Remco Evenepoel met l’Algarve à ses pieds : « Je dois encore progresser pour le Giro »

Après sa démonstration de force sur l’Alto do Fóia, Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) a survécu aux (timides) offensives des grimpeurs sur l’Alto do Malhão, samedi, avant de taper un nouveau clou sur la tête de ses rivaux, en remportant avec brio le contre-la-montre final de Lagoa, battant en prime le champion du monde de la discipline Rohan Dennis (INEOS). Vainqueur final du Tour d’Algarve, il signe déjà son cinquième succès cette saison et semble inarrêtable, alors que son premier grand objectif de la saison, le Tour d’Italie, n’est que dans deux mois. Gare au surmenage pour celui qui ne réapparaîtra pas dans les pelotons avant Tirreno-Adriatico, dès le 11 mars prochain.

Battre l’arc-en-ciel

Profitant une nouvelle fois du travail exceptionnel du Portugais João Almeida (21 ans, ex-vainqueur de Liège-Bastogne-Liège espoirs) sur les pentes de l’Alto do Malhão, dernière arrivée au sommet du Tour d’Algarve ce samedi, Remco Evenepoel savait tout de même que sa tunique jaune de leader du classement général ne tenait qu’à une fibre. Miguel Angel Lopez (Astana) a toutefois été le seul capable de lui faire du tort sur les 700 derniers mètres, creusant un mince écart de 4 secondes avec le coureur belge. Un trou infime qui permettait à ce dernier de conserver son paletot doré pour le contre-la-montre final du lendemain, 20 kilomètres légèrement vallonnés autour de la superbe baie de Lagoa. Pas le temps d’admirer les superbes paysages balnéaires, bercés par un soleil plus imposant que ces derniers jours. Et sur un tel parcours, malgré la pression inhérente à sa place de N°1, Evenepoel apparaissait, grâce à ses précédentes références sur le contre-la-montre (dont il est pour rappel champion d’Europe), comme le grand favori de cette cinquième et dernière étape.

Malgré quelques doutes sur un chronométreur peu fiable, qui annonçait Simon Geschke (CCC) et Tim Wellens (Lotto-Soudal) comme les détenteurs des meilleurs temps malgré leur prestation (ils avaient en fait obtenu un temps raboté d’une minute sur leur véritable chrono), Evenepoel réalisait un nouvel exploit en ce dernier jour de compétition au Portugal. Il rattrapait déjà Dan Martin (Israel Start-up Nation) sur la ligne d’arrivée, pourtant parti deux minutes avant le Belge. Et il s’offrait en prime la victoire d’étape, avec une belle avance de dix secondes sur celui qui l’avait devancé lors du dernier championnat du monde du chrono à Harrogate, l’an dernier : le maillot arc-en-ciel Rohan Dennis (INEOS). « Je suis vraiment heureux car battre le champion du monde du chrono, cela représente beaucoup pour moi », expliquait-il à la nombreuse presse belge rassemblée au pied du podium. « Je savais que je devais juste rouler à bloc et ne pas faire de faute. J’ai pris le temps de bien récupérer dans les descentes et le fait de réaliser trois reconnaissances m’a permis de connaître par cœur chaque virage. Cela a payé. Tout a été parfait aujourd’hui. Et toute la semaine aussi, d’ailleurs », lâchait encore le coureur de 20 ans.

Le Giro, c’est dans deux mois

Remco Evenepoel a ainsi remporté les deux premières courses par étapes auxquelles il a pris part en ce début de saison : le Tour de San Juan et le Tour d’Algarve. Le coureur belge de 20 ans a ainsi déjà remporté cinq courses avant la fin du mois de février et semble du coup inarrêtable, s’améliorant sur chaque épreuve dans sa gestion de l’effort et ses performances en montagne. Il affirme toutefois ne pas encore être « au meilleur de sa forme », et confirme qu’il s’agit avant tout d’une période de préparation. Qui se déroule parfaitement, certes, mais une préparation quand même. « Cela fait deux mois que je travaille pour cette saison, et je dois encore progresser, notamment pour le Giro. Il y aura également d’autres objectifs avant cela. Mais je sais que j’ai encore franchi une étape ici », avoue Evenepoel, qui a pris la mesure d’habitués des courses par étapes pour puncheurs-grimpeurs comme Miguel Angel Lopez (Astana), Dan Martin (Israel Start-up Nation), Maximilian Schachmann (Bora-Hansgrohe), Michal Kwiatkowski (INEOS) et j’en passe.

Le jeune leader de la Deceuninck-Quick Step ne veut pas brûler les étapes qui ne semblent être que des parties de plaisir pour ce garçon qui enchaîne les performances. Il va ainsi se reposer après ce nouveau succès et poursuivre sa préparation, avec des entraînements en Belgique ainsi qu’une reconnaissance du contre-la-montre inaugural du prochain Tour d’Italie, disputé à Budapest. Il retrouvera les pelotons le 11 mars prochain à l’occasion de Tirreno-Adriatico, sa première course par étapes WorldTour de la saison. Où il sera évidemment attendu vu ses résultats en ce début de saison : « Ce sera une toute autre course et on aura également des sprinters présents. L’objectif sera plus ou moins le même qu’ici : perdre le moins de temps possible sur les étapes les plus difficiles et tout donner sur les contre-la-montre. Je vais me préparer à fond. Je suis sur la bonne voie », estime Remco Evenepoel, qui peut clairement voir Tirreno comme un prochain pas à franchir. Même si le Giro doit rester dans un coin de sa tête. Car arriver en forme trop tôt risque plutôt de bouleverser sa préparation, surtout en cette année charnière durant laquelle Evenepoel veut tout réussir, de son début de saison jusqu’aux Jeux Olympiques.

Gilbert, Van Avermaet, Wellens et Teuns sur la bonne voie

Et les satisfactions dans le clan belge ne s’arrêtent pas à cette victoire, déjà convaincante. Durant cette semaine en Algarve, les coureurs belges ont également mouillé le maillot derrière Evenepoel. À l’image de Tim Wellens (Lotto-Soudal) qui peut se satisfaire de sa cinquième place finale au classement général après avoir réalisé un excellent contre-la-montre et deux arrivées au sommet parmi les dix meilleurs. Greg Van Avermaet (CCC) a pour sa part eu plus de difficultés à tenir le rythme des meilleurs grimpeurs à Fóia et Malhão, mais ses prestations sont déjà révélatrices de sa condition ascendante. Alors que Philippe Gilbert (Lotto-Soudal) s’est essayé à l’attaque sur les deuxième et quatrième étapes de ce Tour d’Algarve sans toutefois parvenir à se placer aux avant-postes dans les finales. Il montre en tout cas qu’il est toujours prêt à jouer l’offensive, même si cela doit encore se confirmer en termes de résultats.

Enfin, de l’autre côté de la péninsule, sur le Tour d’Andalousie, un autre Belge a brillé et semble déjà prêt pour les prochaines classiques : Dylan Teuns. Le grimpeur de Bahrain-McLaren a pu jouer sa carte personnelle à plusieurs reprises, malgré la présence de son leader Mikel Landa à ses côtés, et il a pu obtenir deux podiums sur les premières étapes en ligne avant de manquer la victoire de peu sur la troisième étape, s’il n’avait pas pris la mauvaise direction à 150 mètres de l’arrivée. Il s’est rattrapé avec une victoire sur le contre-la-montre final, confirmant sa grande condition à une semaine du Circuit Het Nieuwsblad, ouverture de la saison cycliste belge et de la saison des pavés.

Photo : capture Eurosport

Pin It on Pinterest