Championnats du monde sur route – Flandre 2021 : Price-Pejtersen meilleur espoir, Vermeersch tient son podium

Sous des nuages plus menaçants et devant une foule bien plus parsemée que la veille, les espoirs ont pourtant offert un spectacle tout aussi éclatant que les pros. Le Danois Johan Price-Pejtersen a confirmé son statut de favori par une première place arrachée en dernier arrivé. Devant la pépite australienne Lukas Plapp et le rouleur-sprinter belge Florian Vermeersch, qui décroche une médaille espérée et méritée.

Ce contre-la-montre destiné aux moins de 23 ans fait depuis quelques années l’objet de critiques autour de ses listes de partants. La catégorie tient uniquement compte de l’âge de ses participants, qu’ils aient passé la dernière saison à prester parmi leurs pairs ou à grandir au niveau WorldTour, avec des professionnels expérimentés. Les premiers temps enregistrés sur cette édition 2021 semblaient confirmer ces critiques selon lesquelles les coureurs déjà au niveau pro ont un avantage face à ces espoirs qui sont restés dans leur catégorie toute l’année durant. L’Australien Lucas Plapp, stagiaire chez INEOS Grenadiers et bénéficiant de l’équipement dernier cri de l’équipe britannique, et l’Américain Magnus Sheffield, qui officialisait le matin même son engagement avec INEOS Grenadiers, se plaçaient sur les premières marches du podium provisoire avant la deuxième salve de favoris, prévue en fin de matinée.

Et là encore, les engagés du peloton professionnel réclamaient les premières places. Le Norvégien Søren Wærenskjold, le champion d’Europe venu du Danemark Johan Price-Pejtersen, tous deux engagés chez Uno-X, et le Belge Florian Vermeersch, engagé chez Lotto-Soudal depuis l’été 2020, bataillaient à distance pour une place sur le podium. Le maillot arc-en-ciel revenait finalement à Price-Pejtersen, tout en gestion dans les derniers kilomètres pour s’offrir le titre devant Plapp. Pendant que Florian Vermeersch manquait l’argent pour 1 seconde et 15 centièmes. Le Belge devait au moins se satisfaire d’une médaille de bronze qu’il confirmait comme objectif de ce rendez-vous mondial.

Vermeersch : « Je ne dois pas être déçu »

« Je suis très heureux de la manière dont j’ai géré ma course. Je ne pense pas que je dois être déçu, ou chercher où j’ai perdu du temps », confirme Vermeersch. « J’ai un peu adapté mon plan de marche, car j’ai senti que le vent de face était plus fort dans la seconde partie de course. Par contre, il y avait une partie plus facile avec le vent dans le dos, et cela m’a permis d’accélérer ». Suffisant pour reprendre du temps entre le deuxième point intermédiaire et l’arrivée, et s’offrir ainsi un premier podium mondial pour le coureur de 22 ans.

Mais face à Jonathan Price-Pejtersen, il n’y avait rien à faire. « Je suis très heureux de ma performance, et la troisième place me convient très bien. C’aurait été décevant de terminer deuxième à 1 seconde 15 du maillot arc-en-ciel… », dit le rouleur de Lochristi, heureux de sa progression depuis 2020. « L’année dernière a été très particulière. J’ai réalisé des tests aérodynamiques sur la piste et j’ai adapté ma position sur le contre-la-montre depuis lors. J’ai aussi appris avec la Vuelta, qui m’a permis certainement de tenir un rythme élevé plus longtemps », estime le médaillé de bronze.

Price-Pejtersen : « Une victoire pour Sörensen »

Dans son nouveau tricot arc-en-ciel, le Danois Price-Pejtersen ne pouvait cacher ses larmes. Pendant que l’hymne danois résonnait sur la place ‘t Zand de Bruges, le coureur d’Uno-X levait les bras en l’honneur de Chris Anker Sörensen, tué dans un accident à vélo, samedi dernier à Zeebruges. « Pour moi, c’était très émouvant. Je voulais honorer le travail de Chris. Même si je ne le connaissais pas personnellement, il était quelqu’un qui a beaucoup influencé le cyclisme au Danemark, par ses interviews et ses interventions, toujours optimistes », explique le nouveau champion du monde.

Price-Pejtersen a en prime réussi un sacré doublé, moins de dix jours après son titre européen à Trento. « J’avais des doutes sur le chrono d’aujourd’hui, car lors de l’Euro, même si ça va vous paraître bizarre, j’ai connu une mauvaise journée. J’avais un peu explosé dans le final », rapporte le Danois. « Finalement, j’ai vu après le premier point intermédiaire, aujourd’hui, que je pouvais maintenir un bon rythme. J’ai réussi à remettre de la puissance dans le final alors qu’il y avait un vent de face. Je savais que je pouvais faire une différence sur ce tronçon plus dur et cela m’a suffi » pour devancer de dix secondes Lucas Plapp, sur le siège de leader jusqu’à la dernière seconde. « Ce n’était pas un mauvais jour pour moi mais c’était stressant à la fin », confie l’Australien de 20 ans, future recrue d’INEOS Grenadiers. « Mais ce sont de grands coureurs qui ont terminé devant moi. Je reste satisfait de mon contre-la-montre, je ne pouvais tout simplement pas aller plus vite, je n’avais plus la puissance nécessaire ».

« Les équipes WorldTour engagent même des juniors »

Avec deux coureurs d’équipes WorldTour sur le podium et un représentant qu’une ProTeam, la question revient, comme souvent lors d’un championnat du monde espoir : ce classement révèle-t-il vraiment les meilleurs coureurs de la catégorie espoir ou les coureurs déjà sous contrat professionnel devraient-ils céder leur place ? « J’entends souvent ces critiques ces dernières années, mais chez les espoirs, on est conscient du niveau de plus en plus élevé des courses », dit le champion du monde Price-Pejtersen. « Le but est bien de désigner le meilleur rouleur parmi les coureurs de 23 ans, on voit dans le classement que tous sont prêts pour le plus haut niveau. Et les équipes WorldTour sont, elles, plus enclines à signer des coureurs espoirs, voire des juniors. »

Même discours pour Florian Vermeersch, depuis près d’un an dans le WorldTour avec Lotto-Soudal : « J’ai discuté récemment avec un équipier de l’équipe belge qui revenait du Tour de l’Avenir. Il m’a dit qu’avec les données de puissance qu’il a vu sur cette course, beaucoup pouvaient déjà prétendre au WorldTour. Le niveau est de plus en plus élevé et c’est bien pour les espoirs ».

Berckmoes : « Ma meilleure prestation »

Jenno Berckmoes, premier Belge à traverser Bruges ce lundi, espérait pour sa part obtenir une place sur le Top 10. Son temps pourtant correct, à moins de trente secondes de la dixième position, ne lui permettait d’accrocher qu’une 22e place finale, preuve de la concentration de talents dans un mouchoir de poche derrière les favoris de cet effort en solitaire. « Comme je l’ai dit, j’aurais préféré que le parcours connaisse plus de petites côtes. Mais sur un tel tracé, j’ai réalisé une bonne performance : j’avais des données de puissance bien plus élevées que ce que j’ai réalisé par le passé, notamment lors du Tour du Namur, sur un contre-la-montre plus vallonné qui me convenait bien mieux », explique le Gantois de 20 ans.

« Je pense que je dois être content de ma performance, surtout pour ma deuxième année parmi les espoirs. En plus, durant ces trois dernières semaines, je ne connaissais pas de très bonnes sensations… Cela me permet d’apprendre en vue des prochains contre-la-montre », confie Berckmoes. Au moment de son interview dans la zone mixte, Berckmoes était encore dans le Top 10 pendant que l’Australien Lucas Plapp et l’Américain Magnus Sheffield menaient l’épreuve. « Les Plapp, Sheffield… Ce sont des coureurs qui sont déjà sous contrat avec INEOS. Ils sont presque dans une catégorie au-dessus. Personnellement, je suis content avec ma prestation, meilleure que ce que j’ai déjà réalisé. Je dois encore persévérer sur cette voie », dit le coureur toujours actif chez les espoirs.

D’ailleurs, contrairement à bon nombre d’espoirs (7 des 10 meilleurs coureurs sur ce chrono ont un contrat dans le WorldTour en 2022), Berckmoes ne rejoindra pas le WorldTour l’an prochain. « Chez Sport Vlaanderen-Baloise, je veux continuer à apprendre », dit-il. « Je pense avoir fait un choix sage plutôt que de directement aller dans le WorldTour, où le niveau est devenu si élevé… Je préfère encore poursuivre ma préparation, pas à pas, m’améliorer durant les deux prochaines années au niveau continental pro ». Un discours rare dans le peloton actuel.

Résultats du contre-la-montre espoirs des championnats du monde de cyclisme sur route 2021 (Knokke-Heist > Bruges, 30.3 km) :

  1. Johan Price-Pejtersen (Dan) en 34:29
  2. Lucas Plapp (Aus) à 0:10
  3. Florian Vermeersch (BEL) à 0:11
  4. Søren Wærenskjold (Nor) à 0:13
  5. Mick van Dijke (P-B) à 0:24
  6. Daan Hoole (P-B) à 0:39
  7. Ethan Vernon (G-B) à 0:43
  8. Michel Hessmann (All) à 0:48
  9. Filippo Baroncini (Ita) à 0:57
  10. Magnus Sheffield (USA) à 0:58
  11. Logan Currie (Nzl) à 1:00
  12. Fran Miholjevic (Cro) à 1:04
  13. Finn Fisher-Black (Nzl) à 1:05
  14. Erik Fetter (Hon) à 1:06
  15. Carter Turnbull (Aus) à 1:15
  16. Raul Garcia (Esp) à 1:17
  17. Tobias Bayer (Aut) à 1:19
  18. Adam Holm Jørgensen (Dan) à 1:22
  19. Alexandre Balmer (Sui) à 1:24
  20. Yevgeniy Fedorov (Kaz) à 1:25
  21. Xabier Mikel Azparren (Esp)
  22. Jenno Berckmoes (BEL) à 1:27
  23. Marcus Sander Hansen (Dan) à 1:30
  24. Valère Thiebaud (Sui) à 1:31
  25. Kevin Vauquelin (Fra) à 1:36
  26. Rait Arm (Est) à 1:41
  27. Filip Maciejuk (Pol) à 1:42
  28. Maurice Ballerstedt (All) à 1:50
  29. Joonas Kurits (Est) à 1:54
  30. Matthew Riccitello (USA) à 1:56
  31. Ben Healy (Irl) à 1:59
  32. Raphael Parisella (Can) à 2:00
  33. Marco Frigo (Ita) à 2:01
  34. Tomas Kopecky (Tch) à 2:02
  35. Nik Cemazar (Slo)
  36. Daniel Aarnes (Nor) à 2:04
  37. Igor Chzhan (Kaz) à 2:11
  38. Santiago Buitrago (Col) à 2:12
  39. Kevin McCambridge (Irl) à 2:13
  40. Jason Oosthuizen (Afs)
  41. Arthur Kluckers (Lux) à 2:17
  42. Andrei Stepanov (Rus) à 2:21
  43. Thomas Delphis (Fra) à 2:27
  44. Aivaras Mikutis (Lit) à 2:37
  45. Anze Skok (Slo) à 2:41
  46. Francis Juneau (Can) à 2:45
  47. Victor Alejandro Ocampo (Col) à 2:50
  48. Kaden Luke Hopkins (Ber) à 2:51
  49. Paul Daumont (Bur) à 3:02
  50. Conor White (Ber) à 3:07
  51. Byiza Renus Uhiriwe (Rwa) à 3:28
  52. Loïc Bettendorff (Lux) à 3:32
  53. Daniil Nikulin (Ukr) à 3:36
  54. Rokas Kmieliauskas (Lit) à 3:41
  55. José Autran Carrillo (Chi) à 3:50
  56. Hamza Mansouri (Alg) à 3:52
  57. Jean Eric Habimana (Rwa) à 4:07
  58. Aleksey Fomovskiy (Ouz) à 4:22
  59. Jorge Peyrot (Mex) à 4:40
  60. Francisco Chipolini (Arg) à 5:03
  61. Thanakhan Chaiyasombat (Tha) à 5:06
  62. Roberto José Herrera (Pan) à 5:34
  63. Danil Evdokimov (Ouz) à 5:37
  64. Negasi Haylu Abraham (Eth) à 6:04
  65. Joel Morales (Arg) à 6:45
  66. Mohamed Rayes (Syr) à 9:07

Photo : capture Eurosport

Pin It on Pinterest