Strade Bianche 2021 : notre présentation complète de la 15e édition masculine

Rapidement devenu une néo-classique parmi les classiques, le Strade Bianche compte une histoire récente, mais dévoile des routes dignes d’un autre temps. Sur ces chemins de pierre toscans, seule la puissance ne suffit pas. Il faut gérer une course tactique et éreintante, pour briller autour de Sienne. Les spécialistes des classiques et grimpeurs se retrouveront ce samedi pour une première victoire de prestige en cette année 2021.

Découvrez également notre présentation de l’édition féminine du Strade Bianche 2021

Le parcours

Malgré la crise sanitaire du Covid-19 qui poursuit ses malheurs en Italie, et plus particulièrement en Toscane (Sienne a été placé en zone rouge à une semaine de l’épreuve), le Strade Bianche peut se dérouler cette année à sa date habituelle, sur ses routes habituelles. Sur les vallons toscans, les coureurs feront face à des chemins de campagne piégeux, et des côtes longues et abruptes. L’idéal pour user les jambes en ce début de saison. Le peloton devra avant tout survivre sur le long terme pour croire en la victoire dans les vingt derniers kilomètres, rendus encore plus ardus par l’enchaînement de «muri» jusqu’à la Piazza del Campo de Sienne.

Sur les 184 kilomètres à couvrir autour de Sienne (ce qui en fait la classique la plus courte du WorldTour), 63 kilomètres de «routes blanches» seront empruntées sur 11 différents secteurs, dont les plus longs s’approchent de 12 kilomètres… Et au-delà des montées souvent évoquées, des descentes techniques s’annoncent également, notamment sur les secteurs 2 (de Bagnaia) et 8 (de Monte Sante Marie). En prime, entre les secteurs, il faudra encore grimper, à l’image de la montée de Montalcino (4 km à 5% de moyenne), plantée entre les secteurs 4 et 5. La course devrait toutefois démarrer entre les favoris sur le huitième secteur, l’un des plus longs (11,5 km) et plus rudes de la journée. Un enchaînement de montées, de descentes, de virages serrés, le tout sur des «routes blanches» : il faudra prendre des risques pour s’isoler sur une telle route.

Pour les meilleurs puncheurs, le plat de résistance s’annonce en fin de course avec l’enchaînement des secteurs de Monteaperti (800 m avec des passages à 15%), du Colle Pinzuto (2,4 km avec des passages à 15%) et du Tolfe (1,1 km en cuvette, avec un passage à 18% dans le final). Et au sommet de cet ultime secteur, il faudra encore enchaîner 12 kilomètres de montées et descentes jusqu’au pied du mur final vers Sienne, avec une pente pouvant encore grimper jusqu’à 20% dans les petites rues de la cité toscane. La décision peut se faire dans ce mur, ou encore dans les derniers virages serrés, où le placement sera primordial d’ici la ligne d’arrivée en descente, sur la Piazza del Campo.

La carte et les profils de la 15e édition du Strade Bianche :

Strade Bianche 2021 - Profil Hommes Strade Bianche 2021 - Parcours Hommes Strade Bianche 2021 - Profil du final Hommes

Départ fictif : 11h40 sur la Fortezza Medica/Piazza della Libertà à Sienne

Départ réel : 11h45 sur la ss.73 à Sienne, après 3,1 kilomètres en cortège

Distance : 184 kilomètres

Les difficultés du jour :
Secteur 1 – Km 17,6 : Vidritta (2,1 km)
Secteur 2 – Km 25 : Bagnaia (5,8 km)
Secteur 3 – Km 36,9 : Radi (4,4 km)
Secteur 4 – Km 47,6 : La Piana (5,5 km)
Secteur 5 – Km 75,8 : Lucignano d’Asso (11,9 km)
Secteur 6 – Km 88,7 : Pieve a Salti (8 km)
Secteur 7 – Km 111,7 : San Martino in Grania (9,5 km)
Secteur 8 – Km 130 : Monte Sante Marie (11,5 km)
Secteur 9 – Km 160 : Monteaperti (0,8 km)
Secteur 10 – Km 164,6 : Colle Pinzuto (2,4 km)
Secteur 11 – Km 171 : Le Tolfe (1,1 km)

Arrivée : vers 16h30 sur la Piazza del Campo à Sienne

Les favoris

La saison des classiques s’est ouverte le week-end dernier en Belgique avec des courses offensives tant sur le Circuit Het Nieuwsblad qu’à Kuurne-Bruxelles-Kuurne, mais des arrivées finalement jugées au sprint. Il en sera différemment, a priori, sur une course aussi exigeante que le Strade Bianche. Surtout au vu de la liste des partants qui s’annonce sur l’épreuve italienne. Le vainqueur sortant Wout van Aert (Jumbo-Visma) démarrera sa saison sur route à Sienne, près d’un mois et demi après avoir quitté les labourés. Malgré ce statut particulier en début de saison, le coureur belge s’annonce comme l’un des ogres des prochaines classiques printanières, et aura donc un sacré panneau dans le dos sur ce Strade Bianche. Le Team Jumbo-Visma affirme qu’il n’est pas encore au top de sa forme en ce début du mois de mars, vu que Van Aert doit tenir le rythme jusqu’à Paris-Roubaix. Mais il a déjà prouvé en stage, en battant plusieurs temps de référence sur le Teide, qu’il a toujours sa grande condition de l’hiver de cyclo-cross, pour espérer briller à Sienne.

Il devra faire face à son rival néerlandais des labourés, Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix), déjà à l’œuvre dans le peloton depuis l’UAE Tour (qu’il a ensuite dû quitter en raison d’un cas positif au Covid-19 dans le staff de son équipe). Déjà vainqueur d’étape dès sa reprise aux Émirats, puis en vue tant sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne qu’au Samyn, le champion des Pays-Bas sur route a également comme objectif un pic de forme pour les classiques du Nord. Mais ce Strade Bianche apparaît comme une manière pour lui d’asseoir sa domination sur les courses d’un jour. Même si la course italienne reste une épreuve plus difficile pour ses qualités puissantes, au contraire d’un Van Aert qui passe plus facilement les pourcentages sur le long terme.

Car parmi les autres favoris, ce sont bien des grimpeurs qui s’annoncent en tête de liste. Le champion du monde Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), en grande condition sur les hauteurs du Tour de La Provence ou sur les pavés du récent Circuit Het Nieuwsblad, peut croire au doublé à Sienne au vu de ses qualités de grimpeur-puncheur. Il sera de nouveau le leader d’une équipe qui a toutefois plusieurs cartes au départ, avec notamment le grimpeur portugais João Almeida, récent troisième de l’UAE Tour, l’ancien vainqueur du Strade Bianche Zdenek Stybar, et le vainqueur du Circuit Het Nieuwsblad Davide Ballerini. Pour ce dernier, l’enchaînement des pourcentages risque toutefois de le désavantager grandement.

Vainqueur de l’UAE Tour et récemment prolongé jusqu’en… 2026, le Slovène Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) aura également un statut de favori sur une classique qu’il a découvert l’an dernier avec une 13e place encourageante en tout début de saison post-confinement. Le jeune vainqueur du dernier Tour de France aime les courses d’un jour et peut clairement faire la différence sur les routes abruptes qui s’enchaînent en fin de classique. Cela vaut également pour le Néerlandais Bauke Mollema (Trek-Segafredo), vainqueur mercredi dernier du Trophée Laigueglia, et toujours présent sur des classiques italiennes exigeantes. Ou pour le Danois Jakob Fuglsang (Astana-Premier Tech), souvent aux premières loges sur ces routes blanches mais toujours à la recherche d’une victoire à Sienne. Le Colombien Egan Bernal (INEOS Grenadiers), troisième du Tour de La Provence et deuxième du Trophée Laigueglia, a également la condition et le profil pour lever les bras sur ce Strade Bianche. Il a en prime une équipe de caractère, avec le double vainqueur Michal Kwiatkowski et la révélation britannique du cyclo-cross Tom Pidcock.

Côté belge, le champion olympique Greg Van Avermaet sera le leader d’une équipe Ag2r Citroën Team qui peut faire la différence grâce à son tempérament offensif tandis que Tim Wellens (Lotto-Soudal) sera le capitaine d’une jeune équipe pour tromper les favoris dans les attaques. Loïc Vliegen (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) tentera également de se faire une place sur ces routes, alors que d’autres grimpeurs tenteront pour leur part de tenir la bonne roue sur ces chemins techniques. Le Français Romain Bardet (Team DSM) espère faire encore mieux que sa deuxième place en 2018, alors que l’Espagnol Alejandro Valverde (Movistar Team), le Britannique Simon Yates (Team BikeExchange), qui dispute là sa première course de l’année, ou l’Italien Alberto Bettiol (EF Education-Nippo) s’annoncent comme des outsiders sérieux.

Liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants

Palmarès :
2011 Philippe Gilbert (BEL)
2012 Fabian Cancellara (Sui)
2013 Moreno Moser (Ita)
2014 Michal Kwiatkowski (Pol)
2015 Zdenek Stybar (Tch)
2016 Fabian Cancellara (Sui)
2017 Michal Kwiatkowski (Pol)
2018 Tiesj Benoot (BEL)
2019 Julian Alaphilippe (Fra)
2020 Wout van Aert (BEL)

La météo

Les «routes blanches» s’annoncent détrempées ce samedi : la pluie risque en effet de tomber vendredi et samedi autour de Sienne, avec des averses toujours intenses durant la matinée de samedi. Le ciel sera majoritairement nuageux tout au long de la journée, avec des températures situées entre 11 et 14°C. Le vent soufflera d’est-nord-est à nord-est, entre 10 et 20 km/h.

Les directs TV

  • En direct dès 13h50 sur La Une et RTBF Auvio
  • En direct dès 13h50 sur Één et Sporza.be
  • En direct dès 13h50 sur Eurosport et Eurosport Player
  • En direct dès 13h35 sur Rai Sport

Graphiques : RCS Sport/Strade Bianche

Comments are closed.

Pin It on Pinterest