Flèche Brabançonne : l’arc-en-ciel d’Alaphilippe jaillit de justesse

Il avait dit dimanche dernier qu’il ne fera “plus jamais une telle erreur”, et pourtant, au sommet du Schavei, le champion du monde Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) a de nouveau levé les bras avant de passer la ligne d’arrivée. Et encore une fois, il a failli se faire surprendre par son dauphin, cette fois le champion des Pays-Bas Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix). La photo-finish a cependant rassuré le Français : il tient sa première victoire avec le maillot arc-en-ciel sur cette Flèche Brabançonne.

Cantonnée à un rôle de semi-classique préparatoire aux Ardennaises, la Flèche Brabançonne annonçait cette saison un schéma de course différent. D’abord par sa position dans le calendrier, post-Ardennaises et pré-Flandriennes. Ensuite par son parcours légèrement remanié, avec la suppression de l’Ijskelderlaan aux abords de l’arrivée, et l’ajout dans les deux derniers tours du circuit final de la terrible Moskestraat, mur pavé grimpant jusqu’à 18%. Ces nouvelles données, ajoutées à une liste des partants particulièrement attirante, permettaient de croire en une course alléchante, riche en attaques de favoris et d’outsiders en tout genre.

Cela ne manquait pas : dès la première montée de la Moskestraat, à plus de 30 kilomètres de l’arrivée, Julian Alaphilippe demandait à son équipier Zdenek Stybar d’accélérer, pour permettre de s’isoler au sommet de la côte pavée, avec le seul Mathieu Van der Poel dans la roue. Les deux hommes s’affichaient déjà comme les deux meilleurs coureurs de la bande, décidés à se jouer la victoire en duo si nécessaire. Car les deux hommes se relayaient sans sourciller, pendant qu’à l’arrière, Sonny Colbrelli (Bahrain-McLaren), Benoît Cosnefroy (Ag2r-La Mondiale) et Omar Fraile (Astana) devaient se démener dans le Holstheide pour rentrer sur ces deux hommes. Michal Kwiatkowski (INEOS Grenadiers) faisait de même dans l’avant-dernière ascension du Schavei, dépensant déjà pas mal d’énergie pour refaire le trou.

Trois attaques pour un sprint

Malgré un petit regroupement par la suite, Julian Alaphilippe profitait du faux-plat suivant la Hertstraat pavée pour attaquer une nouvelle fois, obligeant encore Van der Poel de faire le saut dans la roue du Français. Encore manqué ? Dans la deuxième et dernière montée de la Moskestraat, Alaphilippe relançait la machine et prenait l’avantage avec… Van der Poel sur le garde-boue, ainsi que Cosnefroy. Le champion du monde montrait à la caméra qu’il en avait plein les pattes, son esprit offensif n’était pas encore récompensé. D’ailleurs, dans le dernier passage du Schavei, le maillot arc-en-ciel montrait bien dans la roue de son rival néerlandais qu’il n’était pas prêt à lancer un nouveau pétard. Pas question de se griller à l’aube d’un éventuel sprint sur les hauteurs d’Overijse. “Je n’étais pas sûr pour le sprint. J’étais à bloc, et j’avais dit à Benoît Cosnefroy que j’étais à la limite. On l’était tous les trois je crois, mais on savait avec Benoît que Van der Poel était le plus dangereux dans le sprint, surtout vu sa forme actuelle”, explique Alaphilippe au micro de la VRT.

Alaphilippe : “Ce n’est pas une revanche”

C’est finalement Cosnefroy qui s’élançait en tête dans les 200 derniers mètres, espérant anticiper le sprint final. Alaphilippe profitait de l’hésitation de Van der Poel à sortir le nez dans le vent pour déborder ses deux adversaires et les prendre de vitesse. Cruelle ironie : le champion du monde levait encore une fois les bras avant la ligne d’arrivée, et regardait directement à sa gauche, voyant Van der Poel jeter son vélo devant la caméra de la photo-finish. Heureusement pour le Français, celle-ci confirmait sa victoire. Cette fois, malgré cette nouvelle anticipation, Alaphilippe est bien le vainqueur de la Flèche Brabançonne, une première pour lui après sa deuxième place derrière… Van der Poel l’an dernier.

“Ce n’était pas prévu que je vienne ici, mais avec l’annulation de l’Amstel, j’ai voulu participer à cette course. C’est une épreuve qui m’a toujours plu et je voulais me faire plaisir après la déception de dimanche. On a été vraiment bien devant avec l’équipe, on s’est fait plaisir, on s’est fait mal mais je ne pensais pourtant pas gagner”, lâche-t-il avant de monter sur le podium. “Ce n’est pas une revanche. Je voulais faire de mon mieux pour montrer mon maillot de champion du monde. C’est un très grand sentiment de finalement gagner avec le maillot arc-en-ciel”. Et ce seulement dix jours après son titre mondial à Imola.

Van der Poel : “J’ai foiré”

Deuxième malgré une parfaite réponse à toutes les offensives d’Alaphilippe dans le final, Mathieu Van der Poel, attendu après sa victoire sur le BinckBank Tour et sa sixième place sur la Doyenne, s’en voulait à lui-même quant à ce revers à Overijse. “J’ai fait une faute que je ne fais normalement jamais dans le sprint. Je savais quand Alaphilippe m’a dépassé que j’ai attendu trop longtemps. J’ai dû dépasser tout le monde en roue libre, cela m’a coûté de l’énergie”, dit le champion des Pays-Bas qui ne s’attendait pas à voir Cosnefroy sortir si tôt du bois. “C’est ma propre faute. J’ai foiré et je ne peux pas me le pardonner. Je ne vais pas en dormir ce soir, j’en suis sûr”.

Alors que Cosnefroy était pour sa part heureux de sa place sur le podium. “Je suis content, j’aurais préféré gagner bien sûr, mais je suis content de mon final avec Alaphilippe. J’en rêve depuis un moment. J’ai essayé de les surprendre car je savais que j’étais battu au sprint mais je n’ai pas réussi”, confirme le Français, comparé par son équipier Oliver Naesen comme un coureur similaire à Alaphilippe. “C’est un honneur d’être comparé au champion du monde, mais je n’ai pas les performances d’Alaphilippe et son palmarès, mais j’espère évidemment avoir une belle carrière comme lui”, ajoute Cosnefroy, en grande forme après sa deuxième place sur la Flèche Wallonne et sa dix-huitième place sur Liège-Bastogne-Liège.

Lire aussi : Grace Brown prend sa revanche à Overijse : le résumé et les résultats de la Flèche Brabançonne femmes

Résultats de la 60e édition de la Flèche Brabançonne (Louvain > Overijse, 197 km) :

  1. Julian Alaphilippe (Fra, Deceuninck-Quick Step) en 4h36:52
  2. Mathieu Van der Poel (P-B, Alpecin-Fenix)
  3. Benoît Cosnefroy (Fra, Ag2r-La Mondiale)
  4. Sonny Colbrelli (Ita, Bahrain-McLaren) à 0:13
  5. Warren Barguil (Fra, Team Arkéa-Samsic)
  6. Michal Kwiatkowski (Pol, INEOS Grenadiers)
  7. Andrea Bagioli (Ita, Deceuninck-Quick Step)
  8. Anthony Turgis (Fra, Total Direct Énergie)
  9. Alessandro Covi (Ita, UAE Team Emirates)
  10. Dries Devenyns (Bel, Deceuninck-Quick Step)

11. Stan Dewulf (Bel, Lotto-Soudal)
12. Dylan Teuns (Bel, Bahrain-McLaren) à 0:17
15. Arjen Livyns (Bel, Bingoal-Wallonie Bruxelles) à 0:25
19. Jasper De Buyst (Bel, Lotto-Soudal)
22. Jelle Vanendert (Bel, Bingoal-Wallonie Bruxelles) à 0:28
28. Jan Bakelants (Bel, Circus-Wanty Gobert) à 0:32
30. Amaury Capiot (Bel, Sport Vlaanderen-Baloise) à 1:04
32. Nathan Van Hooydonck (Bel, CCC Team) à 1:44
33. Dimitri Peyskens (Bel, Bingoal-Wallonie Bruxelles)
34. Frederik Backaert (Bel, B&B Hôtels-Vital Concept)
37. Xandro Meurisse (Bel, Circus-Wanty Gobert) à 1:55
40. Benjamin Declercq (Bel, Team Arkéa-Samsic)
41. Dimitri Claeys (Bel, Cofidis, Solutions Crédits)
42. Edward Theuns (Bel, Trek-Segafredo)
44. Tom Van Asbroeck (Bel, Israel Start-up Nation) à 2:58
48. Tosh Van der Sande (Bel, Lotto-Soudal)
49. Tim Wellens (Bel, Lotto-Soudal) à 3:25
50. Dries De Bondt (Bel, Alpecin-Fenix) à 4:22

Photo : capture Proximus Sports

Pin It on Pinterest