Ashton Lambie s’offre le record de poursuite : 4 km en moins de 4 minutes

Le cycliste américain Ashton Lambie s’est à nouveau emparé du record du monde de poursuite individuelle, ce mercredi, sur la piste mexicaine d’Aguascalientes. Le trentenaire, déjà détenteur du record en 2018 et 2019, a cette fois brisé une barrière que certains pensaient infranchissables : il a couvert quatre kilomètres en moins de quatre minutes !

S’il est bien moins connu sur le Vieux Continent vu ses références avant tout américaines, Ashton Lambie est un cycliste atypique qui confirme sa réputation au fil des défis qu’il se lance. Mécanicien de formation, ce grand gaillard du Nebraska s’est fait connaître sur les routes de gravier, typiques du Midwest américain. Sur les compétitions américaines de gravel, Lambie enchaîne les performances de référence entre une deuxième place au championnat du monde de la discipline en 2016, une sixième place sur l’exigeant Dirty Kanza, au Kansas. Avant que l’Américain se découvre une passion pour… la piste, un terrain bien différent des chemins de terre où il s’est révélé. Champion régional sur piste au Kansas et en Floride, il fait à nouveau sensation en 2017, sur l’anneau cette fois, en s’offrant le titre national de la poursuite individuelle, une première depuis quinze ans pour un amateur. Le début d’une grande aventure sur la piste pour le coureur américain, né en 1990 et arrivé sur le tard sur cet exercice particulier.

C’est déjà sur la piste rapide et en altitude d’Aguascalientes, au Mexique, qu’il s’offre un premier record du monde. Lors des championnats panaméricains en 2018, Lambie explose de 3 secondes le meilleur temps du spécialiste australien Jack Bobridge (4:07:251 contre 4:10:534), première étape d’une quête toujours menée en parallèle avec ses participations à des compétitions de gravel (qu’il remporte en prime, comme le Dirty Kanza en 2019). Lambie va encore améliorer son record de poursuite individuelle en 2019 pour atteindre le temps de 4:05:423, avant de voir le phénomène italien Filippo Ganna réaliser de nouveaux temps canon, fixant le record à 4:01:934 à Berlin.

« Pas un contre-la-montre, pas un sprint »

Alors, s’il n’a pu vaincre l’imperturbable Ganna sur les championnats du monde et s’il n’a pu se rendre à Tokyo pour disputer les récents Jeux Olympiques, Ashton Lambie s’est lancé un défi plus fou : récupérer le record du monde de poursuite individuelle. « La pandémie nous a touchés. Les courses ont été annulées, et les opportunités de récupérer ce record ont été repoussées au loin », explique le pistard américain dans une chronique pour VeloNews. « Ce fut une grande opportunité pour essayer quelque chose de nouveau. La poursuite individuelle est un effort régulier. C’est différent d’un contre-la-montre, avec un effort aérobique, c’et trop long pour être un sprint, et ce n’est pas le même type d’effort qu’une poursuite par équipe », ajoute-t-il pour confirmer la singularité de cet effort de quatre kilomètres. Avec l’espoir de battre le record de Filippo Ganna. Et surtout de baisser ce meilleur temps historique sous la barre mythique des quatre minutes. Maintenir un effort conséquent à plus de 60 km/h pendant quatre minutes : voici le défi du natif du Nebraska.

Un entraînement spécifique depuis l’été 2020, des courses de préparation à l’aube de l’été 2021 pour se rassurer sur ses temps de référence (4:05 réussis à Hong Kong, sans être à son pic de forme, voilà qui rassure), un équipement totalement repensé pour traverser l’air et une tentative annoncée au Mexique, sur la piste en altitude d’Aguascalientes, là où cette présence en montagne permet de réaliser des performances encore plus impressionnantes que sur d’autres pistes internationales. Encore mieux que l’anneau olympique de Tokyo, en somme.

Près de 500 watts de moyenne

Et cela a réussi ! Ce mercredi, Ashton Lambie a réalisé son rêve : un temps de 3:59.930, au bout de quatre kilomètres, et après un départ arrêté. Sans autre adversaire sur la piste, mais avec des commissaires de l’Union Cycliste Internationale (UCI) sur le bord de piste pour vérifier son effort. Le temps ne sera homologué qu’après vérification auprès du quartier général de l’UCI à Aigle. Mais ce temps annoncé est déjà exceptionnel. Pour la première fois, un cycliste a roulé à plus de 60 km/h de moyenne pendant quatre kilomètres. Un effort permanent entre 480 et 500 watts durant ces quatre kilomètres infernaux (un potentiel effort possible pour des grimpeurs-puncheurs sur des courts murs comme le Mur de Huy, mais très compliqué à maintenir sur un anneau).

« Honnêtement, c’était brutal. J’ai fait beaucoup plus de travail sur l’anaérobie et la force physique pour atteindre cette puissance ! Ce qui veut dire que quand les jambes se bloquent, elles bloquent fort… J’étais bousillé (à la fin) », confirme Ashton Lambie après cet effort intense. Heureux comme un gamin, et désormais prêt à poursuivre ses rêves sur d’autres terrains, vers d’autres objectifs. Le record doit encore être confirmé, principalement car il s’agit d’un exercice individuel particulier sans autre compétition autour. Mais Lambie a déjà posé son nom dans les livres d’histoire cycliste grâce à cette barrière franchie. Mais qui parviendra désormais à réaliser une telle performance en compétition ? Nul doute que Filippo Ganna tentera de récupérer son bien ces prochaines années…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Zipp Speed Weaponry (@zippspeed)

Photo : Ashton Lambie/Instagram @Bahamalongbottom

Pin It on Pinterest