Tour des Flandres : notre présentation complète des éditions 2020

Grand-messe du printemps, le Tour des Flandres clôture cette année la saison des monuments, en cette saison particulière gâchée par le Covid-19. Le Ronde se disputera sans public, mais demeurera recherchée par les favoris et favorites qui se bousculent sur la liste de départ. Un Tour des Flandres en fin de saison, c’est rare, certains veulent donc en profiter pour bousculer les codes établis.

La 17e édition féminine

Le parcours

La crise sanitaire a bousculé les organisations, et le Tour des Flandres n’y échappe pas. Les femmes partiront encore une fois d’Audenarde, sur la Grand-Place de l’épicentre du Ronde, pour revenir sur la cité via la Nationale 60. Mais cette année, elles parcourront près de 25 kilomètres de moins que la saison précédente, en raison notamment de la disparition du secteur pavé du Lange Munte et des montées du Mur de Grammont et du Tenbosse. Flanders Classics n’a plus souhaité grimper ces deux ascensions vu le risque de rassemblement de supporters, face à la seconde vague de cas de Covid-19 qui touche actuellement la Belgique. Même si la commune objecte que cette suppression vise d’autres raisons. Dommage pour le peloton féminin.

Ainsi, pour cette 17e édition, le peloton féminin enchaînera une boucle similaire à la course masculine, via le Katteberg, avant de rejoindre le Leberg via les côtes d’Edelare et de Varent, deux petites difficultés qui permettront surtout d’émousser les organismes pour le grand final. Pas de Koppenberg pour ces femmes, mais bien le Taaienberg qui pourra servir de rampe de lancement aux favorites, à moins que celles-ci décident de faire la différence sur le Kruisberg, comme ce fut le cas avec Ellen van Dijk en 2014 ou Anna van der Breggen en 2018.

Car par la suite, les coureuses seront déjà dans le circuit final pour un enchaînement du Vieux Quaremont, idéal pour les cyclistes qui aiment jouer la carte de la puissance sur le temps long, et du Paterberg, la côte des puncheuses explosives. Et il en faudra de l’énergie pour enchaîner ces deux ascensions avant d’envisager un effort en solitaire jusqu’à Audenarde, avec près de 13 kilomètres à avaler dans la plaine. Cette fois, elles auront au moins l’avantage de passer après les hommes, et de pouvoir profiter de leur médiatisation en aval de la course masculine, comme ce fut le cas lors de Gand-Wevelgem dimanche dernier.

Les favorites

La liste des partantes de ce Tour des Flandres féminin a malheureusement été réduite, en raison de l’absence de nombreuses équipes. L’équipe Paule Ka a dû déclarer forfait en raison d’un problème de payement du sponsor principal, mettant une fin anticipée à leur saison. Les équipes Astana Womens Team, Chevalmeire et Alé BTC Ljubljana ont pour leur part décidé d’éviter le voyage en Belgique en raison de la crise sanitaire du Covid-19. Le forfait de cette dernière équipe fait que la tenante du titre Marta Bastianelli ne pourra pas disputer cette épreuve. Elle ne manquera toutefois pas de favoris en cette saison particulière. Et malgré un parcours légèrement remanié, qui peut laisser penser à une course moins difficile, les habituées de l’explosivité seront une nouvelle fois attendues sur ces routes flandriennes. L’équipe Trek-Segafredo sera pour cela particulièrement attentive dans le final, avec deux des meilleures spécialistes de courses d’un jour dans le peloton : la Britannique Lizzie Deignan, auteure d’un solo mémorable sur Liège-Bastogne-Liège, et l’Italienne Elisa Longo Borghini, encore en verve sur Gand-Wevelgem, ont l’avantage du collectif pour faire la différence sur le plan tactique. Elles ont également la forme du moment pour elles, et seront clairement épaulées par une équipe totalement acquise à leur cause, avec notamment les rouleuses Ellen van Dijk et Audrey Cordon-Ragot.

Elles ne sont toutefois pas seules. Du côté de Boels-Dolmans, l’habituelle armada des classiques s’annonce également avec la double championne du monde Anna van der Breggen en tête de lice, mais également Amy Pieters, Chantal Van den Broek-Blaak ainsi que la vainqueure de Gand-Wevelgem, la Belge Jolien D’Hoore comme outsiders capables de triompher soit en solo, soit dans un sprint en peloton réduit, ce qui reste un scénario plausible. Le collectif orange a l’expérience pour lui, mais a souvent été surpris dans le Vieux Quaremont et le Paterberg par des coureuses plus explosives dans le final. Et d’autres collectifs s’annoncent sur ces routes. Comme celui de Mitchelton-Scott avec Annemiek van Vleuten, qui a décidé de limiter son calendrier en cette fin de saison suite à sa fracture du poignet gauche sur le Giro Rosa. La Néerlandaise pourrait en tout cas bénéficier d’une motivation supplémentaire en cette dernière classique sous les couleurs de la formation australienne, avant son départ pour la Movistar. Elle aura avec elle l’Australienne Grace Brown, vainqueure autoritaire de la Flèche Brabançonne après une deuxième place déjà convaincante sur Liège-Bastogne-Liège.

Côté belge, la championne nationale Lotte Kopecky (Lotto-Soudal) a prouvé sur Gand-Wevelgem qu’elle pouvait franchir les bosses avec sa condition actuelle, et voudra certainement affirmer sa position parmi les meilleures mondiales sur ce Tour des Flandres. Sa pointe de vitesse est un clair atout sur cette classique, et le fait qu’elle n’a pas les championnats du monde de cyclisme sur piste dans les pattes (qui se déroulent d’habitude en mars ou avril) peut l’aider à enfin se dévoiler à son meilleur niveau sur le Ronde. Autre coureuse rapide, Marianne Vos (CCC-Liv) sera également à surveiller, vu son expérience, (Vos a finalement annoncé ce samedi qu’elle ne participait pas au Ronde) alors que les jeunes Liane Lippert (Sunweb) et Cecilie Uttrup Ludwig (FDJ Nouvelle Aquitaine Futuroscope), troisième l’an dernier, peuvent profiter de leur position d’outsider pour anticiper le final. Bref, les candidates à la victoire à Audenarde ne manquent pas.

La météo

Le ciel sera nuageux tout au long de la journée, avec quelques éclaircies et un faible risque d’averses en début d’après-midi. Les températures varieront de 11 et 13°C. Le vent soufflera d’ouest entre 10 et 20 km/h.

Le profil de la 17ème édition du Tour des Flandres féminin :

Sur demande de l’organisation, les amateurs de cyclisme sont invités à suivre le Tour des Flandres en télévision et de ne pas venir sur le parcours de l’épreuve au vu de la crise du Covid-19. Pour cette raison, l’itinéraire-horaire précis n’est pas diffusé.

Le mode d’emploi de l’épreuve :

Départ : 13h45 sur le Markt à Audenarde

Distance : 135 kilomètres

Arrivée : vers 17h35 sur la Minderbroederstraat (N60) à Audenarde

Les difficultés du jour :

Secteur pavé 1 – Km 36 : Lippenhovestraat (1 200 mètres)
Secteur pavé 2 – Km 38 : Paddestraat (1 600 m)
Côte 1 – Km 51,5: Katteberg (700 m à 5,5% de moyenne)
Secteur pavé 3 – Km 53 : Holleweg (1 500 m)
Côte 2 – Km 56,5 : Edelare (1 000 m à 4,5%)
Côte 3 – Km 62 : Varent (700 m à 7,6%)
Secteur pavé 4 – Km 67 : Haaghoek (1 900 m)
Côte 4 – Km 68,5 : Leberg (700 m à 6,1%)
Côte 5 – Km 72,5 : Berendries (940 m à 7,1%)
Côte 6 – Km 77,5 : Valkenberg (875 m à 6%)
Côte 7 – Km 91 : Kanarieberg (1 000 m à 7,7%)
Côte 8 – Km 95,5 : Taaienberg (800 m à 7,1%)
Secteur pavé 5 – Km 107 : Oudestraat (500 m)
Côte 9 – Km 108,5 : Kruisberg/Hotond (1 875 m à 5%)
Côte 10 – Km 118,5 : Vieux Quaremont (2 200 m à 4,2%)
Côte 11 – Km 122 : Paterberg (400 m à 12,5%)

La liste des partantes : cliquez ici pour découvrir la liste des partantes

Directs TV :

  • En direct dès 16h00 sur Tipik et RTBF Auvio
  • En direct dès 16h30 sur Eén/Sporza (VRT)
  • En direct dès 16h00 sur Eurosport 1, Eurosport Player et GCN Pass
  • En direct dès 16h00 sur France 3

Palmarès :

2010 Grace Verbeke (BEL)
2011 Annemiek van Vleuten (P-B)
2012 Judith Arndt (All)
2013 Marianne Vos (P-B)
2014 Ellen van Dijk (P-B)
2015 Elisa Longo Borghini (Ita)
2016 Lizzie Armitstead (G-B)
2017 Coryn Rivera (USA)
2018 Anna van der Breggen (P-B)
2019 Marta Bastianelli (Ita)

La 104e édition masculine

Le parcours

Après le grand changement d’arrivée organisé en 2012, déplaçant le centre de gravité du Tour des Flandres de Ninove à Audenarde, le peloton du Tour des Flandres commence à bien connaître les routes tortueuses de la région des Ardennes flamandes. Le parcours de ce Ronde sera ainsi quasiment similaire à celui imaginé en 2019, et le final sera le même que ces dernières années, avec le Vieux Quaremont et le Paterberg comme derniers remparts à affronter d’ici l’arrivée sur la Nationale 60, à l’entrée d’Audenarde, non loin du Centre du Tour des Flandres, qui retrace l’histoire de la célèbre classique.

Avant cela, les coureurs démarreront d’Anvers, non pas sur la Grand Place comme les années précédentes, mais 500 mètres plus loin, sur la Steenplein. Les autorités veulent en effet éviter les rassemblements vu la deuxième vague du Covid-19 qui touche actuellement la Belgique. Le public est ainsi invité à ne pas rejoindre les bords de route, mais à suivre l’épreuve en direct et en intégralité depuis leur salon, devant la télévision. Le peloton, pour sa part, démarrera avant 10 heures d’Anvers pour une longue traversée de la Flandre via notamment la Paddestraat, avant un premier passage du côté d’Audenarde, via le Kattenberg, première côte répertoriée de la journée. Un simple apéritif avant une première ascension du Vieux Quaremont, qui sera également vide de tout public et autre tente VIP. Il n’y aura donc pas de risque de chute suite à une veste mal placée, comme en 2017 avec Peter Sagan, Greg Van Avermaet et Oliver Naesen…

Il restera alors près de 120 kilomètres, et les côtes et secteurs pavés vont alors s’enchaîner. Les favoris tâcheront avant tout d’éviter un mauvais placement avant ces diverses montées, alors que des outsiders pourront se lancer dans une échappée anticipative, espérant ainsi surprendre les meilleurs concurrents du peloton. Car cette année, les coureurs ne pourront pas profiter des pourcentages du Mur de Grammont. La côte n’a pas été retenue dans ce nouveau parcours, suite à la crise sanitaire, dixit Flanders Classics. Le bourgmestre de Grammont en est pour sa part déçu, et confirme que cette décision risque d’avoir des connaissances pour l’avenir. Pour le peloton, cela annonce surtout une difficulté intense en moins. En lieu et place, les coureurs grimperont le Valkenberg, une côte non-pavée plus douce, avec moins d’un kilomètre à 6% de moyenne.

La course devrait se corser dès le deuxième passage du Vieux Quaremont, à 55 kilomètres de l’arrivée. Les coureurs enchaîneront alors avec une première montée du Paterberg, ce fameux mur à 12% de moyenne qui apparaît comme un juge de paix idéal pour les puncheurs. Qu’ils ne s’inquiètent pas : il y en aura d’autres ensuite. Car six kilomètres plus tard, le peloton sera déjà sur les pentes du terrible Koppenberg, et ses passages à 18%. Avant le Steenbeekdries puis le Taaienberg, moins de dix kilomètres plus loin, avec son pied à plus de 15% pour bien faire chauffer les cuisses.

Les plus costauds devront encore se farcir le Kruisberg ensuite, là où Mathieu Van der Poel avait tenté sa chance l’an dernier, avant une dizaine de kilomètres jusqu’au Vieux Quaremont, troisième du nom, qui peut permettre aux plus puissants de s’échapper, comme Alberto Bettiol l’avait fait l’an dernier. Le Paterberg suivra ensuite, avant 13 kilomètres de plaine jusqu’à Audenarde. Le vainqueur devra donc faire preuve de tactique et de puissance pour s’extirper de cet enchaînement de 17 côtes dans les Ardennes flamandes.

Les favoris

En cette fin de saison, avec une campagne de classiques qui se termine sur ce Tour des Flandres, la liste des favoris s’est allongée au-delà des habitués des pavés et des monts. Bien entendu, vu ce qui s’est déroulé du côté de Gand-Wevelgem, les purs Flandriens seront logiquement aux avant-postes sur cette grand-messe de l’automne. À commencer par le Belge Wout van Aert (Jumbo-Visma), clairement parmi les meilleurs puncheurs sur les pentes dimanche dernier. Le coureur belge, homme de cette deuxième partie de saison avec ses victoires sur le Strade Bianche, Milan-Sanremo et le Tour de France, est le coureur surveillé de toutes parts, capable d’enchaîner les « bergs » et de briller tant en solitaire que dans un groupe, au sprint. Il aura la pancarte de grand favori, sur le dos, et sera certainement cerné par ses rivaux, dont celui qui l’a bousculé dans les labourés dès son plus jeune âge, le champion des Pays-Bas Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix). La presse flamande a fait ses choux gras de la rivalité entre les deux hommes, notamment suite aux propos de Van Aert accusant le Néerlandais d’avoir roulé pour le faire perdre. Mais les deux hommes rappellent aujourd’hui qu’ils ont déjà fermé ce chapitre. Et Van der Poel sera clairement dans un autre esprit sur ce Ronde. Sur cette campagne de classiques, Van der Poel a surtout suivi les meilleurs dans les derniers kilomètres, il devra désormais jouer la carte de l’explosivité pour espérer s’imposer à Audenarde.

Habituelle équipe au rendez-vous des courses flandriennes, Deceuninck-Quick Step arrive cette année avec un leader atypique. Le champion du monde Julian Alaphilippe avait annoncé en début d’année sa décision de découvrir le Tour des Flandres, il arrive au départ avec une forme exceptionnelle. Depuis le début du Tour de France, le Français enchaîne les performances, sur les Mondiaux, sur Liège-Bastogne-Liège (malgré son déclassement) et sur la Flèche Brabançonne. Il découvre une course plus complexe, où le placement est très important, tout comme l’aspect tactique. Il aura en tout cas un collectif d’expérimentés à ses côtés, avec notamment Kasper Asgreen, Yves Lampaert ou Florian Sénéchal capables également de jouer la victoire sur un tel profil.

Chez Trek-Segafredo également, on peut espérer la victoire, au vu de la performance de Mads Pedersen sur Gand-Wevelgem dimanche dernier. Au-delà de son sprint victorieux, l’ancien champion du monde a montré qu’il avait la condition nécessaire pour enchaîner les efforts courts. Il aura en prime Jasper Stuyven et Edward Theuns pour l’épauler sur les pavés. De même, la formation EF Pro Cycling reste un collectif intéressant sur ce Ronde, avec le vainqueur sortant Alberto Bettiol, en vue sur Gand-Wevelgem, et Sep Vanmarcke, habituel outsider sur le Tour des Flandres. Autre candidat des Flandriennes, Oliver Naesen (Ag2r-La Mondiale) n’a pas forcément rassuré ces derniers jours, mais peut se sublimer en une course. Alors que Stefan Küng (Groupama-FDJ) et Matteo Trentin (CCC) peuvent profiter de leur condition actuelle pour se placer aux avant-postes, notamment en cas d’offensive anticipative.

Souvent loin des pavés ces dernières années en raison de son poste de capitaine sur les Grands Tours, le Polonais Michal Kwiatkowski (INEOS Grenadiers) arrive cette saison avec un statut de leader sur le Tour des Flandres, et peut être clairement candidat à la victoire au vu de sa forme affichée depuis septembre. Alors que les Belges Dylan Teuns (Bahrain-McLaren) ou Tiesj Benoot (Sunweb) tenteront de se défaire de leur réputation de grimpeur pour se confirmer également comme chasseur de pavés, avec Sonny Colbrelli (Bahrain-McLaren) et Søren Kragh Andersen (Sunweb) comme suppléants de luxe. Enfin, attention en cas de sprint en petit groupe d’Alexander Kristoff (UAE Team Emirates), toujours dangereux sur ces routes.

La météo

Le ciel sera nuageux tout au long de la journée, avec quelques éclaircies et un faible risque d’averses sur Audenarde. Les températures varieront de 9 à 11°C en matinée, et de 11 à 13°C dans l’après-midi. Le vent soufflera d’ouest entre 10 et 20 km/h.

Le profil de la 104ème édition du Tour des Flandres masculin :

Sur demande de l’organisation, les amateurs de cyclisme sont invités à suivre le Tour des Flandres en télévision et de ne pas venir sur le parcours de l’épreuve au vu de la crise du Covid-19. Pour cette raison, l’itinéraire-horaire précis n’est pas diffusé.

Le mode d’emploi de l’épreuve :

Départ : 9h45 à Anvers

Distance : 241 kilomètres

Arrivée : vers 15h45 sur la Minderbroederstraat (N60) à Audenarde

Les difficultés du jour :

Secteur pavé 1 – Km 86 : Lippenhovestraat (1 200 mètres)
Secteur pavé 2 – Km 88 : Paddestraat (1 600 m)
Côte 1 – Km 101,5 : Katteberg (800 m à 6% de moyenne)
Secteur pavé 3 – Km 103,5 : Holleweg (1 500 m)
Côte 2 – Km 120,5 : Vieux Quaremont (2 200 m à 4,2%)
Côte 3 – Km 131 : Kortekeer (1 000 m à 6,4%)
Côte 4 – Km 138 : Eikenberg (1 300 m à 6,2%)
Côte 5 – Km 141,5 : Wolvenberg (665 m à 6,8 m)
Secteur pavé 4 – Km 143 : Holleweg (1 500 m)
Secteur pavé 5 – Km 149,5 : Haaghoek (1 900 m)
Côte 6 – Km 150,5 : Leberg (700 m à 6,1%)
Côte 7 – Km 154,5 : Berendries (940 m à 7,1%)
Côte 8 – Km 159,5 : Valkenberg (875 m à 6%)
Côte 9 – Km 173 : Kanarieberg (1 000 m à 7,7%)
Côte 10 – Km 189 : Vieux Quaremont (2 200 m à 4,2%)
Côte 11 – Km 192 : Paterberg (400 m à 12,5%)
Côte 12 – Km 199 : Koppenberg (600 m à 11,6%)
Côte 13 – Km 204 : Steenbeekdries (820 m à 7,6%)
Côte 14 – Km 206,5 : Taaienberg (800 m à 7,1%)
Côte 15 – Km 217 : Kruisberg/Hotond (1 875 m à 5%)
Côte 16 – Km 227 : Vieux Quaremont (2 200 m à 4,2%)
Côte 17 – Km 230,5 : Paterberg (400 m à 12,5%)

La liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants

Directs TV :

  • En direct dès 9h45 sur Tipik, puis dès 13h40 sur La Une, et en intégralité sur RTBF Auvio
  • En direct dès 9h00 sur Eén/Sporza, puis dès 13h00 sur Canvas/Sporza, puis dès 13h35 sur Eén/Sporza (VRT)
  • En direct dès 9h30 sur Eurosport 1, Eurosport Player et GCN Pass
  • En direct dès 13h35 sur France 3

Palmarès :

2010 Fabian Cancellara (Sui)
2011 Nick Nuyens (BEL)
2012 Tom Boonen (BEL)
2013 Fabian Cancellara (Sui)
2014 Fabian Cancellara (Sui)
2015 Alexander Kristoff (Nor)
2016 Peter Sagan (Svq)
2017 Philippe Gilbert (BEL)
2018 Niki Terpstra (P-B)
2019 Alberto Bettiol (Ita)

Photo : Flanders Classics – Graphiques : La Flamme Rouge

One thought on “Tour des Flandres : notre présentation complète des éditions 2020

Les commentaires sont clôturés.

Pin It on Pinterest