Circuit Het Nieuwsblad : Stuyven retrouve enfin la victoire sur les pavés

Quatre ans après sa victoire sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne, Jasper Stuyven (Trek-Segafredo) est parvenu ce samedi à confirmer les espoirs placés en lui sur les classiques flandriennes. Après une campagne printanière difficile en 2019, le coureur brabançon de 27 ans a assuré sa position de leader sur ce Circuit Het Nieuwsblad, prenant le meilleur sur Yves Lampaert (Deceuninck-Quick Step) dans les rues de Ninove.

La première classique de la saison cycliste belge est toujours un mystère pour les favoris annoncés. La forme des principaux candidats à la victoire n’est pas encore optimale et le stress inhérent à cette course d’ouverture sont autant de données qui rendent souvent l’épreuve aléatoire. Ajoutez en prime une météo capricieuse et voici qui rend le Circuit Het Nieuwsblad particulièrement intense. Le vent de trois-quart face durant la première partie de course puis de côté sur les circuits autour d’Audenarde, ajouté aux averses orageuses en fin de matinée, propulsait ainsi certains favoris aux avant-postes à l’occasion de bordures qui bousculaient déjà la course à près de 130 kilomètres de l’arrivée. Le champion du monde Mads Pedersen (Trek-Segafredo), son équipier Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), les Belges Tim Wellens (Lotto-Soudal) et Tim Declercq (Deceuninck-Quick Step) faisaient ainsi partie d’un groupe d’une quinzaine d’échappés qui tentait de surprendre les favoris piégés à l’aube des premières côtes pavées de la journée.

Une poursuite trop lente

Cette bordure ne tenait toutefois pas la distance, et le peloton se reformait à une centaine de kilomètres du but, lançant alors une vague d’attaques. Sans que le peloton de favoris se disperse toutefois. Et à l’initiative du champion olympique Greg Van Avermaet (CCC), un groupe de huit coureurs parvenait à s’isoler à 70 kilomètres de l’arrivée, après une accélération face au vent : Declercq et Stuyven reprenaient ainsi leur place à l’avant avec Yves Lampaert (Deceuninck-Quick Step), Mike Teunissen (Jumbo-Visma), Frederik Frison (Lotto-Soudal), Søren Kragh Andersen (Sunweb), Matteo Trentin (CCC) et Jonas Rutsch (EF Education First). Même si l’Allemand devait abandonner sa place en tête après un relais manqué contre le vent. Derrière, le peloton abandonnait la poursuite, vu le nombre d’équipes représentées à l’avant. Seule l’équipe Ineos semblait encore concernée en tête du peloton, alors que les équipiers d’Ag2r-La Mondiale ou d’EF Education First tardaient trop pour revenir sur la tête. Une occasion clairement manquée pour ces formations qui semblaient pourtant très actives durant les kilomètres précédents.

Les tests de Van Aert

Vu que le groupe de tête semblait clairement en position pour jouer la victoire, les favoris à l’arrière ne pouvaient finalement plus que se tester sur les quelques côtes qui s’annonçaient. Ainsi, Wout van Aert (Jumbo-Visma) s’essayait à l’offensive sur le troisième passage du Leberg avec Sep Vanmarcke (EF Education First) avant de relancer une attaque sur le Berendries avec Tiesj Benoot (Sunweb). Des sorties annihilées quelques kilomètres plus tard à chaque reprise, même si le retour sur le groupe de tête semblait possible. Mais dès que le peloton se reformait, il semblait clair que personne ne parviendrait à rentrer sur le premier groupe.

À l’avant, on se préparait à l’approche du Mur de Grammont, juge de paix du Circuit Het Nieuwsblad, à moins de 20 kilomètres de l’arrivée. Yves Lampaert menait l’ascension au pied avant que Jasper Stuyven prenne le relais sur les passages les plus pentus de l’ascension. L’idée pour les deux Belges était avant tout de lâcher les meilleurs sprinters du groupe, à savoir Teunissen et Trentin, rapidement dans le rouge sur ce Mur.

Stuyven et Lampaert filaient ainsi vers Ninove, avec Andersen sur le porte-bagages, qui semblait toutefois souffrir sur les deux dernières côtes de la journée. Le Danois ne semblait d’ailleurs pas capable d’imprimer les mêmes relais que ses compagnons d’échappée. Lampaert décidait ainsi de tenter une offensive à moins de deux kilomètres de l’arrivée et lâchait ainsi Andersen de la roue des deux concurrents belges. Stuyven, pour sa part, se retrouvait en tête dans la dernière ligne droite face à Lampaert et lançait parfaitement son sprint pour s’offrir son premier succès sur une classique flandrienne depuis Kuurne-Bruxelles-Kuurne, en 2016. Une consécration pour le Brabançon, qui a finalement été à l’avant tout au long de la journée pour forcer cette victoire de prestige.

« Toujours être à l’avant »

« J’avais dit à mes équipiers hier qu’il fallait toujours être à l’avant avec ces conditions, il fallait rester concentré tout au long de la journée et ne pas manquer la moindre attaque », confirmait Stuyven avant de monter sur le podium. « On était vraiment motivé au sein de l’équipe pour garder notre bonne série de la fin de saison dernière, avec notamment le titre mondial de Mads Pedersen. On a réussi une belle course aujourd’hui », ajoute le coureur belge, qui s’est même… excusé auprès de sa formation concernant le printemps dernier : « Je voulais montrer que la saison dernière était une chance manquée et confirmer que j’étais capable de gagner sur de telles routes ».

Notre résumé de la course féminine et les résultats du Circuit Het Nieuwsblad chez les dames

Stuyven l’avoue : il s’agit certainement de sa plus belle victoire. « Dans le sprint, j’ai vu que Lampaert était à ma gauche et je l’ai laissé lancer son sprint. J’ai ainsi pu fermer la porte correctement et m’assurer la victoire« , confirme-t-il. Une confirmation de ses qualités de sprinter et puncheur, celles qui lui ont permis l’an dernier de remporter le Tour d’Allemagne l’an dernier ainsi que deux étapes du BinckBank Tour ces deux dernières saisons.

« C’est la course, hein »

Derrière, les favoris annoncés terminaient à plus d’une minute et demie, dans un petit peloton de déçus. « J’étais ainsi sans autre attente mais je me suis bien débrouiller. J’ai couru une belle course même si le résultat n’est pas pertinent », expliquait ainsi à l’antenne de la VRT Wout van Aert, l’un des plus actifs ce samedi. « Je n’étais pas si mal mais c’est la course, hein. J’avais le sentiment que quelque chose de ce genre pouvait arriver. J’avais déjà tenté quelque chose, mais je n’ai reçu l’aide de personne à ce moment-là. Puis un groupe idéal s’est échappé », ajoute Greg Van Avermaet.

« Cela vient peut-être de mon âge. Je suis devenu un diesel. Je plie, mais je ne romps pas », explique pour sa part Philippe Gilbert (Lotto-Soudal), plus en vue dans le final. « Je suis heureux du matériel, car c’était également un test à ce niveau-là aujourd’hui. Mais seules les équipes fortes étaient représentées à l’avant de la course et c’était donc difficile de revenir avec le peloton ». Une confirmation que le Circuit Het Nieuwsblad offre souvent des surprises.

Résultats de la 75e édition du Circuit Het Nieuwsblad féminin (Gand > Ninove, 200 km) :

1. Jasper Stuyven (Bel, Trek-Segafredo) en 5h03:24
2. Yves Lampaert (Bel, Deceuninck-Quick Step)
3. Søren Kragh Andersen (Dan, Team Sunweb) à 0:06
4. Matteo Trentin (Ita, CCC Team) à 0:39
5. Tim Declercq (Bel, Deceuninck-Quick Step) à 1:28
6. Mike Teunissen (P-B, Team Jumbo-Visma)
7. Oliver Naesen (Bel, Ag2r-La Mondiale)
8. Philippe Gilbert (Bel, Lotto-Soudal)
9. Stefan Küng (Sui, Groupama-FDJ)
10. Florian Sénéchal (Fra, Deceuninck-Quick Step)

Photo : capture Flanders Classics/VRT

Pin It on Pinterest