L’UCI dévoile un nouveau protocole pour les premières courses pros post-confinement

L’Union Cycliste Internationale (UCI) a publié un nouveau protocole indiquant les règles à suivre, notamment sur le plan sanitaire, pour la reprise de la saison professionnelle de cyclisme sur route. Ce document permet ainsi aux organisateurs de courses, aux directeurs d’équipe et aux coureurs d’assurer des conditions sûres pour leur sport face à la pandémie de coronavirus.

Si le championnat de Slovénie sur route s’est déroulé dimanche dernier avec la victoire de Primoz Rogelio (Jumbo-Visma) devant Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) chez les hommes et d’Ursa Pinter (Alé BTC Ljubljana) chez les dames, la reprise officielle des saisons cyclistes sur route est prévue au 1er juillet 2020 selon les termes de l’UCI, qui avait décidé de n’autoriser la programmation de nouvelles courses professionnelles à cette date, pour éviter la propagation du coronavirus. L’organisation de tels événements ouverts annonçait en effet une logistique particulièrement compliquée à mettre en place en pleine pandémie, comme cela s’est confirmé à la mi-mars, sur les routes de Paris-Nice, alors que la crise sanitaire commençait à frapper de plein fouet l’Europe. L’UCI a donc pris son temps pour assurer une reprise claire et sûre de cette fin de saison 2020, avec l’adaptation de calendriers répartis entre juillet et novembre, et la mise en place d’un protocole, réalisé grâce au travail d’un collectif mené par le directeur médical de l’UCI, le professeur Xavier Bigard, et constitué de représentants de coureurs, d’équipes, de médecins et d’organisateurs.

Ce protocole, publié jeudi dernier par l’UCI, propose une série de mesures obligatoires, recommandées et souhaitables pour les différents acteurs du cyclisme. Ces mesures seront d’application sur l’ensemble des courses masculines et féminines du calendrier UCI sur route jusqu’à la fin de la saison, et seront bientôt adaptées à d’autres disciplines, comme le VTT ou le cyclo-cross. La fédération internationale prévient toutefois que ces règles peuvent encore être plus sévères selon les mesures locales en vigueur sur les territoires où l’épreuve est organisée. Ce protocole pourra également être adapté au fil des mois, selon la situation sanitaire mondiale, face au coronavirus, ou à d’autres dangers sanitaires.

Des dépistages prévus

L’UCI précise que ce protocole compte principalement trois grands principes. Le premier est que chaque équipe (coureurs, staff, médecins) doit entrer dans « une bulle d’équipe », et ne peut donc aller dans d’autres bulles pour éviter les contaminations. Les bulles d’équipes deviendront au moment de la course une « bulle de peloton » qui sera isolée en cas de problème sanitaire. Le deuxième principe est que trois niveaux de pandémie sont prévus, pour évaluer les mesures à prendre selon ces niveaux : un niveau de risque « modéré » (20 à 50 cas de Covid-19 par semaine pour 100 000 habitants), un niveau de risque « faible » (moins de 20 cas par semaine pour 100 000 habitants) et un niveau de risque « très faible » (pas de cas depuis 3 à 4 semaines). Enfin, le troisième principe est que les mesures préconisées dans ce protocole sont considérées comme obligatoires, recommandées ou souhaitables selon la gravité de la situation épidémiologique.

Des dépistages seront ainsi prévus avant et pendant les compétitions, l’adaptation des zones à risque (départ, ravitaillement, protocole d’arrivée…) par les organisateurs, le maintien des équipes dans leur bulle dans les lieux d’hébergement et de transit… Un médecin Covid sera également désigné au sein de l’équipe médicale de chaque organisateur de course pour prendre les mesures qui s’imposent en cas de cas suspect. La remise des trophées après la course doit également être adapté.

Le protocole peut être découvert dans son intégralité en cliquant ici. Il confirme en tout cas la volonté de l’UCI de ne rien manquer en vue de la réouverture de la saison cycliste. Et éviter un fiasco comme dans le monde du tennis, où les cas de Covid-19 s’enchaînent chez les joueurs suite à l’organisation d’un tournoi d’exhibition par Novak Djokovic, avec un public nombreux et où la distanciation sociale fut loin d’être respectée. Une confirmation que l’organisation ne s’improvise pas en ces temps particuliers sur le plan sanitaire.

Photo : UCI

Pin It on Pinterest