Manuela Fundación ne reprendra Mitchelton-Scott : retour sur deux semaines d’incompréhension

Surprise ce jeudi : une semaine après avoir annoncé l’arrivée d’un nouveau partenaire du nom de Manuela Fundación, Gerry Ryan, fondateur de GreenEdge Cycling et propriétaire de la licence de l’équipe Mitchelton-Scott, annonce par voie de communiqué que la formation ne sera finalement pas reprise par cette étonnante fondation espagnole qui insinuait le doute chez la plupart des observateurs du peloton. Retour sur deux semaines qui ont bouleversé l’avenir de l’équipe australienne.

À la recherche de nouveaux sponsors pour poursuivre l’aventure de cette équipe créée en 2012 sur ses fonds propres, Gerry Ryan, fondateur de GreenEdge, avait annoncé dès le début de la saison qu’il cherchait un nouveau partenaire afin d’assurer la viabilité économique d’un projet australien devenu l’une des plus grandes équipes du WorldTour, tant chez les hommes que chez les femmes. La marque de vins Mitchelton appartient en effet à partie à Gerry Ryan qui continue depuis fin 2017 de financer sa propre formation, suite au départ d’Orica. « Je suis confiant qu’on en trouvera un dans les 12 prochains mois », assurait-il dans le quotidien britannique The Guardian en janvier dernier. Déjà à l’époque, il confirmait l’intérêt d’entreprises chinoises pour reprendre le nom de la formation, qui dispose justement d’une équipe satellite dédiée aux espoirs en Chine.

Une association lancée… le 4 octobre

Le communiqué de presse annonçant le 12 juin dernier la reprise de l’équipe Mitchelton-Scott par la Manuela Fundación dès la reprise des courses cyclistes professionnelles pouvait donc être vue comme un soulagement pour Gerry Ryan. Et pourtant, il n’en était rien… Car rien que le communiqué de presse amenait de sérieux doutes chez la plupart des observateurs du peloton, surpris de voir arriver une telle association inconnue au bataillon en tant que le bailleur principal de l’une des plus grandes équipes du WorldTour. Bien entendu, le cyclisme est habitué à voir des noms de sponsors surprenants, émanant d’entreprises qui n’ont parfois rien à voir avec le vélo (souvenez-vous de Predictor et ses tests de grossesse, Bardiani et ses vannes ou encore Lampre et ses produits d’acier). La Manuela Fundación n’a par contre aucune existence et annonce son lancement officiel le… 4 octobre, soit trois mois après la reprise des compétitions cyclistes. Une première surprise.

Cette association espagnole est créée par Francisco Huertas, un entrepreneur basé à Grenade, et sa femme Maria Angustias González, en hommage à leur fille décédée seulement deux jours après sa naissance. L’objectif de l’association « Aider à créer un monde plus solidaire ». Comment ? En proposant « d’ambitieux projets d’aide dans le travail social, d’abord concentrés sur l’Espagne ». Et ? C’est tout ce que le communiqué indique, avec le fait que toutes les activités de l’association sont « soutenues par les propres fonds » de Francisco Huertas et Maria Angustias González. Cela semble léger quand on sait qu’une équipe WorldTour comme Mitchelton-Scott a besoin de près de 10 millions d’euros pour assurer sa place parmi les meilleurs mondiaux, et alors que seuls dix coureurs sont encore sous contrat avec l’équipe masculine en 2021, et seulement deux au sein de l’équipe féminine…

Facebook Manuela Fundacion - Publication Stefano Garzelli - 5 juin 2020

Des précédents dans le football

La Manuela Fundación a bien une page Facebook (avec près de 1500 abonnés, la plupart arrivés au 12 juin), un site en construction, et a déjà des activités dans le sponsoring avec des partenariats pour un club local de cyclisme et une équipe cycliste destinée aux espoirs en Espagne. Mais cela semble clairement léger pour un entrepreneur d’Andalousie, qui a fait ses premières armes dans le sport grâce à son entreprise de construction Hufrago qui a sponsorisé l’équipe de Grenade en 2008 et 2009. Sauf que l’expérience s’est révélée désastreuse, selon la presse régionale, qui rapporte des dettes et des joueurs et un staff non payés. L’homme aurait également tenté de racheter le Real Jaen, un club de 3e division espagnole, en 2017, sans toutefois parvenir à ses fins. Les doutes s’accumulent.

Emilio Rodriguez, directeur du sport au sein de la Manuela Fundación, a tenté de rassurer dès le lendemain dans le quotidien espagnol El Mundo, expliquant que le groupe savait où il allait : « Nous avons un très grand projet, nous ne voulons pas seulement finir la saison et maintenir notre niveau actuel ». L’homme a ajouté que la fondation planifiait d’abord de se proposer en sponsor principal de Mitchelton-Scott pour 2021 avant de finalement décider de reprendre la formation six mois plus tôt, pour obtenir une plus grande couverture médiatique. Avant d’ajouter au site Cyclingnews que l’équipe passerait sous licence espagnole. Ce qui signifiait donc la reprise de la licence appartenant depuis 2012 à GreenEdge Cycling et Gerry Ryan. Et le possible déménagement du service course de l’équipe depuis l’Italie vers l’Espagne. La page Facebook de la fondation annonçait en outre les arrivées de Stefano Garzelli, ancien vainqueur du Giro, José Manuel Moreno, champion olympique sur piste en 1992, et de Manuel Calvente, ex-cycliste pro espagnol, dans le staff.

« Communiqué parti trop tôt »

Et puis, ce jeudi 18 juin, seulement six jours après l’annonce de la reprise, voilà que GreenEdge Cycling annonce par voie de communiqué que la reprise par la Manuela Fundación ne se fera finalement pas. Gerry Ryan confirme qu’il reste en poste : « Nous avons conclu que notre relation (NDLR : avec Francisco Huertas) ne se poursuivra pas. Nous souhaitons à Francisco Huerta et à la Manuela Fundación tout le meilleur ». Il confirme que Mitchelton-Scott resteront les deux principaux partenaires visibles sur le maillot jaune et noir de l’équipe, comme en début de saison. En outre, après une réduction des salaires des coureurs, coureuses et du staff technique à 30% suite à la crise du Covid-19, Gerry Ryan confirme que les salaires de ses employés repasseront à 100% dès la reprise des compétitions sportives en août. Enfin, le propriétaire de GreenEdge Cycling annonce poursuivre sa recherche d’un nouveau partenaire pour la saison prochaine.

Selon CyclingTips, ce communiqué de Gerry Ryan est une réponse au fait que le fondateur n’aurait pas été consulté concernant ce nouveau partenariat et le communiqué de presse paru vendredi dernier. Le partenariat aurait en fait été organisé par le manager général de l’équipe, Shayne Bannan, sans l’accord de Gerry Ryan, qui a laissé entendre sa frustration dans une interview à Ride Media, mercredi : « Le communiqué de presse est probablement parti trop tôt, vu que Shayne (Bannan) est en Espagne la semaine prochaine pour tenter de finaliser le partenariat et d’autres opportunités commerciales ».

« Un accord a été signé »

Et du côté de la Manuela Fundacion ? Stefano Garzelli a confié au quotidien espagnol Marca sa surprise : « Nous estimons qu’il y a un contrat signé avec Shayne Bannan dans lequel tout est spécifié. Tout était prêt, les voitures étaient marquées, nous avions les maillots, nous avions le staff… Nous ne comprenons pas pourquoi Gerry Ryan fait cela désormais. (…) Nous nous sommes retrouvés comme des idiots. Nous étions très excités à l’idée de mener ce projet, mais nous allons continuer. Nous poursuivrons ici ou ailleurs », lance-t-il. Emilio Rodriguez, directeur des sports, ne dit pas mieux sur CyclingTips : « Un accord a été signé le 5 juin et il doit être respecté. (…) Il a été signé que nous étions désormais les propriétaires et qu’à partir du 1er janvier 2021, nous prendrions également la licence de l’équipe, dès que la saison se termine et dès que les procédures règlementaires et audits de l’UCI seraient complétés ».

La saga autour de cette reprise risque donc de perdurer, si on en croit les déclarations des personnes derrière cette association, arrivée en quelques jours en Une des principaux sites cyclistes. L’histoire ne doit en tout cas pas rassurer les employés de Mitchelton-Scott. Car l’histoire du cyclisme professionnel regorge malheureusement de ces sagas de reprise avortée, à l’image de la Fassa Bortolo qui devait être repris par Sony Ericsson. Sauf que Giancarlo Ferretti, patron de cette formation italienne avait été trompé par un imposteur qui disait représenter Sony Ericsson. L’affaire s’était terminée sur la fin de l’équipe…

Photo : Le maillot de l’équipe qui ne verra jamais le jour – GreenEdge Cycling/Manuela Fundaciòn

Pin It on Pinterest