individuelle), parvenait à prendre les devants avec la Française Évita Muzic et la cyclo-crosswoman et vététiste hongroise Blanka Kata Vas (4e à Tokyo !) dans sa roue. Les trois filles allaient se disputer la victoire au sprint.

Mais Zanardi jouait à la plus maligne : bien sortie dans l’avant-dernier virage, elle prenait quelques mètres sur ses adversaires grâce à sa relance et sa trajectoire parfaite. Suffisant pour s’offrir en puissance son premier titre européen sur route, le troisième pour l’Italie chez les espoirs femmes après Letizia Paternoster et Elisa Balsamo, également des pistardes multi-médaillées comme Zanardi. « Avant ce titre, j’aurais dit que je préfère la piste, mais maintenant, je ne pense pas avoir de préférence particulière », lâche l’Italienne en conférence de presse. Il faut dire qu’elle avait déjà prévenu de sa condition du moment avec une cinquième place encourageante sur le sprint en montée de la dernière étape du Ceratizit Challenge by La Vuelta, dimanche dernier.

Le clan belge se console avec la huitième place d’une autre pistarde, Shari Bossuyt. La meilleure place qu’elle pouvait obtenir sur un tel parcours, selon l’intéressée. « J’avais des mauvaises jambes au départ, je ressentais encore le contre-la-montre d’il y a deux jours. Puis j’avais de meilleures jambes au fil de la course, et j’ai pu basculer avec les meilleures au sommet. Mais cette dernière côte était celle de trop pour moi. Je regardais mon compteur et on était constamment à plus de 300 watts de puissance, et les filles de tête sont quand même parvenues à partir. Je ne peux pas m’en vouloir, je suis contente de ce résultat », estime Bossuyt au micro de la VRT.

Résultats de la course des espoirs femmes (80,8 km) :

  1. Silvia Zanardi (Italie) en 2h11:15
  2. Blanka Kata Vas (Hongrie) à 0:02
  3. Évita Muzic (France)
  4. Laura Stigger (Autriche) à 0:29
  5. Gaia Realini (Italie) à 0:31
  6. Shirin van Anrooij (Pays-Bas) à 0:35
  7. Franziska Koch (Allemagne)
  8. Shari Bossuyt (BELGIQUE) à 0:36
  9. Camilla Alessio (Italie)
  10. Ricarda Bauernfeind (Allemagne)
  11. Alana Castrique (BELGIQUE) à 4:04
  12. Julie De Wilde (BELGIQUE)

Cliquez ici pour découvrir les résultats complets

Juniores : Riedmann confirme ses aspirations

Déjà vainqueure à quatre reprises sur le circuit international cette saison, sur des terrains aussi variés que les vallons du Gévaudan que les plateaux du Limbourg néerlandais, l’Allemande Linda Riedmann a tout de même dû batailler ferme pour tenir la tête de la course dans le dernier tour. Partie dans un groupe de six attaquantes, elle a dû céder quelques secondes dans l’ultime ascension de Povo à la Française Églantine Rayer, l’Italienne Francesca Barale et la Russe Alena Ivanchenko (championne d’Europe du contre-la-montre, deux jours plus tôt). Elle a profité de sa puissance et de sa technique pour rentrer dans la descente suivante, et ainsi disputer la victoire finale dans un sprint à cinq, après l’autre retour de l’Italienne Eleonora Ciabocco.

Comme pour Zanardi chez les espoirs, Riedmann a pris la tête avant les deux derniers virages à angle droit, et n’a jamais quitté cette position favorable avant les 200 derniers mètres sur les pavés de la vieille ville de Trento. « J’avais cet objectif en tête. Et cela reste un résultat très important en vue des championnats du monde. Cela compte encore plus qu’un titre national », se réjouit l’Allemande de 18 ans, qui s’offre son premier titre continental pour sa deuxième saison chez les juniores. Avec l’espoir d’obtenir un titre encore plus important dans deux semaines, en Belgique.

L’équipe belge, de son côté, n’a pu prétendre à une place d’honneur sur ce championnat d’Europe relevé. Jade Linthoudt et Febe Jooris terminent ainsi dans un peloton à plus de trois minutes de Riedmann.

Résultats de la course des juniores (67,6 km) :

  1. Linda Riedmann (Allemagne) en 1h53:09
  2. Eleonora Ciabocco (Italie)
  3. Églantine Rayer (France) à 0:02
  4. Francesca Barale (Italie)
  5. Alena Ivanchenko (Russie)
  6. Anniina Ahtosalo (Finlande) à 1:10
  7. Noëlle Ruetschi (Suisse)
  8. Carlotta Cipressi (Italie)
  9. Anna van der Meiden (Pays-Bas)
  10. Fiona Zimmermann (Suisse)
  11. Jade Linthoudt (BELGIQUE) à 3:34
  12. Febe Jooris (BELGIQUE)

Cliquez ici pour découvrir les résultats complets

Photo : capture Eurosport

Pin It on Pinterest