Championnats du monde sur route – Flandre 2021 : l’Allemagne en or, la Belgique loin du podium espéré

Que de suspense sur ce contre-la-montre en relais mixte ! Discipline émergente et jusqu’ici limitée aux championnats continentaux et du monde, ce chrono particulier de trois hommes et de trois femmes a profité d’une belle exposition à l’occasion de ces Mondiaux en Belgique. Si l’Italie a largement dominé la première partie réservée aux hommes, l’équipe féminine allemande a réalisé une seconde partie de course exceptionnelle pour conquérir les six maillots arc-en-ciel. Un beau cadeau d’adieu pour la dernière course de la carrière du « Panzer » Tony Martin.

Devant un public bien plus au rendez-vous qu’à l’occasion des épreuves réservées aux plus jeunes, les participants et participantes du contre-la-montre en relais mixte ont profité d’un large soleil et d’un vent de plus en plus favorable au cours de l’après-midi pour mener une belle partie de manivelles en quête de l’arc-en-ciel. Les favoris et favorites n’ont pas manqué leur rendez-vous mais comme en 2019, les différences de niveau entre les noyaux féminins et masculins ont permis à la course de dégager un suspense haletant jusqu’à la dernière relayeuse. Chez les hommes, la logique a été respectée avec le passage avec plus d’une demi-minute d’avance de l’Italie, menée par le champion du monde du contre-la-montre individuel Filippo Ganna. La bagarre pour le podium était toutefois bien plus serrée avec le Danemark, la Belgique, la Suisse, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et l’Allemagne se tenant, dans cet ordre, en moins de 15 secondes.

Et pourtant, le classement final au bout de 22 derniers kilomètres tracés pour les relayeuses féminines allait être totalement chamboulé. Les Italiennes ne parvenaient pas à trouver le bon rythme sur la première partie vers Dudzele et perdaient déjà… plus de 45 secondes en 14 kilomètres sur l’Allemagne, qui prenait la tête du classement provisoire grâce à la parfaite synchronisation de Lisa Brennauer, Lisa Klein et Mieke Kröger, parfaitement en ligne comme une équipe de poursuite sur piste. Même l’équipe néerlandaise, menée par la championne du monde Ellen van Dijk et la médaillée de bronze en individuel Annemiek van Vleuten, passait devant l’Italie, mais perdait également 20 secondes sur le groupe allemand sur ces 14 premiers kilomètres ! Une confirmation que la puissance ne fait pas tout : la cohésion et l’expérience, forces d’un groupe allemand habitué à enchaîner ces bouts droits en sélections nationales, font clairement la différence dans cet exercice particulier.

Un dernier titre pour Tony Martin

Cela se confirmait sur la ligne d’arrivée à Bruges. L’Allemagne était finalement la seule équipe du jour à conclure sous les 51 minutes, à plus de 52,5 km/h de moyenne ! La formation attendait avec crainte l’arrivée des dernières nations, mais derrière, l’Italie continuait à perdre du temps pour finalement conclure sur le podium de justesse, à 38 secondes et surtout, avec seulement 5 centièmes d’avance sur la Suisse, médaillée de chocolat. La formation néerlandaise récupérait quelque peu dans le final : insuffisant pour récupérer l’or malgré tout. Les Pays-Bas terminent à 13 secondes de l’Allemagne, pour la première fois championne du monde de la discipline !

« C’est le mieux pour terminer ! », souriait Tony Martin, visiblement ému, avant de monter sur le podium pour endosser son dernier maillot arc-en-ciel, lui qui avait annoncé dimanche dernier la fin de sa carrière à 36 ans après quatre titres de champion du monde du contre-la-montre, trois titres de champion du monde sur le chrono par équipes de marque et désormais un titre mondial sur le relais mixte avec l’Allemagne. « Quitter le monde du cyclisme avec l’or est un rêve. Je n’aurais pas pu rêver mieux. Je remercie surtout les filles, qui ont fait la différence. Notre rêve est devenu réalité et nous pouvons désormais le célébrer », se félicite Martin, avec son maillot allemand « Thank you Tony », créé spécialement par la fédération allemande pour saluer la carrière du meilleur rouleur allemand de l’histoire. « Nous sommes vraiment allées au-dessus de notre limite, et je félicite Tony pour ce qu’il a réalisé. C’est un honneur de pouvoir lui offrir cette victoire« , se réjouit pour sa part Lisa Klein, autrice d’une prestation costaude avec ses équipières.

« La différence était trop grande »

Hors du podium, l’équipe belge, qui espérait obtenir une place sur le podium sur ses terres, n’a pu terminer qu’en septième position, à plus d’une minute du groupe allemand. « Sans Wout van Aert ou Remco Evenepoel, nous avions la meilleure équipe possible pour cette course. Mais à 44 secondes du podium, c’est trop. Nous avons fait tout ce que nous pouvions, mais le niveau était très haut », confie Victor Campenaerts, déçu de ne pas avoir pu accrocher les meilleures nations sur ce tracé pour spécialistes. « Les filles ont réalisé un bon chrono, elles étaient dans les temps que nous avions prévu », indique pour sa part Ben Hermans, confirmant que le trio féminin ne pouvait pas vraiment lutter face aux meilleures rouleuses du peloton. « Nous aurions préféré une quatrième place, mais le podium n’était juste pas atteignable. La différence était trop grande ».

Même son de cloche pour Shari Bossuyt, la jeune rouleuse du groupe féminin : « Je ne pense pas que nous devrions être déçus. Nous avions secrètement rêvé du podium, mais il y avait sept candidats. Sur le vélo, on avait de bonnes sensations, avec la puissance que nous souhaitions développer. Nous avons donné le meilleur ». Cela servira d’apprentissage pour ces prochaines années. Car un tel relais demande une préparation spécifique que l’Allemagne et les Pays-Bas ont peaufiné ces trois dernières années pour arriver à ce niveau de perfection.

Parcours, programme, engagés, résultats, résumés… : toutes les infos sur les championnats du monde de cyclisme sur route 2021 sur notre page spéciale

Résultats du contre-la-montre en relais mixte des championnats du monde de cyclisme sur route 2021 (Knokke-Heist > Bruges > Bruges, 44.5 km) :

  1. Allemagne en 50:49
    Nikias Arndt, Tony Martin, Max Walscheid, Lisa Brennauer, Lisa Klein et Mieke Kröger
  2. Pays-Bas à 0:13
    Koen Bouwman, Bauke Mollema, Jos van Emden, Annemiek van Vleuten, Ellen van Dijk et Riejanne Markus
  3. Italie à 0:38
    Edoardo Affini, Filippo Ganna, Matteo Sobrero, Marta Cavalli, Elena Cecchini et Elisa Longo Borghini
  4. Suisse
    Stefan Bissegger, Stefan Küng, Mauro Schmid, Élise Chabbey, Nicole Koller et Marlen Reusser
  5. Grande-Bretagne à 0:55
    Daniel Bigham, Alex Dowsett, John Archibald, Joscelin Lowden, Alice Barnes et Anna Henderson
  6. Danemark à 1:16
    Mikkel Bjerg, Mathias Norsgaard, Magnus Cort, Amalie Dideriksen, Emma Norsgaard et Julie Leth
  7. BELGIQUE à 1:21
    Victor Campenaerts, Ben Hermans, Yves Lampaert, Shari Bossuyt, Jolien D’Hoore et Lotte Kopecky
  8. États-Unis à 2:20
    Lawson Craddock, Brandon McNulty, Neilson Powless, Coryn Rivera, Leah Thomas et Ruth Winder
  9. France à 2:52
    Thomas Denis, Valentin Tabellion, Benjamin Thomas, Marion Borras, Clara Copponi et Coralie Demay
  10. Pologne à 3:23
    Filip Maciejuk, Damian Papierski, Bartosz Rudyk, Karolina Karasiewicz, Karolina Kumiega et Aurela Nerlo
  11. Espagne à 4:06
    Xabier Mikel Azparren, Diego Lopez, Lluís Mas, Ziortza Isasi, Sara Martin et Lourdes Oyarbide
  12. Autriche à 4:33
    Tobias Bayer, Felix Ritzinger, Maximilian Schmidbauer, Sarah Rijkes, Christina Schweinberger et Kathrin Schweinberger
  13. Centre Mondial du Cyclisme UCI à 6:29
    Paul Daumont , Jean Eric Habimana , Ahmad Badreddin Wais , Akvilé Gedraityté , Anastasiya Kolesava et Tereza Medvedová

Photo : capture Eurosport

Pin It on Pinterest