Paris-Nice : notre présentation complète de l’édition 2020

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue de bouleverser le monde, une partie du peloton poursuit sa route sur la Course au soleil, maintenu malgré les cas de contamination qui se multiplient en France. Les autorités ont toutefois pris leur décision et plusieurs équipes ont confirmé leur participation à cet événement, qui doit constituer l’un des premiers objectifs majeurs des spécialistes de la haute montagne. Et cette fois, ce ne sont pas les conditions météo qui menacent la tenue intégrale de l’épreuve…

Le parcours

Comme l’an dernier, les sprinters et puncheurs auront à cœur de briller sur les premières étapes de Paris-Nice, préparation idéale en vue des prochaines classiques printanières. Du moins si celles-ci sont bien organisées au vu des incertitudes autour de l’épidémie de Covid-19 à travers le monde. La première étape travée dans les Yvelines, autour de la cité de Plaisir, proposera quelques côtes raides idéales pour les attaquants explosifs, avec notamment une dernière ascension de 1400 mètres à 7,8% de moyenne (avec des passages à 15%) à moins de cinq kilomètres de l’arrivée. Alors que les deux étapes suivantes seront parfaites pour les sprinters, avec toutefois des passages par de longues chaussées bordées par le vent qui pourraient mener à des bordures au sein du peloton.

Carte générale - Paris-Nice 2020

Le premier juge de paix de cette Course au Soleil sera la quatrième étape, un contre-la-montre individuel de 15,1 kilomètres autour de Saint-Amand-Montrond, sur des routes vallonnée et étroites, qui peuvent bénéficier à des rouleurs capables de franchir les bosses, comme l’enfant du pays, Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step). L’effort sera toutefois très court. Et les sprinters seront de nouveau à la fête le lendemain vers La Côte-Saint-André, même si les 500 derniers mètres annoncent une légère montée qui peut perturber les coureurs les plus véloces du peloton.

La suite ressemble aux dernières éditions de Paris-Nice. Une étape vallonnée durant laquelle les côtes abruptes s’enchaînent vendredi, du côté d’Apt, avec une dernière côte à 7% de moyenne à moins de 3 kilomètres du but. Samedi, place à l’étape de haute montagne de la semaine avec le final sur la montée de La Colmiane, comme en 2018. À l’époque, Simon Yates avait trouvé la victoire en solitaire au terme d’une montée intense. Cette ascension de 16,3 km à 6,3% reste toutefois limitée pour mener à de larges écarts au classement général. La lutte pour le maillot jaune se mènera surtout le dimanche, à l’occasion de la traditionnelle étape autour de Nice. Même si les coureurs éviteront pour la première fois le col d’Éze, et termineront la journée par 18 kilomètres en descente et sur le bord de mer. Les attaquants devront donc mener la vie dure aux leaders sur les quatre cols qui s’enchaînent en 50 kilomètres, du col de la Porte jusqu’à la côte d’Aspremont.

Les favoris

Sept équipes disposant de grands favoris pour le maillot jaune à Nice ont déjà annoncé leur retrait en raison de l’épidémie de Covid-19 : le Team INEOS d’Egan Bernal et Geraint Thomas, l’équipe Mitchelton-Scott des frères Adam et Simon Yates, le groupe CCC d’Ilnur Zakarin, l’équipe UAE Team Emirates de Tadej Pogacar (toujours coincé aux Émirats Arabes Unis), la Movistar Team d’Enric Mas, l’équipe Jumbo-Visma de Primoz Roglic et la formation Astana de Miguel Angel Lopez. Notons encore qu’ASO a obtenu une dérogation de l’UCI permettant aux équipes de disposer de huit au lieu de sept coureurs vu le nombre de forfaits, alors que les équipes continentales professionnelles Circus-Wanty Gobert et B&B Hôtels-Vital Concept ont obtenu une invitation en dernière minute pour participer à la Course au Soleil.

Face à ces abandons, bon nombre d’outsiders pourraient profiter de cette chance de briller sur les pentes françaises. Même si la liste des favoris reste particulièrement intéressante malgré les forfaits annoncés. Le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), qui aura droit à un chrono sur ses terres (lire ci-dessus), peut clairement tenir la distance sur les quelques cols proposés sur cette édition et sera donc le grand favori de cette édition, notamment vu le forfait de Roglic. Il a également prouvé sur le Tour de Colombie, un mois plus tôt, qu’il monte en gammes, même si son premier grand objectif reste le Tour des Flandres, qu’il découvrira cette saison.

En grand forme sur les premières courses françaises de la saison, remportant le Tour de La Provence et le Tour des Alpes Maritimes et du Var ainsi que ses grandes étapes de montagne, le Colombien Nairo Quintana (Arkéa-Samsic) sera logiquement surveillé, même s’il risque de perdre du temps sur l’unique contre-la-montre prévu cette semaine. Sa chance est que ce chrono soit très court (seulement 15 bornes), ce qui peut lui permettre de récupérer du temps sur la montée de La Colmiane, idéale pour ses talents de grimpeur asphyxiant ses adversaires sur le long cours. Son compatriote Sergio Higuita (EF Education First), vainqueur d’étape et du général sur le Tour de Colombie, sera également surveillé sur les principales ascensions en fin de semaine. Et ils ne sont pas les seuls grimpeurs attendus : le Belge Dylan Teuns risque d’animer les étapes pour puncheurs-grimpeurs, au vu de ses offensives sur la récente Ruta del Sol.

Du côté de Trek-Segafredo, ce sont deux leaders qui s’annoncent avec Vincenzo Nibali, récemment en vue sur l’Ardèche Classic puis sur la Drôme Classic, deux épreuves vallonnées sous une pluie battante, et Richie Porte, également bien placé sur le Tour des Alpes Maritimes et du Var après sa victoire sur le Tour Down Under, en janvier dernier. Et côté français, on notera également les présences de Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), qui espère se replacer aux avant-postes après un début de saison qu’il considère comme « compliqué », Guillaume Martin (Cofidis), parmi les meilleurs sur l’Ardèche Classic et la Drôme Classic le week-end dernier, le champion national Warren Barguil (Arkéa-Samsic), qui risque toutefois de jouer la carte Quintana sur ces routes, et Romain Bardet (Ag2r-La Mondiale), arrivé de dernière minute suite à la décision de son équipe de ne pas prendre part à Tirreno-Adriatico.

Enfin, les sprinters ne manquent pas non plus au départ de cette 78e édition de Paris-Nice. Le champion d’Irlande Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step), l’Australien Caleb Ewan (Lotto-Soudal) et l’Allemand Pascal Ackermann (Bora-Hansgrohe) s’offriront un remake des étapes de plaine de l’UAE Tour et devront faire face à d’autres grands noms de l’emballage massif, comme Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), vainqueur du Circuit Het Nieuwsblad), Marc Sarreau (Groupama-FDJ), Phil Bauhaus (Bahrain-McLaren), Max Walscheid (NTT) ou encore Cees Bol (Sunweb).

La météo

Le ciel s’annonce très nuageux avec des risques d’averses sur les trois premières étapes, et des vents forts venant de sud à sud-ouest entre 20 et 40 km/h. Le contre-la-montre de Saint-Amand-Montrond est également annoncé sous la pluie, avec quelques éclaircies durant la journée, mais un vent toujours fort entre 20 et 45 km/h, venant de sud-ouest. Les températures resteront comprises entre 9 et 13°C.

Jeudi, le soleil devrait revenir enchanter le peloton sur la 5e étape, avec un vent qui soufflera de nord-ouest entre 30 et 40 km/h et des températures entre 10 et 12°C. Les températures devraient ensuite grimper jusqu’à 18 degrés sur la 6e étape, avec un temps clair. Les éclaircies devraient encore prédominer durant les deux dernières étapes, avec un mercure entre 12 et 16°C, et quelques nuages sur le sommet de La Colmiane, samedi.

Le mode d’emploi de la 78e édition de Paris-Nice :

Dates : du dimanche 8 mars au dimanche 15 mars 2020

Distance : 1215,6 kilomètres sur sept étapes en ligne et un contre-la-montre individuel de 15,1 km

Liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants

Palmarès :
2010 Alberto Contador (Esp)
2011 Tony Martin (All)
2012 Bradley Wiggins (G-B)
2013 Richie Porte (Aus)
2014 Carlos Betancur (Col)
2015 Richie Porte (Aus)
2016 Geraint Thomas (G-B)
2017 Sergio Luis Henao (Col)
2018 Marc Soler (Esp)
2019 Egan Bernal (Col)

Direct TV :
– En direct le dimanche 8 dès 13h35 sur La Une (RTBF), du lundi 9 au vendredi 13 à 14h40 sur La Deux (RTBF), le samedi 14 et le dimanche 15 à 13h35 sur La Une (RTBF)
– En direct le dimanche 8 dès 13h35, du lundi 9 au vendredi 13 à 14h55, le samedi 14 et le dimanche 15 à 13h35 sur France 3
– En direct le dimanche 8 dès 14h30 sur Eurosport 1, du lundi 9 au vendredi 13 à 14h15, le samedi 14 et le dimanche 15 à 12h45 sur Eurosport 2
– En direct le dimanche 8 dès 13h40, du lundi 9 au vendredi 13 à 15h10, le samedi 14 et le dimanche 15 à 13h40 sur Één/Sporza (VRT)

Les cartes et profils des étapes de la 78e édition de Paris-Nice :

1re étape – Dimanche 8 mars 2020 : Plaisir > Plaisir (154 km)

1re étape - Profil - Paris-Nice 2020

2e étape – Lundi 9 mars 2020 : Chevreuse > Chalette-sur-Loing (166,5 km)

2e étape - Profil - Paris-Nice 2020

3e étape – Mardi 10 mars 2020 : Chalette-sur-Loing > La Châtre (212,5 km)

3e étape - Profil - Paris-Nice 2020

4e étape – Mercredi 11 mars 2020 : Saint-Amand-Montrond > Saint-Amand-Montrond (15,1 km – CLM individuel)

4e étape - Profil - Paris-Nice 2020

5e étape – Jeudi 12 mars 2020 : Gannat > La Côte-Saint-André (227 km)

5e étape - Profil - Paris-Nice 2020

6e étape – Vendredi 13 mars 2020 : Sorgues > Apt (160,5 km)

6e étape - Profil - Paris-Nice 2020

7e étape – Samedi 14 mars 2020 : Nice > Valdeblore La Colmiane (166,5 km)

7e étape - Profil - Paris-Nice 2020

8e étape – Dimanche 15 mars 2020 : Nice > Nice (113,5 km)

8e étape - Profil - Paris-Nice 2020

Photo : ASO/Alex Broadway – Graphiques : ASO/Geoatlas

Pin It on Pinterest