Remco Evenepoel, l’ancien footballeur qui domine les juniors

Voici un an, un contrat avec les espoirs du KV Malines l’attendait. Douze mois plus tard, Remco Evenepoel enchaîne les succès avec les juniors, avec des titres nationaux et un double titre européen inédit. Le junior de 18 ans domine clairement la discipline et a déjà paraphé son futur contrat avec la Quick Step. De quoi mettre la pression sur un garçon qui ne comprend pas lui-même comment ces résultats s’amoncellent dans un palmarès que beaucoup jugent déjà trop comme une preuve irréfutable de son futur succès.

Les footballeurs qui se reconvertissent au cyclisme, cela ne court pas les rues. Greg Van Avermaet a par exemple longtemps hésité entre son poste de gardien à Beveren ou une relance au sein du peloton, sport dans lequel sa famille a longtemps baigné. Sa carrière tardive l’a finalement mené à un titre de champion olympique, une victoire sur Paris-Roubaix, de belles journées en jaune sur le Tour de France… Une carrière déjà amplement réussie donc. Cette trajectoire s’annonce-t-elle également pour Remco Evenepoel, l’inarrêtable junior belge ? Formé au PSV Eindhoven puis au RSC Anderlecht, le garçon de 18 ans a décidé de mettre sa carrière de footballeur entre parenthèses en 2017 afin de se consacrer au sport de papa, Patrick Evenepoel, ancien pro qui a notamment remporté le GP de Wallonie en 1993). Le jeune joueur, qui avait pourtant obtenu une sélection parmi toutes les équipes nationales, n’acceptait pas de se retrouver sur le banc durant de longs mois et préférait s’essayer à un autre sport, encore plus compétitif.

Et dès ses premiers coups de pédale, Remco Evenepoel a rapidement démontré une endurance incroyable, qualité indispensable dans les pelotons, couplée à une puissance développée durant ses premières années sur les pelouses. La transition a été rapide et en quelques mois, Evenepoel se fait un prénom dans le milieu. Il gagne en solitaire sur Aubel-Thimister-La Gleize et la Philippe Gilbert Juniors, deux épreuves vallonnées au tracé musclé. Sur les épreuves régionales, il enchaîne les courses en solitaire, préférant tracer de longues sorties seul pour garnir son palmarès. « Il nous impressionne nous-mêmes. Mais il reste très calme », affirme sa maman Anja dans le quotidien flamand Het Laatste Nieuws. Car ces performances ne passent évidemment pas inaperçues. Dans la presse du nord du pays, certains l’appellent déjà le « nouveau Merckx » vu son nombre impressionnant de victoires pour un garçon qui a seulement débuté le vélo à 17 ans. « Je vois qu’on le compare à Eddy Merckx dans la presse. Arrêtons d’en faire une vedette. C’est le meilleur moyen pour brûler un talent », demande plutôt sur Direct Vélo Carlo Bomans, sélectionneur des équipes de jeunes au sein de la Ligue Vélocipédique Belge (RLVB) et désireux de faire grandir ce junior sans brûler les étapes.

Déjà chez Quick Step

Pourtant, le manager de l’équipe Quick Step Floors Patrick Lefevere et la RLVB ont poussé auprès de l’Union Cycliste Internationale (UCI) pour permettre à Remco Evenepoel de déjà prester avec les espoirs dès cette année. Car le patron de la Quick Step a déjà paraphé le futur contrat du coureur brabançon pour… 2020, alors qu’il fêtera ses 20 ans. Et juste avant, il poursuivra sa carrière au sein de Hagens Berman Axeon, l’équipe américaine menée par Axel Merckx et spécialisée dans la formation des espoirs. Il rejoindra les États-Unis dès le 1er août pour débuter se lancer parmi les moins de 23 ans, avec l’espoir d’encore grandir. Car chez les juniors, Remco Evenepoel semble déjà trop grand dans son maillot. Depuis le début de l’année, il a remporté Kuurne-Bruxelles-Kuurne, la Guido Reybrouck Classic, la Course de la Paix, le Trophée Centre Morbihan, le GP Général Patton et, en prime, les titres nationaux sur route et sur le contre-la-montre, ainsi que les titres européens dans les deux disciplines. À seulement 18 ans, il est déjà un ogre.

Sur des terrains très différents, qu’ils soient pavés ou montagneux, Remco Evenepoel impressionne également par ses sorties en solitaire qui lui permettent de s’imposer avec plusieurs minutes d’avance. Comme en République tchèque, le week-end dernier, lors des championnats d’Europe. Sur le tracé vallonné de Zlín, le coureur belge est parti à près de 90 kilomètres de l’arrivée et a conclu la journée avec plus de neuf minutes d’avance sur tous ses adversaires. Il s’est même permis le luxe de dépasser plusieurs concurrents, les éliminant de facto de la course. « Honnêtement, je ne comprends pas comment c’est possible. Moi-même, je ne peux pas l’expliquer. C’est dingue », explique le champion de Belgique et champion d’Europe à Direct Vélo. « J’essaie juste de tout donner et je suis le meilleur pour l’instant. Mais il faut garder les pieds sur terre. » Car les jeunes coureurs qui n’ont pas confirmé ou se sont grillés dans les catégories précédant les pros sont malheureusement nombreux ces dernières années. Remco Evenepoel espère donc poursuivre ses classes en prenant du plaisir, loin des considérations de certains médias qui en font déjà le nouveau Merckx. Il s’agira plutôt de suivre ses performances sans s’enflammer. Car la carrière de Remco Evenepoel ne fait que commencer, et des erreurs peuvent encore être commises d’ici son arrivée chez les pros. C’est également comme cela qu’on apprend son métier.

Photo : UEC/Union Européenne de Cyclisme

Grégory Ienco

Journaliste - Belge - 28 ans. Ancien responsable des sports sur les sites du groupe de quotidiens belges Sudpresse et du quotidien belge Le Soir, journaliste sportif depuis 2009 et responsable adjoint de CyclismeRevue depuis sa création en 2006.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest