Thomas, Woods, Van Wilder… : les leçons à retenir du Tour de Romandie 2021

Au terme d’une semaine froide et pluvieuse, le Tour de Romandie a délivré son lot de surprises. D’un idéal prologue pour l’équipe INEOS Grenadiers au coup de Trafalgar de Marc Soler jusqu’à la chute de Geraint Thomas au sommet de Thyon 2000, le général n’a cessé d’être brinquebalé. Pour finalement mener au succès… des INEOS Grenadiers, Geraint Thomas en tête. Un vrai concentré de divertissement !

INEOS Grenadiers profite toujours de sa force de frappe

La semaine avait idéalement commencé pour l’équipe INEOS Grenadiers, avec un triplé de nouveau historique pour l’équipe britannique dès le prologue d’Oron. Sur quatre kilomètres à peine, Rohan Dennis retrouvait ses jambes d’ancien champion du monde du chrono, et mettait neuf secondes à tous ses adversaires, Geraint Thomas et Richie Porte en premiers. Cela ne laissait toutefois pas de place à une autre stratégie collective que celle de faire gagner l’un des deux leaders de l’équipe britannique en fin de semaine : Rohan Dennis se mettait à la planche pour Thomas et Porte, que ce soit sur l’étape pluvieuse d’Estavayer, ou sur l’étape-reine de Thyon 2000.

Et la stratégie a été payante ! D’abord, l’équipe INEOS Grenadiers a été surprise par le coup de Marc Soler (Movistar) sur la 3e étape, l’Espagnol profitant de sa stratégie offensive pour prendre la victoire d’étape et le maillot jaune. Mais cela a permis à la formation britannique de garder un abri derrière les Movistar durant l’étape-reine du lendemain, vers Thyon 2000. Sous une pluie et un froid de canard, Richie Porte accompagnait le maillot jaune du moment Marc Soler pendant que son équipier Geraint Thomas partait en force sur les quatre derniers kilomètres pour accéder au duel final pour la victoire d’étape avec Michael Woods (Israel Start-up Nation). Seule une main endolorie par l’humidité faisait chuter Thomas, contraint de laisser Woods sur la plus haute marche du podium. «C’est en changeant de vitesse que je suis tombé. Mais ça va. C’était vraiment une journée difficile. C’est dommage qu’elle finisse de cette façon», rapporte Thomas, déçu de ne pas avoir pu lever les bras pour la première fois depuis… le Tour de France 2018.

Sans séquelle physique après cette embardée, Geraint Thomas apparaissait comme le grand favori du contre-la-montre final autour de Fribourg, avec cette raide côte pavée en apéritif et une dernière côte technique en dessert. Et il ne manquait pas son objectif : le Britannique était le meilleur des INEOS Grenadiers sur ce chrono, en troisième position, et récupérait du même coup la victoire finale au classement général avec près d’une minute repris sur Michael Woods. Et ce malgré une descente prudente, vu l’humidité importante en fin de course. «J’aurais aimé remporter l’étape en prime mais je ne voulais pas prendre de risques inutiles», confirme Thomas. «Je suis très heureux, surtout avec ce qui s’est passé hier».

En prime, le Gallois termine juste devant… Richie Porte, ancien vainqueur du Tour de Romandie et désormais deuxième du général grâce à une cinquième place encourageante sur le chrono final. «Cela a été une excellente semaine pour l’équipe», confirme Geraint Thomas. «Normalement, il s’agit d’une course de préparation pour le Tour de France, mais cette année, j’étais dans une bonne forme assez tôt, donc j’avais pour objectif de gagner cette course». Cela jouera-t-il des tours à cette équipe qui enchaîne les performances de choix sur les courses par étapes ? Car le Tour de France est encore dans deux mois. Elle marque en tout cas de son empreinte, grâce à une gestion idéale du classement général de bout en bout. Il restera désormais à confirmer quel leader prendra la tête des opérations sur le prochain Tour.

Michael Woods, le trublion du prochain Tour ?

Leader du Tour de Romandie avant le contre-la-montre final de Fribourg, Michael Woods (Israel Start-up Nation) est finalement tombé du podium au terme d’un effort en solitaire toujours compliqué pour le puncheur canadien. C’était attendu vu ses performances en contre-la-montre. Mais Woods a confirmé sur la montée de Thyon 2000, et même sur les quelques montées précédentes, qu’il était venu pour faire le spectacle en montagne. En bonne forme sur les classiques ardennaises, il a prolongé cet effort sur le Tour de Romandie pour jouer l’offensive vers Saint-Imier ou vers Thyon, mais cela n’a pas suffi.

«Je suis tout de même très heureux de ma course, même si j’espérais terminer sur le podium», rapporte Michael Woods, qui a porté pour la première fois un maillot de leader sur une course WorldTour. «Ce n’est pas la manière dont vous souhaitez prendre la tête d’un classement général. J’aurais préféré que Thomas n’aille pas au tapis», a-t-il toutefois rappelé au sommet de Thyon 2000, après avoir remporté cette 4e étape au bout d’une offensive de près de 5 kilomètres sous des conditions dantesques. S’il semble donc limité sur le contre-la-montre, Woods reste un poil-à-gratter dans la montagne, et aura certainement ce rôle lors du prochain Tour de France au sein d’une équipe Israel Start-up Nation qui a bien dû se rendre compte en Romandie que Chris Froome n’était toujours pas proche de retrouver son meilleur niveau. Il a terminé 96e du général à plus d’une heure de Thomas, et n’a terminé qu’une fois dans le premier peloton, lors de la première étape conclue en un sprint massif…

Sepp Kuss et Marc Soler, de vrais leaders ?

Son doigt vers sa bouche était une réponse à ses détracteurs. Ou à son équipe ? L’Espagnol Marc Soler (Movistar) s’est en tout cas montré sous son meilleur jour à l’occasion d’une troisième étape offensive qui lui a permis d’empocher une victoire d’étape et le maillot jaune de leader. Le grimpeur espagnol de 27 ans, souvent relégué comme leader de rechange chez Movistar, s’est révélé à nouveau comme tête de gondole d’une équipe souvent critiquée pour sa tactique. Soler, qui n’a pu bénéficier longtemps de l’aider du leader annoncé Miguel Angel Lopez, s’est même permis d’attaquer les INEOS Grenadiers sur l’étape-reine de Thyon 2000, avant de rentrer dans le rang. Il termine tout de même quatrième de ce Tour de Romandie, et risque de raviver les discussions entre coureurs de Grands Tours au sein d’une équipe aux multiples leaders.

Du côté de Jumbo-Visma, pour la troisième fois de la saison, l’Américain Sepp Kuss bénéficiait d’un statut protégé. Sans Primoz Roglic à couver, le coureur de 26 ans avait l’occasion sur l’UAE Tour, sur le Tour de Catalogne et désormais sur le Tour de Romandie, de se libérer. Mais sur toutes les grandes ascensions de ces trois épreuves, Kuss a pédalé dans la semoule. Cette fois, le froid a eu raison des ambitions de l’Américain, relégué hors du Top 10 sur une longue ascension qui semblait pourtant seoir à ses qualités endurantes. Alors que son équipier et autre leader potentiel, Steven Kruijswijk, a même sauté du Top 20 sur cette étape. Les deux hommes de la Jumbo-Visma confirment qu’ils se préparent pour le prochain Tour de France, mais ces quelques résultats montrent qu’ils sont avant tout dans la peau d’équipiers de luxe.

Peter Sagan retrouve des couleurs

Onze ans jour pour jour après sa toute première victoire sur le Tour de Romandie, le Slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) a renoué avec la victoire en Suisse. Il s’est offert dès la première étape en ligne une deuxième victoire professionnelle cette saison, devant Sonny Colbrelli (Bahrain Victorious) et Patrick Bevin (Israel Start-up Nation). Certes, comme sur le Tour du Pays Basque, Sagan ne faisait pas face au gratin du sprint mondial, mais la confiance en reste augmentée. «Cela fait du bien après trois semaines sans course (NDLR : depuis sa 15e place sur le Tour des Flandres, Sagan n’avait pas couru) de venir ici et de gagner, sur ce qui est probablement la seule étape qui peut me convenir cette semaine», sourit Sagan, en condition et en confiance à l’aube du Tour d’Italie, où il sera l’une des têtes d’affiche pour les emballages massifs.

Goossens, Van Wilder : la jeunesse belge frappe fort

Si les coureurs belges n’ont pu lever les bras cette semaine en Romandie, deux jeunes coureurs du plat pays se sont particulièrement distingués sous cette météo dramatique. Échappé à deux reprises dans les montagnes suisses, Kobe Goossens (Lotto-Soudal) a confirmé ses prédispositions sur les hauteurs. 24e de la dernière Vuelta, le Brabançon de 25 ans s’est cette fois offert le classement du meilleur grimpeur de ce Tour de Romandie. «C’est mon premier maillot de leader sur une course du WorldTour, c’est donc très spécial», confie-t-il. «Vers Thyon, j’ai certainement vécu l’une des journées les plus épiques de ma carrière. (…) En tout cas, je n’ai certainement pas obtenu ce maillot en cadeau», rapporte celui qui s’est battu jusqu’à la dernière étape pour engranger les points nécessaires face au Suisse Joël Suter.

Au classement général, le place de meilleur Belge revient à Ilan Van Wilder (Team DSM), auteur d’une performance de choix sur l’étape-reine vers Thyon 2000 et sur le contre-la-montre final. Après avoir mené son équipier Thymen Arensman dans le Top 10 au sommet de Thyon, Van Wilder, à peine âgé de 20 ans, s’est classé quatrième du chrono final de Fribourg ! «C’est dommage que nous ayons manqué le podium pour moins d’une seconde mais je suis très heureux avec ce résultat», analyse même le Brabançon, en verve sur les routes romandes. Troisième du Tour de l’Avenir en 2019, Van Wilder confirme que son ascension dans le peloton professionnel se fait doucement mais sûrement, et qu’il sera l’une des prochaines valeurs sûres de la Belgique sur les prochaines courses par étapes.


Vous avez apprécié cet article ?

CyclismeRevue est un site mis à jour par une équipe bénévole qui transmet sa passion cycliste aux fans via des articles gratuits. Si vous souhaitez nous soutenir et nous aider à améliorer notre site et aider nos rédacteurs bénévoles, vous pouvez nous aider à partir de 1 euro sur uTip ! Cliquez ici pour atteindre uTip et merci pour votre soutien 🙏


Les résultats du 74e Tour de Romandie

Résultats du prologue (Oron > Oron, 4.05 km) :

  1. Rohan Dennis (Aus, INEOS Grenadiers) en 5:26
  2. Geraint Thomas (G-B, INEOS Grenadiers) à 0:09
  3. Richie Porte (Aus, INEOS Grenadiers)
  4. Rémi Cavagna (Fra, Deceuninck-Quick Step) à 0:11
  5. Stefan Bissegger (Sui, EF Education-Nippo)
  6. Jan Tratnik (Slo, Bahrain-Victorious) à 0:13
  7. Jesús Herrada (Esp, Cofidis Solutions Crédits) à 0:14
  8. Marc Hirschi (Sui, UAE Team Emirates) à 0:15
  9. Mattia Cattaneo (Ita, Deceuninck-Quick Step)
  10. Filippo Ganna (Ita, INEOS Grenadiers)

Résultats de la 1re étape (Aigle > Martigny, 168.1 km) :

  1. Peter Sagan (Svq, Bora-Hansgrohe) en 4h12:40
  2. Sonny Colbrelli (Ita, Bahrain-Victorious)
  3. Patrick Bevin (Nzl, Israel Start-up Nation)
  4. Andrea Pasqualon (Ita, Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux)
  5. Alessandro Covi (Ita, UAE Team Emirates)
  6. Magnus Cort (Dan, EF Education-Nippo)
  7. Dion Smith (Nzl, Team BikeExchange)
  8. Clément Venturini (Fra, Ag2r Citroën Team)
  9. Mattia Cattaneo (Ita, Deceuninck-Quick Step)
  10. Jacopo Mosca (Ita, Trek-Segafredo)

Résultats de la 2e étape (La Neuveville > Saint-Imier, 165.7 km) :

  1. Sonny Colbrelli (Ita, Bahrain-Victorious) en 4h21:42
  2. Patrick Bevin (Nzl, Israel Start-up Nation)
  3. Marc Hirschi (Sui, UAE Team Emirates)
  4. Clément Champoussin (Fra, Ag2r Citroën Team)
  5. Diego Ulissi (Ita, UAE Team Emirates)
  6. Wilco Kelderman (P-B, Bora-Hansgrohe)
  7. Ilan Van Wilder (Bel, Team DSM)
  8. Fausto Masnada (Ita, Deceuninck-Quick Step)
  9. Rui Costa (Por, UAE Team Emirates)
  10. Marc Soler (Esp, Movistar Team)

 

Résultats de la 3e étape (Estavayer > Estavayer, 168.7 km) :

  1. Marc Soler (Esp, Movistar Team) en 3h58:35
  2. Magnus Cort (Dan, EF Education-Nippo) à 0:22
  3. Peter Sagan (Svq, Bora-Hansgrohe)
  4. Sonny Colbrelli (Ita, Bahrain-Victorious)
  5. Gorka Izagirre (Esp, Astana-Premier Tech)
  6. Diego Ulissi (Ita, UAE Team Emirates)
  7. Ilan Van Wilder (Bel, Team DSM)
  8. Sepp Kuss (USA, Team Jumbo-Visma)
  9. Ion Izagirre (Esp, Astana-Premier Tech)
  10. Rui Costa (Por, UAE Team Emirates)

Résultats de la 4e étape (Sion > Thyon 2000, 161.3 km) :

  1. Michael Woods (Can, Israel Start-up Nation) en 4h58:35
  2. Ben O’Connor (Aus, Ag2r Citroën Team) à 0:17
  3. Geraint Thomas (G-B, INEOS Grenadiers) à 0:21
  4. Lucas Hamilton (Aus, Team BikeExchange) à 0:34
  5. Fausto Masnada (Ita, Deceuninck-Quick Step) à 0:37
  6. Richie Porte (Aus, INEOS Grenadiers) à 0:42
  7. Ion Izagirre (Esp, Astana-Premier Tech)
  8. Damiano Caruso (Ita, Bahrain-Victorious) à 0:52
  9. Marc Soler (Esp, Movistar Team) à 0:53
  10. Thymen Arensman (P-B, Team DSM) à 1:57

Résultats de la 5e étape (Fribourg > Fribourg, 16.19 km – CLM individuel) :

  1. Rémi Cavagna (Fra, Deceuninck-Quick Step) en 21:54
  2. Stefan Bissegger (Sui, EF Education-Nippo) à 0:06
  3. Geraint Thomas (G-B, INEOS Grenadiers) à 0:17
  4. Ilan Van Wilder (Bel, Team DSM) à 0:18
  5. Richie Porte (Aus, INEOS Grenadiers) à 0:20
  6. Fausto Masnada (Ita, Deceuninck-Quick Step) à 0:21
  7. Mattia Cattaneo (Ita, Deceuninck-Quick Step) à 0:29
  8. Marc Soler (Esp, Movistar Team) à 0:34
  9. Rohan Dennis (Aus, INEOS Grenadiers) à 0:35
  10. Filippo Ganna (Ita, INEOS Grenadiers) à 0:37

Classement général final :

  1. Geraint Thomas (G-B, INEOS Grenadiers) en 17h59:57
  2. Richie Porte (Aus, INEOS Grenadiers) à 0:28
  3. Fausto Masnada (Ita, Deceuninck-Quick Step) à 0:38
  4. Marc Soler (Esp, Movistar Team) à 0:39
  5. Michael Woods (Can, Israel Start-up Nation) à 0:43
  6. Ben O’Connor (Aus, Ag2r Citroën Team) à 0:45
  7. Ion Izagirre (Esp, Astana-Premier Tech) à 1:08
  8. Lucas Hamilton (Aus, Team BikeExchange) à 1:22
  9. Damiano Caruso (Ita, Bahrain-Victorious) à 1:30
  10. Wilco Kelderman (P-B, Bora-Hansgrohe) à 2:20

Les résultats complets du 74e Tour de Romandie

Photo de couverture : capture Tour de Romandie

Pin It on Pinterest