Championnats d’Europe 2020 à Plouay : Balsamo et Nizzolo honorent la domination italienne

Bien que vallonné, le circuit de Plouay imaginé pour ces championnats d’Europe de cyclisme sur route se dévoile adapté aux sprinters, au vu des deux premières courses en ligne disputées ce mercredi dans la cité du Morbihan. Et par deux fois, le collectif italien a brillé. D’abord chez les espoirs féminins avec Elisa Balsamo au sommet. Puis chez les élites masculines avec Giacomo Nizzolo en or.

À trois jours du départ du Tour de France, la course en ligne masculine était attendue comme la grand-messe de ces championnats d’Europe malgré l’absence de nombreux grands noms, contraints d’éviter Plouay pour rester dans leur bulle sanitaire en cette période de crise du Covid-19. Seuls quelques coureurs ont décidé de faire le trajet de la Bretagne à la Côte d’Azur, comme les Belges Jasper Stuyven et Greg Van Avermaet ou l’Italien Giacomo Nizzolo, délestant la liste des partants de concurrents de choix pour la couronne continentale. Celle-ci n’a d’ailleurs même pas failli être décernée, tant l’Union Européenne de Cyclisme (UEC) a cravaché pour trouver un nouveau circuit pour s’adjuger le titre européen. À tel point que le programme est ramassé et les distances réduites. Comme sur cette course masculine, longue de moins de 180 kilomètre. Avec deux côtes adossées en début et en fin de circuit, le tracé n’offrait donc que peu de résistance à un peloton bien fourni en sprinters, désignés comme favoris au vu de la distance et de l’absence de puncheurs aventureux dans le peloton.

En fin de course, rares étaient les tentatives intéressantes pour contrer les hommes les plus rapides du peloton. Le récent champion des Pays-Bas Mathieu Van der Poel tentait à cinq reprises d’attaquer le peloton, mais se retrouvait à chaque fois contré par le bloc italien bien représenté par Matteo Trentin ou Diego Ulissi. Jasper Stuyven ou le champion olympique Greg Van Avermaet tentaient également leur chance dans les trois derniers tours, sans prendre plus de quelques secondes au peloton. Et l’acharnement du Britannique Tom Pidcock et du Portugais Rui Costa dans la dernière ascension du jour, à deux kilomètres de l’arrivée, ne changeait pas la physionomie d’une course prophétisée pour les sprinters.

« C’était tout juste »

Parfaitement lancé par un bloc italien qui a fait front tout au long de la journée, le récent champion d’Italie Giacomo Nizzolo était parfaitement lancé par son dauphin de dimanche dernier, Davide Ballerini. Sur le côté gauche de la route, il bloquait bien l’effort de Van der Poel et devançait d’un fifrelin le champion de France Arnaud Démare et l’Allemand Pascal Ackermann. Du travail d’orfèvre. « C’était un jour incroyable. J’ai été parfaitement lancé par l’équipe », confiait Nizzolo à l’arrivée. « C’était tout de même tout juste. Je ne pensais pas avoir fait un si bon jump mais à la fin, j’ai été chanceux. J’avais manqué cette course de si peu il y a quelques années (NDLR : le GP de Plouay en 2013, battu par Filippo Pozzato), je suis si heureux. »

Côté belge, Jasper Stuyven peut se satisfaire de sa cinquième place, qui correspond bien à la hiérarchie actuelle. Mais l’équipe espérait sans doute mieux, avec un coureur comme Jasper Philipsen dans son groupe. Le jeune sprinter a cependant été victime d’une chute causée… par l’équipe belge à 5 tours du but : Victor Campenaerts emmenait l’ensemble des coureurs noir-jaune-rouge dans le final en descente, quand il a créé une vague qui a envoyé valser Philipsen et Xandro Meurisse. Sans ces deux éléments importants, les Belges ont tenté de bouleverser la course avec des offensives sur la côte du Lézot. Le peloton était toutefois bien en place, et l’explosivité de Van Avermaet ou de Vanmarcke n’était pas suffisante pour surprendre des coureurs encore très frais sur ce championnat d’Europe trop court.

Lire aussi : Les résultats des championnats d’Europe du contre-la-montre

Balsamo succède à Paternoster

Chez les espoirs féminins également, l’Italie a frappé fort. La Squadra Azzura a parfaitement emmené l’ancienne championne du monde junior Elisa Balsamo dans les derniers hectomètres. La sociétaire de l’équipe Valcar-Travel & Service confirme ainsi son talent de spécialiste des courses d’un jour à 22 ans, avec ce premier titre européen. Elle succède d’ailleurs à une autre italienne au palmarès, la pistarde Letizia Paternoster, qui s’était déjà imposé au sprint à Alkmaar l’an dernier. Côté belge, Shari Bossuyt (19 ans) s’est octroyé la septième place.

Résultats de la course en ligne des espoirs femmes (81,9 km) :

1. Elisa Balsamo (Italie) en 2h15:27
2. Lonneke Uneken (Pays-Bas)
3. Emma Cecilie Norsgaard (Danemark)
4. Franziska Koch (Allemagne)
5. Wilma Olausson (Suède)
6. Blanka Vas (Hongrie)
7. Shari Bossuyt (Belgique)
8. Silke Smulders (Pays-Bas)
9. Évita Muzic (France)
10. Chiara Consonni (Italie)

21. Lone Mertens (Belgique)
30. Marthe Truyen (Belgique)
50. Amber Aernouts (Belgique) à 3:59
54. Fien Van Eynde (Belgique)

Résultats de la course en ligne des élites hommes (177,4 km) :

1. Giacomo Nizzolo (Italie) en 4h12:23
2. Arnaud Démare (France)
3. Pascal Ackermann (Allemagne)
4. Mathieu Van der Poel (Pays-Bas)
5. Jasper Stuyven (Belgique)
6. Davide Ballerini (Italie)
7. Maciej Paterski (Pologne)
8. Iván García Cortina (Espagne)
9. Adam Toupalik (République tchèque)
10. Benoît Cosnefroy (France)

20. Oliver Naesen (Belgique)
27. Greg Van Avermaet (Belgique)
57. Sep Vanmarcke (Belgique) à 1:50
90. Victor Campenaerts (Belgique) à 8:25
100. Otto Vergaerde (Belgique) à 14:31

Photo : Twitter Federazione Ciclistica Italiana

One thought on “Championnats d’Europe 2020 à Plouay : Balsamo et Nizzolo honorent la domination italienne

Les commentaires sont clôturés.

Pin It on Pinterest