Tour de Wallonie 2022 : notre présentation de la 43e édition

Parcours, favoris, directs… : découvrez toutes les infos sur la 43e édition du Tour de Wallonie, du 23 au 27 juillet 2022.
Affiche - Tour de Wallonie 2022
Qui succèdera à Quinn Simmons au palmarès du Tour de Wallonie ?

Le parcours

1re étape – Samedi 23 juillet 2022 : Temploux > Huy (174,4 km)

Cette étape d’ouverture du Tour de Wallonie donne le ton : les puncheurs vont se régaler tout au long de la semaine. Au départ de l’aérodrome de Temploux, au nord de Namur, le peloton va affronter une version miniature de la Flèche Wallonne. Après un apéritif sur les plateaux namurois et une descente vers la vallée de la Meuse, les coureurs vont enchaîner les côtes dès l’approche de Ciney, sur un profil qui ne cessera de descendre ou grimper. Il sera quasiment impossible de reprendre son souffle jusqu’à Huy : même le deuxième sprint intermédiaire de la journée, du côté de Couthuin, est à affronter après une ascension de près de trois kilomètres à 4,5% de moyenne. Avant de descendre vers le pied du Mur de Huy, escaladé d’abord via son pied habituel depuis l’avenue des Ardennes. Le peloton poursuivra sa route sur le plateau de Strée, comme sur la Flèche Wallonne, et tournera plus tardivement, vers Scry pour redescendre l’ancienne côte de France jusqu’à Amay.

À une quinzaine de kilomètres de l’arrivée, les attaquants pourraient trouver un terrain propice à leur esprit offensif : le dernier sprint intermédiaire est en effet installé au sommet de la côte d’Amay, au bout d’une ascension de 1,8 km à 6% de moyenne, dont quelques hectomètres à 10%. La suite est une descente assez large, qui ne favorise pas forcément les échappés. Mais l’organisation a décidé de corser le final : les coureurs devront en effet affronter une petite côte étroite près de la centrale nucléaire de Tihange pour rejoindre le Mur de Huy via des routes sinueuses et étroites qui ne permettront pas à un peloton de contrôler. Et après une descente abrupte de 300 mètres, les coureurs seront lancés au pied des 800 derniers mètres du Mur, soit la partie la plus raide. Les plus explosifs sont prévenus : il faudra éviter le piège du placement dans ce final étriqué.

Présentation des coureurs : de 11h00 à 12h15 sur la piste de l’aérodrome de Temploux
Départ fictif : 12h30 sur la piste de l’aérodrome de Temploux
Départ réel : 12h34 sur la N958a/route de Floreffe à Suarlée après 2,18 km en cortège
Arrivée : entre 16h43 et 17h09 au sommet du Mur de Huy, sur la Plaine de la Sarte à Huy

Les difficultés du jour :
Km 64,1 – 2e cat. : Côte d’Evrehailles (3 km à 5,1% de moyenne)
Km 94,0 – 2e cat. : Tienne de Vincon (1,1 km à 6,5%)
Km 119,6 – 2e cat. : Côte de Groynne (2,2 km à 3,1%)
Km 141,2 – 1re cat. : Mur de Huy (1,7 km à 8%)

L’horaire de passage : cliquez ici pour télécharger l’horaire de passage de la caravane et du peloton

1re étape - Profil - Tour de Wallonie 2022 1re étape - Carte - Tour de Wallonie 2022

2e étape – Dimanche 24 juillet 2022 : Verviers > Herve (176,8 km)

Après la mini-Flèche Wallonne, place au mini-Liège-Bastogne-Liège. Les amateurs des classiques ardennaises vont en prendre plein les jambes sur cette deuxième étape qui ne cessera également de monter et descendre… Le programme rappellera celui de la Doyenne avec des passages du côté de Trasenster, de Hautregard et du Maquisard, des ascensions qui ne sont pas les plus rudes, mais qui permettent de fatiguer les moins costauds du peloton. À un peu plus de cinquante bornes du but, le gros morceau s’annonce avec un passage sur la mythique côte de la Redoute avec ses passages à près de 18% et sa traversée interminable entre les champs remoucastriens. Et moins de vingt kilomètres plus loin, les coureurs vont encore avoir plus mal avec la côte de Cornesse, méconnue mais étroite et abrupte avec son pied jusqu’à 15%.

Au bout de cette ultime montée répertoriée, le peloton affrontera le circuit local qui ne sera pas plus plat avec un sprint intermédiaire annoncé à Charneux au bout d’une montée de près de trois kilomètres à 4% de moyenne. Suivi d’une descente rapide et large, puis sinueuse, et d’une dernière ascension de plus d’un kilomètre à 6% pour arriver sur la ligne d’arrivée en faux-plat montant. Les puncheurs explosifs seront à nouveau ravis de faire la course en tête.

Présentation des coureurs : de 11h00 à 12h15 sur la place du Marché à Verviers
Départ fictif : 12h30 sur la place du Marché à Verviers
Départ réel : 12h42 sur Bois-les-Dame à Welkendraedt, après 6,3 km en cortège
Arrivée : entre 16h54 et 17h21 sur la rue de Soumagne à Herve

Les difficultés du jour :
Km 51,4 – 2e cat. : Côte de Trasenster (3,1 km à 5,9% de moyenne)
Km 66,5 – 2e cat. : Côte de Hautregard (5 km à 4,7%)
Km 83,3 – 2e cat. : Côte du Maquisard (1,4 km à 5,9%)
Km 91,7 – 1re cat. : Côte de Winamplanche (5,8 km à 5,2%)
Km 106,0 – 1re cat. : Côte de Lorcé (4,2 km à 5,8%)
Km 120,6 – 1re cat. : Côte de la Redoute (1,5 km à 10,5%)
Km 137,9 – 1re cat. : Côte de Cornesse (1,1 km à 12%)

L’horaire de passage : cliquez ici pour télécharger l’horaire de passage de la caravane et du peloton

2e étape - Profil - Tour de Wallonie 2022 2e étape - Carte - Tour de Wallonie 2022

3e étape – Lundi 25 juillet 2022 : Visé > Rochefort (195,6 km)

Les sprinters auront-ils enfin droit au chapitre sur ce Tour de Wallonie ? Même si les noms ronflants ne marqueront pas cette troisième étape, elle n’en restera pas moins rude pour les organismes. La descente vers la province du Luxembourg n’aura rien d’une promenade de santé avec un enchaînement de collines qui va user. La preuve : le dénivelé positif de cette étape sera légèrement supérieur à la veille. Les côtes abruptes en moins. Car les quelques montées répertoriées ne dépassent pas les 7% de moyenne et le final proposera moins de collines pour purs explosifs. Cependant, le peloton aura fort à faire, dans le circuit local autour de Rochefort, pour tenir le groupe ensemble.

Après la côte d’Ambly et la côte de Fays, à respectivement 46 et 32 kilomètres du but, les coureurs devront également affronter deux petites bosses non-répertoriées du côté de Clergnon, dans les dix derniers kilomètres de l’étape : une première d’un kilomètre à 5% de moyenne et une deuxième de près de deux kilomètres à 4,7%. Ce qui risque de donner chaud aux pattes des sprinters qui espèreront arriver avec le peloton pour se jouer la victoire ce lundi. Attention également au dernier kilomètre qui propose quelques virages dangereux pour le placement.

Présentation des coureurs : de 10h30 à 11h45 sur la place Reine Astrid à Visé
Départ fictif : 12h00 sur la place Reine Astrid à Visé
Départ réel : 12h03 sur la N604/rue de Dalhem à Visé, après 1,8 km en cortège
Arrivée : entre 16h42 et 17h11 sur la rue de Behogne/N949 à Rochefort

Les difficultés du jour :
Km 50,8 – 1re cat. : Côte de Chambralles (1,9 km à 6,8% de moyenne)
Km 73,1 – 2e cat. : Côte de Malboutée (5,1 km à 2,5%)
Km 147,5 – 2e cat. : Côte d’Ambly (1,9 km à 5,2%)
Km 161,8 – 2e cat. : Côte du Fays (3,4 km à 3,5%)

L’horaire de passage : cliquez ici pour télécharger l’horaire de passage de la caravane et du peloton

3e étape - Profil - Tour de Wallonie 2022 3e étape - Carte - Tour de Wallonie 2022

4e étape – Mardi 26 juillet 2022 : Durbuy > Couvin (200,9 km)

La journée s’annonce encore intense pour le peloton qui va désormais découvrir des étapes de plus de 200 kilomètres. Après un départ dans les Ardennes qui fera la part belle aux belles côtes de la région, comme le Fourneau Saint-Michel et Daverdisse, le peloton va se diriger vers la province de Namur et la botte du Hainaut pour une balade dans les collines de Couvin. Le circuit autour de la cité calestienne sera encore une fois destiné aux plus costauds avec la côte de l’Ermitage comme premier obstacle (6 km à moins de 3% de moyenne mais un passage de près de 2 km à 6%), la côte non-répertoriée de Presgaux (1,6 km à 5,5%) à 25 kilomètres du but et, à cinq kilomètres du but, la côte du Barrage du Ry de Rome qui annonce 5,2 km à 3,1% de moyenne, mais avec un passage de près de 2 km à 8,5% ! Les puncheurs auront donc encore l’occasion de faire parler la poudre avant une descente rapide jusque dans le centre de Couvin.

Présentation des coureurs : de 11h20 à 12h35 sur le quai des Outleux à Durbuy
Départ fictif : 12h50 sur le quai des Outleux à Durbuy
Départ réel : 13h09 sur la rue du Comte Théodule/N833 à Durbuy, après 9,88 km en cortège
Arrivée : entre 17h55 et 18h26 au Faubourg Saint-Germain, sur la N5 à Couvin

Les difficultés du jour :
Km 18,8 – 2e cat. : Côte d’Amonines (1,8 km à 5,1% de moyenne)
Km 51,9 – 1re cat. : Fourneau Saint-Michel (6,4 km à 4,8%)
Km 81,7 – 1re cat. : Côte de Daverdisse (2,2 km à 6,7%)
Km 155,8 – 2e cat. : Côte de l’Ermitage (6 km à 2,8%)
Km 195,1 – 1re cat. : Côte du Barrage du Ry de Rome (5,2 km à 3,1%)

L’horaire de passage : cliquez ici pour télécharger l’horaire de passage de la caravane et du peloton

4e étape - Profil - Tour de Wallonie 2022 4e étape - Carte - Tour de Wallonie 2022

5e étape – Mercredi 27 juillet 2022 : Le Roeulx > Chapelle-lez-Herlaimont (214,8 km)

Après avoir survécu aux côtes, il faudra désormais gérer les pavés sur cette cinquième et dernière étape tracée dans le Hainaut. Ces secteurs sont rares sur le Tour de Wallonie, ils devraient pourtant jouer un rôle important dans la lutte pour le classement général. Car les chemins proposés sont souvent étroits et peuvent causer des cassures, alors que les chaussées empruntées seront souvent dans le vent, ce qui peut aider la formation de groupes en tête de course. Après les soixante premiers kilomètres sur des routes bien larges, le placement sera primordial à l’approche de Mellery, à près de 80 bornes de l’arrivée. Car à partir de ce point, les difficultés vont s’enchaîner. Avec notamment un double passage sur le secteur pavé de Pont-à-Celles.

Le circuit local pourrait permettre aux sprinters d’enfin obtenir une victoire, mais le final peut surprendre vu l’enchaînement de petites routes. C’est seulement dans les trois derniers kilomètres que le peloton retrouvera des routes plus larges, favorables à un regroupement. Il faudra également de l’énergie pour le dernier kilomètre en léger faux-plat montant.

Présentation des coureurs : de 11h30 à 12h45 sur la Grand’Place du Roeulx
Départ fictif : 13h00 sur la Grand’Place du Roeulx
Départ réel : 13h05 sur la rue de la Renardise au Roeulx, après 2,54 km en cortège
Arrivée : entre 18h11 et 18h44 sur la rue Solvay à Chapelle-lez-Herlaimont

Les difficultés du jour :
Km 21,6 – Secteur pavé 1 : Montigny-lez-Lens (2 300 m)
Km 73,4 – 2e cat. : Côte du Point du Jour (1,4 km à 5,9% de moyenne)
Km 107,8 – Secteur pavé 2 : Vieux Genappe (2 600 m)
Km 136,2 – Secteur pavé 3 : Mellery (3 500 m)
Km 152,9 – Secteur pavé 4 : Mellet (2 480 m)
Km 161,3 – Secteur pavé 5 : Thiméon (1 900 m)
Km 172,0 – Secteur pavé 6 : Pont-à-Celles (1 800 m)
Km 196,2 – Secteur pavé 7 : Luttre (400 m)
Km 204,2 – Secteur pavé 8 : Pont-à-Celles (1 800 m)

L’horaire de passage : cliquez ici pour télécharger l’horaire de passage de la caravane et du peloton

5e étape - Profil - Tour de Wallonie 2022 5e étape - Carte - Tour de Wallonie 2022

Les favoris

Classement général

Alors que les regards sont rivés sur le Tour de France, le Tour de Wallonie apparaît, comme ce fut souvent le cas ces dernières années, comme l’alternative idéale à une reprise de la compétition avant les derniers objectifs de la saison. La Vuelta pour les uns, les championnats du monde ou les classiques automnales pour les autres. L’épreuve par étapes dessinée par Christophe Brandt, proposant un parcours ardu et complet, est vu par le peloton comme une parfaite rampe de lancement pour les prochaines échéances de l’année. Et pour certains, il s’agit même d’une reprise attendue. Comme le champion du monde Julian Alaphilippe (Quick-Step Alpha Vinyl). De retour fin juin sur le championnat de France, le leader du Wolfpack avait dû renoncer au Tour de France sur décision de sa direction sportive, peu encline à l’imaginer performer durant trois semaines avec seulement un jour de course dans les pattes après sa lourde chute sur Liège-Bastogne-Liège. Alors, Alaphilippe a pris son mal en patience, poursuivi sa préparation du côté de Livigno et reporté ses ambitions sur la prochaine Vuelta et les prochains Mondiaux. Des ambitions qui passent par le Tour de Wallonie, où le maillot arc-en-ciel espère affiner sa condition sur des routes idéales pour ses qualités, entre l’arrivée sur le Mur de Huy et l’étape du lendemain sur des côtes de la Doyenne. Avec Dries Devenyns à ses côtés, Alaphilippe semble bénéficier d’une équipe parfaite pour le mener au sommet du classement général.

Le Français devra faire face à une féroce opposition, menée par l’Érythréen Biniam Girmay (Intermarché-Wanty-Gobert), également de retour à la compétition. Le coureur de 22 ans revient d’un long séjour en Érythrée, deux mois après son succès d’étape sur le Tour d’Italie qui l’a classé dans l’histoire du cyclisme africain en tant que premier vainqueur érythréen sur un Grand Tour. Vu ses prestations sur les classiques flandriennes et sur le Giro, avec les qualités explosives qu’il a déjà démontré, Girmay sera à suivre sur les arrivées en côte prévues durant ces cinq jours en terres wallonnes. Bon sprinter également, il est capable de récupérer des secondes de bonification bien nécessaires sur une course par étapes aussi courte. Il bénéficiera en prime de l’appui d’un ancien vainqueur, Loïc Vliegen (lauréat en 2019), mais aussi de l’expérimenté Jan Bakelants.

Également ancien vainqueur du Tour de Wallonie (en 2011 et 2013), Greg Van Avermaet (Ag2r Citroën Team) voudra effacer en Belgique sa déception d’une non-sélection sur le dernier Tour de France. L’ancien champion olympique arrive avec l’ambition de briller sur des routes qu’il apprécie, il devra toutefois afficher une meilleure condition qu’en début de saison pour suivre les meilleurs puncheurs sur les murs prévus. Clément Champoussin, connu pour ses qualités explosives, et le jeune Valentin Paret-Peintre pourront également se montrer dans une équipe française complète. L’équipe INEOS Grenadiers, habituée des courses par étapes, se mettra au service d’Eddie Dunbar, qui aime les enchaînements de côtes, et aura en Ben Turner la possibilité de jouer une deuxième carte sur des routes qui le titilleront certainement, lui qui s’est dévoilé sur les classiques flandriennes du printemps.

D’autres puncheurs seront attendus parmi les premières positions sur ce Tour de Wallonie pour costauds. Le Norvégien Odd Christian Eiking (EF Education-EasyPost), qui a déjà remporté une étape à La Roche-en-Ardenne en 2018, aura un statut de leader au sein d’une équipe portée sur l’offensive, tout comme Jesús Herrada (Cofidis), en pleine préparation pour le Tour d’Espagne dont il sera l’un des outsiders. Vainqueur du Tour de Turquie, le Néo-Zélandais Patrick Bevin (Israel Premier Tech) aura également un rôle à jouer au vu de ses qualités sur les hauts pourcentages et en tant que rouleur. Le Belge Xandro Meurisse (Alpecin-Deceuninck) fait aussi partie des favoris à citer avec le Français Guillaume Martin (Cofidis), contraint à l’abandon pour un test positif au Covid-19 sur le Tour de France, et l’Italien Matteo Trentin (UAE Team Emirates), lui-même privé du Tour pour Covid-19.

Les jeunes pousses, enfin, compteront sur ce Tour de Wallonie pour se mettre en avant. Sur ses routes d’entraînement lors de la première étape, le néo-pro belge Cian Uijtdebroeks (Bora-Hansgrohe) voudra confirmer sur ce Tour de Wallonie ses derniers résultats très encourageants sur les courtes courses par étapes, à seulement 19 ans (8e du Tour de Norvège, 3e du Sibiu Tour). Chez Gorupama-FDJ, le Britannique Jake Stewart pourra démontrer ses qualités dès que la route s’élève, lui qui a déjà terminé troisième des 4 Jours de Dunkerque et sixième des Boucles de la Mayenne durant le printemps. L’Italien Alessandro Covi (UAE Team Emirates), auteur d’un début de saison tonitruant à 23 ans, sera un outsider sur ces routes wallonnes s’il retrouve les jambes qui lui opnt permis d’enchaîner des succès au Tour de Murcie et au Tour d’Andalousie.

Les sprinters

Si les étapes pour les sprinters s’annoncent rares, l’horizon de la fin de saison fait que bon nombre de coureurs rapides s’engagent tout de même sur ce Tour de Wallonie afin d’enchaîner les kilomètres et espérer un scénario favorable à un peloton groupé. Champion de Belgique pour la deuxième fois de sa carrière en juin dernier, Tim Merlier (Alpecin-Deceuninck) fera figure de favori sur les emballages massifs de ce TRW. Le cyclo-crossman est en prime capable de franchir les monts et peut donc espérer faire sa place parmi les candidats au général sur certaines étapes. Le coureur wallon Arnaud De Lie (Lotto-Soudal), 20 ans, tentera de faire de même, lui qui a déjà offert six succès à sa formation depuis le début de l’année, et qui bénéficiera en prime de l’appui de Jasper De Buyst dans la finale.

Le Colombien Fernando Gaviria (UAE Team Emirates) espère pour sa part retrouver la victoire, lui qui a connu un printemps compliqué suite à une fracture de la clavicule. Son dernier succès remonte au Tour d’Oman, en février, et ses trois podiums sur le Tour d’Italie ne font que renforcer son envie de lever les bras. Pour son retour à la compétition, le Tour de Wallonie s’annonce idéale. Côté italien, Davide Ballerini (Quick-Step Alpha Vinyl) pourrait se placer parmi les outsiders de la semaine, même s’il aura aussi un rôle d’équipier à jouer au sein de sa formation, alors que Matteo Moschetti (Trek-Segafredo), récent deuxième d’étape sur la Route d’Occitanie, aura un rôle bien plus libre en cas d’arrivée groupée.

Toujours parmi les jeunes à surveiller, l’Australien Sam Welsford (Team DSM) tentera de réitérer ses prestations du ZLM Tour (3e et 4e d’étapes) et du Tour de Turquie (victoire sur la 5e étape). Et le Britannique Matthew Walls (Bora-Hansgrohe) espère également retrouver ses meilleures jamebs après sa troisième place d’étape sur le Tour de Hongrie. Notons également les présences d’Alex Aranburu (Movistar), capable d’enchaîner les bosses, de Lorrenzo Manzin (TotalÉnergies) et de Thibau Nys (Baloise-Trek Lions) parmi les coureurs rapides de ce peloton.

La liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste définitive des partants

Le palmarès :
2012 Giacomo Nizzolo (Ita)
2013 Greg Van Avermaet (BEL)
2014 Gianni Meersman (BEL)
2015 Niki Terpstra (P-B)
2016 Dries Devenyns (BEL)
2017 Dylan Teuns (BEL)
2018 Tim Wellens (BEL)
2019 Loïc Vliegen (BEL)
2020 Arnaud Démare (Fra)
2021 Quinn Simmons (USA)

La météo

Le ciel s’annonce généralement ensoleillé avec des voiles nuageux, les températures se situeront entre 25 et 28°C durant le week-end et lundi et entre 22 et 24°C mardi et mercredi. Plus d’informations sur le site de l’IRM.

Le programme TV

  • Les deux dernières étapes en direct dès 16h35 sur La Une et RTBF Auvio
  • Les deux dernières étapes en direct dès 17h00 sur Eurosport 1, Eurosport Player et GCN+
Total
108
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Précédent article
Peloton Pyrénées - 16e étape Tour de France 2022 - ASO Pauline Ballet

Tour de France 2022 : notre présentation complète de la 18e étape

Article suivant
Peloton 17e étape Tour de France 2022 - ASO Charly Lopez

Tour de France 2022 : notre présentation complète de la 19e étape

Articles similaires