Jasper Stuyven : « Van Aert et Van der Poel ne seront pas toujours plus forts »

Vainqueur du Circuit Het Nieuwsblad début 2020, Jasper Stuyven a ensuite connu une saison post-confinement plus compliquée, sans autre succès pour le rassurer. Le Louvaniste a toutefois faim de victoires pour cette prochaine année, qui devrait le mener jusqu’aux championnats du monde, dont l’arrivée des courses en ligne se situe… à 150 mètres de sa maison d’enfance.

Actuellement en stage à Denia, en Espagne, avec le reste de l’équipe Trek-Segafredo, Jasper Stuyven s’est entretenu avec la presse par visioconférence, comme cela est devenu la norme pour la plupart des formations en ce début d’année encore marquée par le Covid-19. Cette crise a également marqué Jasper Stuyven, en grande condition au début de l’année 2020, comme l’atteste sa victoire sur le Circuit Het Nieuwsblad, fin février.

« J’aurais préféré que les classiques se disputent au printemps, vu ma condition », reconnaît le Limbourgeois de 28 ans. « Après le confinement, j’avais fixé mes objectifs plus haut qu’au printemps, mais j’étais revenu à la forme d’un bon, mais pas un super Jasper », sourit-il. « J’étais présent sur les courses, j’ai eu de temps en temps de la malchance au mauvais moment. Mais je n’étais pas non plus au top ».

Les classiques flandriennes avant le Tour

Malgré cette légère déception, Jasper Stuyven reconnaît « une belle année » pour l’équipe Trek-Segafredo. « Le fait que j’avais déjà une belle victoire en poche cette saison m’a permis de tourner la page plus facilement. Puis Mads (Pedersen) a remporté une deuxième classique, sur Gand-Wevelgem. Et nous avions montré notre présence en tant qu’équipe », rapporte-t-il. Le programme ne changera donc quasiment pas cette année : « Je débuterai au Tour d’Algarve, pour préparer le Circuit Het Nieuwsblad et Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Ensuite, j’irai sur Paris-Nice, puis sur toutes les classiques flandriennes, à l’exception des 3 Jours de Bruges-La Panne et du Grand Prix de l’Escaut. Pour la suite, je sais que j’irai au Tour de France ».

Évidemment, l’idée de remporter une grande classique pavée revient sur la table, pour celui qui fut souvent considéré comme le futur joyau flandrien. « J’ai toujours dit que je n’allais pas gagner toutes les courses d’un coup », rappelle-t-il. « J’ai gagné le Nieuwsblad à 27 ans, ma première grande classique, mais j’avais déjà quelques victoires à mon palmarès avant cela. Je me sens clairement plus fort que ces dernières années, mais je ne peux pas dire si je veux tout rafler prochainement ».

Lire aussi : Entretien avec Philippe Gilbert : « Cette blessure au genou, c’était bien pire que ce que je pensais »

« Je ne cours pas pour finir 3e »

Même les arrivées de Wout van Aert et Mathieu Van der Poel n’inquiètent pas le coureur de Trek-Segafredo. « Le poids de la course pèsera surtout sur eux ces prochaines saisons. Mais nous devons suivre notre propre schéma de course », clame-t-il. Jasper Stuyven estime que la domination imaginée ne sera pas forcément celle écrite sur les palmarès à l’avenir : « On disait aussi que Peter Sagan allait gagner cinq Tours des Flandres et quatre Paris-Roubaix… Si on part du principe que Wout et Mathieu seront toujours en tête, alors on n’a plus besoin de courir. Mais ils ne seront pas toujours meilleurs que les autres. Je ne vais pas sur une course pour finir troisième au mieux. Et puis, le groupe des coureurs capables de gagner les classiques s’est élargi ces dernières années », estime-t-il.

Après les classiques, Jasper Stuyven se concentrera donc sur le Tour de France, où il pourrait une nouvelle fois jouer sa carte sur certaines étapes, comme l’an dernier. Même si le collectif de Trek-Segafredo avait été critiqué, notamment par Tom Boonen, suite à la décision de la direction sportive de laisser Jasper Stuyven, Edward Theuns et Mads Pedersen choisir au fil des jours celui qui fera le sprint à l’arrivée. « Je reste très proche d’une victoire sur le Tour », estime le Limbourgeois. « Certes, il peut être frustrant de passer tout près de la victoire, comme à Cherbourg ou à Mende. Mais ce sera compliqué pour moi de gagner dans un sprint massif, même en côte. Je tenterai ma chance cette année. Mais pour le maillot jaune dès la première étape (NDLR : avec une arrivée en côte à Landerneau), on verra ».

« Je peux jouer la victoire au Mondial »

Enfin, le dernier grand objectif de cette saison pour Jasper Stuyven sera le championnat du monde, dont l’arrivée sera située à Louvain, à 150 mètres de la maison de ses parents. « Comme tous les Belges, ce championnat du monde est dans ma tête. Un Mondial à votre porte, c’est quelque chose d’unique », sourit le coureur de Trek-Segafredo.

« Bien sûr, je n’ai pas encore la garantie d’y participer, mais je le coche dans mon programme. Sur ce type de parcours, je pense que je peux jouer la victoire. Mais d’autres Belges peuvent aussi apprécier ce parcours ». Il faudra donc faire des choix. Mais Stuyven veut clairement en être.

Lire aussi : Entretien avec Tim Wellens : « Je rêve toujours d’une grande classique »

Photo : capture VRT

Comments are closed.

Pin It on Pinterest